Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La voix des familles européennes
Une stèle du commando Kieffer vandalisée

Qui aurait pu croire que cet homme toujours si calme était entouré de personnes violentes et dangereuses ?

Thumbnail-3

Valeurs Actuelles évoque les 7 racailles de l'Elysée :

"Dans la famille des 7 racailles du président, il est désormais inutile de présenter Alexandre Benalla, au cœur du scandale depuis que Le Monde a révélé, mercredi, vidéo à l’appui, que ce « chargé de mission » à l’Elysée, équipé d’un casque noir à visière des forces de l’ordre, a molesté une femme, puis tabassé un homme à terre lors d’une manifestation, à Paris, le 1er mai dernier, avant de s’éclipser par peur d’être identifié.

A l’époque, ce proche collaborateur de Macron, en fait chargé de sa sécurité mais en congé ce jour-là (!), avait été suspendu deux semaines, puis recasé au Château… sur décision du chef de l’Etat. En douce. Dans le feutré. Ni vu, ni connu. Par le passé, le garde du corps avait déjà agressé un journaliste et un militant communiste, menacé un commissaire de police et même provoqué un accident de voiture avant de tenter de s'enfuir. L’adjoint au chef de cabinet du président (c'est son titre !) était pourtant chargé, il y a encore quelques jours, d'organiser… les vacances du couple Macron au fort de Brégançon.

Au moment du passage à tabac, le voyou présidentiel était accompagné d’un autre homme, Vincent Crase, employé de La République en marche et parfois mobilisé par l’Elysée, qui lui a infligé la même sanction dérisoire avant de mettre fin à leur collaboration.

Dans le gang des gros bras, Emmanuel Macron a aussi compté dans son entourage un certain Makao, passé des ors de la République au canapé de… Jawad Bendaoud, hébergeur des terroristes du 13 Novembre. Dans une vidéo, diffusée sur Snapchat, on peut voir le colosse jouer au jeu vidéo FIFA avec « le logeur de Daech ». Ce garde du corps, qui escortait l’impétrant d’En Marche, était invité à l’Elysée et posait tout sourire en photo avec son « chef », deux jours avant la soirée pyjama. Une proximité inquiétante que la présidence a toujours refusé depuis de commenter.

Au cours de la campagne, le candidat Macron n’avait pas en revanche hésité à défendre (en off tout de même) le sulfureux référent En Marche du Val-d’Oise Mohamed Saou (« Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie »), soutien du régime d’Erdogan, versé dans le complotisme et fan de l’islamiste CCIF.« Il a fait quelques trucs radicaux, c’est ça qui est compliqué, mais c’est un type bien Mohamed. Et c’est pour ça que je ne l’ai pas viré ! », l’avait ainsi excusé Emmanuel Macron, saluant même son « travail remarquable ». 

Dans un autre genre, le président du nouveau monde s’est aussi rapproché de Yassine Belattar. Accusé en décembre par Marianne d'entretenir « le déni de l'islamisme comme le discours sur “les Blancs” et les autres », l’humoriste était allé chercher du réconfort auprès du chef de l’État et avait envoyé le SMS suivant à son « frère » (sic) Macron : « Visiblement, c’est une nouvelle guerre que lance ce journal, je suis au fond du trou. » Réponse par texto du locataire de l’Elysée : « T’obsède pas. Continue. Les critiques suivent le talent. »

Non loin de là, à l’Assemblée nationale, plusieurs députés de la République en Marche se sont aussi illustrés au triste registre des faits divers. M'jid El Guerrab, élu des Français établis hors de France, a ainsi asséné deux violents coups de casque, lors d’une altercation en août 2017, sur le crâne du cadre PS Boris Faure qui, souffrant d’une hémorragie cérébrale, avait dû être opéré et hospitalisé en soins intensifs. Mis en examen pour violences volontaires avec arme par destination, il avait quitté de lui-même le parti majoritaire tout en restant député.

Enfin, personne n’a oublié l’accroc de Laetitia Avia avec un chauffeur de taxi, deux mois plus tôt, à Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne. L’élue de Paris avait alors reconnu devant les policiers l’avoir mordu, évoquant « l'histoire d'une femme qui prend peur, panique et se défend »."

