Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Avortement : ce qu'Isabelle de Gaulmyn aurait dû (re)lire (34)
Evangile illustré

C’est arrivé un 29 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 29 juillet: fête de Sainte Marthe, sœur de Marie et de Lazare de Béthanie.

Selon la coutume provençale, elle finit ses jours à Tarascon, d'où elle évangélise le pays. Symboliquement, ses statues la représentent étranglant la tarasque, un dragon vorace figurant le démon.

  • le 29 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Bx Urbain II : 157 pape de 1088 À 1099

Français, né à Châtillon-sur-Marne. Eudes (Odon) fit ses études à Reims sous Saint Bruno. Puis il se fit moine à Cluny.

Il fut créé cardinal évêque d'Ostie par Grégoire VII. Il fut élu pape à Terracina, près de Gaète; car l'antipape Clément III était toujours maître de Rome. Urbain put rentrer définitivement à Rome en 1093.

Savant canoniste, dont bien de décisions devaient être incorporées au Code des lois de l'Église catholique. L'expression « Curia romana » apparaît pour la première fois dans une de ses Bulles (1089).

Ce pape est surtout connu par son appel à Clermont-Ferrand (27 novembre 1095) à la première Croisade (1095-1099). Urbain mourut deux semaines après la prise de Jérusalem par les croisés (15 juillet 1099). Il a été béatifié par Léon XIII en 1881.

  • St Prosper : évêque d'Orléans († VE SIÈCLE)

À Orléans, au Ve siècle, saint Prosper, évêque.

  • St Guillaume Pinchon : évêque de Saint Brieuc († 1234)

À Saint-Brieuc, en 1234, saint Guillaume Pinchon, évêque, qui se dépensa pour la construction de la cathédrale. D'une bonté et d'une simplicité remarquables, il montra aussi une force d'âme sans peur devant les vexations graves et l'exil qu'il subit pour la défense de son peuple et des droits de l'Église.

  • Bx Charles-Nicolas-Antoine Ancel : prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Charles-Nicolas-Antoine Ancel, prêtre eudiste et martyr. Sous la Révolution française, il fut, à cause de son sacerdoce, déporté et détenu, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, où il mourut au bout de quelques mois.

  • St Loup : évêque de Troyes († V. 478)

Loup naît à Toul au sein d'une famille de notables dans un empire romain occidental de plus en plus menacé par les invasions venues de l'Est. Des Asiatiques issus des grandes steppes bousculent vers l'ouest de nombreuses peuplades germaniques. Celles-ci déferlent massivement dans le vieil empire romain aux frontières devenues poreuses. Dure époque marquée par le déclin et la destruction de la paix romaine. Les institutions civiles et militaires se décomposent. Les populations sont victimes des envahisseurs et de l'anarchie. L'Église, forte de la récente conversion chrétienne de l'empire romain, est elle-même menacée de décomposition par des hérésies. La plus grave, l'arianisme, niait la nature divine de Jésus.

Le fait le plus marquant du Ve siècle vécu par Saint Loup est la chute de l'empire romain d'occident, véritable séisme. La chrétienté tient bon. Elle surmonte ses divisions grâce aux "Pères de l'Église " qui structurent et unifient la théologie catholique. Un ordre monastique, celui de Saint Benoît, est fondé, peu avant l'essor des moines irlandais. Enfin, pour protéger les populations, des personnalités émergent dans la Gaule envahie, comme Sainte Geneviève, les évêques Saint Germain l'Auxerrois et Saint Loup de Troyes.

Ce dernier reçoit une excellente éducation. Son nom procède, à l'origine, d'une tradition animiste issue d'une époque alors récente où l'être humain était en contact étroit avec le monde animal. Le jeune Loup perd son père en bas âge. Un oncle l'adopte. Il devient avocat. Son éloquence et sa sagesse assoient sa renommée en Gaule. Il épouse par amour Piméniola à l'âge de 34 ans. Ils n'ont pas d'enfants.

