Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Robert Ménard : le FN doit développer l'union de la droite
Eric Zemmour : « Soit le FN et Les Républicains survivent ensemble, soit ils meurent séparément »

"La jeune bourgeoisie de droite est passée en bloc au macronisme"

Analyse de Patrice de Plunkett que l'on pourrait rapprocher de celle, un peu plus abrupte, d'Henri Guaino :

"L'abstentionnisme est majoritaire mais « le pays est à droite » (disent les politologues), et le raz-de-marée s'est produit. Il ébranle jusqu'à des bastions LR comme les Hauts-de-Seine, Paris-XVIe, Chantilly etc. Comme on l'avait dit après le second tour de la présidentielle, la jeune bourgeoisie de droite - bénie par la vieille - est passée en bloc au macronisme.

Le macronisme a phagocyté aussi d'autres milieux (...) Mais rien d'étonnant à ce qu'il avale la bourgeoisie de droite : la politique économique et sociale annoncée par M. Macron sera, en moins balourd mais en plus radical, celle que prônait M. Fillon ; pour s'en rendre compte il n'y a qu'à voir l'embarras des candidats LR.

La droite survivante entrera dans un enfer : rester entre gens qui ne se supportent plus. Quoi de commun entre les amis de M. Solère, libéraux macrophiles, et ceux de M. Wauquiez, libéraux trumpisants ?  Mais LR est abandonné par des électeurs macronisés ; ses élus rescapés seront condamnés à cohabiter en groupe parlementaire. Du moins dans un premier temps... Ensuite on verra. Les LR macrophiles rêvent à un effritement de l'énorme majorité REM, qui leur permettrait de se proposer comme supplétifs à M. Macron. Les LR trumpisants rêvent de créer un Tea Party gaulois avec la moitié marionniste du FN.

A suivre !  Pour l'instant, on se permet de sourire devant les retournements de veste. Dans cette bourgeoisie de droite à sincérités successives, en janvier on nous disait de nous taire et de fléchir le genou devant M. Fillon, saint et martyr. En avril on nous annonçait que Mme Le Pen allait "faire encore plus de voix que prévu". En juin on nous déclare que le triomphe de M. Macron était écrit dans les étoiles. C'est la dynamique du bourgeois perpétuel  :  «On ne va jamais plus loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va, a dit un homme politique célèbre. »  (Henry Monnier, Grandeur et décadence de M. Joseph Prudhomme, 1852)."

Commentaires

Haï

L'Union Européenne étant une structure à la soviétique, il est difficile de croire que Macron et ses candidats soient de droite. Ou alors c'est la droite néo-conservative des anciens trotskistes sionistes. D'où cette envie d'imposer un état d'urgence ad eternam dans le pays. N'est-on pas en droit de penser que cette arrivée massive de musulmans, semble curieusement les arranger, pour justement mieux faire passer ces lois dictatoriales ? Un prétexte facile !

n

Et oui, en 2013 c'est la même bourgeoisie de la droite catho qui se mobilisait avec La Manif pour tous...

valere

Ces jeunes (et moins jeunes) nantis préférent leurs euro à la France: ils sont devenus des nomades mentaux.

arthur

La culture de gauche, voire d'extrême gauche est majoritaire chez les jeunes bourgeois: ils sont laxistes, se moquent de l'immigration (ils sont en scooter ou en velib pour l'éviter), sont d'un cynisme absolu et n'ont aucune notion de patrie autre que celle de leur fric. Ils sont athées et croient en leur compte en banque en lieu et place de Dieu. Macron Mammon même combat.

bébert

c'est aussi l'incarnation politique du phénomène" bobo":il fallait bien que ça arrive! Désormais, on va pouvoir paser à autre chose, il va y avoir une "réaction" : qui en sera la tête?

claude de rouen

Dans les prochaines décennies la déferlante islamique aura submergé cette populace bourgeoise et imposera la charia à leurs petits enfants .

Alpin
Pe

Il faut des mots, des symboles et une espérance pour mobiliser des jeunes. Il leur faut aussi un enseignement capable de leur ouvrir les yeux.
Les jeunes ne sont pas forcément macronistes.
Plunkett n'est malheureusement pas le mieux placé pour donner des leçons de bon sens.

fd

Plunkett est grotesque...

p.r.

Toute analyse de classe est dangereuse ; la bourgeoisie qui vote Macron n'est pas de droite. Ce sont peut-être des enfants dans des familles de droite, mais si les parents ne font pas bien l'éducation de leurs enfants et laisse cela à l'éducation dite nationale et aux médias, les valeurs de gauche qui y sont dominantes s'imprègnent... Et l'effet boule de neige fait est une réalité ; le panurgisme explique tous les mouvements de l'histoire, le gens s'imitent les uns les autres et les phénomènes mauvais grossissent : révolution française, communisme, nazisme, islamisme... Des petites minorités entraînent les peuples si rien ne s'opposent à elles ; or, rien, médiatiquement et éducationnellement ne s'oppose au règne de la gauche... D'où le macronisme. Le Père de Macron votait à gauche par ailleurs. L'ennemi c'est la gauche, bourgeoise ou non, ce n'est pas le sujet. L'analyse de classe divise la nation et oppose les hommes les uns aux autres...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.