Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La Hongrie ou l'honneur de l'Europe
Divine Box lance un nouvel abonnement de bières trappistes

C’est arrivé un 22 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 22 octobre : fête de Saint Jean Paul II.

    Timbre commémoratif pour ses 70 ans édité en RDA

Voir les chroniques des 2 et 27 avril, du 18 mai. Impossible de résumer sa vie tant ce qu'a fait ce pape, cadeau de Notre Dame au XXème siècle est hors norme.

Tombeau de saint Jean-Paul II dans la chapelle Saint-Sébastien de la basilique Saint-Pierre de Rome depuis le 5 mai 2011.

  • le 16 ou le 22 octobre 741 : mort de Charles Martel.

Né vers 690, fils de Pépin II de Herstal et d'Alpaïde, il devient Maire du Palais d'Austrasie à la mort de son père, et doit faire face aux révoltes des Neustriens de Chilpéric II et de Rainfroi qu'il défait à Amblèves et Vinchy.

Le 25 octobre 732, il est victorieux des pillards arabes d'Abd al-Rahman à Poitiers. C'est suite à cet évènement qu'il reçoit le surnom de « Martel » (« Marteau des Infidèles »). En 737, il met fin aux incursions musulmanes par la victoire de Berre sur Omar Ibn Chaled. Victoire moins connue mais tout aussi importante que celle de Poitiers.

Charles Martel, Palais de Versailles.

Il est inhumé dans la Basilique de Saint-Denis.

  • le 22 octobre 1032 : élection du pape Benoît IX.

  • le 22 octobre 1303 : Nicolas Boccasini est élu pape, il prend le nom de Benoît XI.

Fils d'un berger de Trévise, il entre chez les Dominicains, dont il devient Maître général. Il est créé cardinal en 1298 par Boniface VIII, puis pape à la mort de Boniface VIII.

Par amour de la paix, il cherche à réconcilier la papauté avec Philippe le Bel: annulation des bulles lancées par son prédécesseur ; amnistie accordée aux frères Jacques Colonna et Pierre Colonna sans pour autant les réintégrer au Sacré Collège. Cette amnistie est refusée aux acteurs directs de l'attentat d'Anagni : Sciarra Colonna et Nogaret. Il est béatifié le 24 avril 1736 par le pape Clément XII.

  • le 22 et 28 octobre 1480 : traité de Montargis.

Le Roi Louis XI rachète les droits des Penthièvre à la succession de Bretagne pour 50 OOO écus le 3 janvier 1480. Il est reconnu héritier de François II par cinq rebelles bretons au traité de Montargis. Mais les droits au duché se transmettent par succession naturelle et non par achat puisqu'il s'agit d'un duché souverain. Devant le refus de François II de lui faire hommage, Louis XI tente par ce pacte et cet achat de diviser de nouveau la Bretagne. La mort de Louis XI en 1483 ne change rien, puisque Charles VIII reprend la même politique.

Le duché jouissait d'une paix bienvenue après la guerre de cent ans entre la France et l'Angleterre et la guerre de succession de Bretagne. Le trône de Bretagne revint à François II. L'affrontement entre Penthièvre et Montfort s'est conclu par la victoire de ce dernier. A cette époque, le duché est beaucoup plus riche que la France et attire les convoitises tant des Anglais que des Français. Vont s'en suivre 4 guerres :

  • la campagne de 1487, qui finit sur un statu quo;
  • la campagne de 1488, qui s'achève par le Traité du Verger, suite au désastre breton de St Aubin du Cormier; par ce traité le Duc de Bretagne s'est engagé à ne pas marier ses filles sans le consentement du Roi de France.
  • La guerre reprend avec la campagne de 1489. Le 9 septembre précédent, le Duc François II est mort. Anne est couronné Duchesse, le 10 février à Rennes. Ce même jour est signé, dans la ville, un traité entre le duché et l'Angleterre : le roi Henri VII fournit 6 000 hommes de la mi-février à la Toussaint, chaque année, à charge pour la Bretagne de les solder. Le 14 février, deux pactes entre l'Autriche et l'Espagne et l'Autriche et l'Angleterre sont signés à Dordrecht, contre la France ; ils sont complétés le 27 mars par un traité anglo-espagnol à Medina del Campo. Le 3 décembre 1489, les différents belligérants souscrivent à la paix de Francfort, signée entre Maximilien d'Autriche et le Roi de France en juillet de la même année.
  • Le 2 janvier 1491, Alain d'Albret, autre prétendant déchu au trône breton signe le traité de Moulins avec Charles VIII; trop content de pouvoir encore avancer ses pions. Le 4 avril, jour de Pâques, le Roi de France fait son entrée dans la ville qui n'oppose aucune résistance, ayant été évacuée par le maréchal des Rieux. L'armée royale compte 50 000 hommes. La Bretagne est dès lors considérée par les Français comme conquise : des institutions royales sont créées (administration des finances, avec Jean François de Cardonne nommé Général des Finances; le prince d'Orange est nommé lieutenant-général). En juillet, le siège est mis devant Rennes, où Anne résiste avec douze mille hommes, mais trop peu de vivres. Le 27 octobre 1491, convoqués à Vannes par Charles VIII, les États de Bretagne conseillent à Anne d'épouser le Roi de France. Une entrevue préliminaire à Laval pose ces conditions:
    • l'occupation du duché par l'armée du Roi;
    • le vicomte de Rohan est nommé lieutenant général du Roi pour le duché (gouverneur) ;
    • la question du droit au duché est soumise à une commission paritaire de 24 membres ;
    • À l'issue du siège de Rennes, le mariage avec le Roi de France est accepté le 15 novembre, par le traité de Rennes : il garantit 120 000 livres de rente à la duchesse, et 120 000 livres au trésor du duché, pour payer les mercenaires et en débarrasser le duché. Les fiançailles ont lieu le 23 novembre, à Rennes, et le mariage le 6 décembre au château de Langeais.
  • le 22 octobre 1656 : le "miracle de la Sainte-Epine" est authentifié par l'évêque de Paris.

