341 bébés sauvés de l'avortement
Le FN perd un conseiller régional

"Légal ou illégal, l’avortement tue"

Argentine_avortementC’est ce qu’on pouvait lire le 7 mars sur les banderoles de la manifestation organisée à Buenos Aires (Argentine) au moment où le Parlement s’apprête à se prononcer sur un projet de loi visant à légaliser l’avortement dans le pays.

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont manifesté leur opposition au projet de loi, rassemblées sous le slogan : « Oui à la vie ».

« C'est un débat qui ne devrait pas avoir lieu, car il s'agit de faire le choix entre la vie et la mort ».

Sur certaines banderoles on pouvait lire « Légal ou illégal, l'avortement tue ».

En Argentine, l'avortement n'est autorisé que dans des circonstances particulières, comme en cas de viol ou de risque grave pour la santé de la mère - ce qui reste un mal car il n'est jamais permis de tuer directement l'innocent.

La proposition de loi devrait commencer à être débattue le 20 mars en commission, puis environ deux mois plus tard dans l’hémicycle, où les positions des 257 députés restent très incertaines. Selon les analystes, le Sénat est encore plus réticent à légiférer sur le sujet.

Commentaires

L.C.J.

L'avortement tue l'enfant et blesse définitivement la mère.
Mais si l'avortement est pour la mère une souffrance physique passagère suivie d'une longue souffrance morale, l'avorteur portera, lui aussi, le poids de son acte jusque dans la tombe.
Il est donc indispensable, juste et légitime de laisser chaque médecin prendre seul et lui-même, en son âme et conscience, les décisions qu'il jugera les plus constructives pour chacun des patients qui se confient à lui. La liberté du médecin est la condition de la liberté des patients.

Harvey

Cessons d'être lâches, de mentir et de nous mentir par couardise, intérêt ou complaisance. L'avortement est un meurtre, et doit être reconnu comme tel. C'est l'arrêt volontaire et délibéré d'une vie humaine à ses débuts. Une vie que l'on juge gênante ou indigne. Qui suis-je pour juger ?

Nostradamus

Relire sur généthique.org de Thibaut Collin :
« Eloge de la culpabilité »
http://www.genethique.org/fr/eloge-de-la-culpabilite-63135.html#.Wqj8AuYiFrT

Andrée

Dans la nature, l'avortement ne se constate pas. Donc pour le Droit naturel, il n'en est pas question. Un véritable écolo n'avorte pas.

Par contre un Républicain, bercé par les Droits de l'Homme de 1789, c'est à dire comme le nom l'indique, par son propre choix sans aucune autre considération, il est possible.

Un chrétien par exemple ne peut pas les accepter, car ces Droits vont souvent à l'encontre des Dix commandements donnés à Moïse : dans le "tu ne tueras pas", on en déduit que l'avortement est un acte négatif, pas d'amour.

Par contre, contrairement aux religions juives ou musulmanes qui sanctionnent les actes (loi du Talion), la religion catholique (universelle) ne se le permet pas. Elle ne juge pas la personne mais lui demande simplement de ne plus pécher. C'est ainsi que la dépénalisation de l'avortement ne peut être vu d'un mauvais œil par les chrétiens. Par contre obliger tout le monde à y participer pécuniairement est immoral pour eux. Pourquoi pas non plus faire payer par toute la collectivité les excès de vitesse ?

Lévi

Combien de temps encore est-il possible de vivre dans le déni de la réalité la plus élémentaire,la plus évidente ? L'embryon est un être humain, même unicellulaire comme nous l'avons tous été pendant 24 heures.
Peut-on construire quelque chose de stable et de durable en niant la réalité ?

Salomon

Ce n'est pas par conviction, mais par carriérisme et par lâcheté, que beaucoup de parlementaires soutiennent des lois génocidaires. Comment peut-on tuer ou faire tuer ses propres enfants ? Créon, roi de Thèbes, sait bien que si l'on tue son fils, le fils tuera le père.
L'injustice fonde l'injustice, le meurtre fonde le meurtre. C'est un très dur combat personnel que de sortir de cette spirale.

Marie-Jeanne

Une femme qui demande à avorter ne demande pas qu'on la débarrasse d'une verrue disgracieuse, mais bien d'un enfant dont elle présume qu'il va lui pourrir la vie.

