Le Cardinal Edwin O'Brien demande une enquête pour déterminer les responsabilités quant aux promotions de Mgr McCarrick
Contre la pauvreté, en finir avec l’Etat providence

C’est arrivé un 11 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 11 septembre : saints du jour français ou en France.
    • St Patient : évêque de Lyon († V. 480)

À Lyon, vers 480, saint Patient, évêque. Poussé par la charité, il fit distribuer une grande quantité de blé aux cités le long du Rhône et de la Saône, pour venir en aide aux populations affamées et consacra largement son apostolat à convertir les hérétiques et à prendre soin des indigents.

  • St Sacerdos : évêque de Lyon († 552)

À Paris, en 552, le trépas de saint Sacerdos, évêque de Lyon, qui vécut dans l'amour et la crainte de Dieu et mourut en arrivant dans cette ville pour participer à un concile.

  • St Adelphe abbé de Remiremont († V. 670)

Au monastère de Luxeuil en Bourgogne, vers 670, le trépas de saint Adelphe, abbé de Remiremont, qui racheta par une profusion de larmes un bref moment de discorde.

  • St Leudin dit Bodan : évêque de Toul († AVANT 680)

À Toul avant 680, saint Leudin, dit Bodon, évêque. D'abord marié, il embrassa la vie monastique, sa femme Odile prenant en même temps la même décision, et mourut peu de temps après avoir été ordonné évêque.

  • Bx François Mayaudon : prêtre et martyr († 1794)

Sur l'île Madame, au large du port de Rochefort, en 1794, le bienheureux François Mayaudon, prêtre de Soissons et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut déporté, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, et mourut d'une maladie putride.

  • St Jean-Gabriel Perboyre : prêtre de la Congrégation de la Mission Martyr en Chine († 1840)

Jean-Gabriel Perboyre naît à Mongesty, près de Cahors, dans la France méridionale, le 6 janvier 1802. Il est l'aîné d'une famille de paysans assez aisés dont six des huit enfants entreront en religion.

On le destinait à reprendre la ferme, mais il accompagne son frère Louis, âgé de neuf ans, qui doit continuer ses études à Montauban, afin de l'aider à s'acclimater à la vie du pensionnat. L'école avait été fondée et est dirigée par son oncle Jacques, lazariste, qui avait traversé la tourmente révolutionnaire comme prêtre réfractaire. Devant ses aptitudes, on lui demande de rester aussi au pensionnat.

À la fin de ses études, il suit une mission prêchée par un lazariste et il entre dans la Compagnie de la Mission en 1818. Justement son oncle vient de créer un séminaire, car il n'y en avait plus depuis la Révolution ; Jean-Gabriel est son premier élève. 
Il prononce ses vœux en 1820 et en 1823, avant même d'être ordonné, il est nommé professeur à Montdidier, près d'Amiens, où il réussit très bien auprès des jeunes, créant un comité de classe, organisant la visite des pauvres.

Il est ordonné prêtre en 1826 à la Rue du Bac. On l'envoie alors à Saint-Flour dans le Cantal comme professeur de théologie, où il réussit si bien que son évêque le demande comme directeur du Séminaire. Notons qu'il avait suivi les idées de La Mennais sur l'éducation, mais quand celui-ci est condamné (1832), il s'incline. Il est nommé en 1832 assistant du Directeur du Séminaire interne de Paris, c'est le noviciat des Lazaristes. C'est l'époque où l'on ramène les reliques du bienheureux François-Régis, martyrisé en Chine. Cela fait naître en lui le désir de le suivre sur cette voie, d'autant plus que son frère Louis est mort avant d'arriver en Chine.

En 1835, on accepte enfin de le laisser partir pour la Chine. (Le médecin qui s'y était opposé revient sur son verdict…après une nuit blanche!). Son long et pénible voyage dure de mars 1835 à la mi-août 1836, où il arrive à son Poste dans la Province du Ho Nan. Il accomplit plusieurs missions sur ce territoire très vaste. L'année suivante il est Curé dans la Province du Hou Péi.

