Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les petits pas de l'Ohio pour abroger le droit à l'avortement
« Le purgatoire : le mal, la mort, la souffrance et l’espérance »

Les fanatiques du gender passent à l'action criminelle

GL’incendie de la gendarmerie de Meylan a été revendiqué par un groupe de femmes en lutte contre le genre… Dans un communiqué, elles osent écrire :

"Nous avons ciblé les voitures privées des flics, au détriment des quelques sérigraphiées, parce qu’on avait envie de s’attaquer plutôt aux individus qui portent les uniformes qu’à leur fonction, plutôt à leurs biens personnels qu’à leurs outils de travail. Nous pensons que les rôles existent parce qu’il y a des personnes pour les remplir. Si derrière l’uniforme il y a un humain, c’est à lui que nous avons cherché à nuire.

Au lendemain de l'incendie, le procureur de la République avait souligné que « cet acte visait non pas les locaux et bureaux de la gendarmerie, mais bien les véhicules et les familles ».

Autre extrait du communiqué de ces taré.e.s :

"Nous ne voulons pas être définies par les particularités de nos corps mais bien par ce qui résulte de nos choix, nos éthiques et nos actes. Même si on aimerait détruire le genre, ça nous fait du bien de se retrouver aussi entre personnes qui partagent les même ressentis, qui vivent dans leur chair ce que signifie d’être assignées meufs, et qui ont la même envie de s’en défaire. Ensemble, on se prouve qu’on est capable de poser des actes sur nos idées, et qu’on a besoin de personne d’autre que nous même pour le faire. On prépare nos revanches pour toutes les fois ou l’on s’est découragées en se persuadant que l’on était pas capables, qu’on avait pas les compétences, pas la force, pas les moyens, pour désamorcer cette logique qui nous fait repousser à toujours plus tard le moment d’exprimer nos colères et nos désirs. Nous avons concrétisé cette envie de revanche en nous organisant pour attaquer la gendarmerie de Meylan."

Commentaires

Stephe

Lorsque l'on dit que tous les cinglées ne sont pas dans les asiles on est encore loin du compte!

Semper Fidelis

Les fous sont lâchés... Les folles, devrai-je dire, complètement inconscientes de leur acte criminel ! Un comportement qui justifierait une réaction immédiate de l'autorité, mais cela est une attitude qui est logique dans un état de droit civilisé ayant la tête sur les épaules et la volonté d'agir pour le bien commun...

C'est à dire tout le contraire de ce qui existe en France maintenant depuis quelques années ! quelques décennies même !

Mais je ne peux pas m'empêcher de me poser la question : qui est derrière ces groupes de personnes décervelées ? qui les "finance" ? qui donne "les ordres" ?

Je crois aussi que les hôpitaux psychiatriques ont de beaux jours devant eux en France...

Patricia

Les portes de l'enfer sont ouvertes... c'est bien plus que des dérangements psychiques, ici.
Je ne sais pas quoi dire d'autre.
Soyons vigilants et prions le Bon Dieu, une journée à la fois.
Je vous souhaite en dépit de toutes ces horreurs, une douce soirée.
N'oubliez pas :
- "Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elle donnent la Paix." G. Bernanos.

Ohlala

"nos colères et nos désirs" , le decervelage ou la bêtise !
Tant que les magistrats laisseront faire ces incivilités notre société cheminera vers la barbarie, plus rien n'est sacré !!!!

Feravec

On peut avoir quelques doutes sur cette revendication. Dans de telles conditions, disparaît-on "dans un éclat de rire" ?
Par ailleurs, cet acte se déroule trois ans jour pour jour après la mort de Rémi Fraisse à Sivens, suite au tir d'une grenade par un gendarme.
Cette revendication peut être opportuniste (donner un retentissement important à un communiqué très alambiqué) ou une façon d'égarer les recherches sur une autre piste.

C.B.

Ces braves dames pourraient expliciter qu'elles sont pour l'abolition de la loi française abolissant la peine de mort, non?

clovis

Elles utilisent une langue française aussi polluée que leurs idées biscornues et leurs gestes violents. On pourrait commencer par leur apprendre notre belle langue à l'hôpital psychiatrique.

c'est ici

Ne semble pas très vraisemblable.
Faux ?

Le Forez

Ce sont des criminelles, ces harpies ! Et elles ne connaissent pas l Amour du Christ , c est l ordo ab chaos. Leurs ancêtres ? Ces sorcières , les tricoteuses révolutionnaires . Bon sang de bois , où sont les hommes pour leur tenir la dragée haute ?

jpr

Les nazis aussi furent des fous laissés libres d'agir. On connaît la suite.

Exupéry

Rappelons nous que l'on prête à Françoise d'Eaubonne (Cofondatrice, en 1971, du Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) ces propos plus qu'agressifs:
- "Vous dites que la société doit intégrer les homosexuels, moi je dis que les homosexuels doivent désintégrer la société."
(Cité in Le rose et le noir de Frédéric Martel, p.25, Seuil, 1996)
En tout cas, ça "déconstruit" à ce niveau là, celui de la lâcheté et de la bassesse, de la stupidité !

DUPORT

Cela ressemble à ces coups montés dont nos dirigeants ont le secret...

jacky.a

"Les fanatiques du gender passent à l'action criminelle"

sous fausse bannière (anglicisme false flag)...
ces entrepreneurs du chaos...
veulent semer la terreur....
par des actions militaro-terroristes....
en chatouillant nos gens d'armes....
de la pointe de leurs lampes à pétrole.

Mais quel visage a ce mal hein!

Il me revient les histoires d'hier
celle de nos oncles et grands-pères...
certain disaient....
De Saigon...à Oran....
les premières cibles étaient nos gens d'armes...
les secondes...nos écoles....
les fumées de Satan....
ont l'odeur de la guerre civile bien souvent.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.