Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Islamo-gauchisme : de Weinstein à Tariq Ramadan
Poitiers : le procès de Génération identitaire se transforme en procès de l'UOIF

35 ans après, les assassins de Bachir Gemayel condamnés à mort

Lu sur L'Orient Le Jour :

Unknown-13"Le verdict est tombé. La Cour de justice, présidée par Jean Fahd, a condamné vendredi à mort Habib Chartouni, militant du Parti syrien national social (PSNS, pro-Assad), et Nabil Alam, ancien haut responsable du PSNS, tous deux inculpés pour l'organisation et l'exécution de l'assassinat de l'ancien président de la République Bachir Gemayel. Chartouni et Alam ont également été déchus de leurs droits civiques. Ils sont également obligés de verser des dommages et intérêts à tous ceux qui ont porté plainte contre eux et d'assumer la moitié des frais de la procédure judiciaire.

Bachir Gemayel avait été assassiné le 14 septembre 1982, vingt deux jours après son élection à la présidence de la République, dans une explosion qui a détruit les locaux de la permanence du parti Kataëb dans le quartier beyrouthin d'Achrafieh. L'attentat avait coûté la vie au fondateur des Forces libanaises et à 32 autres personnes.

Réagissant au verdict, la veuve de Bachir Gemayel, Solange, qui a assisté à la séance, a estimé que "la justice a rendu son prestige à l'État et aux institutions". "Ce verdict nous donne espoir que justice sera rendue à tous les martyrs de la cause et aux martyrs de la Révolution du cèdre", a-t-elle poursuivi.

Le fils de Bachir, le député Nadim Gemayel, et son cousin, le député et chef des Kataëb Samy Gemayel, étaient aussi présents au Palais de justice. Ce dernier a salué un "jour historique".

Unknown-14Nadim Gemayel et les compagnons de Bachir Gemayel au sein des Kataëb, ainsi que les Forces libanaises, ont en outre appelé à célébrer "le retour de la justice", à la place Sassine à 18h30. Au programme de la soirée, "un festival populaire au cours duquel les participants exprimeront leur espoir de voir s'instaurer un État de droit, après une attente de 35 ans", selon un communiqué publié il y a quelques jours.

Habib Chartouni avait déjà reconnu avoir planifié et commandité l'attentat avec l'aide de Nabil Alam. Chartouni avait été détenu à la prison de Roumieh avant d'être libéré en 1990 par l'armée syrienne qui occupait alors le Liban. Il est, depuis, en cavale. Selon certaines rumeurs, il serait réfugié en Syrie. Il fait l'objet d'un acte d'accusation depuis 1996.

Ultime provocation : à la veille du verdict, Habib Chartouni a accordé une interview explosive au quotidien al-Akhbar. Dans ce brûlot, le militant du PSNS a qualifié le procès achevé de "jugement politique", sans toujours nier avoir commis le meurtre de Bachir Gemayel. [...]"

Commentaires

Exupéry

Assad doit bien savoir où est ce criminel. Il devrait le remettre entre les mains de la Justice libanaise, voire exercer la sentence lui-même. Ce serait une façon efficace de redorer son image et celle de la Syrie.
Ce n'est pas le tout de s'opposer aux crimes de Daesh, il faut aussi s'opposer aux crimes des siens. La Syrie s'est assez servi du Liban pour qu'elle puisse lui rendre ce service.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.