Ils décident après sept ans de mariage de se séparer pour entreprendre chacun une vie monastique. Loup rejoint alors Saint Honorat, fondateur de l'abbaye de Lérins sur l'îlot de même nom près de Cannes. Il y demeure deux ans. Sorti de Lérins pour aller à Mâcon donner ses derniers biens, il poursuit sa vie ascétique, ne mangeant et ne dormant qu'une nuit sur deux, portant le cilice et prêchant sans manquer l'occasion de soulager les pauvres ou de visiter les prisonniers. En 426, Ours, évêque de Troyes, bientôt canonisé, meurt. Les chrétiens de son diocèse réunis en assemblée, élisent alors Loup pour le remplacer. Celui-ci, malgré les devoirs nouveaux de cette lourde charge, ne change rien à sa vie de sacrifices.

En 429, sur l'invitation du pape Célestin, il part en Grande Bretagne avec Saint Germain l'Auxerrois prêcher contre l'hérésie pélagienne. Celle-ci privilégiait les mérites de l'être humain pour accéder au salut au détriment de la grâce divine jugée non indispensable. Par ses miracles et ses paroles, il ramène la plupart des personnes qu'il rencontre au bercail. Revenu à Troyes, il fonde le monastère de Saint-Martin-ès-Aires ainsi qu'une école pour former des prêtres et des disciples. Plusieurs d'entre eux compteront parmi les plus illustres évêques de leur temps. Loup dirigeait son diocèse "avec les rênes d'une sainteté attentive".

En 451, Attila, à la tête d'une coalition de Huns mongoles et de Germains, sema l'épouvante en détruisant et massacrant villes et campagnes. Pour protéger Troyes, Loup décide, au risque de sa vie, de rencontrer le chef barbare qui s'apprêtait à tout y tuer et raser. Impressionné par la prestance du saint évêque, Attila épargne Troyes, mais emmène Loup en otage jusqu'au Rhin pour protéger sa retraite. Soupçonné à son retour d'intelligence avec les Huns, il se retire deux ans sur le Mont Lassois, à quinze lieues au sud de Troyes, puis à Mâcon. Là, il obtient du roi des Alamans la libération de tous les captifs qu'il détenait. De retour à Troyes en 453, Saint Loup répare les dommages spirituels et matériels que l'armée d'Attila avait tout de même causés à la population de son diocèse.

Huit ans avant son décès en 479, au terme d'une vie de près d'un siècle, l'évêque de Clermont, Saint Sidoine Apollinaire, lui fit cet éloge : « Vous êtes le père des pères, l'évêque des évêques, ... Vos collègues, quand ils sont rassemblés, obtempèrent à ce que vous avez proposé et tremblent devant votre censure. Face à votre gravité, même ceux qui sont âgés ont le sentiment d'être enfants. Après vous être exercé dans les rudes exercices de la milice de Lérins et avoir passé neuf lustres sur le siège apostolique, l'armée spirituelle des saints de l'un et de l'autre ordre vous vénère comme l'un de ses chefs spirituels les plus renommés. »

Cette renommée est si forte que, cent après, en 579, les trois fils de Clovis jusqu'alors en guerre, Gontran, Sigebert et Chilpéric, se réconcilièrent sur la tombe de Saint Loup. Gardée intacte dans la cathédrale de Troyes pendant mille trois cents ans, cette sépulture sera profanée sous la Terreur en janvier 1794. Les ossements seront brûlés dans la sacristie à l'exception du quelques fragments soustraits clandestinement à la destruction fanatique par de courageux chrétiens. Bien des villages portent le nom de Saint Loup ou Saint Leu. Ce personnage de légende véridique est placé au cœur des racines chrétiennes de la France.

  • le 29 juillet 1099: le pape Urbain II meurt à Rome.
  • le 29 juillet 1108 : décès du Roi Philippe Ier, Roi de France.

Voir les chroniques du 23 mai et du 4 août.

  • le 29 juillet 1418 : début du siège de Rouen par Henry V.

