L'apprentissage de l'arabe dans les écoles est une revendication de l’Organisation de la coopération islamique

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate (PCD) et ancien député, explique dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles en quoi la volonté de Jean-Michel Blanquer de vouloir généraliser l'enseignement de la langue arabe dans les écoles primaires est un contresens politique total :

Images-9"Dans la droite ligne de son prédécesseur, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer souhaite donc « redorer le blason de la langue arabe », en généralisant son enseignement dans les écoles primaires françaises. À bon droit, cette décision suscite les oppositions les plus vives.

Premièrement, elle marque une continuité très claire avec les projets de François Hollande, dont les intentions électoralistes étaient à peine camouflées. La même tentation communautariste est ici à l’œuvre, et pour les mêmes raisons, elle doit être combattue.

Deuxièmement, il faut être naïf pour croire qu’il suffirait d’enseigner l’arabe dans les écoles françaises pour diminuer l’influence des prédicateurs islamiques dans les mosquées. En tout état de cause, on pourrait parfaitement soutenir la thèse inverse : nous serions encore davantage connectés avec la langue officielle et unique de la communauté musulmane, celle, paraît-il, de la révélation du Coran. Le risque est tout aussi important de renforcer les liens des jeunes arabisants avec leur communauté d’origine. On ne combat pas l’islam conquérant en enseignant la langue qu’il pratique, on le combat en critiquant les arguments qu’il avance ! On ne renforce pas la cohésion sociale de la France en apprenant aux jeunes élèves une langue étrangère, mais en leur faisant apprendre encore davantage et mieux la langue française.

Troisièmement, et ceci est lié au point précédent, l’apprentissage de la langue arabe dans les écoles primaires occidentales est une revendication officielle de l’Organisation de la coopération islamique (en quelque sorte « l’ONU musulman »). Il est revendiqué par ses Etats membres comme un moyen objectif de redorer le blason de l’islam en Occident, et de renforcer l’attachement des musulmans à la communauté des croyants. Ignorer cette dimension de politique internationale des états arabes musulmans n’est pas seulement une preuve incroyable d’ignorance, c’est une faute politique grave ! De plus, c’est une manière parfaitement efficace de favoriser la politique de ses adversaires : chacun trouvera sur ce point le qualificatif qui convient.

Bien sûr, la langue arabe a toute sa place dans l’enseignement en France, au lycée et à l’université. Vouloir généraliser l’enseignement dans les classes primaires n’a aucun sens. Les dénégations du ministre n’y feront rien. Et les invectives, les faux procès en fascisme qu’il intente à ceux qui le critiquent ne parviendront pas à masquer ni l’inanité de cette décision, ni le parfait contresens politique qu’elle représente, ni la faiblesse de ses orientations. Pour le coup, c’est un célèbre proverbe arabe qui le dit : « Quand on a une maison en verre, on ne jette pas des pierres sur les gens ». Si Monsieur Blanquer apprend l’arabe à titre personnel, il ne manquera pas de tomber sur cette sentence qui pourrait lui être utile."

 

De "L'arabe"

Lu sur Facebook :

41556900_10156842855057174_5554450787511304192_n"Arrivé en France un 14 juillet 1966, du Liban, mon père Jean-Claude Zahar (libanais catholique, né en Égypte à Alexandrie), avait pris l'arabe en option pour le bac. Son examinateur était algérien. Ils ne se comprenaient absolument pas. Mon père tenta même de lui déclamer quelques poèmes en arabe égyptien, alors à la mode avec les films de Youssef Chahine (un catholique) avant une ultime tentative avec un poème pré-islamique censé être une référence universelle...même incompréhension; il a eu 0.

Lorsque mon grand oncle, Joseph Naggear (premier polytechnicien libanais, ministre et "père" des ingénieurs "arabes"), conduit la première réunion pour la Ligue Arabe (seul chrétien de l'Assemblée), il du la tenir en grande partie en français et conclut la fameuse réunion par :"les arabes se sont mis d'accord aujourd'hui pour ne pas être d'accord". Tous d'applaudir mais tous avaient-ils bien compris ? Il n'y a que 10% des arabophones capables de lire le coran dont une majorité de chrétiens et de juifs: et ce qu'il y a à y comprendre est confus et/ou haineux.

Il n y a pas de civilisation arabe, musulmane ou arabo-musulmane (malgré la tentative opérée au siècle dernier au travers de la NAHDA), mais il y a bien une civilisation française et chrétienne. Et les chrétiens libanais, comme les Français, feraient bien de le comprendre, cela nous évitera de nouveaux drames. Le jour où tous les Libanais et les Français cesseront de se considérer comme arabo-musulmans, ces derniers cesseront de chercher notre perte en s'appuyant sur nos divisions. L'arabe comme l'Islam est source de corruption, de division et de bêtise. Les deux attirent surtout les racailles et ne produisent que de mauvais fruits. Seul des traîtres, des collabos, de sombres idiots ou des anti-catholiques anti-francais peuvent considérer un intérêt dans l'apprentissage d'un des nombreux idiomes incertains arabiques ou la construction de mosquées chez nous (Liban inclus)"


Arabe à l'école : une solution qui aggrave le problème

Selon Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste, coauteur des “ Territoires perdus de la République ” et de “ Une France soumise ”, interrogée dans Valeurs Actuelles :

Enseigner l’arabe à l’école avait déjà été suggéré dans ce type de rapport ?

C’est la rengaine d’El Karoui depuis des années et c’est absolument inepte. Il prétend qu’on lutterait contre l’islamisme en enseignant davantage l'arabe à l'Ecole publique ; c’est toujours la tactique « un problème = une solution » qui n’en est pas une mais induit au contraire une aggravation du problème de départ. Il argue du fait que le nombre d'élèves étudiant l'arabe à l'école publique a baissé de moitié au cours de la décennie écoulée quand il a été multiplié par dix dans les mosquées. Factuellement c’est exact, mais il n’en explicite pas la cause, laissant entendre, avec une certaine perfidie, que c'est l'institution scolaire qui a obligé les « musulmans » à ce repli. Malgré eux donc. Le journaliste qui lui faisait face [dans la matinale d’Europe 1] acquiesce car il est outré par une telle discrimination. Or la vérité c’est que l’Education nationale a fermé progressivement ces classes au cours des dix dernières années car il y avait de moins en moins d'élèves inscrits. Pourquoi ? Parce que les familles préféraient que leurs enfants apprennent l'arabe coranique et non l'arabe littéraire moderne. Voilà la vraie raison qu’il se garde bien d’expliquer.

Pourquoi ce rapport s’il ne nous apprend rien de neuf ?

