Propagande immigrationniste financée par l’argent public sur le temps scolaire
L'hypocrisie de la gauche prétendument antiraciste

Trop souvent dans l'Eglise, les supérieurs ne rendent pas de comptes

L'abbé Christian Vénard est interrogé sur Boulevard Voltaire à propos du scandale des abus sexuels et de la réponse apportée par l'autorité ecclésiale. Extrait :

Que pensez-vous de la toute récente lettre du pape François adressée à tous les fidèles ?

À mon sens, il s’agit d’abord, au sens technique, d’une communication de crise. [...] Comme beaucoup de prêtres, je reste pourtant encore déçu. Au-delà des paroles et des lettres, nous voudrions enfin des actes forts, à la hauteur des enjeux, non seulement dans l’accompagnement des victimes, mais aussi dans la justice, c’est-à-dire des sanctions sévères pour les coupables et pour les supérieurs qui n’ont pas su, ou pas voulu, prendre leurs responsabilités.

Pourtant, beaucoup a été fait. Ne craignez-vous pas de jeter l’opprobre sur tous les évêques avec de tels propos ?

S’il y a, dès aujourd’hui, amalgame affreux et opprobre, ce ne sont pas les évêques qui en souffrent, mais les simples prêtres. C’est une triste réalité objective : dans l’opinion publique, désormais, tout prêtre est considéré comme un pédophile en puissance. C’est atroce. Ce sont les supérieurs qui sont responsables, par leur manque de clarté, de vigilance et de courage, de cette situation. Il est donc normal qu’ils en portent leur part de responsabilité. Une partie de la défiance actuelle dans l’Église vient que trop souvent ces supérieurs ne rendent pas de comptes, qu’ils semblent intouchables et irresponsables.

Mais y aurait-il des solutions efficaces à mettre en œuvre ?

Je ne suis qu’un simple prêtre – qui plus est aumônier militaire ! Mais cela dit, deux éléments me semblent de nature à être mis en œuvre rapidement. Tout d’abord, que le pape crée une instance indépendante chargée de juger les évêques et les supérieurs religieux, dotée de grands pouvoirs et capable d’entrer en relation aussi avec les autorités judiciaires civiles. La composition de cette instance doit être telle qu’aucune influence cléricale ne puisse s’y faire sentir pour camoufler, minimiser les faits. Cette instance, rendant compte directement au pape, devrait rendre ses conclusions publiques. Il existe déjà, aujourd’hui, des procédures spécifiques romaines pour juger les clercs auteurs d’actes pédophiles. Il s’agit, désormais, de juger ceux qui n’ont pas pris les bonnes décisions et ont ainsi mis en danger des innocents et, plus largement, la vie de l’institution. Cela doit se traduire dans les faits par des démissions et des peines canoniques. Par ailleurs, plus en amont, il y a sans doute à réformer en profondeur la procédure de choix (trop souvent de cooptation) des évêques. On ne peut continuer à choisir des évêques avec des procédures qui remontent souvent au XVIIIe siècle ! Les progrès des sciences humaines devraient évidemment intervenir, comme cela se fait dans beaucoup de milieux professionnels, en particulier au travers de tests psychologiques, très performants aujourd’hui."