Le FN perd un conseiller régional
Connaissez-vous la petite bête qui monte ?

L’Etat va donner 140 millions pour que Presstalis se restructure

De Francis Bergeron dans Présent :

Present_logo"La presse écrite se trouve actuellement prise en tenailles entre La Poste et Presstalis, le distributeur en kiosque. En dernière analyse, c’est le lecteur, abonné ou acheteur au numéro, qui est pénalisé.

Que se passe-t-il à La Poste ? Jacques Myard, le maire de Maisons-Laffitte, tirait le signal d’alarme, le mois dernier : dans sa commune et dans celle du Mesnil-le-Roi, la réorganisation des services de La Poste a créé des retards qui ont fortement pénalisé les entreprises et les particuliers. Jacques Myard, qui n’a pas la langue dans sa poche, s’indignait d’avoir été mis devant le fait accompli. Il a obtenu des réponses de La Poste sur cette situation dégradée : c’est la délocalisation de site qui a effectivement pu entraîner « des débuts chaotiques », lui a-t-on répondu, et aussi des retards de distribution.

Mais à l’autre bout de la région parisienne, à Villeneuve-le-Roi ou à Ablon-sur-Seine, cela ne va pas forcément mieux : il semble que des secteurs de distribution aient été étendus à l’excès. Daniel Guérin, le vice-président du conseil départemental du Val-de-Marne, constatait lui aussi, il y a peu, une détérioration : par exemple des usagers ne recevant leur courrier que deux ou trois fois par semaine.

Les plus anciens se souviennent d’une époque où La Poste opérait deux distributions… par jour, une le matin et une l’après-midi. Cette distribution biquotidienne a disparu en 1975. On oublie aussi que jusqu’en 1941, La Poste, en vrai service public, fonctionnait sept jours sur sept.

Internet réduit le courrier papier, mais des formes de concurrence sont apparues : les gros titres de la presse quotidienne utilisent le portage et les entreprises préfèrent de plus en plus souvent confier leur courrier à des coursiers. Les tarifs sont plus élevés, mais la fiabilité est meilleure. Globalement La Poste a péché par manque d’anticipation.

Pour les journaux, l’autre forme de distribution est la vente en kiosque. Là aussi les difficultés s’accumulent. Presstalis accuse un résultat d’exploitation 2017 négatif à hauteur de 20 millions d’euros. L’Etat va donner 140 millions pour que Presstalis se restructure. Mais les éditeurs de journaux sont aussi mis à contribution, et ceci pour une durée de quatre ans et demi. Aucune concertation n’a précédé ces mesures. Cinq opérateurs de la coopérative des magazines ont donc décidé de porter plainte contre Presstalis devant le Parquet national financier. Ils accusent Presstalis d’avoir établi de faux bilans. Ces journaux se sentent menacés dans leur existence même et veulent riposter.

Présent est-il concerné par cette situation ? Oui, bien évidemment. Les abonnés nous signalent des zones de fort retard dans la distribution du courrier. Quant à la vente en kiosque, elle souffre d’une réduction annuelle de 1 500 points de vente, alors que l’achat d’un quotidien, comme l’achat de sa baguette, est d’abord un achat de proximité. Et d’autre part, en nous ponctionnant, Presstalis nous met en danger, comme les autres titres de taille moyenne ou petite.

Des solutions ? Elles sont d’abord à chercher du côté de nos lecteurs : souscrire un abonnement mixte papier + numérique, c’est devenu la seule formule qui met à l’abri des aléas de distribution."

Commentaires

Ursule

Presstalis est une entreprise privée. Elle fait faillite. Les contribuables n'ont pas à lui venir en aide. Si le système privé ne marche pas, autant le donner au système public : La Poste. D'autant plus que celui-ci bénéficie de beaucoup de temps libre depuis internet.

Mais voilà, l'U.E. veut tout privatiser. Pour que n'importe quel pays étranger puisse s'approprier des sociétés les plus rentables des états. Celles déficitaires resteront à la charge des habitants. C'est ainsi que même le risque est sur leurs épaules. Le nouvel aéroport de Nantes par exemple devait être construit avec l'aide du contribuable. Par contre les Aéroports de Paris (AdP) qui rapportent du 4% seront privatisés, car rentables.

Avec l'Union Européenne, les pertes sont pour les gens mais les profits pour les multinationales. Là où on va rire, c'est quand les dépôts bancaires, assurances-vie des Français seront pris pour renflouer les banques privées. Pourquoi rire ? Parce que ce sont les Français eux-mêmes qui par leur vote se sont mis dans ce traquenard. Les Anglais ont été plus malins.

DUPORT

Comme disait le pire Président de l'histoire de notre pays
"Cela ne coûte pas cher, c'est l’État qui paye"

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.