Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le fait religieux est en Russie indissociable de l'identité nationale
Terres de Mission : Des religieux pour la conversion des musulmans

Il y a vingt ans, le 20 mars 1998, la droite décidait d'abandonner la France à la gauche

En ce 20 mars 2018, LyonMag revient sur l’élection de Charles Millon le 20 mars 1998 avec les voix des élus régionaux du FN, évènement qui entraîna sa suspension immédiate de l'UDF et ferma définitivement toute possibilité d'une union intelligente des droites. Jacques Chirac et les leaders de l'époque, dont Alain Juppé, portent une responsabilité écrasante dans cette capitulation face au terrorisme intellectuel de la gauche et de la bien-pensance (voir vidéo) :

"Mars 1998, la France est dirigée depuis près de trois ans par Jacques Chirac. Charles Millon, lui, est à la tête du conseil régional de Rhône-Alpes depuis 1988 et vient de quitter son poste de ministre de la Défense. Il se présente à sa propre succession en 1998. Son principal opposant se nomme Jean-Jack Queyranne, élu du Parti Socialiste (PS) et secrétaire d'État à l'Outre-mer. C’est donc un duel droite-gauche en bonne et due forme (...) En Rhône-Alpes, le résultat du scrutin offre une égalité parfaite entre les partis de centre-droit et de gauche : 60 sièges chacun. Le Front National, dont Bruno Gollnisch est le secrétaire général, obtient 35 sièges (...)

Alors membre du conseil régional sous l’étiquette de la gauche plurielle, Thierry Braillard se souvient d’une tendance de certains membres de l’alliance RPR-UDF à faire tomber la barrière idéologique avec le parti alors dirigé par Jean-Marie Le Pen"Il y avait déjà un fort courant à droite qui était d’accord pour travailler avec le Front National", estime l’ancien secrétaire d’Etat aux Sports. C'est à ce moment là que le tournant de l'élection a lieu. Le mercredi 18 mars, deux jours avant le scrutin, Bruno Gollnisch, représentant le Front National, se déplace à Lyon depuis Paris à la demande de Charles Millon pour le rencontrer (...)

Le vendredi 20 mars, c'est le grand jour à l'Hôtel de Région de Charbonnières-les-Bains. À l'issue de cette journée, Charles Millon est définitivement élu président de la région Rhône-Alpes (...) À l'issue du premier tour, les deux hommes sont à égalité avec 61 suffrages. Bruno Gollnisch obtient lui ses 35 voix du parti FN, son parti fera office de juge-arbitre dans cette élection. Alors que les trois candidats sont encore en lice pour le second tour, Bruno Gollnisch prend alors la parole en pleine séance pour souligner les similitudes entre son programme et celui de Charles Millon. Il invite ensuite tous ses élus à le suivre et à voter en faveur du président sortant. Il n'y a alors plus aucun suspense et Charles Millon se dirige vers un nouveau mandat en tant que président du conseil régional de Rhône-Alpes (...°

Le Président de la République, Jacques Chirac, est lui averti de l'alliance en cours entre le FN et les membres de droite. Il appelle son ancien ministre de la Défense et lui indique qu'il est en train de faire "une connerie" (...) Les réactions à cette élection ne se font pas attendre : "L'acceptation des voix du Front national est une faute politique grave", fait part Raymond Barre. Jean-Jack Queyranne indique lui que la droite est "l'otage du FN". A Belley où Charles Millon est maire, plusieurs habitants manifestent pour obtenir sa démission (...) Or l’UDF, craignant les conséquences d’une alliance perçue comme dangereuse, décide de séparer de Charles Millon (...)"

En 1998, après deux septennats de François Mitterrand, pourtant chaotiques avec ces deux cohabitations, la gauche avait réussi à terroriser la droite parlementaire par la manipulation des esprits, par la maîtrise des médias et du monde culturel et par la grande imposture de l'antiracisme, si bien dénoncé aujourd'hui par Eric Zemmour. La droite de l'époque n'a pas su être courageuse et placer l'intérêt de la France au-dessus des egos et carrières individuelles. Plus elle attend, plus la gauche enfonce son empreinte intellectuelle et plus l'union des droites s'éloigne alors que les électeurs LR et FN n'attendent que ça !.

