La répression sur internet n’a aucune chance de museler les opinions dissidentes
Quel avenir pour la fédération de Paris de LR ?

Avortement : le syndicat des gynécologues crée la stupeur

Interrogé par une journaliste de l'émission de Quotidien sur TMC, mardi 11 septembre, Bertrand de Rochambeau, gynécologue mais aussi président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof), a expliqué qu'il refusait désormais de pratiquer des avortements.


"Moi, je fais un métier avec mes tripes. Je me lève à n'importe quelle heure. La nuit, je fais des opérations très difficiles, avec mes tripes. Et donc aux choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus". "Nous ne sommes pas là pour retirer des vies".

La journaliste lui fait alors remarquer que "ce n'est pas un homicide de faire une IVG". "Si, madame", répond le gynécologue. Valentine Oberti rappelle alors qu'un avortement n'est pas considéré comme un homicide dans le Code pénal.

"Ça, c'est son opinion. Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d'avoir votre opinion. Et si je ne l'ai pas, la loi me protège et ma conscience aussi".