Les Anglais mettent le siègent devant Rouen, qui ne tombe qu'au bout de six mois et après 35 000 morts, soit la moitié de la population. La prise de la capitale du duché de Normandie ouvre la route du Royaume de France aux Anglais. Leur roi fait de la ville et du château sa résidence, il y fera juger Sainte Jeanne d'Arc. Ce n'est qu'en 1449 que Charles VII reprend la ville et la rend à la France.

  • le 29 juillet 1502 : Louis XII de France entre à Milan.
  • le 29 juillet 1562 : le Maréchal de Saint-André prend Poitiers aux Protestants.

    Jacques d'Albon, seigneur de Saint-André par Jean-François-Théodore Gechter, Galerie des batailles au château de Versailles

  • le 29 juillet 1644 : mort d'Urbain VIII.

Maffeo Barberini, devenu pape sous le nom d'Urbain VIII décède le 29 juillet 1644. Pape bâtisseur, il fait réaliser de grands travaux dans Rome. Il fait condamner Galilée, malgré la profonde amitié qui les lie, tant les preuves de malhonnêteté du savant sont grandes. Voir la chronique du 22 juin, qui explique d'une part, comment Galilée demande l'imprimatur ecclésiastique et fait imprimer un autre livre sous cet imprimatur ; et d'autre part comment l'Eglise le condamne pour ses conclusions théologiques tirées d'hypothèses scientifiques non-démontrées.

  • le 29 juillet 1666 : construction du canal du Midi.

L'ouvrage d'art, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, voit sa première pierre posée ce jour. Les travaux, dirigés par Paul-Pierre Riquet, s'achèvent en 1681. Le canal du Midi relie la Garonne à la Méditerranée et mesure 241 kilomètres.

  • le 29 juillet 1664: difficiles relations diplomatiques entre la France de Louis XIV et les Etats Pontificaux d'Alexandre VII.

Suite à l'échauffourée survenue à Rome en 1662 entre les gardes corses du pape et les domestiques de l'ambassadeur de France, le légat du pape Alexandre VII, le cardinal Flavio Chigi, vient au château de Fontainebleau présenter les excuses du pape.

  • le 29 juillet 1666 : construction du port de Sète.

La construction du port débute, donnant lieu à une grande fête, dont des joutes nautiques, qui sont encore pratiquées aujourd'hui.

  • le 29 juillet 1693 : bataille de Neerwinden.

Dans le cadre de la guerre de Neuf Ans, la France est en conflit avec l'Angleterre et les Provinces-Unies. Le 29 juillet 1693, les troupes françaises affrontent les alliés commandés par Guillaume d'Orange à la bataille de Neerwinden. Les Français, sous les ordres du maréchal de Luxembourg mettent leurs ennemis en déroute, faisant 19 000 victimes.

  • le 29 juillet 1707 : début du siège de Toulon.

Les armées coalisées anglaises, autrichiennes, hollandaises et du duché de Savoie,dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne, assiègent la ville de Toulon, du 29 juillet au 21 août 1707. La ville est tenue par René de Froulay de Tessé, qui commande une garnison de 15 000 hommes. Avec 35 000 soldats, le prince Eugène et Victor-Amédée de Savoie parviennent à prendre les hauteurs de Sainte-Catherine alors que la flotte anglaise bloque le port ; mais les Français reconquièrent rapidement les hauteurs. Les coalisés lèvent le siège le 22 août suivant.

  • le 29 juillet 1816: création de la Caisse d'épargne et de prévoyance à Paris.

Cette caisse créée par Jacques Laffitte et Benjamin Delessert voit, le 29 juillet 1816, une ordonnance royale de Louis XVIII, qui en autorise l'existence. La "société anonyme formée à Paris sous le nom de Caisse d'Epargne et de prévoyance" n'a qu'une courte vie. C'est le 22 mai 1818 que la Caisse d'épargne et de prévoyance à Paris naît vraiment.

  • le 29 juillet 1830 : les "Trois Glorieuses".