Commentaires

HH

Mais qu'a fait Macron pour énerver Le Monde ??

gaudete

elle est pas belle la ripoublik du petit furher, et en plus ce sont bien des français de souche dont il s'entiche ce guignol, il est entouré d'une belle ribambelle de tordus, mais il ne risque rien avec les journaleux lèche babouches pour ne pas dire autre chose qui pullulent sur la télé bolchevik du petit père de la nation, il est un peu jeune mais il prendra de la graine le bankster

DUPORT

Un homme très calme et posé...
https://www.youtube.com/watch?v=RwprKV-Rs5o

Nabulione

Ne cherchez pas pourquoi Macron protège Benalla : cela ressort de l'éros.. Bref, il faut protéger la vie privée du président !!! XD

Reine Tak

Et que dit l'opposition (s'il y en a une ) ?
Elle se tait comme elle s'est tue devant les images déplorables de la fête de la musique à l'Elysée.

xc

Le même homme qui a été argement applaudi par les Évêques de France.

Franchouillardsansdent

Juste une question ???
Si Alexandre Benalla avait tabassé des militants frontistes (RN) ou de Génération identitaire, en ferait t-on tout un plat ???

DANY

Je crois percevoir dans l'attitude du président sa future campagne électorale.Faire voter pour lui ces minorités des quartiers,sachant que dans l'ensemble les française de souches n'oserons pas comme d'habitude apporter leurs voix à ce qui est qualifié d'extreme droite et le tour est joué.

Edgar Tirol

Il a agressé un militant communiste ? Eh bien ! où est le problème ?

Tite

Moi, je dis barbouze.
Et TV Libertés répond :

https://www.tvlibertes.com/2018/07/19/24407/affaire-benalla-sbire-de-macron-pris-main-sac-jt-tvl-19-juillet-2018

Tite

Autre analyse :

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas"... Comprenne qui pourra... Ah ! Le dévouement à l'amitié ! Quel beau principe qui remonte à Montaigne et La Boétie...mais pour ces deux-là, l'osmose était intellectuelle et poétique...

jejomau

«La violence chez les homosexuels, plus qu’un mythe, une réalité.»

Voilà ce que la Lesbian and Gay Pride Montpellier (LGPM) avait fait éditer sur ses affiches, consciente du fait.

Benalla est un très proche du président… Parait-il...

Exupéry

Tout se passe comme si DAECH et apparentés, en prévision d'un éventuel "grand-soir", cherchaient à placer dans l'entourage du Président de la République, des gens capables de le liquider prestement... Ce dernier n'y voyant que du feu puisque toute "théories-du-complot" ne peut que faire partie des "fake-news" !

nonpossumus

merci de nous zvoir présenté les tontons macroutes !

Zorro

Je me souviens avoir témoigné sur ce Salon Beige, de tous ces barbouzes déguisés en «Benalla» que j’avais remarqués sur l’esplanade des Invalides (lors de la dernière grande Manif Pour Tous). Quelques leçons à tirer je pense, pour les prochaines grosses manifs à venir #nopma #nogpa

Michel

Cette affaire cache quelque chose de plus grave qui se joue au Palais Bourbon.
Le mouton va encore se faire entuber, notre petit bouffon installe la dictature de l'oligarchie… Bonnes vacances…
http://christophecroshouplon.blogspot.com/2018/07/alexandre-bellane-ou-la-strategie-de.html

Papon

Pas facile d'oublier les (mauvaises) habitude de la barbouzerie gaullienne !

Nano 2

C'est "La cage aux folles" en live.

patphil

qui se ressemble s'assemble:
la barbouze conseiller du président
deux députés LREM, une mordeuse et un casse tête
deux députés (au moins) empêtrés dans des affaires financières
etc

Philomène

@ certains,
l'homosexualite' de Macron est une calomnie, il n'y a que des rumeurs. Brigitte n'a pas l'air jalouse, elle est très heureuse.

MEIERS

Quand l'on observe le comportement de l'entourage du Président de la République on est tenté de repenser à la situation de l'Italie voilà bientot un siècle. Mussolini qui était arrivé au pouvoir en 1922 par des voies légales, puis en organisant des élections, s'était entouré d'un groupe de nervis fascistes autour du Général Emilio de Bono, Chef de la police. Après qu'un député de l'opposition socialiste, Matteoti, eût lancé une virulente invective au Parlement contre le pouvoir Mussolinien, de Bono le fit enlever en voiture en plein jour, puis assassiner. Cet évènement fut le signal de la liquidation des institutions démocratiques en Italie. En tenant compte des inquiétantes personnalités dans l'entourage de Macron, on peut s'étonner qu'on n'en soit -pas encore- aux assassinats politiques!

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Macron, calme ? Vous avez dû louper quelques épisodes, avec ses accès de rage de gamin capricieux, ses paroles violentes et insultantes contre les Sans-Dents et les Lépreux : illettrés, alcooliques, des Rien..., vilains Français colonisateurs, liste non exhaustive, naturellement.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.