Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le Grand-Orient de France contre les islamo-gauchistes
27 janvier : portes ouvertes de l'école Tarcisius et du collège de la Trinité (91)

Que la France soit chrétienne ne dépend pas de la conduite à géométrie variable de son peuple

Dans son dernier livre recensé par Denis Sureau, Patrice de Plunkett écrit :

« Rien ne sert de dire que ''la France est chrétienne'' quand les Français ne le sont pas. »

Faut-il que les Français soient chrétiens pour pouvoir dire que la France est chrétienne ? Et à partir de combien de Français pourrait-on dire que la France est chrétienne ? 50%+1 ? Comme pour le suffrage universel... ? A 100%, sinon elle ne serait pas totalement chrétienne ?

Non, la France est intrinsèquement chrétienne et l'apostasie de la Fille aînée de l'Eglise n'y change rien. Une France qui ne serait pas chrétienne ne serait plus la France. Le pape Pie XII résumait cela ainsi : « Si le Christ ne règne pas par les bienfaits de sa présence, Il règne encore par les méfaits qu’entraîne son absence ! »."

Dans L'Homme Nouveau, l'abbé Bonnet répond une question similaire :

"Peut-on encore dire que la France est la Fille aînée de l’Église ?"

Une-1655Extrait de la réponse :

"Je comprends d’autant mieux la pertinence de cette question, que je me la suis posée, bien avant de conclure qu’il était capital de remettre à l’honneur cette expression. Mes amis de l’époque la trouvaient tout à fait injustifiée, car la conduite de la Fille en question, c’est le moins que l’on puisse dire, ne semblait pas très catholique ! Et cela se passait avant mai 68 ! Jeune père de famille, méditant sur l’origine de l’expression, je me disais : « Même si ma fille faisait les quatre cents coups, ce serait toujours ma fille ! ». Mais comparaison n’est pas raison, et je sentais bien que ma réflexion était un peu courte ! Ce qui m’a mis sur la voie d’une réponse un peu plus construite, c’est le fait de constater que cette expression, devenue incompréhensible à la majorité de mes compatriotes, quand d’aventure ils l’avaient entendue, continuait à être régulièrement utilisée par les papes successifs. Or, lesdits souverains pontifes savaient très bien que la Fille aînée en question se prostituait, pour reprendre la formule biblique, avec toutes les idéologies les plus irréligieuses, les plus païennes, les plus amorales. Et malgré cela, ils s’obstinaient non seulement à lui garder ce nom prestigieux, mais encore à affirmer que ce rôle de Fille aînée était et resterait toujours le sien. Eh oui, malgré les turpitudes de la Fille en question !

Dès lors, il devenait clair au jeune homme que j’étais à l’époque, que ce titre n’avait pas été attribué à notre Patrie en raison de sa conduite (à géométrie variable !), mais en raison d’une vocation ce qui me semblait assez mystérieux ! [...]"

Commentaires

EROUANI

Patrice de Plunkett est un auteur au parcours sinueux.
Aujourd'hui il semble un inconditionnel du pape François.
Après avoir été un militant d'une droite anticatholique je le pense à ranger parmi les "catholiques progressistes" penchant à gauche.
Je ne le suis pas dans sa négation de la France catholique, qui confine à la caricature.

clemsius

Dieu ne se renie pas, Lui! Nous avons comme régente la reine de l'univers, couronnée de gloire. Le meilleur médecin de l'âme. J'attends le moment où le maître de maison sortira accueillir le retour de la fille prodigue pour lui dire: "va et ne pêche plus!"

Aurélien D'Haussy

@Erouani : tout dépend de ce que l'on appelle France.

Effectivement la vocation de la France est d'être le phare du catholicisme mais actuellement environ 99% de ses habitants sont des païens.

Ohlala

Tant que nos cathédrales seront visibles elle sera chrétienne., Le peuple de France est celui qui les a édifiés, la révolution tente depuis 200 de nous affirmer le contraire mais devant la mort les français se souviennent qu'ils sont chretiens

Ohlala

Le peuple de France est celui qui a construit nos cathédrales, nous sommes une lignée !
La révolution tente de nous convaincre du contraire mais devant la mort les français se souviennent qu'ils sont chretiens !
Nous pouvons juger les actes mais seul Dieu juge les cœurs !
Ceux qui les trompent en seront punis

Chantal de Thoury

Le problème est que la vocation de la France étant dans l'exemple qu'elle doit donner à ses autres nations soeurs Elle les entraîne aussi vers le mal depuis la Révolution......jusqu'à ce que Jésus dans Son Sacré Coeur y mette un arrêt.
Pour cela il nous faut être les coopérateurs du Christ Roi.

c'est ici


Il n'y a pas dans les évangiles, ni dans l'ensemble du Nouveau Testament, de sacralisation de la nation ; ce qui est important n'est pas que la France soit chrétienne ni qu'elle soit la fille aînée de l’Église, mais plutôt que le plus possible de français de souche (en majorité "païens") et d'immigrés puissent devenir chrétiens.

