Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'autre intérêt des élections législatives : le financement des partis pour 5 ans
Législatives - Eric Belleperche (SIEL) : "il n’y a plus de droite en France depuis bien longtemps"

Législatives - Marie de Blic (PCD) : "Les partis sont en train de subir un tremblement de terre"

Marie de Blic, candidate à l'élection législative dans la 5e circonscription d'Ille et Vilaine, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative dans la 5e circonscription d'Ille et Vilaine. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Marie-de-Blic-12-310x175-1Ce sont les évènements qui m’ont lancée plutôt, ceux de 2013 ! Depuis longtemps déjà, mon tempérament actif et militant m’avait conduite à m’engager dans les associations familiales catholiques, avec toutes les ramifications qu’un tel engagement peut susciter : conseils d’administration divers (UDAF, UNAF, ESAT…), représentation des familles dans des organismes internationaux. Mon expérience d’épouse et de mère de famille nombreuse a parfois eu du mal à être considérée correctement : n’est-elle pas aussi valable que les cartes de visite ronflantes d’experts universitaires ou de responsables politiques qui n’ont pas eu d’enfants, ou ne les connaissent que par des pathologies ? Bref, j’ai vu en 2013 que l’abandon du champ politique aux « modernes » avait atteint son summum ; il était temps de le réinvestir avec humilité.

Dans cette circonscription détenue par Isabelle Le Calennec, LR, qui se représente, vous allez affronter un candidat DLF et FN. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite nationale, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Je ne sais pas ce qu’est la droite nationale. Les partis que vous citez sont en train de subir un tremblement de terre : dans notre circonscription, le FN a changé de candidate à la dernière minute, DLF a aussi changé de titulaire et présente un candidat avec son épouse pour suppléante, LR a soi-disant un accord avec l’UDI mais plusieurs élus UDI du territoire soutiennent la concurrente En Marche qui elle-même ne fait pas l’unanimité LREM. Donc ne rêvons pas : il n’y a pas quelque chose que je serais en train de diviser, il y a au contraire un projet unificateur que je suis en train de porter. Une vision de notre société basée sur le réel : il existe un ordre naturel (oui !), les hommes ont des réalités multiples mais doivent vivre en société pour survivre, et notre mission de responsables politiques est juste d’organiser la vie collective dans l’intérêt du groupe (bien commun). Donc les suffrages qui se porteront sur les candidats du PCD ce dimanche seront très utiles pour calibrer l’électorat qui partage cette expérience du réel et clarifier l’avenir pour les décideurs

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d'autres partis, qu'ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN... ?

Oui, bien sûr. Les Français sont lassés des attitudes politiques infantiles, des refus de collaborer pour cause d’étiquette, des susceptibilités irrationnelles : d’ailleurs, comment analyser l’attitude de M. Juppé qui essaie de faire perdre son mandat de député à Jean-Frédéric Poisson, et donc son crédit national ? Oui, je travaillerai avec ceux qui partagent une même vision de l’homme, de la France, du monde. J’ai acquis, notamment au sein de ce parlement des familles qu’est l’UNAF, une expérience du dialogue, de l’écoute, de la négociation, de l’intelligence collective. Je la mets déjà au service de mon engagement politique, et je me réjouis de tous les encouragements positifs à le poursuivre, pour les générations qui viennent et pour l’amour de la France.