Parce que l’objectif est politique et non intellectuel. Il faut construire « l’islam de France » nous répète-t-on au plus haut sommet de l’Etat. Je dis : chiche ! Laissons les représentants du culte musulman le faire. Mais personne ne le souhaite car on sait à quoi ressemblerait alors cet islam : il serait aux mains de la mouvance fréro-salafiste car c’est elle qui domine aujourd’hui. Donc, dans un bel élan démocratique on les contourne plutôt que de les combattre sans pitié et on inflige aux pouvoirs publics – donc aux contribuables français – la charge politique et financière de construire « l’islam de France », cette Arlésienne dont on entend parler depuis Chevènement ministre de l’intérieur et que le CFCM de Sarkozy a définitivement enterré ! Un premier pas a d’ailleurs été franchi vers cette intrusion de l’Etat dans le religieux : Jean-Pierre Chevènement est désormais président de la Fondation de l’islam de France crée en décembre 2016, une institution à vocation culturelle : faire connaître l’islam aux Français non musulmans, faire connaître la République aux musulmans. On hésite entre un paternalisme affligeant et une fumisterie à la socialo… El Karoui, c’est le revers de la médaille : il vise à créer une « parenthèse concordataire » pour reprendre l’expression de son ami Alain Minc promoteur de son projet. Il veut que l’Etat crée et donc finance une structure institutionnelle cultuelle en appui de la Fondation précitée. El Karoui a déjà trouvé son nom : l’association musulmane pour un islam de France (rapport de 2016). C’est elle qui serait chargée de collecter la dîme du hallal pour financer le culte (formation des imams, construction des mosquées, pèlerinages etc.). L’argent c’est le nerf de la guerre et c’est d’ailleurs l’essentiel de l’argumentaire de l’ex-banquier El Karoui en prétendant qu’il va ainsi s’émanciper de la tutelle idéologique des Saoudiens, Qataris etc."


La croissance des agressions à l'arme blanche tient aux appels récurrents des djihadistes à utiliser ce type d'armes

Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme (CAT), déclare au Figarovox :

Unknown-28"[...] les études menées par le Centre d'Analyse du Terrorisme (CAT) montrent un accroissement de l'usage des armes blanches dans les attentats et les projets d'attentats depuis 2014. Si ces armes étaient utilisées dans 13 % des attaques entre 2008 et 2013, elles ont représenté 23 % des armes utilisées entre 2014 et 2016, et 30 % en 2017 au sein de l'Union européenne. Plusieurs facteurs expliquent le recours plus fréquent à des armes rudimentaires, notamment l'accès rendu plus difficile aux armes de guerre ainsi qu'aux composants d'explosifs, même s'il est toujours possible de s'en procurer. Un autre facteur tient également au profil des individus qui passent à l'acte: beaucoup d'entre eux (plus de 60 % des individus jugés pour des faits de terrorisme) n'ont pas de parcours carcéral et parfois aucun antécédent. Sans contact avec des réseaux criminels, ces individus sont contraints de recourir à des armes rudimentaires, parfois de manière mimétique en reproduisant des modes opératoires utilisés avec succès ailleurs.

Est-ce le signe d'une hausse de la violence dans notre société? Le terrorisme islamiste a-t-il selon vous contribué à répandre ce mode opératoire, même s'il semble que l'agression d'hier soir ne relève pas directement du terrorisme?

En effet, le dernier facteur qui explique cette croissance des agressions à l'arme blanche tient aux appels récurrents des organisations djihadistes à utiliser ce type d'armes pour frapper nos pays. Depuis septembre 2014, l'État Islamique a multiplié les appels en ce sens et l'expérience montre qu'ils ont une résonance importante chez les membres ou sympathisants de cette organisation. Rappelons que dans un enregistrement diffusé le 22 août dernier, le chef de l'État Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, a de nouveau appelé ses partisans à frapper les pays européens avec des armes rudimentaires, précisant que ce type d'attaques équivalait à 1 000 opérations dans la zone syro-irakienne. Les enquêtes en cours devront déterminer si les dernières actions ont été perpétrées en réponse à ces appels. [...]"

Le journal de TV Libertés revient sur le sujet :


Le désquilibré du jour sur le tarmac de l'aéroport de Lyon

Le trafic aérien a été interrompu après une course-poursuite entre un homme et des forces de l'ordre sur les pistes de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry. Il criait «Allah Akbar», selon une source policière, et aurait prétendu être «l'envoyé de Dieu» quand il a été arrêté

L'homme de 31 ans a été interpellé alors qu'il s'était introduit sur les pistes de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry avec sa voiture. Il a brisé deux portes vitrées situées sur la gauche de l'entrée principale du Terminal 1 de l'aéroport.


Appel de 100 patriotes : Pas de Médine au Bataclan, au nom du respect dû à nos morts

L'appel de Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan, à empêcher le crachat à la mémoire des victimes du Bataclan a provoqué une vague d'indignation. Riposte laïque a demandé à 100 patriote de signer cet appel :

Unknown-30Le 13 novembre 2015, une série d’attentats islamistes causaient, dans différents points de Paris, la mort de 130 personnes, dont 89 d’entre elles seront exécutées, de manière barbare, au Bataclan. Des centaines d’autres resteront handicapées, et traumatisées à vie.

Presque trois ans plus tard, cette salle de spectacle, qui appartient au Groupe Lagardère, dont le Qatar est à présent le principal actionnaire, a osé proposer au rappeur islamiste Médine d’y tenir un spectacle, les 19 et 20 octobre prochains. Ce « chanteur » n’hésite pas à prôner ouvertement, sur des photos, le djihad, avec un sabre, appelle dans ses chansons, à crucifier les laïcards, se vante de « fêter les émeutes comme tu fêtes la Toussaint », avec des paroles ouvertement racistes et haineuses.

Cette insulte à la mémoire des victimes, à la souffrance de leur famille, cette provocation malsaine à l’encontre de la France et de ses morts innocents, ne paraît pas émouvoir notre gouvernement. Pourquoi pas des concerts de Médine à Nice, à l’Eglise de Saint-Etienne du Rouvray, à Magnanville, et partout où les coreligionnaires de Médine ont tué  ? Qui pourrait accepter que des adeptes de l’idéologie d’Adolf Hitler osent monter un spectacle à Oradour-sur-Glane ?

Les Français, durement touchés dans leur chair par une série d’attentats sanglants, et par de multiples agressions au camion, à la voiture, au couteau ou à la kalachnikov, ne peuvent accepter ce nouveau défi des islamistes, qui, à cette occasion, testent les capacités de résistance de notre nation.

Si les « Gaulois » acceptent cela, sans réagir, la France sera la risée du monde, et nos compatriotes devront accepter bien d’autres humiliations, par la suite. Ce nouveau défi est intolérable. Il est temps de mettre un coup d’arrêt à ce funeste scénario.

Au-delà de nos différences, nous appelons tous nos compatriotes à se rendre disponibles pour montrer, par leur présence massive devant le Bataclan, que la France n’est pas prête à se laisser humilier par Médine et ses complices islamistes, sur son propre sol.

Il en va de l’honneur des Français.

Tous devant le Bataclan, le 19 octobre, à 18 heures.