Après trois jours d'émeutes, appelés selon la mythologie républicaine maçonnique« les trois glorieuses », les défenseurs du Roi se replient à Saint-Cloud, autour de Charles X. Menée essentiellement par des républicains, la révolution de Juillet met fin à la Restauration. Le Roi abdique le 3 août et se trouve banni, après la trahison de Lamartine. En digne héritier de Philippe Egalité, le Duc d'Orléans obtient des bourgeois parisiens, à l'origine de la révolution de 1789, le pouvoir ; la monarchie de Juillet commence.

  • le 29 juillet 1836 : inauguration de l'arc de triomphe.

Construit entre 1808 et 1835 sur ordre de Napoléon 1er, l'arc de Triomphe est inauguré ce jour. C'est aujourd'hui, un monument classé "monument historique".

  • le 29 juillet 1840 : la première régate en France.

Fondée en 1838, la Société des régates du Havre organise la première régate française de bateaux à voile. C'est le premier club nautique du pays.

  • le 29 juillet 1881 : loi sur la liberté de la presse.

La IIIème République vote la loi sur la liberté de la presse, dont l'article Ier affirme : "l'imprimerie et la librairie sont libres".Mais les syndicats vont pouvoir contrôler le système, indirectement… Il faut noter que cette Loi supprime les mesures préventives et réduit les formalités administratives nécessaires à la création des journaux.

  • le 29 juillet 1907 : premier camp scouts en Angleterre organisé par Sir Robert Baden-Powell.

En 1907, âgé de 50 ans, Robert Baden-Powell organise un camp de quinze jours avec une vingtaine de garçons de différentes classes sociales sur l'île de Brownsea, qui débute le 29 juillet. Il y teste ses idées d'éducation par le jeu, d'indépendance et de confiance, La pédagogie scoute naît peu à peu.

  • Le 29 juillet 1916 : lettre du père Charles de Foucault à René Bazin.

« Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les Musulmans de notre Empire colonial du Nord de l'Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste… Une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir le cœur ni l'esprit français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui gardera l'étiquette pour pouvoir, par elle, influencer les masses ; d'autre part la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par ses marabouts, par les contacts qu'elle a avec les Français, qui souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d'elle.

Le sentiment national ou barbaresque s'exaltera donc dans l'élite instruite ; quand elle trouvera l'occasion, par exemple lors de difficultés de la France en dedans ou en dehors, elle se servira de l'Islam comme d'un levier pour soulever la masse ignorante et cherchera à créer un empire musulman africain indépendant… Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. Sinon avant cinquante ans, nous serons chassés de l'Afrique du Nord. »

Lettre adressée à René Bazin, de l'Académie française, président de la Corporation des publicistes chrétiens, parue dans le Bulletin du Bureau catholique de presse, n° 5, octobre 1917.

  • le 29 juillet 1939 : promulgation du décret-loi du Code de la famille.

Il concerne les prestations familiales, la fiscalité des familles nombreuses, et sanctionne lourdement l'avortement.

  • le 29 juillet 1946 : création du Centre d'études critiques et de synthèse, rapidement devenu la Cité catholique.

Jean Ousset et Jean Masson, conscient de l'ignorance de la quasi-totalité des catholiques décident de créer ce qui va rapidement devenir, en 1949, la Cité catholique. Ils souhaitent mettre en application ce que dit Pie XII :

« L'heure présente exige des croyants qu'avec toutes leurs énergies, ils fassent rendre à la doctrine sociale de l'Eglise, son maximum d'efficience et son maximum de réalisations. C'est se faire illusion de croire comme certains qu'on pourrait désarmer l'anticléricalisme et la passion anticatholique en restreignant les principes catholiques au domaine de la vie privée. »

Ce jour, en la chapelle de la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac, ils mettent sous la protection de la Vierge Marie, leur fondation.

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 227)

  • le 29 juillet 1987 : Margaret Thatcher et François Mitterrand signent l'accord en vue de la construction du tunnel sous la Manche.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.