En 1839, il est livré par un catéchumène. Il subit plusieurs séances de torture qui font de lui un être pantelant, mais il refuse de piétiner la croix. Ses bourreaux sont impressionnés par sa politesse et son calme. Condamné, il doit attendre encore longtemps la confirmation du verdict par l'Empereur. Il meurt par strangulation sur un gibet en forme de croix, le vendredi après-midi 11 septembre 1840. Les chrétiens réussissent par un subterfuge à prendre son corps et l'enterrent à côté du bienheureux François-Régis qui avait été martyrisé 20 ans auparavant.

Jean-Gabriel Perboyre a été béatifie le 10 novembre 1889 par le pape Léon XIII et canonisé, à Rome, par saint Jean-Paul II le 2 juin 1996.

  • le 11 septembre 813 : sacre de Louis le Pieux à Aix-la-Chapelle.

Le Roi Louis le Pieux, est sacré du vivant de Charlemagne. Louis le Pieux est son troisième fils et est roi des Aquitains depuis 781. Il est le seul héritier survivant des 19 enfants de Charlemagne. Le 5 octobre 816, il est couronné et sacré par le pape Étienne IV à Reims. C'est le premier monarque sacré à Reims, après Clovis ; cette pratique est suivie par presque tous les Rois de France ensuite.

 

  • le 11 septembre 1217 : signature du traité de Lambeth.

Par ce traité, Louis VIII de France renonce à ses prétentions à la couronne d'Angleterre.

  • le 11 septembre 1226 : première Adoration eucharistique.

Cette cérémonie est organisée, à la demande du Roi de France, Louis VIII, pour rendre grâce et célébrer la victoire sur les Albigeois dans le cadre de la croisade proclamée par l'Église catholique contre l'hérésie. A Avignon, le Roi demande que le Saint-Sacrement soit exposé. Devant l'afflux de fidèle, l'évêque décide de poursuivre l'adoration nuit et jour. L'initiative, confirmée par la papauté, se poursuit jusqu'en 1792 ! Voir les chroniques du 12 et du 14 septembre.

  • le 11 septembre 1611 : naissance d'Henri de la Tour d'Auvergne, connu sous le nom de vicomte de Turenne, maréchal de France, maréchal général des camps et armées du Roi.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon naît le 11 septembre 1611 au château de Sedan ; il meurt à la bataille de Salzbach, le 27 juillet 1675. Vicomte de Turenne, fils du duc de Bouillon et prince de Sedan, il est plus connu sous le nom de Turenne. Maréchal de France en 1643 et maréchal général des camps et armées du Roi en 1660, il est l'un des meilleurs généraux de Louis XIII, puis de Louis XIV.

Élevé dans la religion réformée, il se convertit au catholicisme en 1668, sous l'influence de Bossuet, notamment après la lecture de son livre Histoire des variations des Églises protestantes. Le fait d'être témoin d'un miracle eucharistique lors d'un incendie incontrôlable au Louvre. Le vent et le feu tombent et s'arrêtent devant la présence réelle. Turenne, témoin de la scène en est profondément touché. Il en témoigne devant la Cour en disant : « Je l'ai vu, je n'en saurai douter, je l'ai vu. »

Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs. De François Marie Algoud (Ed de Chiré, page 58)

Pendant la Guerre de Trente Ans, il lève un régiment d'infanterie en 1625 qui porte son nom. La même année, il fait ses premières armes dans l'armée hollandaise, sous les ordres de son oncle, le stathouder Frédéric-Henri d'Orange-Nassau. Il s'illustre notamment au siège de Bois-le-Duc, contre les Espagnols. Cependant, il choisit en 1630 de passer au service de la France,

A la mort du Roi Louis XIII, c'est Anne d'Autriche, régente de France qui le fait maréchal de France. Turenne n'a alors que 32 ans. Il est envoyé en Alsace où les armées françaises sont en position délicate. Il participe aux sièges de Mayence et de Philippsburg et aux batailles de Fribourg en 1644 et Nördlingen l'année suivante. Il remporte d'innombrables victoires : de Zusmarshausen, de Bléneau (Voir la chronique du 7 avril), du faubourg Saint-Antoine (voir la chronique du 2 juillet), d'Arras (voir la chronique du 25 août), de la bataille des Dunes (voir la chronique du 14 juin), de la bataille de Sinsheim, de la bataille d'Entzheim, conquiert les villes de Belfort et Mulhouse avant de battre les Impériaux à la bataille de Turckheim (voir la chronique du 5 janvier). En 1672, il est nommé capitaine général par Louis XIV.

