Le cardinal Wilfrid Napier accuse l’« activité homosexuelle » au sein de l’Eglise
Mais que reproche-t-on à la fête de la Rosière ?

"Psiquiatria" ou la dictature du seul mot tiré d'une réponse complète et globale du Pape de 2mn et 25s

Le procédé est connu et le coup a porté contre le Saint-Père. Retrouvez ci-dessous l'intégralité des propos du Pape.

Et voici la suite donnée que les détracteurs systématiques de l'Eglise ne donnent pas et qu'il nous appartient de préciser aussi à ceux qui seraient choqués par ce terme que le Pape a fait retirer de la retranscription officielle de son intervention : 

"2/ Pourquoi le pape a-t-il parlé de « psychiatrie » ?

L’utilisation de ce mot a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux. Interrogée lundi 27 août par l’AFP, la salle de presse du Saint-Siège précise que « quand le pape se réfère à psychiatrie, il est clair qu’il cite cela comme un exemple, parmi “différentes démarches qu’ils (les parents) peuvent faire”. Avec ce mot, il ne voulait pas dire qu’il s’agit d’une “maladie psychiatrique”, mais que cela a peut-être quelque chose à voir avec la psychologie. »

De fait, on peut supposer que le pape, en répondant rapidement, a englobé dans ce mot « psychiatrie » l’ensemble des « psys ». Dans la retranscription officielle, ce mot « a été enlevé » plutôt que remplacé « pour ne pas changer la pensée du Saint-Père », explique la salle de presse du Saint-Siège en rappelant que le pape demande toujours à relire les retranscriptions de ses discours prononcés spontanément, « pour être sûr de ne pas avoir dit choses imprécises ou incorrectes ».

En Argentine, la psychanalyse est historiquement liée à la psychiatrie : ce sont en grande partie des psychiatres qui ont introduit les travaux de Freud dans ce pays et qui, au sein de l’Association psychiatrique argentine (APA), ont milité pour que la psychanalyse ne puisse être pratiquée que par des médecins. Il faudra attendre l’arrivée du lacanisme en Argentine pour que psychiatrie et psychanalyse se séparent. Le pape François avait d’ailleurs révélé, dans son livre d’entretiens avec Dominique Wolton (1), qu’il avait lui-même suivi une psychanalyse pendant six mois à 42 ans, avec « une femme médecin et psychanalyste ».

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.