Shimon

Certes l'avortement est un meurtre, et aucune loi ne peut légitimement le légaliser, ni même le dépénaliser, sans commettre un crime contre l'humanité. Mais je plaide énergiquement pour la mansuétude et même la compassion pour la mère qui, sous de multiples pressions, a fait tuer son enfant. Il est suffisant qu'elle porte ce poids jusqu'à son dernier souffle

Shimon

Certes l'avortement est un meurtre, et aucune loi ne peut légitimement le légaliser, ni même le dépénaliser, sans commettre un crime contre l'humanité. Mais je plaide énergiquement pour la mansuétude et même la compassion pour la mère qui, sous de multiples pressions, a fait tuer son enfant. Il est suffisant qu'elle porte ce poids jusqu'à son dernier souffle

Marcus

Je déplorerai toujours que ce soit une mère, une femme ayant connu les camps d'extermination, qui ai ouvert la porte au génocide organisé d'enfants innocents. Comment peut-on chercher son propre bonheur au prix de la vie d'un innocent absolument sans défense ?

Christiane

« Jouir sans contrainte ». Comment ne voit-on pas que la société nous fait prendre des vessies pour des lanternes ? Femmes, réveillons-nous ! Nous cherchons l'amour, on nous offre du sexe sans amour, des cendres au lieu de feu. Refusons tous les ersatz!

Hippocrate

La contraception parce qu'elle est déjà, dans un certain nombre de cas, suppression de l'enfant conçu, mène en cas d'échec quasi obligatoirement à l'avortement, qui n'est qu'une deuxième tentative de supprimer un gêneur.
Les grossesse surprises, avec la « régulation naturelle des naissances », sont beaucoup plus rares que avec la prétendue « contraception ». (Quoi qu'en disent certains gynécologues intéressés et stipendiés par les laboratoires). Mais lorsqu’une grossesse imprévue survient, elle conduit beaucoup moins souvent au meurtre de l'indésirable.
C'est bien la contraception la première cause de l'avortement.

Lévi

Entièrement d’accord Andrée 14 mar 2018 11:44:42.
Le Christ n'est pas venu pour les justes mais pour les pécheurs. Ce ne sont pas les biens portants qui ont besoin du médecin mais les malades. Et le Père fait pleuvoir sur les bons comme sur les méchants.
Les christianismes (pas seulement le catholicisme) ne jugent pas la personne, qui ne se réduit jamais à ses actes. Mais il existe bien des actes mauvais, et même « intrinsèquement » mauvais (qui ne sont jamais bons).
Mais (dans le catholicisme en tout cas) la grâce, toujours indispensable et première, ne suffit pas. Parce que Dieu a fait l'homme (et les anges) libres, non seulement la repentance, la contrition sont indispensables, mais aussi la pénitence (toujours symbolique), expression d'un authentique repentir.

scat

Shimon, vous n'avez pas complétement tort, la femme qui avorte a souvent des circonstances atténuantes (pressions de son entourage par exemple) mais en aucun cas elle n'est une victime. Elle est coupable malgré tout. eh oui, c'est comme ça ....

Moi

@André : "C'est ainsi que la dépénalisation de l'avortement ne peut être vu d'un mauvais œil par les chrétiens." C'est absolument affligeant de lire quelque chose d'aussi stupide.
Dépénalisons tous les meurtres et le vols, le viol... et les chrétiens n'auront rien à y redire puisqu'on demandera seulement au pécheur de ne plus pécher...
Le Salon beige a publié ces jours ci des vidéos du RP de Blignières qui disait que le droit du pécheur est de recevoir sa peine. A méditer...

Moi

@Shimon Une partie des femmes subit des pressions pour avorter, c'est vrai, mais un grand nombre d'entre elle le fait LIBREMENT et certaines s'en vantent même.
C'est une fable que de dire que toutes les femmes qui avortent sont des victimes.
Sauf à considérer que leur ignorance en fait des victimes ce qui me semble douteux.

lève-toi

Mon DIEU, est-ce légal ??

DUPORT

@shimon
Ne vous y trompez pas :
SEULE la femme qui avorte a des circonstances atténuantes et le poids qu'elle portera toute sa vie jouera également en sa faveur.