  • Patrick Jardin, père de Nathalie, assassinée au Bataclan, le 13 novembre 2015.
  • Henry Afonso, président de l'Union Gaulliste
  • Robert Albarèdes, maire honoraire de Gréasque
  • Bernard Antony, président de l’Agrif et de Chrétiens Solidarité
  • Anne Bastide, Ligue du Midi, Femmes en colère
  • Thomas Bégué, responsable du Bar associatif le Menhir-Bordeaux
  • Caroline-Christa Bernard, adhérente d’une Association des Victimes du Bataclan
  • Martial Bild, directeur de la rédaction et des programmes de TV-Libertés
  • François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service politique
  • Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal FN de Saint-Nazaire, conseiller régional Pays-de-Loire
  • Hugues Bouchu, Président des Amis Franciliens de Synthèse Nationale
  • Paule Bouvard, militante de la Ligue du Midi et du Cercle des Citoyens Patriotes
  • Thierry Bouzard, musicologue
  • Gérard Boyadjian, cinéaste, acteur
  • Gérard Brazon, ancien conseiller municipal de Puteaux
  • Claude Brovelli, Ancien journaliste de la télévision française
  • Franck Buhler, Membre Fondateur du Mouvement pour la France, Président du Conseil Départemental de la Résistance 82
  • Renaud Camus, écrivain, président du CNRE
  • Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque
  • Erick Cavaglia Administrateur Ligue du Midi Gard
  • François Célier, pasteur et écrivain
  • Jean-François Cerisier, lieutenant-colonel en retraite
  • Jean-Louis Chollet, poète et architecte d’intérieur
  • Georges Clément, écrivain, président du Comité Trump
  • Jacques Clostermann, pilote de ligne
  • Christian Combaz, écrivain
  • Jean-Christophe Comet, fonctionnaire
  • Dan Corbet, trésorier de Résistance républicaine
  • Paul-Marie Coûteaux, écrivain
  • Gérard Couvert, Conseiller national Debout La France
  • Emmanuel Crenne, conseiller régional RN Occitanie
  • Hervé Cuesta, président d’une association d’Anciens Combattants
  • Jean-Michel Darqué, Ligue du Midi de Toulouse
  • Raphaël Delpard, Cinéaste et romancier
  • Charles Demassieux, écrivain
  • Alain De Peretti, président de Vigilance Halal
  • Henri Dubost, patron du Libre Journal de l'Identité à Radio Courtoisie
  • Ghislaine Dumesnil, conductrice de bus, présidente des Editions Riposte Laïque
  • Guillaume de Thieulloy, directeur du Salon Beige
  • Serge Federbusch, Ancien élu de Paris
  • Pierre Fortin, responsable de Résistance républicaine du Var
  • François Galvaire, Président de la Meute-France
  • François Gaubert, général, conseiller régional RN en Occitanie
  • Jacques Ghédin, trésorier de Résistance républicaine
  • Philippe Gibelin, Président Nationalité-Citoyenneté-Identité
  • Jean-Cyrille Godefroy, éditeur
  • Jacques Guillemain, ancien officier de l’Armée de l’Air
  • Roland Hélie, président de Synthèse nationale
  • Véronique Hervouet, écrivain,  psychanalyste, vice-présidente du Siel
  • Pascal Hilout, né Mohamed, Résistant à l’islamisation de la France
  • Fanny Idoux, ex-Truchelut, professeur de danse historique
  • Sébastien Jallamion, ancien policier
  • François Jay, Président du Siel Bordeaux
  • Thomas Joly, vice-président du Parti de la France
  • Jean Lafite, Chevalier de la Légion d’honneur, Commissaire colonel de l’Armée de l’Air en retraite
  • Bruno Lafourcade, auteur
  • Carl Lang, président du Parti de la France
  • Ronan Le Gall, porte-parole d’Adsav (Parti du peuple breton)
  • Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia
  • Nathalie Le Guen, conseillère régionale Nouvelle Aquitaine, conseillère municipale de Bègles
  • Hubert Lemaire, auteur
  • Christian Le Scornec, ancien conseiller régional Ile-de-France
  • Dominique Lescure, Administrateur Bloc Identitaire
  • Les Brigandes, groupe musical
  • Yves Maillard, capitaine de vaisseau honoraire
  • René Marchand, journaliste, écrivain
  • Eric Martin, Nouvelles de France
  • Samuel Martin, rédacteur-en-chef du quotidien Présent
  • Marcel Meyer, membre du CNRE
  • Nicole Mina, Conseillère régional Rassemblement National
  • Minurne Résistance, site patriote
  • Francoise Monestier, journaliste, secrétaire générale de Polemia
  • Claire Navarro, Cercle algérianiste
  • Karim Ouchikh, président du Siel, conseiller régional Ile-de-France
  • Lucien Samir Oulahbib, auteur, enseignant, Président de resiliencetv.fr
  • Guy Pagès, prêtre
  • Caroline Parmentier, journaliste au quotidien Présent
  • Frédéric Pichon, avocat, vice-président du Siel
  • Gérard Pince, économiste, essayiste, président de la free world academy
  • Christian Piquemal, général, président du Cercle des Citoyens Patriotes
  • Guy Rolland, écrivain
  • Myriam Roques, Conseillère régionale RN Occitanie
  • Grégory Roose, fondateur du site d'information Adoxa
  • Olivier Roudier, Porte-Parole Ligue du Midi
  • Richard Roudier, président de la Ligue du Midi
  • Jean-Paul Saint-Marc, ancien syndicaliste enseignant
  • Albert Salon, ancien ambassadeur
  • Guy Sebag, avocat à la retraite, président de Riposte Laïque
  • Farid Smahi, Président national des « Cercles Arabisme et Francité » Chevalier de l’Ordre National du Mérite
  • Josyane Solari, conseillère municipale d’Aix-en-Provence
  • Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine
  • Jean Théron, vice-président de Résistance républicaine
  • Christian Vanneste, président du Rassemblement pour la France (RPF), député honoraire
  • Vincent Vauclin, Président Dissidence française
  • Joachim Veliocas, directeur du site islamisation.fr
  • Sybil Vergnes, présidente Entraide et Solidarité
  • Maurice Vidal, professeur de philosophie, auteur
  • Vincent Vidal, Président Siel Provence
  • Maryvonne Villard - Femmes en Colère
  • Jordi Vives, journaliste de réinformation
  • Anne Zelensky, féministe historique et laïque résistante.

Le monopole du salafisme au sein de l'islam en France

Images-5Le rapport de l'institut Montaigne indique, sans surprise pour nos lecteurs, que l'islamisme est aujourd'hui en situation du monopole intellectuel, aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les librairies. Autre information : la quasi-totalité des réponses en ligne aux questions religieuses est fournie par des interlocuteurs proches des salafistes. 

Au cœur de la Fabrique de l’islamisme, le titre du rapport, désigne deux pays, la Turquie et l'Arabie Saoudite. Selon l'enquête de l’institut Montaigne, l'argent déboursé par ces deux États afin de former des cadres politico-religieux et diffuser l'islam politique a fini par influencer les musulmans européen et imprégner leur pensée.

Il leur a fallu un rapport de 800 pages pour savoir cela. On avance...


Et revoilà la taxe sur la viande halal

Unknown-27L’Institut Montagine publie un rapport de 800 pages avec des propositions pour réformer l'islam en France, rapport destiné au président de la République. Parmi les propositions faites par l’essayiste proche d’Emmanuel Macron, Hakim El Karoui, il y a la taxation des produits halal​ pour financer la construction des mosquées.

Cette taxe avait déjà été envisagée dans les années 1990 par Charles Pasqua et elle revient régulièrement. Toutefois il n’y a pas de norme commune au halal en France.

Si cette taxe était instituée, il faudrait clairement indiquer le mode d'abattage de la viande, afin de pouvoir refuser de collaborer à l'édification de l'islam en France.


Le président du CRCM Bretagne : "Il n'y a pas d'islam de France"

Unknown-23Mohamed-Iqbal Zaidouni, président du conseil régional du culte musulman (CRCM) de Bretagne, lors d'une réunion organisée par la préfecture d’Ille-et-Vilaine, répond à la question qu’attendez-vous sur la gestion du culte musulman en France ?

