C’est compliqué pour les femmes à Trappes...
Marianne Durano : «PMA-GPA : le business plan est prêt»

La Marche pour la Vie s’adresse à deux interlocuteurs

Extrait d'un article de L'Incorrect sur La Marche pour la vie :

6a00d83451619c69e201bb09eaf63d970d-800wi"[...] La Marche pour la Vie se professionnalise de manière spectaculaire. Sagement mise entre parenthèses pendant les Manifs Pour Tous, elle bénéficie de cette expérience pour organiser méticuleusement son événement annuel. Emile Duport est le principal acteur de cette évolution. Désormais, slogans, pancartes, musiques, etc. sont pensés pour être les plus cohérents. Au service d’un message clair et fort. L’équilibre entre l’humour potache et la provocation destinée à faire réagir et créer un débat, est difficile à maîtriser mais est particulièrement bien tenu. Cette année le message pourrait avoir tendance à s’éparpiller (avortement, PMA, GPA, euthanasie, etc.) ; il est donc important de trouver une convergence à ces luttes. C’est dans un même esprit de respect de la vie au sens large que la trame est trouvée et l’accent est mis.

La Marche pour la Vie est plus qu’un simple événement. Elle s’adresse à deux interlocuteurs. Le premier est le corps électoral au sens large. Le but est de faire acte de présence physiquement dans la rue pour légitimer une place dans le débat public. Il s’agit de bénéficier d’une couverture médiatique l’espace d’une journée et de maximiser son impact.

Le second interlocuteur est le manifestant en lui-même. Lui faire prendre pleinement conscience des enjeux du moment et l’inviter à s’investir dans les Etats-généraux de la bioéthique. Ce dernier point est absolument stratégique. En matière législative, un groupe numériquement faible mais déterminé et formé peut aisément prendre le contrôle du débat. Réussir à canaliser l’énergie de manifestants vers les débats publics et leur faire prendre conscience de leur force. Les organisateurs exhortent les manifestants à assumer le statut de « minorité créative » théorisé par Benoît XVI et à agir en conséquence.

Dans cet esprit, l’absence de personnalités à l’exception d’une délégation PCD et deux évêques courageux est perçue par les organisateurs comme une preuve que le débat sur la question de la vie est interdit publiquement. Mis en valeur, cet aspect de la question renforce la détermination des marcheurs. Cependant cette absence provoque chez les organisateurs une amertume palpable, lorsque qu’ils portent un regard sur la March for Life à Washington cette année qui a rassemblé plusieurs centaines d’évêques et hommes politiques, Trump en tête. C’est l’une des pistes d’amélioration pour l’an prochain : internationaliser le débat et s’appuyer sur des pays en phase de réussir ce combat (à noter toutefois, la présence d’une délégation polonaise emmenée par Marek Jurek, ancien président de la Diète polonaise). La présence d’américains devrait venir court-circuiter les politiques français et leur mettre la pression. A terme, une alliance internationale pourrait proposer un agenda de la vie à l’ONU."

Commentaires

gaudete

eh oui on aurait aimé plus que deux évêques , bravo à ceux qui sont venus, avaient-ils peur de la pluie ou de leurs confrères des loges, ou du qu'en dira-t-on? Si le sel s'affadit avec quoi le salera-t-on? Ils sont les bergers du troupeau, qu'attendent-ils pour passer devant?

HR

"courageux" : n'exagérons pas trop...

Disons plutôt deux évêques normaux.

Sinon je suis toujours dubitatif sur la zik de djeuns à donf, et les écrans géants.

Quelques slogans à parfaire, les expressions comme "mon corps" sont à bannir car c'est le langage même de la culture de mort, séparant le corps de l'âme.

HAËNTJENS

Vous semblez oublier le soutien inconditionnel, pour votre mouvement, de Monsieur Bruno Gollnisch, député européen du Front National.
Le Front National à toujours été opposé au Mariage pour tous (l'abrogation immédiate de la loi Taubira était dans le programme de M.Le Pen.), contre GPA et PMA, contre également l'euthanasie ! En ce qui concerne l'avortement (plus de 600 assassinats par jour en France), la position claire sera adoptée après le Congrès des 10 et 11 mars à Lille.
L'avortement est un crime. La République a été bâtie par et sur du sang. L'idéal serait de laisser celles qui veulent avorter le faire, MAIS : sans le remboursement par la SS.
Ne pas obliger le corps médical à pratiquer cet acte de mort. Et développer les centres d'accueil pour les femmes enceintes.
Nombreux étaient les militants et sympathisants du FN à la Marche pour la Vie.
Mouvement que je soutiens totalement. Sainte Jeanne d'Arc était seule contre tous, pourtant elle a réussi sa mission. Bravo aux défenseurs de la VIE

clovis

@HR Mgr Aillet et Mgr Lebrun sont des évêques à la fois courageux et normaux.

C.B.

Pas d'accord avec vous "HR | 25 jan 2018 09:48:32".
Détourner le slogan de la culture de mort "c'est mon corps, c'est mon choix" en "mon corps n'est pas ton choix", c'est justement
-attirer le regard sur l'égoïsme de celui qui pense "mon corps" sans du tout penser qu'un autre, le futur bébé, est également en droit d'affirmer "moi aussi j'ai un corps"
-souligner que le choix de l'un ne peut pas se faire au détriment du respect de l'autre.

Aurélien D'Haussy

Il y a donc 2 évêques catholiques en France (bon allez on peut compter aussi ceux qui l'ont encouragé).

HR

@C.B.

Il faudrait plutôt un truc du style:

"Je ne suis pas ton choix"
"Ma vie n'est pas ton choix"
"Maman je suis en toi, mais je ne suis pas toi"
...

Je ne possède pas un corps, je suis un corps. Et c'est Dieu qui le possède, puisque je Lui appartiens.
Alors bien sûr on peut employer l'expression "mon corps" dans une discussion privée, pour désigner en fait ma personne sous son aspect matériel. Mais pas sur un slogan où par définition chaque mot doit être pesé, et surtout qui défend des valeurs diamétralement opposées à cette séparation entre la personne et "son" corps !

Et "IVG", "Les Droits de l'Homme", ... tout ça aussi c'est le langage de la culture de mort.

Après c'est toujours facile de critiquer, et organiser une manif n'est pas simple. Il faut voir plutôt ça comme une "opportunité d'amélioration" comme on dit au boulot...

HR

@clovis

Oui ils ont été, sont et seront sûrement courageux dans de multiples occasions.

Mais la participation à cette marche n'est pas une preuve de courage.

Certes il fallait se déplacer, il pleuvait (un peu) et il faisait froid (un peu) mais bon...

moult

C'est un combat contre le diable qui est un être spirituel.
Prenons des armes spirituelles afin que le combat soit égal . Vous ne le mettrez pas en fuite avec vos slogans, vos musiques...
ridicule ! ...
Les organisateurs le savent ,
A se demander si, de connivence avec les hommes du mal ,leur but n ' est pas de canaliser la colère populaire ?
On s ' est bien fait avoir avec les manifs pour tous , on recommence !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.