Il connaît à l'occasion de la Fronde un de ses rares revers militaires en étant vaincu lors de la bataille de Rethel le 15 décembre 1650 par l'armée royale (voir la chronique du jour).

Il est tué par un boulet à la Bataille de Salzbach (voir la chronique du 27 juillet). La France entière le pleure, Le retour du corps de Turenne vers Paris, est une marche à la fois triomphale et funèbre. Il connait un hommage posthume qui rappelle celui qui fut adressé à Du Guesclin, lorsque du château de Randon il fut conduit à Paris. A Paris, les obsèques de Turenne sont célébrées avec une magnificence royale. Louis XIV lui accorde l'honneur posthume d'être enseveli à la basilique Saint-Denis, avec les Rois de France. Lors de la mise à sac et la profanation de la nécropole des Rois de France, par les révolutionnaires, son tombeau est ouvert et son corps est trouvé dans un parfait état de conservation, puis exposé plusieurs mois à la foule. Bonaparte le fait transférer à l'église Saint-Louis des Invalides. Napoléon Ier dira qu'en toutes circonstances il aurait pris les mêmes décisions que lui. La 160° promotion de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (1973-1975) porte son nom. Voir aussi la chronique du 5 avril et du 23 octobre.

  • le 11 septembre 1702 : combat de Champ-Domergue contre les Camisards.

C'est là qu'à lieu le premier combat sérieux des Camisards, dont Cavalier, contre les troupes royales. Voir les chroniques du 20 mars, des 1er et 16 avril.

  • le 11 septembre 1709 : bataille de Malplaquet, au cours de la Guerre de Succession d'Espagne.

L'Armée Royale de Louis XIV ne connait que des défaites face aux Impériaux du Prince Eugène de Carignan-Savoie, aux Anglo-Hanovriens de John Churchill de Malborough et à leurs alliés Bataves (à Ramilies, Turin, Audenarde, Lille…).

Suite à l'Appel à son peuple, voir la chronique du 12 juin (1709), lu dans les diocèses et paroisses, le Roi Louis XIV réussit à mobiliser ses sujets. Bien qu'épuisé par de nombreuses années de guerres, de disettes aggravées par le Grand Hiver de 1709, le Royaume répond en masse. Louis XIV confie le commandement de cette armée au Maréchal Claude Louis Hector de Villars, chef de guerre, haï de la cour mais adoré de ses soldats.

A la tête de 80 000 Français, face aux 100 000 soldats d'Eugène et de Malborough, Villars établit des positions retranchées au lieu-dit Malplaquet entre Mons et Maubeuge.

Claude Louis Hector de Villars

Les positions françaises résistent à tous les assauts, puis se retirent en très bon ordre. 11 000 soldats du Roi sont tombés, dont 6 000 tués. L'ennemi de son côté, a perdu entre 20 000 et 25 000 tués dans le camp adverse. Le Maréchal de Villars blessé au genou lors d'une charge de cavalerie qu'il dirige, aurait dû être amputé, mais il a ordonné à son chirurgien de soigner sa blessure et l'opération réussit.

Marlborough dira: « Avouez que les Français ont été heureux ce jour-là ».

Boufflers écrit au Roi dans la soirée du 11 septembre:

« Sire, la suite des malheurs arrivés depuis quelques années aux armes de Votre Majesté avait tellement humilié la nation française que l'on n'osait quasi plus s'avouer Français. J'ose assurer Sire que le nom français n'a jamais été plus estimé ni plus craint qu'il l'est présentement dans toute l'armée des alliés. »

Villars dira à quant à lui au Souverain : « Si Dieu nous fait la grâce de perdre encore une pareille bataille, Votre Majesté peut compter que ses ennemis sont détruits. »

Car en effet, tactiquement, Malplaquet peut être considéré comme une défaite française mais stratégiquement, au vu des pertes chez les Impériaux et de la bonne retraite française c'est un immense succès du Roi de France, d'où sortira la chanson encore fredonnée de nos jours :

« Malbrouk s'en va-t-en guerre,

Mironton, Mironton, Mirontaine! »

  • le 11 septembre 1758 : victoire du Duc d'Aiguillon sur les Anglais à Saint-Cast.