En 2018, la droite ne s'est toujours pas relevée de cette faiblesse...

Commentaires

56

Dans le même temps, Jacques Blanc était élu lui aussi Psdt du CR Languedoc Roussillon avec les voix du FN, tout comme Charles Baur au CR de Picardie. Les 3 furent écartés de l'UDF (et bannis par le RPR). Ces trois Conseils régionaux furent perdus par la droite dès l'élection suivante ...

estebe

c'est beau la liberté d'expression de la gauche ; tout pour eux, rien pour les autres ;
totalitarisme quand tu nous tiens.

fascisme rouge. nul

Cosaque


Merci de nous rappeler cette triste lâcheté.
Lyonnais d'origine, cette trahison m'est tjrs resté en travers de la gorge.

Honneur à Charles Millon.

Exupéry

Précisons: la "fausse droite".
N'oublions pas que le jeune Chirac vendait l'Humanité ; erreur de jeunesse ou tropisme irréductible ? Toujours est-il qu'en 1997, au repas du CRIF, il déclarait : "Il faut rendre au Parti Communiste le rôle qui lui revient normalement en France"!
En 1995, quelques jours après la promulgation de l’encyclique Evangelium Vitæ, il déclarait : "Non à une loi morale qui primerait la loi civile", et qu'enfin, il reçu, le 23.06.2003, les huiles de diverses "obédiences" maçonniques! (je ne sais plus si c'est à cette occasion qu'il déclara "Je vomis Rome (c-à-d. la papauté). Et c'est cette même année qu'il proféra cette débile insanité : " Les racines de l'Europe sont autant musulmanes que chrétiennes."

C.B.

Quelqu'un a-t-il le nom d'un socialiste qui aurait été suspendu de son parti pour avoir été élu avec les voix communistes?

Jipeo

En 1995, Charles Millon comme ministre de la Défense avait vendu 780 "serfs" à son camarade Monory en faisant transférer le RICM de Vannes à Poitiers contre tout bon sens y compris les conclusions négatives sur tous les points d'une commission parlementaire sur le sujet.

Malgré tous les dégâts causés par la bêtise obstinée d'un faux homme de droite qu'était Chirac, je n'irai pas pleurer la mort politique de Millon.

Libera

J'ai souvent entendu dire que Jacques Chirac avait fait "carrière" à droite car il n'y avait pas place pour lui à gauche. Mais de coeur il était socialiste. Ce qui explique pourquoi il n'a pas pu sortir la France de l'ornière. Finalement à la fin de son mandat présidentiel il ne s'en cachait plus. Un fieffé menteur : n'allait-il pas à la messe pour se faire voir et pour faire croire à des sentiments chrétiens.

Irishman

Pas de drapeau en berne lorsqu'on nous annoncera la mort de Chirac ! Je refuse de participer aux pleurnicheries obligatoires !

Chirac n'est pas autre chose qu'un vieux rad'soc à la sauce IVe... Né 10 ans plus tard, il aurait fait carrière au PS...

Letalle

La faute politique grave...c’est de faire perdre la gauche. Tout le reste, c’est du théâtre, comme l’a dit Lionel Jospin sur France Culture.

Etienne

Ils sont vraiment à plaindre quand on pense qu'ils risquent de porter le poids de leurs décisions pour l'éternité. A moins que soudain ils choisissent de suivre Celui qui est Le chemin, La vérité et La vie.

BOUHIER

On s'en fiche que la "droite" ne se soit pas relevé de cette "faiblesse"!
Ce qui est grave c'est que ce soit la France qui ne s'en relève pas! Voir la profanation de la basilique de St Denis....

vatreloin

Chirac et Juppé n'ont jamais été à droite, Chirac trouve son idéologie au PC qu'il fréquentait dans sa jeunesse, quant à Juppé, c'est un maquereau pas franc du tout. Ce n'est pas la droite, c'est le cloaque !

andré le gueux

et les électeurs LR et FN n'attendent pas "que ça". (ni moi, ni personne autour de moi) On ne souhaite pas une alliance des droites, entre partis LR et FN, surtout s'ils sont incohérents doctrinalement, (donc ce qui ne sera pas la solution pour relever la France), on souhaite le redressement de LA droite, la vraie. Et cela ne passera pas par une alliance FN-LR, on le sait tous.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.