Catholique & Français

Merci beaucoup pour cette argumentation claire, pertinente et absolument convaincante !

oxygène

La France, fille aînée de l'Eglise, est en fin de période d'adolescence (oui, presque 230 ans, c'est long à l'échelle de l'homme, pas à celle de Dieu). Notre pays finira bien par arriver à maturité parce que ce n'est pas un hasard si Dieu a choisi la France.

Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARDl

Bonjour,
Bien sûr que la France est la fille aînée de l’Église. Cela n'empêche que ce soit une "prostituée" et que, comme toute prostituée, elle recevra la punition dans sa chaire.
De plus c'est une apostate à la Parole de DIEU.
Environ 80 pour 100 des Français ont été baptisés, mais il faut savoir que nous ne sommes plus que de 3 à 4 pourcent de pratiquants réguliers et encore ? Combien vont chaque jour communier au sacrifice de Notre Seigneur JESUS-CHRIST ?
Que DIEU qui est Père, Fils et SAINT-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !
Gloire à la SAINTE TRINITE !
Merci!
JFL

patphil

il est certain que les zélites catholiques aident beaucoup à la déchristianisation

San Juan

J'espère que cet abbé Bonnet a raison, que le marquis de la Franquerie avait raison et que Plunkett a tort. Car, si c'est Plunkett qui a raison, alors nous sommes foutus. Devant l'épreuve, le doute, le désespoir qu'entraine pour nous la trahison de cette fausse élite pharisaïque corrompue et imbécile, accrochons-nous à ce petit adage qui vient du fin fond des millénaires de la vieille France catholique : Regnum Galliae, Regnum Mariae, quod nunquam peribit, le royaume de France est le royaume de Marie, il ne périra jamais. Accrochons nous, convertissons-nous, retrouvons la foi de nos ancêtres, mettons-nous sous la protection de ND comme jadis et Dieu fera le reste.

free

Le hic est : où est la France dans les discours ? La grande majorité des politiques (droite et gauche confondues) ne savent pas dire autre chose que "la république". Et tant qu'au sport, l'équipe de France ? Non ce sont les "bleus" (dénomination qui m'irrite profondément).

Oh!

l'assertion en tout ou rien de monsieur de plunkett est une pomme de discorde jetée pour une nouvelle guerre de Troie.

un pays n'est pas une nation, et il n'existe pas sans ses peuples, pour parler comme Louis XIV. Et ces peuples ont une histoire et là dessus, tout là dessus, par dessus tout le reste joue la Grâce surnaturelle, ou pas.

lorsqu'on parle de français à présent de quoi parle-t-on ? de gens qui trouvent leurs moeurs dans leur histoire et dans la vie surnaturelle ou en visionnant des "séries", "l'éclate" du samedi soir et répétant le dressage de l'éduc'nat' ?

Ce qui fait un peuple c'est la Loi qu'il reçoit de Dieu. Alors où est la France ?

il ne suffit pas de rêver de montjoie à saint denis ou de croire que la révolution française était l'apothéose de la félicité pour être français, car à présent personne n'est capable ou presque de passer sa vie à bâtir une cathédrale, à peupler les chartreuses, élever une famille équilibrée ou de gouverner et lever une croisade pour délivrer les lieux saints.

ne pas poser la question des techniques de manipulation, de la psychologie et de l'ingénierie sociale pour domestiquer non un peuple que l'on a subjugué, mais une masse de gens, est dans ce dilemme la preuve de la légèreté avec laquelle la question est posée.

légèreté qui en dit long précisément sur l'agitation stérile que ce "débat" va suscité chez ceux qui auraient pu faire autre chose que d'en rester au "mytho", et autres mémoires virtuelles "d'anciens combattants".

la France n'est ni une divinité, ni un tout substantiel, elle est une société passablement christianisée ou elle n'est pas et une société n'est réellement telle que si elle propose autrechose que l'individualisme grégaire, la consomation à outrance et la loi du plus fort comme "mystique".

en réalité on rêve d'un ordre politique qui n'existe plus, et l'on s'étonne entre deux ivresses que la république, qui n'est qu'un régime politique et qui se présente comme une divinité nourricière et créatrice, est et n'est pas exactement cette France, cette société dont on a besoin.

alors qui est français ? celui qui connaît Bossuet ou pourrait le connaître et l'aimer de suite, s'il venait à le connaître, celui qui n'a rien à faire des droits de l'homme sans la primauté du Dieu de Jésus-Christ, celui qui ne fait pas de son frère une bête de somme. Celui qui se sait héritier d'un héritage qui n'est ni son Dieu, ni l'apanage d'une bourgeoisie.

