Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Que prévoient les Turcs en Syrie ?
Que retenir de la marche blanche organisée le 28 mars à Paris en mémoire de Mireille Knoll ?

C’est arrivé un 3 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 3 avril 1287 : décès du pape Honorius IV.

Giacomo Savelli est élu pape par le conclave de Pérouse en 1285 sous le nom d'Honorius IV. Durant son règne il élimine des États de l'Église les brigands qui l'infestent. Il encourage les ordres mendiants mais condamne la secte des apostoliques, qui, à Parme prône la pauvreté évangélique. Il s'immisce dans les affaires du royaume de Sicile pour combattre les prétentions des Espagnols et prend sous sa protection le futur royaume de Naples, possessions ayant appartenu à Charles Ier d'Anjou.

  • le 3 avril 1312 : le pape Clément V rend publique la bulle "Vox in excelso" qui supprime l'Ordre du Temple. Il remet les Templiers de France aux inquisiteurs dominicains.

Cf. les chroniques des 18 et 22 mars.

  • le 3 avril 1367 : Du Guesclin est fait prisonnier à la Bataille de Najera, en Espagne.

Cette bataille a lieu au cours de son expédition menée contre le roi de Castille, Pierre Ier le Cruel, qui remonte sur le trône. Bertrand du Guesclin est fait prisonnier par le prince de Galles, le prince Noir, qui l'enferme à Bordeaux où les émissaires du Roi de France négocieront sa libération. Elle est effective le 17 janvier 1368.

  • les 2 et 3 avril 1559 : Traités de Cateau-Cambrésis.

Ces traités mettent fin aux guerres d'Italie. Après la défaite de Saint-Quentin, la France renonce à ses prétentions sur l'Italie. Le 2 avril, la France a signé un traité de paix assez favorable avec Elisabeth Ière d'Angleterre ne lui concédant que Calais pour huit ans. Pour conserver définitivement la ville du Nord, elle devra verser 500 000 écus. Par contre, le Roi Henri II signe avec Philippe II d'Espagne un traité plus contraignant. Si elle conserve les évêchés de Toul, Verdun et Metz et quelques places fortes en Italie, la France doit céder le duché de Savoie et ses conquêtes dans le Piémont. Par ailleurs, elle permet aux Génois de reprendre la Corse. La France au total perd 189 villes ou places fortes au-delà des Alpes et aux Pays-Bas et renonce à tous ses droits en Italie.

Ils sont considérés comme les traités européens les plus importants du XVIe siècle. Ses accords sont restés en vigueur pendant plus d'un siècle. Il entraîne aussi une situation géopolitique nouvelle et marquent ainsi le début de la prédominance espagnole en Europe.

  • le 3 avril 1711 : les Français Chassiron et Dubocage découvrent l'île de Clipperton.

  • le 3 avril 1675 : une émeute antifiscale éclate à Rennes.

Les bureaux du tabac et du papier timbré sont mis à sac avec le soutien des parlementaires et des autorités locales. La révolte a plus d'ampleur en Basse-Bretagne, où elle est connue sous le nom de révolte des Bonnets rouges, On l'appelle également révolte des « Torr He benn » (« casse-lui la tête» ou des « Casse-têtes »), un cri de guerre qui sert aussi de signature dans un des codes paysans.

  • le 3 avril 1782 : bataille de Gondelour.

Cette bataille oppose les armées françaises et britanniques à Gondelour, alors capitale des comptoirs français de l'Inde. C'est en fait la deuxième bataille de Gondelour, puisque deux autres affrontements y ont lieu, en 1758 et 1783. Le 3 avril 1782, les flottes du bailli de Suffren et de l'amiral Hughes s'affrontent pour le contrôle de la ville indienne. Elle est à replacer dans le cadre plus large de la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique, et est remportée par les Français.

  • le 3 avril 1801 : le procès des chouans Saint-Réjant et Carbon s'achève.

Ils sont condamnés à mort pour avoir organisé l'attentat de la rue St-Nicaise contre Bonaparte.

  • le 3 avril 1814 : déchéance de Napoléon.

Les sénateurs, présidés par Barthélemy, prononcent la déchéance de Napoléon.

  • le 3 avril 1990 : le roi Baudouin de Belgique en « impossibilité de régner. »

Fervent catholique, le roi des Belges, Baudouin, affirme que sa conscience ne lui permet pas de signer le texte sur l'avortement qu'il considère comme un crime sur le plus faible des innocents. Il abdique pour une durée de 36 heures.

Dans la nuit du 3 au 4 avril le roi se fait mettre en « impossibilité de régner », selon l'article 92 de la constitution du pays. C'est un fait unique dans l'histoire des monarchies constitutionnelles et le plus beau témoignage de foi catholique d'un homme d'état au XX siècle. Le 3 mai suivant, l'épiscopat belge fait une déclaration qui appuie ce geste courageux et apostolique du monarque.

  • le 3 avril 1994 : décès de Jérôme Lejeune, chercheur français ayant découvert la trisomie 21.

Médecin français, pédiatre et professeur de génétique, il découvre l'anomalie chromosomique à l'origine de la trisomie 21. Il est également connu pour son combat pour la « défense de la vie humaine dès sa conception et jusqu'à sa fin naturelle » et son opposition au droit à l'avortement. Elu en 1981 à l'Académie des sciences morales et politiques, il devient en 1994, le premier président de l'Académie pontificale pour la vie crée par Jean-Paul II la même année. Au cours des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris en août 1997, le Pape est venu se recueillir sur la tombe de son ami à Chalô Saint Mars. La cause de béatification et de canonisation de Jérôme Lejeune a été ouverte à Paris le 28 juin 2007.

Sa fondation, à la pointe de la défense de la vie ne peut fonctionner que grâce aux dons des particuliers. Pour en savoir plus : http://www.fondationlejeune.org/

  • le 3 avril 2009 : Benoîte Rencurel est reconnue « vénérable » par le pape Benoît XVI.

Notre Dame et le Christ lui apparaissent de mai 1664 jusqu'en 1718 dans la région du Laus. Les apparitions durent 54 ans. Benoîte est éduquée par la Vierge Marie puis reçoit sa mission.

La Vierge y est vénérée sous le vocable de Notre Dame du Laus. Les apparitions sont reconnues le 4 mai 2008. (Cf. la chronique de ce jour).

 

Commentaires

g marie

Ce n'est pas "la pauvreté évangélique" (!!!), mais une conception erronée de la pauvreté évangélique que le pape Honorius IV a condamnée ; ne calomniez pas l'Eglise !

g marie

La chronique d'aujourd'hui commence comme un mauvais roman anticlérical : pape condamnant ceux qui prônent "la pauvreté évangélique" ; autre pape livrant les Templiers aux méchants inquisiteurs dominicains... C'est tiré d'un livre du Grand Orient ? de Léo Taxil ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.