Par contre ceux qui les ont poussées à avorter, qui les ont aidées à avorter ou qui ont procédé à l'avortement ou même qui approuvent simplement, ne bénéficieront d'aucune circonstances atténuantes et leur fréquente absence de remords les condamne par avance.

Que tous ceux là se précipitent au confessionnal, avant même les femmes qui ont avorté, pendant qu'il est encore temps...
Car leur faute est IMMENSÉMENT plus grande...

bruno

Attention je vais peut être choquer sur ce qui n'est qu'une conséquence de l'abandon de la qualité d'humanité de la vie humaine dès sa conception .... quelle que soit son âge, l'embryon humain qui ne survit pas (ignoré et déconsidéré en contraception progestative ou éliminé génétiquement en PMA n'est-il pas TOUJOURS une personne (ayant une âme et une existence immortelle )? 

Les Débats Bioéthiques ne souffrent ils d'ailleurs pas de cette carence de conscience de ce qu'est vraiment un être humain de son commencement à sa fin, et de sa finalité après cette fin quelle que soit l'âge de celle ci... OSERONS NOUS défendre et argumenter correctement pour pouvoir encourager l'application du principe de dignité et des respect dû à l'embryon humain dès sa conception face au MASSACRE de près d'1 MILLIARD d'ENFANTS  tous les 55 ans ex utero ou dans le sein maternel en France (*) :

DONT (source https://fr.statista.com/statistiques/507653/repartition-methodes-contraception-femmes-france/)
3,6 millions de stérilets (13,5 «rapports féconds»/an/par femme)
[soit potentiel de 48,6 millions de "fausses couches" provoquées ],

12,5 millions de femmes de 15 à 45 ans dont 35% (4,4 millions) utilisent la pilule qui engendre 16% de  taux d'échec d'ovulation empêchée corrigée par des fausses couches induites provoquées (0,7 millions) 
[13,5 "rapports féconds"/an: potentiel de 9,45 millions d'embryons jetés],

1,37 millions pilule d'urgence + 1,75 millions utilisée "pas toujours" 
[13,5 rapports féconds concernés; taux 1 et 0,5:potentiel 30 millions/an ]

0,6 millions, autres méthodes hormonales (implants, patch etc)
[13,5 rapports féconds concernés:potentiel 8 millions/an ] 

 IVG ( 220.000 /an) , les IMG ( 9200 /an), les éliminations de "tri"DPI etc [total :environ: 0,4 millions/an],
Embryons FIVE (surnuméraires, détruits ou congelés) [0,4 millions/an] 

Soit un potentiel Total de 96 millions d'enfants fécondés, donc a minima de 18 millions d'embryons viables privés de vivre (*) , que font disparaitre chaque année en France l'industrie pharmaceutique, "médicale" et reproductive en France ...... à cela ajoutons les clones et embryons créés dans les manipulations génétiques légales depuis la loi bioéthique (JO 6-8-2013)

Le Chiffre de 18 MILLIONS /AN en France ( 6 + 6 + 6  millions)  est un chiffre très probable, cessosn le matraquage mediatique affichant celui de l'IVG : appelons un chat un chat .

Serait-ce trop de parler de dignité bafouée a ce niveau ?  Ne sont-ils pas des êtres sacrés revêtus d'une âme immortelle ... que tous les parents verront en face d'eux au jugement particulier.... Ils n'échapperont pas , même si Grace à Dieu il y a Sa Miséricorde .. qu'ils s'y préparent !!!

 (*) statistiquement en estimant in utero à 1 embryon conçu et viable / 5,5 fécondations obtenues ; le ratio constaté in vitro FIV et ISCI est de 1/ 5,6 ( source ABM, rapport 2015 , avec 13253 embryons viables pour 62130 embryons obtenus et implantés avec succès in utero; nb : 231535 non ou mal implantés ) et de 1/5,8 en IAD .
Pour les embryons non viables, il n'est pas à exclure que ces "échecs" soient liés à l'épigénétique du développement embryonnaire, les conditions de "maltraitance embryonnaire" conséquentes des contraceptions passées ou de la pollution de l'air ou alimentaire.

La France represente 1% de lapopulation mondiale : que "d'anges" vont au ciel .. plus de  5 millions par jour!!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.