« Les musulmans sont capables de s’organiser. Mais l’Islam, c’est l’Islam. Il n’y a pas d’Islam de France ou d’autre pays. Est-ce que l’on parle du catholicisme de France ? Il faut que le conseil français du culte musulman (CFCM) soit maintenue et renforcée »

D'autres questions ?


Médine au Bataclan : oui, Marsault à la Galerie Art Maniak : non

Alors qu'il a perdu sa fille le soir des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan, Patrick Jardin a exprimé sa colère après la programmation du rappeur Médine dans la salle de spectacle parisienne les 19 et 20 octobre :

Unknown-16«Je sais bien que Monsieur Médine n'est pas un terroriste, mais ses idées appellent aux meurtres des blancs». «Je suis entièrement pour la liberté d'expression. Au vu du nombre de salles à Paris, je pense qu'il serait souhaitable qu'il puisse faire son concert ailleurs. Il ne peut pas faire son concert au Bataclan».

«J'ai écrit à la ministre de la Culture. (...) J'ai également écrit à Monsieur Poubelle (gérant du Bataclan, NDLR), que j'ai eu l'occasion de voir à trois reprises, car c'était le patron de ma fille. (...) J'ai écrit à Monsieur Lagardère, propriétaire du Bataclan.»

Des lettres restées sans réponse.

«Je vais charger mes avocats de voir s'il est possible de faire annuler ce concert, car c'est un trouble public et surtout un trouble à la mémoire des personnes décédées dans cette salle».

En revanche, Art Maniak, une jeune galerie parisienne qui expose de la bande dessinée, a annulé suite aux hourvaris de la gauche une exposition des oeuvres de Marsault, dessinateur de droite, qui travaille pour les éditions RingLe responsable de la galerie Art Maniak, Clément Gombert, explique :

Capture d’écran 2018-09-06 à 16.20.16«Je ne m’attendais pas à de telles réactions. Ce sont les éditions Ring qui m’ont contacté pour me présenter le travail de cet auteur, que je ne connaissais pas, je l’ai lu et son esthétique m’a plu. C’était vraiment sur des critères esthétiques et parce que son humour m’a plu.»«C’est une erreur, mais je ne m’étais pas renseigné sur les idées de cet auteur. Mais, de toute façon, les opinions politiques ne m’ont jamais intéressé. Avant de préparer l’exposition Marsault, on a accroché des travaux féministes d’Artemisia.»

Suite à cette annulation, les éditions Ring ont révélé ceci :

Nous avions fait le choix pacificateur de taire ce à quoi Marsault a échappé en avril 2017. Face à l'ampleur des cabales, de la désinformation sur ses opinions politiques supposées, de menaces reçues et de nouveaux projets d'agressions, le temps est venu de vous révéler l'infâme projet prévu contre Marsault le 8 avril 2017, lors de sa dédicace nantaise.

Vous devez savoir que des antifas ont eu le projet bien réel d'intercepter Marsault avant son arrivée à la librairie ou d'entrer en force et en nombre sur le lieu de la dédicace, de le maîtriser et de lui TRANCHER LES MAINS pour qu'il ne puisse plus jamais dessiner. Si cette boucherie échouait, le plan B était de détruire les mains de Marsault À LA MASSE. Information qui nous a été divulguée par l’appel anonyme d'un antifa qui était prévu sur le raid ce jour-là, qui a refusé de participer à ce massacre et qui a décidé de nous en informer. Ce projet barbare nous a été CONFIRMÉ par les forces de l'ordre dans l'après-midi du 7 avril, veille de l'événement, d'où la présence massive de CRS ce jour-là et de douze agents en civil dans la librairie lors de la dédicace (pour assurer sa protection à l'intérieur)."

La liberté d'expression, c'est la gauche qui la décide.


Condamnation de l'association musulmane de Clichy pour prières de rue illégales

Après 34 prières de rue :

"A raison de 500 € la prière de rue illégale, l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) et son président, Mohand Kazed, sont condamnés à 5 000 € d’amende chacun et, ensemble, à 17 000 € de dommages et intérêts à verser à la ville de Clichy. Au terme de débats juridiques un brin complexes, le tribunal correctionnel de Nanterre a rendu cette décision ce mardi. Ainsi, les juges ont tranché : les trente-quatre prières de rue organisées chaque vendredi, entre le 24 mars et le 10 novembre 2017, sans déclaration à la préfecture, ne sont pas conformes à la loi.

En faisant venir les fidèles devant l’hôtel de ville, pour prier en partie sur le boulevard Jean-Jaurès, l’UAMC et son président entendaient protester contre leur expulsion des locaux de la rue d’Estienne-d’Orves, mis à disposition par l’ancien maire de la ville, Gilles Catoire (PS), selon les termes d’un bail précaire. A l’expiration de celui-ci, après l’élection du nouveau maire (LR) Rémi Muzeau, l’association avait refusé de quitter les lieux tandis qu’un nouveau lieu de culte était ouvert rue des Trois-Pavillons."


Terrorisme : le « déséquilibré » de Trappes avait passé une batterie de tests psychologiques

Ghislaine Dumesnil, ancienne machiniste RATP (jusqu’en 2015) qui a courageusement dénoncé l’islamisation de cette entreprise publique, est interrogée dans Présent. Extrait :

En apprenant l’attentat de Trappes jeudi dernier, vous avez reconnu Kamel Salhi ?

Les attaques au couteau et les égorgements en France c’est quasiment tous les jours, mais on n’en entend pas toujours parler, comme pour l’assassinat d’Adrien à Grenoble qui n’a commencé à prendre de l’ampleur que grâce aux médias alternatifs et aux réseaux sociaux. Cette fois, en entendant l’info sur BFM TV et en faisant des recherches, j’apprends que le tueur avait travaillé à la RATP, sur une ligne de Puteaux. Puteaux c’est mon ancien dépôt, celui de Nanterre. Je suis allée voir son profil Facebook et quand j’ai vu sa photo, je l’ai reconnu. J’ai travaillé avec lui, je l’ai côtoyé au moment même où je dénonçais les barbus et les avancées de la charia à la RATP. La situation était très mauvaise pour moi, certains musulmans étaient très agressifs, ont cessé de m’adresser la parole et m’ont mise en quarantaine. J’étais une cible toute désignée et j’ai réalisé que je côtoyais quelqu’un qui était tout à fait capable de me tuer pour ce que j’avais dit. Ça m’a fait froid dans le dos.

Vous n’avez pas attendu les attentats du 13 novembre 2015 et que l’on découvre que Samy Amimour, l’un des djihadistes du Bataclan, avait travaillé à la RATP pendant 15 mois, pour dénoncer dans une vidéo puis dans votre livre la montée du communautarisme islamiste parmi les chauffeurs de bus de la RATP. Que se passait-il sur votre lieu de travail ?