Il faut que les gens qui sont en France arrêtent de rêver leur vie, même en lisant des historiens vulgarisateurs, il faut qu'ils soient les membres d'une réelle société aux moeurs catholiques, aux institutions catholiques, aux corps intermédiaires catholiques.

alors les cathédrales ne seront plus des musées pour touristes incultes et athées, mais à nouveau des temples, alors la GPA ne sera plus une question d'agenda dans un bourrage de crâne "démocratique", mais une ineptie tenue par des affreux sans envergure.

alors ce sera la candeur et le courage, qui alliés à la prudence dirigeront les pas des gens, au lieu de cette méfiance, de cette défiance qui transforme même les églises en repaires de médiocres, et petit-chefs sans talents.

la France n'est pas une abstraction platonicienne qui n'a rien à voir avec les gens qui la peuple, parce que la France est d'abord physique, elle est géographique, il faut vendre moins de papiers, distribuer bien peu de papiers, et enfin sortir de la carte pour voir et vivre à 360° dans le réel territoire.

pour aimer la France, il ne faut pas aimer "la France", il faut le prouver, et ne plus toiser de haut celui qui n'est pas du bon milieu de bourgeoisie, qui est déguenillé par rapport aux critères de storylling et de management que des anglosaxons de synthèse, nous ont mit dans la tête.

au fond la France n'a qu'une sorte d'ennemi, qui sont tout à la fois, ceux qui la prennent pour la divinité et qui veulent s'affirmer en même temps sans dieu ni maître. ce sont ceux qui prenne l'argent pour la vie, et qui mettent à l'encan tout ce qui est négociable, pourvu que vienne le "bénéfice".

la France est morte de la bourgeoisie, qui n'a pas su tenir son rang de servante de bien commun et qui se croient devenue noble par l'intrigue et par l'usure. La France sera de nouveau chrétienne, sera de nouveau la France le jour où le sacré et le surnaturel ne seront plus entre les mains des marchands.

professeur Tournesol

"La France est chrétienne, la Birmanie est bouddhiste, le Maroc est musulman" : ce sont des facilités de langage mais la foi est d'abord une question individuelle, ce sont les personnes qui sont chrétiennes, ou non, pas les nations. La France n'existe qu'à travers ses habitants, or si ses habitants ne sont plus guère chrétiens, la France ne l'est plus non plus. En 1943 paraissait le livre "France pays de mission", en 2018 cette expression est encore plus adaptée. C'est bien gentil de répéter en boucle "La France est chrétienne" mais ça relève de la méthode Coué : les séminaires ferment, beaucoup d'églises ne servent que tous les 36 du mois, les congrégations sont moribondes, la moyenne d'âge du clergé et des fidèles est très élevée ; beaucoup de nos compatriotes sont athées ou "indifférents en matière de religion", certains se prétendent chrétiens, reste de leur éducation, mais ne croient plus en grand chose, tandis que beaucoup de Français issus de l'immigration sont musulmans ou bouddhistes. On pourrait aussi dire "l'Algérie est chrétienne" au motif qu'elle le fut jusque au VIIème siècle.
"La France est intrinsèquement chrétienne" : ça veut dire quoi ? on pourrait aussi dire "la France est intrinsèquement un royaume" bien qu'elle soit de facto une république. Une nation est un objet historique, qui évolue dans le temps, la France fut très majoritairement chrétienne pendant des siècles, mais ce n'est plus le cas, la France ETAIT chrétienne. Par ailleurs sommes-nous chrétiens parce que nous croyons dans le Christ, ou sommes-nous chrétiens parce que Français, comme nous serions hindouistes, musulmans ou bouddhiste selon notre appartenance nationale ? Il ne faut pas s'étonner que des personnes mêlant nationalisme et religion persécutent les chrétiens en Birmanie ou en Inde sous prétexte que le christianisme n'est pas la religion locale, si nous mêmes confondons foi et identité nationale.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.