Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Macron, ou le dernier sursaut d’une vieille élite complètement désorientée
Le procureur de l’Etat de Pennsylvanie montre que le Vatican était informé des abus sexuels

Les retraités mécontents seront morts au moment de la présidentielle...

Alors le gouvernement peut les taper autant que de besoin. C'est ce qu'a déclaré l'éditorialiste de L'Express Christophe Barbier lors du baromètre des éditorialistes, sur BFMTV lundi 27 août, à l’annonce du Premier ministre concernant une progression des retraites moins forte que l’inflation, conduisant à une perte de pouvoir d’achat pour les retraités.

Capture d’écran 2018-08-30 à 07.38.58«Des retraités en colère, est-ce que ça peut être dangereux [pour Macron] ?» «À long terme je ne crois pas. Pour plusieurs raisons. D’ici la fin du quinquennat il y aura peut-être l’occasion de donner un petit peu aux retraités. […] Ensuite il y a chez les retraités une attention aussi à ce qu’il se passe chez leurs enfants et leurs petits-enfants. Si d’ici la fin du quinquennat ces gens-là voient que ça va quand même beaucoup mieux, que les petits-enfants ont trouvé du travail, peut-être qu’ils seront un peu plus indulgents à l’égard du gouvernement.»

«Sans tomber dans le cynisme, il y a beaucoup des plus âgés de ce pays qui ne seront plus électeurs en 2022, parce qu’ils seront morts. Et voilà !» «Et ceux qui seront retraités en 2022, auront été actifs avant et profiteront peut-être de cette politique actuelle. Sans tomber dans le cynisme, ça marche comme ça aussi le comportement électoral.»

Le cynisme et le mépris sont la marque de ce gouvernement. Nous avions connu les médias plus indignés lorsque Nicolas Sarkozy avait ce type de comportement.