Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Plus de 200 crèches exposées à Melay (71)
Les Etats-Unis se retirent du Pacte mondial sur la migration

Qu'est-ce que le « printemps des droites » ?

Robert Ménard explique à Boulevard Voltaire :

Unknown-33"Qu’il nous faut faire preuve d’audace, d’imagination. Ne pas hésiter à être iconoclaste. Pas seulement à l’égard des idées, des propositions des autres, mais vis-à-vis de nos propres analyses, de nos propres propositions. Il ne doit pas y avoir de tabous. Un exemple : les vagues migratoires auxquelles doivent faire face notre pays et plus généralement toute l’Europe. Se contenter d’expliquer qu’il faut y mettre fin ou, du moins, les réduire de façon drastique n’est pas suffisant. Que faire de ces garçons et de ces filles de la deuxième, voire de la troisième génération, qui sont aujourd’hui des Français à part entière – pas forcément de cœur mais du moins de papiers – et qui sont bien moins intégrés que leurs parents ou leurs grands-parents ? Comme maire, je suis confronté à cette question tous les jours ou presque. Et de réponses, je n’en ai pas.

En finir avec le laxisme généralisé, vous répondra-t-on…

Un peu court ! Parce que cela va bien au-delà des seuls problèmes de délinquance. Une bonne partie de cette jeunesse issue de l’immigration, sensible à un islam plus rigoriste, plus identitaire, affiche des comportements qui sont vécus comme des affronts par le reste de la population. Et qui, bien souvent, le sont. Un problème d’éducation ? Bien sûr mais, encore une fois, pas seulement. Il y a chez certains un vrai rejet de notre mode de vie, de ce que nous sommes. Du coup s’installe dans nos villes une sorte d’apartheid ethnique. L’Office des HLM, dans ma ville, en est à ne pas mélanger Maghrébins et Turcs. À chacun sa cage d’escalier ! Cela ne peut pas durer. Et dans ce domaine encore, je ne sais que faire, j’avance à tâtons…

D’autres champs d’investigation pour ce laboratoire d’idées que vous appelez de vos vœux ?

Les médias, bien entendu. J’en suis convaincu, je le constate jour après jour, ils sont – dans leur grande majorité, et notamment les médias de « service public » – les principaux obstacles à une prise de conscience, les avocats quotidiens de l’ordre établi, les thuriféraires de cet « empire du bien » décrit – avec quel talent – par le regretté Philippe Muray. Ils terrorisent ceux qui seraient tentés de faire un pas dans notre direction. Ils excommunient tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils sont, comme le dit Michel Houellebecq, « les grands prêtres moralisateurs d’une époque sans religion, ni morale », l’ultime bastion d’un moralement correct qui fait l’impasse sur le réel au profit d’un discours idéologique. Sans eux, sans cette emprise qu’ils exercent encore, bien des digues, comme on dit, auraient sauté. Regardez le milieu intellectuel : on y discute, on y débat sans exclusive. Michel Onfray est interviewé par Alain de Benoist dans Éléments. Alain Finkielkraut prend la défense de Renaud Camus… [...]

Il n’y aura pas de Grand Soir électoral si nous ne faisons pas un travail à la base, via les communes. Il faut apprendre à diriger des collectivités, à maîtriser des dossiers toujours très complexes. On ne peut pas se contenter de slogans, de « y a qu’à », de « faut qu’on ». Quand François Ruffin explique, à propos de La France insoumise : « Je ne suis pas sûr que les gens nous donnent les clés du pays volontiers pour le gouverner », je ne suis pas loin de penser la même chose pour ce qui est de notre sensibilité politique. Et quand il ajoute : « Je ne nous sens pas prêts [à gouverner] », je partage également son analyse nous concernant…

Et maintenant ?

On relève les manches et on bosse. Le pouvoir ne nous tombera pas dans les mains comme un fruit mûr. Et puis, on arrête de manier l’exclusive, de condamner le moindre propos un tant soit peu dissident par rapport aux dogmes qui font loi dans notre partie de l’échiquier politique. Nous avons le droit de penser que l’Europe comme civilisation – à ne pas confondre avec les institutions bruxelloises et ses ronds-de-cuir – peut être un rempart contre l’américanisation de notre continent, de nos modes de vie. Même si cela ne colle pas avec le catéchisme en vigueur dans nos rangs… Pour tout vous dire, j’en ai ras le bol, de ces apprentis censeurs qui ne cessent de se plaindre d’être caricaturés par les « grands médias » et se comportent comme des gardes-chiourme de la pensée étiquetée « droite nationale ». Je n’ai pas envie de devoir choisir entre les idéologues de France Info et les maîtres penseurs d’un parti quel qu’il soit… [...]"

Commentaires

Saint-Georges

Problème:
Ménard cite Houellebecq...mais se garde de citer sa proposition fulgurante:
il faut que le CATHOLICISME redevienne RELIGION d'ETAT !
Et Houellebecq n'est pas à proprement parler un saint de vitrail!

A.F

Pas de tabou, sauf sur l'euro, sur l'Union Européenne, etc. etc.
=> énorme LOL.

C.B.

Où voyez-vous un "tabou sur l'Union Européenne" , s'il vous plaît "A.F | 4 déc 2017 11:29:25"; relisez cette phrase "Nous avons le droit de penser que l’Europe comme civilisation – à ne pas confondre avec les institutions bruxelloises et ses ronds-de-cuir – peut être un rempart contre l’américanisation de notre continent, de nos modes de vie." (dernier paragraphe: "Et maintenant")
Quant à se battre contre le moulin à vent "euro", il tombera de lui-même comme un fruit blet, il suffit d'attendre au lieu de dépenser de l'énergie plus utile ailleurs.

Philomène

Pourquoi R. Ménard ne serait-il pas le futur président que les patriotes de tous bords attendent?
Il en a le courage et la clarté, même si on peut ne pas être d'accord avec lui sur tout.
C'est un homme de consensus, sa femme, très courageuse elle aussi, est députée grâce au nom de son mari. Ce n'est pas un dictateur, il a le sens du dialogue, il est assez souple; ce n'est pas un homme de "parti-pris". Et si c'était lui qu'on attendait, sans le reconnaître pour le moment?

Mas Jean-Marie

Toujours avec Robert Ménard, je l'ai encore vu hier soir a l'inauguration de la crèche en mairie, son discours était recevable par tous. Depuis des années, il lutte pour le rassemblement des droites, avec "Oz ta droite", des journées de rencontres avaient été engagées, l'espoir été né: retrouvons nous sur les sujets qui nous rassemblent, et pour les autres, trouvons un consensus. Mais cessons de nous flageller. Bravo Robert ménard, et a Samedi pour la manif anti PMA devant la mairie.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.