Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



David Rachline (FN) : "Il faut nous adresser aux électeurs des Républicains"
21 octobre : conférence à Briant (71) sur le bouddhisme

Lafarge versait 20 000 euros par mois à l'Etat islamique, avec l'aval des autorités françaises

Concernant l'enquête judiciaire en cours sur les agissements du groupe franco-suisse LafargeHolcim au sujet de sa cimenterie de Jalabiya, dans le nord de la Syrie, 9 responsables de l'entreprise ont été entendus par les enquêteurs, qui cherchaient à déterminer les liens qu'a pu entretenir le géant du ciment avec des groupes armés, dont l'organisation Etat islamique, pour continuer à faire fonctionner son usine en 2013 et 2014, en plein conflit syrien.

L'ancien directeur général adjoint opérationnel de Lafarge a reconnu que le groupe s'est plié à une "économie de racket" menée par différentes milices armées dès la fin de l'été 2012 pour assurer le transit de ses marchandises dans le pays. Un intermédiaire a même été employé "pour négocier avec les groupes armés qui tiennent les checkpoints autour de l'usine", écrit Le Monde. Cet individu se voit remettre "entre 80 000 et 100 000 dollars par mois" pour monnayer des laisser-passer avec ces groupes. Selon les extraits de l'enquête, l'organisation Etat islamique, qui a pris le contrôle de la ville de Raqqa au milieu de l'année 2013, commence à réclamer de l'argent au cimentier à partir de l'automne. 

Bruno Pescheux, PDG de la filiale syrienne de l'entreprise jusqu'en juin 2014, affirme aux enquêteurs avoir vu le nom de Daesh sur des documents internes à l'entreprise. A la question "Avez-vous une idée du montant prévu pour Daesh ?", il répond : "De l'ordre de 20 000 dollars par mois."

Le Monde révèle par ailleurs que

"la décision du leader mondial des matériaux de construction de rester en Syrie a reçu l'aval des autorités françaises, avec lesquelles le groupe était en relation régulière entre 2011 et 2014".

Les responsables de Lafarge affirment ainsi à plusieurs reprises avoir consulté le ministère des Affaires étrangères ainsi que le gouvernement au sujet du maintien de leur activité dans le pays.

Commentaires

Machin

Aussi scandaleux que cela paraisse, c'est un mode de fonctionnement courant dans la région.

Seulement là, c'est Daesh, alors qu'ailleurs, avec des "sponsorings" légalement en vigueur, on verse une lourde prébende à un intermédiaire engraissé uniquement pour avoir le droit de travailler sur place (pays du Golfe notamment).
Je veux juste dire que c'est une coutume permettant aux autorités locales, de droit ou de fait, de se financer.

Il y a même eu des débats pas trop publics entre des entreprises françaises et le fisc pour savoir si les "commissions" pouvaient être inscrites au passif du bilan comme dépenses professionnelles ou devaient être considérées comme du racket pur et simple.

Etienne

Et maintenant ?
Qui sera inculpé ? Qui sera condamné ?
Les lampistes ou les "autorités françaises" ?

Exupéry

De plus, Daesh avait besoin de ciment pour bunkeriser certaines habitations...
Bref Lafarge et Daesh s'entendaient comme "cochon en foire", une abjecte foire sanglante!

toto

Et les armes fournies par les USA, Israël, l'Angleterre, la France, les émirats, etc aux terroristes sont payées avec le fruit des rackets et la vente de pétrole via les Turcs.
Les trafiquants d'armes, les intermédiaires, les passeurs pourront se payer de belles villas et de beaux yachts.
Les multinationales pourront ensuite s'engraisser en "reconstruisant" les pays détruits par les terroristes. Belle chaîne "vertueuse"

San Juan

Nationalisez Lafarge comme vous l'avez bien fait pour Renault...qu'est-ce que vous attendez...où est la différence entre les crapules nazis d'hier et les crapules islamiques d'aujourd'hui ?

roissard

Comment arriver à par un "intermédiaire" 80 à 100 000 euros par mois sur un budget mensuel de 20 000 euros ?

gb

Le plus grave dans tout cela, c'est l'aval des autorités françaises.

majacquet

Hélas....Pratiques vieilles comme le monde....

Marcos

20000 dollars/mois pendant 2 ans cela fait 480000 dollars. Et la cimenterie continue à produire et permettra la reconstruction de la Syrie. Le pari était risqué mais il a été payant. C'est ce qui s'appelle faire le dos rond. Et ce n'est pas cher payé. Au prix que ça coûte une cimenterie!

Letalle

Nous avons les dates et les noms des Ministres des Affaires étrangères...quand s'arrêtera cette comédie parlementaire qui se nomme République ?

Jean Ferrand

Quelles autorités françaises ? Citez les noms.

Horace

Quelles différences entre les troupes Nazis et les Nazislam de Daech ? Pourtant nos très "éclairés" dirigeants font la différence. Comme quoi, malgré les discours de "paix" entendus à l'ONU, il y a une volonté de faire la guerre afin de faire tourner l'industrie militaire. Qu'en penses les Sarkozy et les Hollande ?????

Lino

"Décès au Levant d'un adjudant du 13e régiment de dragons parachutistes"

Selon la loi internationale, la France n'avait pas à être dans la zone irako-syrienne. De plus, pourquoi donc est-il mort au combat ? Notre pays aurait-il déclaré la guerre à la Syrie ou à l'Irak ?

Tant que l'armée française se comportera ainsi, il n'est évidemment pas question d'augmenter son budget.

alpha

Si cela est vrai ces autorités et leur descendance ascendance doivent être déchues de la nationalité et s'ils sont de ce fait apatrides il ne le seront pas plus que de leur trahison du baptême de Reims

Irishman

@ Lino :

En France, c'est l'autorité civile (le gouvernement) qui donne les ordres à l'autorité militaire... Nos soldats vont là où on leur dit d'aller, parce que ce sont les ordres !

Le problème, c'est que nos gouvernements reçoivent des "ordres" venus d'ailleurs... pour moi en provenance de New-York via Bruxelles !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.