Baisse de 50% des adoptions internationales depuis 5 ans
Comme pour l'avortement, les pro-euthanasie inventent de faux chiffres

Débat bioéthique à Montpellier : une assemblée hostile à la réforme

Lu sur Lengadoc.info :

"Mercredi 24 janvier, la faculté de médecine de Montpellier accueillait un débat public sur le thème : « GPA, ubérisation de la filiation : une évolution sociétale inéluctable ? ». Cette soirée était animée par « l’Espace régional de réflexion éthique », un collectif de professeurs et de médecins qui organise, en accord avec l’Université, des événements ouverts aux étudiants et au grand public. [...] Le débat a été introduit par Pascaline Rocher (responsable de l’association organisatrice) qui a donné la parole à deux gynécologues de renom, Israël Nisand et René Frydman, qui ont débattu sur le sujet de la gestation pour autrui (GPA).

Nisand s’est montré favorable à la GPA au nom de la souffrance des couples stériles dont certains connaissent des situations dramatiques. Il estime qu’une interdiction totale en France favorise le marché international des mères porteuses. Tout en dénonçant le libéralisme extrême de certains pays qui ont banalisé le marché de la GPA, il a plaidé pour un traitement « au cas par cas » via un comité d’experts. Rappelant l’épisode biblique de Sarah, Abraham et Agar M. Nisand a plaidé clairement pour une ouverture de la GPA en France.

Frydman a contredit son collègue et une certaine « vision bisounours » de la GPA. Il a souligné les nombreux problèmes induits pour les mères porteuses dont certaines ressortent traumatisées. M. Frydman a déploré l’absence d’étude sérieuse sur l’impact psychologique et physiologique de la GPA qui fait courir un risque important à des femmes, déjà fragiles économiquement. Il y a selon lui « exploitation du corps de la femme, une marchandisation, une violence ». Le gynécologue a indiqué humblement « nous ne sommes pas des dieux, nous ne pouvons pas rendre fertile tout le monde » invitant à fixer des limites claires à la médecine procréative. M. Frydman revendique un « principe philosophique permanent : ne développons pas une technique s’il y a un risque de nuisance, un risque délétère. Des situations scientifiques doivent être interdites lorsqu’elles sont dangereuses, comme le clonage. Il faut une barrière éthique ».

Un public politiquement incorrect, des prises de parole très politiques

Au sein d’une assemblée de 250 personnes, en majorité hostiles à la GPA, un responsable de La Manif Pour Tous (LMPT) a, comme à son habitude, tenté de recentrer le débat sur les enfants: « Messieurs, je ne vous ai pas entendu parler des enfants : y a-t-il des études pour mesurer les conséquences sur les enfants ? […] En tant que père et grand-père, je m’impose de penser d’abord aux enfants, qui ne sont pas un « droit » mais dont on doit défendre les droits ». Étaient présents également des militants d’Alliance Vita, de Vigi Gender et du CPDH (Comité protestant évangélique pour la dignité humaine).

ZUfxVOeC_400x400C’est Gilles Ardinat, élu d’opposition au Conseil régional Occitanie, qui a rappelé à l’assemblée le programme du Front National (opposition à la Loi Taubira, à la PMA et la GPA) en interpellant les deux gynécologues: « Au moment du PACS, on a promis aux Français « jamais de mariage ni d’adoption » ; au moment de la Loi Taubira, on leur a garanti « jamais de PMA et de GPA » ; aujourd’hui M. Macron et Mme Schiappa se préparent à imposer la PMA sans père mais « sans GPA ». Jusqu’où ira cette fuite en avant, sachant que la science offre de plus en plus de possibilités inquiétantes ? […] En tant qu’élu FN je pense que l’État doit fixer des limites : des frontières géographiques mais aussi des limites philosophiques au service du bien commun et de l’intérêt supérieur de la nation ».

Nisand a répondu à Gilles Ardinat : « Cher monsieur, nous sommes engagés dans un TGV [de découvertes scientifiques] à 300 km/h et personne ne pilote. L’angoisse qui vous étreint, je la partage ».

Les activistes LGBTI ont, quant à eux, brillé par leur absence : aucun responsable connu, aucune prise de parole. Cette absence est d’autant plus remarquable sur Montpellier où ce lobby est particulièrement virulent."

Le programme des débats à travers la France est accessible ici.

Commentaires

Cril17

Merci pour cette très précieuse information qui permet de rappeler qu'il n'appartient pas à l’Etat de fixer de quelconques limites philosophiques au service du bien commun et de l’intérêt supérieur de la nation !
C'est peut-être là que se trouve l'abîme qui sépare la galaxie républicaine et la galaxie royaliste, pour qui ce sont les Lois Fondamentales du Royaume de France, établies jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc qui seules fixent les limites philosophiques nécessaires au respect des lois naturelles, aujourd'hui transgressées avec les terribles conséquences qu'on a d'ores et déjà sous les yeux ..
Et pour freiner le TGV qui entraîne la France vers l'abîme, il est urgent de l'aiguiller vers une voie totalement ensablée, susceptible de l'arrêter un jour ou l'autre et d'où il sera possible de descendre, une fois qu'il aura été stoppé ...
Mais ceci est une autre histoire, selon une formule célèbre ...
Voir " Vous avez dit Grain de sable ? " sur http://cril17.eu/ .../...

AFumey

Voilà une synthèse extrêmement utile.
Sachant qu'on peut craindre une loi déjà écrite, justifiée lors de sa présentation par le nombre de "débats", nous aurons alors besoin de rappeler que justement, ces débats ont fait ressortir avec acuité l'opposition des Français.

HAL

D'accord avec AFumey sur la "loi déjà écrite", au moins dans l'intention d'avancer vers l'industrialisation de la reproduction humaine et la maîtrise de la durée de vie sur des critères d'utilité socio-économique, en dehors de tout critère anthropologique ou moral.

L'absence de prises de position LGBT montre que ces lobbies ont probablement un train d'avance : ces débats, factices, permettent aux opposants de s'exprimer, et d'avoir l'impression d'avoir été écoutés.
Ils suivent les consignes de Marlène Schiappa :
(voir l'article sur Le Parisien du 17 janvier 2018: http://www.leparisien.fr/societe/bioethique-le-gouvernement-veut-calmer-la-manif-pour-tous-17-01-2018-7506822.php)

"La secrétaire d’Etat chargé l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, multiplie ainsi les rencontres avec les associations LGBT pour les inciter à ne pas mettre d’huile sur le feu : « Laisser la Manif pour Tous s’énerver toute seule, ne débattez pas avec Ludovine de la Rochère (NDLR : la figure de proue des anti mariage gay) », leur a-t-elle glissé. Leur conseillant même carrément « d’être cool, calme, d’aller sur le terrain, avec des fleurs, de l’amour, des bons sentiments… Une jolie photo d’un couple de femmes avec un bébé Cadum habillé en Petit Bateau, ce serait une super pub »."


Il faudra aller bien plus loin que la pétition sur la mariage pour tout au CESE, en tirant les leçons de toutes nos naïvetés face aux entourloupes, et livrer bataille sur la ZAD : notre Zone A Défendre, c'est la personne humaine !

Irishman

C'est pas grave l'absence des LGBT ! On les entend et on les voit assez comme ça dans les merdias, inutile d'en rajouter...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.