Je suis arrivée à la RATP en 1999. C’est le moment où s’est mise en place l’embauche par la discrimination positive et nous avons vu arriver de plus en plus d’agents issus de l’immigration et musulmans. La RATP voulait, notamment en banlieue, que les chauffeurs soient « à l’image des voyageurs ». Les agressions venant essentiellement de « jeunes » des quartiers dits sensibles majoritairement issus de l’immigration, la « bonne idée », pensaient-ils, était de les embaucher pour les insérer socialement, les occuper et diminuer le nombre des agressions. La direction pensait qu’ils respecteraient plus leurs coreligionnaires au volant des bus que les chauffeurs français de souche accusés d’être des racistes peu compréhensifs face à leurs agresseurs ! Ils se sont totalement et gravement plantés. [...]

Que pensez-vous de la déclaration du ministre de l’Intérieur après l’attentat de Trappes, qui a totalement passé sous silence la radicalisation du tueur ?

C’est systématique. Il y a toujours la même gêne. Pourtant Kamel Salhi était au fichier des radicalisés pour apologie du terrorisme (FSPRT), licencié – et seulement licencié – par la RATP en 2016 pour avoir arrêté son bus d’une ligne de Puteaux et hurlé à des usagers : « Par Allah, vous allez tous mourir. » Il a crié « Allah Akbar » avant de poignarder sa femme, sa sœur et une passante, l’Etat islamique a revendiqué son geste. Comme l’a très bien expliqué Alexandre del Valle, il est possible que des déséquilibrés répondent aussi à l’appel de l’Etat islamique. Ils passent à l’acte au nom de l’Etat islamique et au nom d’Allah. Concernant le terme de déséquilibré, j’ajoute que ça m’étonne toujours. Ils avaient dit la même chose de Samy Amimour. Or, pour entrer à la Régie, il faut passer une batterie de tests, dont des tests psychologiques, rencontrer des psychologues qui nous passent au crible."


La mise en place d’un islam de France : une vaste entreprise d’islamisation de la France à fonds publics

L'abbé Michel Viot revient sur le projet gouvernemental concernant l'organisation de l’islam de France :

Product_9782072696909_195x320"[...] Je pense, et je crois ne pas être le seul, qu’il va s’appuyer sur les idées développées par Monsieur Hakim El Karoui dans son livre L’islam, une religion française (Editions Gallimard-Le Débat, décembre 2017). Ce livre est important (il a été précédé par une étude publiée par l’Institut Montaigne), parce qu’il est fort intelligemment présenté et aborde pratiquement tous les points difficiles de l’entreprise. Mais des flous et des obscurités demeurent, et même ce qui peut apparaître comme des dissimulations. Pourquoi, par exemple, laisser entendre que ce serait la seule lutte contre l’islamisme, à partir de 2015, qui aurait motivé son engagement dans la cité comme musulman alors que Monsieur El Karoui dirigeait dès 2010-11 – et c’était parfaitement son droit – un établissement musulman culturel et cultuel (l’ICI de Paris). S’agissait-il alors de lutter contre l’islamisme ? C’est certes à la limite du procès d’intention fait à l’auteur ; je l’assume parce que je crois simplement que ce qu’il propose peut avoir, entre autres, de très graves conséquences sur la paix publique. Pire, il est permis de se poser la question, à la lecture de son livre, si cette mise en place d’un islam de France ne va pas en fait consister en une vaste entreprise d’islamisation de la France à fonds publics.

Je dirige depuis deux ans une émission mensuelle sur Radio Courtoisie : Le libre journal de lumière et d’espérance. Mon émission de rentrée se tiendra le dimanche 2 septembre en direct de 12 h à 13 h 30, avec pour titre « Islam de France, l’heure de vérité ». Nous y discuterons de « l’islam de France », et essaierons de montrer quelles sont les conséquences de sa mise en place et structuration pour tous les Français.

J’aurais souhaité la présence de Monsieur El Karoui. Elle ne sera apparemment pas possible, et s’il doit en être ainsi, je le regrette. Mais le sujet sera quand même traité. Accompagné d‘Alain Wagner (de l’International Civil Liberties Alliance), mon ami et collaborateur Odon Lafontaine, auteur du Grand secret de l’islam sera présent. Il fait partie de ceux qui dans le sillage du P. Edouard-Marie Gallez étudient l’islam avec sérieux, avec la même exigence de vérité que pour tout ce qui concerne le christianisme. L’esprit critique n’est point incompatible avec celui de foi dans la tradition catholique. Nous avons donc des questions précises à poser, tant à partir de textes religieux que de faits historiques incontestables. Ce qui se produit par exemple quand l’islam rencontre la modernité. Les siècles qui précèdent le nôtre sont riches d’exemples à ce sujet. Ils seront évoqués au cours de cette émission, avec d’autres considérations, tirées du livre de Monsieur El Karoui que nous commenterons. Je me permets de rappeler à ce propos qu’Odon Lafontaine et moi-même avons écrit La Laïcité, mère porteuse de l’islam ?(éditions Saint Léger-Les Unpertinents) qui traite ce sujet au fond. J’y renvois les lecteurs pour préparer l’émission."


Le déséquilibrisme, cette maladie vraiment contagieuse

Eh oui, Sofiane S, connu des renseignements pour radicalisme islamique, menace d’égorger sa voisine "comme à Trappes" et profère régulièrement des propos “de type Daech”.

Diagnostic : déséquilibrisme.

Traitement : padamalgam. 

"il menace d’égorger sa voisine «comme à Trappes». Un homme de 44 ans avec des antécédents psychiatriques et connu des services de renseignements a menacé une voisine ce vendredi...."


Attentat de Trappes par un employé de la RATP : des langues se délient

L'anarchie règne aussi dans les transports en commun parisiens. On le sait, mais ça va mieux en le disant

""J’ai été chauffeur de bus pendant 37 ans, dont 10 ans sur le N22, le Noctilien qui va de Juvisy, dans le 91, à Châtelet. Après avoir vu et subi trop d’agressions, j’ai pris ma retraite en août 2016. Les violences faisaient partie du quotidien, et allaient d’une simple insulte jusqu’à la tentative de viol. Lorsque je demandais aux usagers de valider leurs titres de transport, certains me répondaient que je n’avais qu’à 'fermer ma gueule'. Si j’insistais, ça se finissait mal. 

L’agression de trop, qui m’a fait prendre ma retraite, s’est passée cet été, lorsque j’ai justement demandé à un voyageur de me présenter son titre de transport. Il m’a regardé, et avec sa main, il a mimé le geste de me tuer. J’ai voulu porter plainte pour menace de mort. Les policiers ont regardé la vidéo et ont bien vu la personne faire ce geste. Mais la direction n’a pas souhaité que j’aille au bout, elle préfère défendre le voyageur. Le manque de soutien envers le chauffeur de bus est un véritable problème. Quand on essaie de faire respecter les règles, on nous demande de nous taire".

L'islamisme rampant s'est infiltré par leur pseudo diversité dans le recrutement des agents de la régie : 

"Kamel Salhi a tué par le couteau sa mère et sa sœur et grièvement blessé une passante, ce jeudi à Trappes, en hurlant « Allah akbar » avant de se retrancher dans la maison et d’être abattu par les forces de l’ordre.

L’attaque a été revendiquée par l’État islamique en ces termes : « L’auteur de l’attaque dans la ville de Trappes […] est l’un des combattants [du groupe] État islamique et a perpétré cette attaque à la faveur des appels à cibler des ressortissants des pays de la coalition ».