L'événement, survenu le 24 mars 1656, joue un rôle important dans l'évolution spirituelle de Blaise Pascal. Marguerite Périer, sa nièce, a été guérie miraculeusement en touchant une épine de la couronne du Christ. La relique a été prêtée par un ami du monastère de Port-Royal. Marguerite Périer, nièce de Pascal, touchée depuis plusieurs années par une fistule lacrymale, une sorte de tumeur suppurante à l'œil gauche se voit appliquer la relique sur le mal, par la maîtresse des pensionnaires. Quelques heures après, l'enfant se déclare guérie.

Au bout de quelques jours, des médecins délivrent des attestations. En mai-juin, l'archevêché de Paris entreprend une enquête auprès de la miraculée et de nombreux témoins, parmi lesquels se trouvait Pascal. Le 22 octobre, il rend une sentence qui reconnaît le miracle. Voir les chroniques du 24 mars et du 8 juin.

  • le 22 octobre 1797 : naissance officielle du parachute.

Le français Jacques Garnerin brevette sa nouvelle invention : le parachute. Il effectue son premier saut en 1797, au dessus du parc Monceau à Paris, en sautant du haut d'une montgolfière à plus de 915m de hauteur. Mais le nom "parachute" ne vient pas de lui : il avait été créé par le physicien français Sébastien Lenormand qui avait sauté du premier étage d'une maison avec un parasol dans chaque main.

  • le 22 octobre 1832 : première agence de presse : l'agence des feuilles politiques.

Le français Charles-Louis Havas crée la première agence d'information mondiale sous le nom: "Agence des feuilles politiques, correspondance générale." Les nouvelles en provenance des journaux étrangers sont envoyées par pigeon voyageur et traduites dès leur arrivée à Paris.

  • le 22 octobre 1895 : la locomotive d'un train Granville-Paris ne s'arrête pas et traverse la façade de la Gare Montparnasse.

     

    Studio Lévy & Fils

  • le 22 octobre 1941 : 48 otages sont fusillés à Châteaubriant par les Allemands.

Ceci en représailles de l'assassinat, le 20 octobre, du Feldkommandant Fritz Holtz à Nantes,  par un militant communiste, Gilbert Brustlein. Parmi les 48 prisonniers se trouve Guy Moquet.

  • le 22 octobre 1953 : la France accorde l'indépendance au Laos.

  • le 22 octobre 1978 : messe inaugurale du pontificat de Jean-Paul II.

La place Saint-Pierre à Rome est noire de monde : trois cent mille chrétiens, parmi lesquels 4.000 polonais, arrivés le matin même par charters de Poznan, Cracovie ou Varsovie, sont rassemblés sous le soleil d'automne pour assister à la messe d'inauguration du pontificat de Jean-Paul II. Parmi les officiels, Raymond Barre et le prince Rainier, aux premiers rangs. Comme le reste de la foule, ils attendent impatiemment la première homélie du nouveau souverain pontife: Karol Jozef Wojtyla, de son nom de baptême, sorti de l'anonymat international quelques jours plus tôt, lors de son élection inattendue comme pape de l'Eglise catholique romaine. Son premier discours reste dans les mémoires :

"N'ayez pas peur, annonce Jean-Paul II. Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ, à sa puissance salvatrice. Ouvrez, ouvrez les frontières des États, des systèmes politiques et économiques, ainsi que les immenses domaines de la culture, du développement et de la civilisation. N'ayez pas peur!"

Aux francophones il dit en français:

"Aux croyants de France et des pays de langue française, j'exprime toute mon affection et tout mon dévouement. Je me permets de compter sur votre soutien filial. Puissiez-vous progresser dans la foi. Et à ceux qui ne partagent pas cette foi, j'adresse aussi mon salut respectueux et cordial. J'espère que leurs sentiments de bienveillance faciliteront la mission spirituelle qui m'incombe, et qui n'est pas sans retentissement sur le bonheur et la paix du monde

  • le 22 octobre 1987 : décès de Lino Ventura à St-Cloud.

Lino Ventura meurt à l'âge de 68 ans. C'est un ancien lutteur professionnel, qui réussit dans le cinéma grâce à sa forte personnalité et à son visage taillé à la serpe qui lui permettent de jouer des rôles de durs et de gangsters. Il utilise une partie de sa fortune pour créer une association d'accueil des enfants handicapés « Perce-neige » qui compte aujourd'hui plus de 40 maisons d'accueil.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.