Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Vous reprendre bien un peu de "Trumpbashing"
Les ONG ne s'en font pas : 3000 € pour monter dans l'Aquarius

Hongrie : un monument à la mémoire des victimes du communisme soviétique

2671349541Hier, au centre de Budapest, Viktor Orbán a inauguré un monument à la mémoire des victimes du communisme soviétique.

"Nous avons payé le prix de notre faiblesse, de la perte de notre indépendance, avec l'enlèvement, la déportation et le déplacement de centaines de milliers de personnes".

M. Orbán a poursuivi en disant que le Mémorial du Goulag impose l'obligation de créer une Hongrie dans laquelle des événements similaires ne peuvent plus jamais se reproduire. Par conséquent, toutes les idées déraisonnables, les pensées confuses et les plans servant des intérêts étrangers doivent être tenus à l'extérieur des frontières du pays. Le Premier ministre a déclaré que l'Europe était la patrie de deux concepts marquants et d’idéologies cataclysmiquement destructrices : le national-socialisme, le communisme international - et, en fait, un impérialisme moderne qui réduit des peuples entiers à une existence coloniale – qui ont toutes d’abord levé la tête dans des territoires à l’ouest de la Hongrie.

 M. Orbán a fait remarquer qu'en Europe occidentale, la gauche prônait le communisme même après que des millions de personnes eurent péri sous le joug des "dictatures rouges". Il a ajouté que

"dans l'esprit d'un certain nombre d’hommes politiques européens, les statues des dirigeants communistes sont toujours debout". "Nous savons qu'il n'existe pas de régime communiste à visage humain: le vrai visage du communisme est le goulag".

Selon le Premier ministre, de temps en temps, l'esprit de Marx, de Lénine et des camps de rééducation apparaît encore en Europe. A titre d'exemple, il a mentionné le résultat de l'élection italienne, qui "ne reflétait pas la préférence de Bruxelles", et à laquelle la réaction publique de certains a été que "les marchés apprendront aux Italiens comment voter". Il y en a d'autres, a-t-il dit, qui

“veulent engager des poursuites de toutes sortes contre nous, simplement parce que nous voyons le monde différemment de la façon dont ils le voient et parce que nous ne voulons pas devenir un pays d'immigration”.

Le Premier ministre a souligné qu'en aucun cas nous ne devons tenir pour acquis le monde libre et démocratique d'aujourd'hui. Nous devons plutôt le voir comme quelque chose d'exceptionnel, comme un état de grâce qui ne peut être maintenu et prolongé que si “nous sommes déterminés à ne jamais permettre à quelque chose comme cela de nous arriver à nouveau”.