Bien évidemment, le sinistre de l’Intérieur, Gérard Collomb, préfère le qualifier de déséquilibré plutôt que de terroriste, évoquant des troubles psychologiques importants. On connaît la chanson…

Première surprise… condamné et connu des services de police pour apologie du terrorisme depuis 2016, fiché FSPRT pour radicalisation, j’apprends qu’il avait été chauffeur de bus de la RATP. Je me dis : « tiens ? comme Samy Amimour ! celui qui avait été, le 13 novembre 2015, un des assassins de masse du Bataclan. »

Deuxième surprise… j’apprends, à la lecture des différents articles des journaux mainstream, qu’il a été licencié par la RATP en 2016 pour avoir arrêté son bus d’une ligne de Puteaux et proféré en hurlant ces propos à des usagers : « Par Allah, vous allez tous mourir ».

Et tout d’un coup, je réalise" (suite).


Rennes : des immigrés veulent squatter un gymnase... mais il est déjà occupé pour l'Aïd

Une cinquantaine d'immigrés emmenés par le MRAP se sont retrouvés devant le complexe sportif du Haut-Sancé à Rennes, lundi 20 août pour y ouvrir un squat. La police leur a barré le passage.

Le gymnase du Haut-Sancé doit accueillir mardi 21 août, des célébrations de l’Aïd-El-Kébir...

Bienvenue dans la France d'après.


Construction des mosquées de Trélazé et Angers

Avec la généreuse complicité de la mairie :

"La mosquée de Trélazé s’agrandit, et ce de manière spectaculaire avec la construction d’un dôme impérial. Six arcs en bois de 2,5 tonnes chacun portent la structure. L’un de ces arcs mesure 26 mètres de long. [...] La Ville de Trélazé a versé une subvention de 300 000 € pour l’agrandissement de ce centre culturel. Le chantier devrait être livré en mai 2019 pour un coût estimé de 1,8 million d’euros.

Où en est la construction de la future mosquée d’Angers dans les Hauts-de-Saint-Aubin ? « Le gros œuvre sera bientôt terminé et nous passerons ensuite à l’aménagement intérieur », confie un membre de l’association des musulmans d’Angers."


Alexandre Benalla a fréquenté deux ans l’avocat Karim Achoui très proche des islamistes

Benalla a entretenu des relations avec l’avocat Karim Achoui, radié du barreau de Paris, notamment pour manquements déontologiques. Karim Achoui  fonda en 2013 la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM). La même année, il attaque l’hebdomadaire Charlie Hebdo qui avait réalisé une couverture satirique sur le Coran. Il attaque également le maire de Chalon-sur-Saône qui voulait supprimer les menus alternatifs en cas de présence de porc dans un plat de cantines scolaires.


Les islamistes donnent trop de travail aux policiers

A Rennes :

"Dans les mois à venir, environ 50 islamistes radicaux en fin de peine sortiront de prison en région Rennaise.

En effet, en Bretagne, les services de renseignement croulent sous les dossiers d’islamistes radicaux. Dans cette région, les gendarmes, les renseignements territoriaux et la DGSI sont les principaux services ayant pour mission de les « traiter ». Ils doivent alors estimer l’« importance » du dossier : S’il y a des suppositions sur un potentiel passage à l’acte ou de départ en Syrie, celui-ci passe en milieu « fermé » à la DGSI. Sinon, ce sont les policiers des renseignements territoriaux, aidés par le groupe zonal d’appui et de recherche, constitués de 27 agents, qui sont en charge de la surveillance.

« Il y a de plus en plus de radicalisés », affirme un policier inquiet. « Côté police, assurément une centaine de personnes en Bretagne », confirme une source judiciaire."


"Je suis musulman et je bute tous les cathos"

Samedi après-midi, Emad F., ressortissant égyptien de 23 ans, a menacé des passagers sur le quai de la station de métro parisien Anvers (ligne 2). Il a menacé les voyageurs avec un couteau, en hurlant :

"je suis musulman et je bute tous les cathos."

Il a été maîtrisé par des passagers. L’homme était en revanche déjà connu pour des faits de droit commun.


Frédéric Saint-Clair : La droite face à l’Islam

Analyste en stratégie et en communication politique, ancien chargé de mission du 1er ministre Dominique de Villepin, Fréderic Saint-Clair se fonde sur la "perspective civilisationnelle" de Samuel Huntington pour affirmer que seule une droite conservatrice (qui reste à construire) peut répondre à l’Islam et au problème culturel qui en découle. L’ouvrage, brillant, ne laissera pas le lecteur indifférent. L’ouvrage, pas plus que l’entretien.


La mairie LR de Longjumeau veut vendre des parcelles au salafistes

Capture d’écran 2018-07-09 à 19.04.49Cette mairie a longtemps été dirigée par le maire de gauche... Nathalie Kosciusko-Morizet. Et elle s'était engagée dans cette voie islamiste. Sandrine Gelot, maire (LR) de Longjumeau, estime que ce terrain est le bon. Lors de sa séance de ce mardi soir, le conseil municipal va se prononcer sur la vente de deux parcelles communales au centre socio-culturel islamique de Longjumeau (CSCIL). 

La mosquée est dirigée depuis mai 2017 par un employé municipal médiateur de « l’espace jeune », Sileymani Diakite. Il partage sur sa page Facebook les publications de la page Facebook  » Information culte musulman » gérée par le prédicateur Mohamed François, proche de Hani Ramadan. 


Emmanuel Macron va-t-il promouvoir des Frères Musulmans ?

Hakim El Karoui, ami d’Emmanuel Macron, lui fait des propositions sur la réorganisation de l’islam de France. Sa note que Le Monde divulgue inquiète : la volonté de propulser au Conseil d’administration de l’Association musulmane pour l’islam de France des imâms et prédicateurs liés aux Frères Musulmans. Figurent comme personnes pressenties :

  • LAbecedaire-des-Institutions_hakim-el-karoui-copieTareq Oubrou, l’imâm de Bordeaux, qui défendait il y a quelques années ouvertement le califat et la lecture salafiste du Coran, admis son appartenance aux Frères Musulmans dans un livre d’entretien paru en 2013, au même moment où l’organisation armée des Frères en Egypte passait à l’action (80 églises attaquées, plusieurs monastères, milices armées au Caire etc.). Dans Le Prêtre et l’imâm , paru aux éditions Bayard en 2013, Tareq Oubrou affirme page 134 :« Le mouvement des Frères Musulmans prétend moderniser la religion, sans rien toucher à l’essentiel. Ce discours, peu audible, est en perte de vitesse. Je continue d’être membre de ce mouvement ».  Autres perles de l’imâm de Bordeaux : « Les Arabes n’avaient d’autres choix que d’attaquer pour survivre » Tareq Oubrou, imâm de Bordeaux, dans Un imâm en colère, éditions Bayard, 2012. « Si le Coran a appelé à la guerre, c’est pour imposer la paix » imâm Tareq Oubrou, France Culture, 20/11/2012. « L’Imâm Al Banna veut qu’on soit comme des salafistes » Tareq Oubrou, conférence en ligne à la gloire du fondateur des Frères Musulmans.
  • Mohamed Bajrafil. Très conciliant avec Tariq Ramadan, et tendre avec les « savants » du Conseil européen de la Fatwa, on lira ici notre portrait ce celui qui est imâm d’Ivry pour comprendre l’ensemble de ses références radicales. Sur son site officiel, il se vante dans sa biographie d’avoir été formé à l’école des islamistes radicaux Safwat Hegazi  et Al QaradawiSafwat Hijazi , égyptien, invité au congrès UOIF en 2012, conférencier dans plusieurs mosquées UOIF dont Mulhouse ces dernières années. Principal intellectuel des Frères Musulmans dans le Moyen-Orient. Emprisonné par Sissi. A affirmé à la télévision égyptienne en juillet 2012 >« Si vous lisez la littérature des Frères Musulmans, voilà ce qui ne peut jamais être perdu de vue : le califat islamique et la domination du monde. Oui, nous serons les maitres du monde, l’un de ces jours. »
  • Enfin, Azzedine Gaci membre de l’UOIF, imâm de Villeurbanne. Sur l’UOIF, lire notre dossier sur ses prédicateurs incitant à la haine et à la violence. 