La victoire de Saint-Cast-le-Guildo est remportée par les miliciens bretons et les soldats du Roi commandés par Emmanuel Armand de Vignerot du Plessis-Richelieu duc d'Aiguillon, petit neveu du Cardinal. Emmanuel de Richelieu est alors Gouverneur du Duché de Bretagne.

Les 10 000 fantassins Anglais de Bligh échouent à s'emparer de Saint-Malo en débarquant trop à l'Ouest. Ils sont ensuite repoussés par les bretons et rembarquent en abandonnant 4 000 tués et blessés et entre 600 et 800 prisonniers.

  • le 11 septembre 1802 : annexion du Piémont par la France.
    • le 11 septembre 1855 : prise de Sébastopol en Crimée.

Le 10 septembre, le général Pelissier prend la ville. Cet épisode est le début de la déroute russe.

  • le 11 septembre 1915 : la Royale commence à sauver des milliers d'Arméniens en Turquie.

Du 11 au 13 septembre, l'opération navale sauve 4 092 personnes, dont 8 blessés. Les bateaux français qui viennent au secours des chrétiens persécutés sont : le croiseur cuirassé amiral Charner  qui recueille 347 Arméniens, le croiseur cuirassé Desaix en recueille 303, le croiseur de 3e classe D'Estrées : 459, le croiseur auxiliaire Foudre : 1 042, le croiseur de 1re classe Guichen : 1 941. Tous ces réfugiés vont être placés dans des camps situés à proximité de Port-Saïd, grâce à l'accord des autorités anglaises qui les accueillent le 14 septembre. Parmi ces réfugiés se trouvent des combattants dont certains rejoindront la légion arménienne du général français Julien Dufieux, en 1920.

Pour en savoir plus lire le roman de Franz Werfel : Les 40 jours de Musa Dagh 

La lecture des mémoires des amiraux des escadres du Levant e souligne le décalage entre leurs actions de protection des chrétiens d'Orient et le recul (pour ne pas dire l'abandon) de la diplomatie française en 1922 et 1923 (désastreux traité de Lausanne).

Ce sera la dernière fois que la France viendra au secours des chrétiens persécutés en tant que tels. Après cette date, la France cessera d'être la nation protectrice des chrétiens, titre que la Russie revendiquait déjà en 1915 et qu'elle est seule à revendiquer de nouveau et à mériter désormais. Tiré du Point du 27/12/2011. Voir aussi les chroniques du 27 avril et du 10 septembre.

  • le 11 septembre 1963 : ouverture du tombeau du frère André par les autorités religieuses, afin de vérifier l'intégrité des restes, pour sa béatification future.

On trouve alors celui-ci intact. Le 12 juin 1978, le pape Paul VI le déclare «vénérable». Après un premier miracle reconnu par Rome, le frère André est béatifié le 23 mai 1982, par le pape Jean-Paul II, puis canonisé le 17 octobre 2010 par le pape Benoît XVI.

  • le 11 septembre 1984 : voyage du pape Jean Paul II au Canada ; discours fait aux femmes et béatification de bienheureuse sœur Marie-Léonie Paradis.

Le pape, à Montréal, leur donne Sainte Marguerite Bourgeoys en exemple ; une champenoise, laïque consacrée partie évangéliser le nouveau monde qu'il a canonisée le 31 octobre 1982 :

«  Portez au cœur de cette société les qualités humaines et chrétiennes dont Dieu a doué votre féminité. […] Les femmes qui veulent justement leur promotion ont intérêt à contempler cette femme forte qui a voulu rendre les femmes de son temps dignes de leur vocation ».

Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l'Escalade, page 267)

Au cours d'une messe célébrée devant près de 400 000 fidèles au parc Jarry, le pape procède à la première béatification en terre canadienne en élevant au rang de bienheureuse Mère Marie-Léonie Paradis, fondatrice de la congrégation des Petites Sœurs de la Sainte-Famille.

  • le 11 septembre 2001 : « attentats » (?) terroristes à New York.