La mosquée de Poitiers, financée par le Qatar, porte le nom arabe de la bataille de Poitiers

Unknown-2C'est sur cette mosquée, encore en construction, que des membres de Génération Identitaire étaient monté.

Dans une vidéo en arabe, sur la chaîne qatarie Al Rayyan, en 2015, Boubaker Al-Hadj Amor, figure de l’UOIF, révèle le vrai nom de la “Grande Mosquée de Poitiers” : Balat al-Chouhada... le nom islamique de la bataille de Poitiers en 732 !

« Pourquoi avez-vous nommé cette mosquée “Pavé des Martyrs”? L’avez-vous appelé du nom de la bataille qui a eu lieu ici ? »

« Oui, grâce à Dieu, cet endroit est sur la ligne principale passée par l’armée islamique. C’était une route pavée par les Romains, et l’armée islamique est passée par cette route. Alors, grâce à Dieu, cet endroit est à côté de la ligne principale. C’est pour cela qu’on l’a nommée “Mosquée Pavé des Martyrs” ».

La « bataille du Pavé des Martyrs », comme la désignent les historiens arabes, ou bataille de Poitiers, a vu la victoire en 732 de Charles Martel sur l’armée d’Abd er-Rahman, signant la fin des incursions musulmanes au nord des Pyrénées, et préparant la Reconquista au sud.

« Nous voulons que ce centre soit une mosquée et un centre de rayonnement culturel ». « Le but de ce centre est de créer les conditions d’une rencontre avec l’islam et parler de cette religion sainte et pour qu’il soit un centre de prédication. Inch’Allah. »

L’imam de Poitiers admet aussi avoir bénéficié de fonds étrangers pour poursuivre la construction de la mosquée, interrompue plusieurs années durant en raison d’un manque de financement par les fidèles locaux.

« Ce que nous avons construit, c’est grâce à Dieu et avec l’aide de l’organisation “Qatar Charity” ».

La Qatar Charity a pour objectif de favoriser le prosélytisme religieux, notamment en Afrique, et soutient soutient dans le monde entier des projets de mosquées, d’écoles coraniques et d’instituts de mémorisation du Coran. Qatar Charity a été accusée par les Etats-Unis, Israel et plusieurs pays du Golfe de soutenir le terrorisme. Oussama Ben Laden a utilisé l’organisation pour financer les activités de sa nébuleuse Al-Qaida dans les années 90. Des groupes djihadistes au sein de l'opposition syrienne ont aussi bénéficié de son soutien.  

L’imam de Poitiers évoque aussi soutien du maire PS :

« Bien sûr, le maire, grâce à Dieu, est mon collègue à l’université. Il a encouragé la construction de ce centre, et nous avons pu, grâce à Dieu, obtenir la licence. Le problème est que la licence est de dix ans et a expiré en 2013. Mais, grâce à la relation de fraternité et d’amitié entre le maire et moi, il m’incite toujours à accélérer l’achèvement du projet. Que Dieu nous bénisse. Inch'Allah. »

Son successeur socialiste Alain Claeys faisait lui partie des personnalités, qui ont soutenu l’imam et ses fidèles à la suite de l’occupation, en 2012, du chantier de la mosquée par des membres de Génération identitaire. 

Boubaker El-Hadj Amor est le grand architecte du projet de la Grande mosquée, bâtie sur un terrain de 7 000 m2 et dotée d’une salle de prière pour 700 fidèles et d’un minaret haut de 22 mètres, pour un coût global de plus de 3 million d’euros. Cet ingénieur a mobilisé tous les réseaux de l’union islamiste, vitrine légale des Frères musulmans en France, pour participer à son financement. Son argument pour les convaincre :

« J'ai fait valoir l'histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix sur les ruines de la bataille de 732 : tout un symbole ».

Mais ce sont les Identitaires qui sont condamnés par les collaborateurs de l'envahisseur.


Le BNVCA dépose plainte contre Boubakeur, qui couvre les prêches antisémites de l'Imam de Toulouse

Thumbnail-4Le BNVCA a reçu un nombre important de protestations de correspondants choqués d'apprendre et de lire que le Recteur de la Grande Mosquée de Paris Mr Dalil Boubakeur défend et soutient l'imam Tatai auteur d'un prêche anti juif et anti républicain prononcé dans la mosquée de Toulouse en décembre 2017 et diffusé sur les réseaux sociaux.

L'imam de Toulouse loue la guerre incessante du musulman qui doit chercher « le juif » « derrière chaque arbre pour le tuer ». Le parquet de Toulouse ouvre une information pour incitation à la haine. Le BNVCA a déposé plainte pour ces faits.


Les casseurs végans épargnent le halal

Images-11Depuis la mi-avril, seize enseignes, principalement des boucheries artisanales, ont été la cible d’activistes antispécistes entre Genève et Nyon. Aux côtés de trois McDonald’s et d’un fourreur, deux kebabs figurent aussi parmi les commerces caillassés.

Pour autant, l’abattage rituel halal et casher, impliquant l’égorgement de l’animal sans étourdissement, ne fait pas partie des cibles. Virginia Markus, militante antispéciste, Elisa Keller, déléguée suisse de l’association 269 Libération animale, et Pia Shazar, présidente de l’association Pour l’Égalité animale, expliquent :

«Au vu du contexte d’islamophobie inacceptable dans lequel nous vivons, taper sur une population déjà stigmatisée ne serait vraiment pas anodin. De plus, tenir un discours critiquant l’abattage rituel en particulier risquerait d’être relayé par des mouvements xénophobes, ce que nous voulons éviter à tout prix».

Les vegans, nouveaux complices de l'islamisme. Bientôt il n'y aura donc plus que des boucheries halal.


Les projets secrets de Daech pour semer la terreur en France

Pendant que le ministère de l'Intérieur interpelle des pères de famille qui se préparent visiblement à se défendre, l'Etat islamique se prépare à envoyer des adolescents-soldats ayant grandi en Syrie commettre des attentats en France. Ces "Lionceaux du Califat" ont grandi en Syrie, ont été recrutés par l'Etat islamique et ils seraient au coeur d'un projet secret mené par l'organisation terroriste. Ce projet serait même entré en phase opérationnelle. Les détails font froid dans le dos :

  • Recruter des enfants ayant grandi en Syrie.
  • Attendre qu'ils grandissent pour qu'ils deviennent "méconnaissables", "pour pas qu'il y ait de reconnaissance faciale".
  • Une fois passée l'adolescence, les envoyer en France commettre des attentats.