Les attentats du 11 septembre sont une série d'attentats-suicides terroristes menés par 19 pirates de l'air ayant détourné simultanément quatre avions de ligne. Le mardi 11 septembre 2001, ces pirates de l'air ont ainsi précipité deux avions dans le World Trade Center à Manhattan, New York, un dans chacune des deux tours les plus grandes, puis un troisième avion dans le Pentagone, et un quatrième avion s'est écrasé dans un champ dans le comté de Somerset, en Pennsylvanie. Dans un délai de près de deux heures, les deux tours se sont effondrées. Le bilan officiel est de 2 986 décès lors des attentats, incluant les 19 terroristes…

Voir la chronique du 28 juillet, qui raconte comment un bombardier américain percute frappe l'Empire State Building en 1945, n'y faisant un gros trou et tuant 14 personnes…

  • le 11 septembre 2007 : le député F. Hollande demande, à l'Assemblée nationale, une loi de réparation pour les Pieds noirs et les Harkis

Il affirme que les crimes postérieurs au 19 mars doivent être reconnus par la Nation par une loi. « Cette reconnaissance implique nécessairement et juridiquement une loi de réparation. »

Voir les chroniques des 19 et 26 mars, des 13, 17, 25 septembre, du 05 juillet, du 30 octobre.

Commentaires

Louis

Le 11 septembre 1683 mériterait aussi sa place dans la liste

Bainville

"le 11 septembre 2001 : « attentats » (?) terroristes à New York."

Pourrait -on donner tous les indices et témoignages infirmant la version officielle de ces attentats ?

Cela serait intéressant.

Roland

A propos de Sébastopol.
La victoire en Crimée a laissé des traces dans la toponymie parisienne : Sébastopol, Malakoff, Alma etc…
La politique de Napoléon III est souvent présentée dans les écoles et lycées comme un modèle tant sur la plan intérieur que sur le plan extérieur. C’est du moins le bassinage cérébral, que j’ai subi lorsque j’ai suivi cette scolarité il y a 60 ans !
Mon opinion a grandement évolué depuis, n’en déplaise à feu Mr Philippe Seguin . Le développement économique intérieur n’était que la vague de fond de toute l’Europe utilisant des procédés industriels, chimiques et métallurgiques, agronomiques qui résultaient des recherches scientifiques et économiques accomplies quelques décennies plus tôt ou dans le siècle précédent ( par exemple le chimiste Lavoisier).
C’était l’époque où l’ingénieur épousait la fille du patron et prenait les rênes de l’entreprise ou de la banque pour le plus grand profit des ouvriers, des paysans et de l’Eglise !! (très nombreuses églises construites à cette époque).
Mais pour la politique étrangère : quel manque de jugeote :
Guerre de Crimée : faire la politique des Anglais aux dépens des Russes et finalement au profit des Turcs et contre les chrétiens de l’Orient.
Guerre du Mexique : une gabegie pour la gloriole dont les conséquences anti-européennes se font encore sentir.
Guerre d’Italie : une boucherie au profit de la Franc-maçonnerie. (l’honneur de l’humanité sauvé par le Suisse Dunant)
Absence de soutien à l’Autriche dans la période de Sadowa
Réaction bien tardives à l'occupation de Rome par les nationalistes italiens.
Et le bouquet : la guerre franco-allemande de 1870, désastre dont les conséquences furent : la promotion de Bismarck, la guerre de 1914-1918 (se venger de l’Autriche en émiettant l’Empire) et la guerre de 1940.
La prise de Sébastopol fut bien une ‘victoire à la Pyrrhus’. Puisqu’elle généra en France une opinion publique favorable à la guerre, selon cette idée qu'une bonne guerre dans des uniformes bien boutonnés résout les problèmes politiques, opinion qui s’avéra une fâcheuse habitude pour la suite.
A noter que les Français, que nous sommes, poursuivent le même aveuglement : nous emboitons le pas aux Américains et aux Anglais dans leur politique anti-russe, anti-persane, pro-turque et pro-saoudienne.

Bainville

A quoi servent les rares commentaires permis sur les articles, si vous ne les publiez même pas.
Ma question était intéressante.

Merci malgré tout pour votre dévouement à la vérité.

Bainville

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)