L'Etat islamique envisagerait aussi de commettre des attaques dans les campagnes françaises.


Allahicité : Le Ministère de l'Intérieur lance les assises territoriales de l’islam de France

Juste après avoir annoncé l'arrestation de 10 individus soupçonnés de vouloir s'en prendre à des musulmans sans être passés à l'action (ce qui nous permet de dire que le gouvernement doit donc pouvoir interpeller les fichés S...), le ministère de l'Intérieur a reçu le CFCM "pour faire le point sur l’avancement des chantiers de l’islam de France".

Gérard Collomb a décidé du lancement d’assises territoriales de l’islam de France, en vue de permettre une grande concertation associant les acteurs de terrain dans chaque département, que les préfets ont la charge d’organiser d’ici au 15 septembre. Seront abordés les thèmes de la représentation institutionnelle de l’islam de France, de la gouvernance des mosquées, du financement et de la formation des imams. Leur composition devra permettre de représenter toute la diversité des musulmans français, un doux rêve, étant donné que les musulmans algériens, marocains, turcs, ..., sont en concurrence permanente.

Capture d’écran 2018-06-25 à 22.07.19


Les élections en Turquie provoquent de violents affrontements entre Turcs et Kurdes

A Mantes-la-Jolie :

Capture d’écran 2018-06-25 à 21.51.57"Dimanche soir, une bagarre générale a opposé des dizaines membres de la communauté turque à des Kurdes dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie.

Les forces de l’ordre sont intervenues en grand nombre afin de disperser la foule. Il n’y a pas eu de blessés mais l’arrivée rapide des policiers a sans doute permis d’éviter des incidents plus graves : certains participants, femmes et hommes, étaient armés de barres de fer, de sabres ou de bâtons.

Cette rixe s’est déroulée en soirée, peu après le résultat des élections présidentielle et législatives en Turquie où le président sortant Erdogan a rapidement proclamé sa victoire.

Sur certaines vidéos, on aperçoit des automobilistes klaxonner au volant de leur véhicule, drapeau turc étendu, devant des cafés kurdes. Ils ont alors été pris à partie par des inconnus qui ont estimé être provoqués. Deux cafés turcs ont alors été attaqués."

63,9% des Turcs de France ont voté pour l'islamiste Erdogan. A Lyon, il fait 86%.


"Tu sais, papa, il y a un problème à l'école avec le ramadan"

L'Obs découvre l'islamisation :

3171617_c-est-chobin"Joseph est un petit garçon de bientôt 7 ans scolarisé en CP dans une école publique de la ceinture rouge de Paris. Une école bien mixte, qui mélange les origines sociales, culturelles et géographiques, comme il en existe trop peu. Il y a trois semaines, Joseph a demandé à son papa, cadre et agnostique, ce qu’était le ramadan. Les autres enfants en parlaient beaucoup à l’école. Le père lui a expliqué, autant que sa connaissance de l’islam et son sens de la vulgarisation le lui permettaient. Et puis, il y a quatre jours, Joseph, en se mettant à table pour dîner, a annoncé de but en blanc : "Tu sais, papa, il y a un problème à l'école avec le ramadan."  Le problème, en l'occurrence, c’est que Bachir ne vient plus à la cantine parce que "les animateurs le grondent quand il ne mange pas ; ils lui disent qu'il va être fatigué". Or, Bachir n’a manifestement pas le choix :

"S'il mange, il nous dit qu'il va se faire gronder encore plus fort par sa maman."

Ce n’est pas la première fois que Joseph entretient ses parents des microdrames qui se trament dans le secret du réfectoire. Il y a quelques mois, il s’était épanché sur les soucis d’Heddi "qui aime les saucisses, alors qu’il n’a pas le droit de manger du cochon". L’enfant avait la mauvaise habitude de venir chiper des morceaux de knacki dans l’assiette de ses voisins athées. Le problème a perduré. Sans que Joseph soit capable d’expliquer clairement si Heddi n’osait pas se servir en saucisses au self-service de peur d’être dénoncé par son frère aîné. Ou s’il était interdit de plats charcutiers par les animateurs à la demande de ses parents."

Les aventures du Petit Nicolas ont bien changé.


Liberté d'expression : victoire judiciaire contre le CCIF

Privas-600x740Sébastien Jallamion avait publié en août 2016 un tweet qui a choqué le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), qui a porté plainte au parquet de Paris pour incitation à la haine ou à la discrimination envers une communauté de personnes en raison de son appartenance réelle ou supposée à la religion musulmane.

Le CCIF est le cheval de Troie de l’islam politique et est lié aux Frères Musulmans. Se présentant comme défendant les « droits de l’Homme » et niant toute connivence avec les Frères Musulmans, l’avocate du CCIF, Me Asmae EL Idrissi, s’est lancée dans une plaidoirie plus proche du gloubi-boulga que de l’argumentaire juridique.

A la barre Sébastien Jallamion plaida : « Résistance » et « Ne pas subir », le chantage à l’islamophobie, piège pour interdire toute critique de l’islam, « djihad judiciaire »…

Le Ministère Public, qui avait décidé de le poursuivre, estima qu'il n’y avait aucune infraction.

Le tribunal correctionnel a relaxé Sébastien Jallamion et a débouté le CCIF.


« Allah Akbar » a bien été lancé dans la cathédrale de Nantes

Cathedrale-nantes-choeurDaniel Hamiche revient sur le tweet du 20 mai de Pierre Sautarel (FrDesouche) et les développements (voir ici, ici et ), sur l’incident survenu dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes – lors de la messe de la Pentecôte du dimanche 20 mai, et contesté par le vicaire général du diocèse. Voici un nouveau témoignage de l'un des confirmands de ce dimanche de Pentecôte :

« Je tenais à confirmer qu’il y a eu un incident à la cathédrale de Nantes le 20 mai lors de l’homélie de Mgr James. J’étais présente ce jour là car je faisais ma Confirmation. Un homme Noir a en effet arraché de micro, a dit “Allah Akbar” et a parlé dans un dialecte inconnu. Ensuite, il a été repoussé par des personnes de l’entourage de Monseigneur. Le lendemain, j’ai regardé la presse mais rien. J’ai aussi demandé quelques jours plus tard à des personnes qui géraient la cérémonie. Mais elles ne semblaient pas au courant. Je sais qu’il s’est passé quelque chose. Mais quoi ? Je trouve dommage de ne pas avoir plus d’information ! ». [22 juin, 15 h 16]


La déséquilibrée était en fait bien équilibrée

Unknown-19Hier, suite à l'attaque au cutter, le procureur de la République de Toulon indiquait très très vite aux médias que 

«C'est apparemment le fait isolé d'une personne avec des troubles psychiatriques avérés»

Or, cette femme a été reconnue responsable de ses actes par un expert psychiatre :

"L'examen psychiatrique effectué par un expert psychiatre l'a déclarée responsable des faits, avec aucune atténuation de sa responsabilité. Elle est handicapée adulte, mais handicapée physique".

"Selon les témoins sur place, elle a dit qu'elle était la fiancée d'Allah, ce qu'elle ne nie pas en garde à vue. Mais il n'y a aucun élément pour établir un lien avec Daech à ce stade".