Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



C’est arrivé un 8 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 8 août : saints du jour français ou en France.
    • St Sever : prêtre à Vienne († Vème S.)

À Vienne en Gaule, au Ve siècle, saint Sever, prêtre.

  • St Mommole : abbé de Fleury sur Loire († 608)

Bordeaux, en 608, le trépas de saint Mommole, abbé de Fleury-sur-Loire, qui s'employa à transférer du Mont Cassin dans son monastère les ossements de saint Benoît et les y déposa avec la plus grande vénération.

  • le 8 août : fête de saint Dominique de Guzmán, le fondateur de l'Ordre des Dominicains.
  • le 8 août 1838: le plan maçonnique de perversion de l'humanité.

Dans une lettre datée du 8 août 1838, adressée par Vindice à Nubius, noms de guerre de deux chefs de la Haute Vente italienne :

«Le catholicisme n'a pas plus peur d'un stylet bien acéré que les monarchies ; mais ces deux bases de l'ordre de la société peuvent crouler sous la corruption ; ne nous lassons donc jamais de corrompre.

Tertullien disait avec raison que le sang de martyrs enfantait des chrétiens. Il est décidé dans nos conseils que nous ne voulons plus de chrétiens ; ne faisons donc pas des martyrs mais popularisons le vice dans les multitudes. Qu'elles le respirent par les cinq sens, qu'elles le boivent, qu'elles s'en saturent ; et cette terre où l'Aretin a semé est toujours disposée à recevoir de lubriques enseignements. Faites des cœurs vicieux et vous n'aurez plus de catholiques. Eloignez le prêtre du travail de l'autel et de la vertu ; cherchez adroitement à occuper autrement ses pensées et ses heures ; rendez-le oisif, gourmand et patriote, il deviendra ambitieux, intrigant et pervers. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, pages 100 et 101)

  • le 8 août 449 : ouverture du « Brigandage d'Éphèse ».
  • le 8 août 1549 : la France du Roi Henri II déclare la guerre à l'Angleterre.
  • le 8 août 1570 : Paix de Saint-Germain en Laye.

Les huguenots obtiennent 4 villes de sûreté avec la paix de St-Germain : La Rochelle, Cognac, La Charité, Montauban, pour une durée de deux ans. A l'issue, ils doivent les rendre. Ce qu'ils ne feront que sous la contrainte et beaucoup plus tard !

  • le 8 août 1588 : l'Invincible Armada est détruite au large de la Bretagne.

L'Invincible Armada (La Felicísima Armada) est le nom de la flotte d'invasion armée par Philippe II d'Espagne pour conquérir l'Angleterre en 1588. 130 navires, transportant 30 000 hommes sont perdus, en grande partie, détruits par une tempête.

  • le 8 août 1697: fin du siège de Barcelone.

Le Siège de Barcelone commence le 15 juin 1697. C'est un des nombreux épisodes de la guerre de la ligue d'Augsbourg. Il oppose la France à l'Espagne. L'armée française, avec plus de 30 000 hommes, contre 11 000 pour les Espagnols, sous les commandements de Louis-Joseph de Vendôme et de Victor Marie d'Estrées, conquiert la ville le 8 août 1697.

  • le 8 août 1786 : première ascension du Mont Blanc par Jacques Balmat et le docteur Michel Paccard.

Voir la chronique de la veille.

  • le 8 août 1788 : le Roi Louis XVI convoque les États généraux pour le 5 mai 1789.
  • le 8 août 1793 : la Convention prononce la dissolution de toutes les Académies et Sociétés savantes patentées ou dotées par la Nation et la confiscation de leurs biens.
  • le 8 août 1828 : décès de Louis Nicolas Robert.

Louis Nicolas Robert naît à Paris le 2 décembre 1761 et décède à Vernouillet le 8 août 1828. C'est lui qui invente en 1798 la première machine à papier produisant des bandes de 12 à 15 mètres de papier. Il ne peut cependant en tirer aucun profit et finit sa vie d'instituteur à Vernouillet.

  • le 8 août 1918 : selon Ludendorff, c'est «le jour de deuil de l'armée allemande».

Plusieurs divisions allemandes sont balayées par les forces alliées. La percée des alliés fait suite à la consécration de toutes les armées alliées par le généralissime Foch en présence de tout son état-major. Voir la chronique du 15 juillet.

La réponse de Notre-Dame ne se fait pas attendre.

  • le 8 août 1918 : début de la bataille d'Amiens.
  • le 8 août 1969 : le franc est dévalué de 11,1%.

C’est arrivé un 7 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 7 août : saints du jour français ou en France.
    • St Donatien : évêque à Chalons († IV S.)

À Châlons en Champagne, au IVe siècle, saint Donatien, évêque.

  • St Victrice : évêque de Rouen († V. 420)

A Rouen vers 420, saint Victrice, évêque. Étant soldat, sous Julien l'Apostat, il quitta le baudrier pour servir le Christ, endura de nombreux tourments infligés par son tribun et fut condamné à la peine capitale. Mais il s'échappa et retrouva la liberté, devint évêque et conduisit à la foi du Christ les Morins et les Nerviens, peuples jusqu'alors indomptés.

  • St Donat : évêque de Besançon († après 656)

À Besançon, après 656, saint Donat, évêque, qui rédigea, pour les vierges consacrées, une Règle à partir des prescriptions des saints Benoît, Colomban et Césaire.

  • Bx Agathange de Vendôme et Bx Cassien de Nantes : O.F.M., capucins et martyrs († 1638)

À Gondar en Éthiopie, l'an 1638, les bienheureux Agathange de Vendôme (François Nourry) et Cassien de Nantes (Gonzalve Vaz Lopez-Netto), prêtres capucins et martyrs, qui s'efforcèrent de réconcilier avec l'Église catholique les chrétiens séparés, en Syrie, en Égypte et en Éthiopie, mais, sur l'ordre du souverain d'Éthiopie, furent pendus avec leur propre corde et lapidés.

  • le 7 août 1316 : le pape Jean XXII est élu à Lyon, son règne est l'un des plus longs à Avignon.

  • le 7 août 1461 : les obsèques du Roi Charles VII sont célébrées en la basilique de St-Denis.

Son fils Louis XI n'y assiste pas.

  • le 7 août 1620 : les partisans de Marie de Médicis sont défaits par les troupes royales de Louis XIII aux Ponts-de-Cé, près d'Angers.

En 1617, le jeune Roi Louis XIII a décidé de prendre en main le gouvernement du royaume. Devant les fortes oppositions, il fait exécuter Concini et assigner à résidence Marie de Médicis au château de Blois. Celle-ci s'échappe et rassemble une armée contre son fils. La coalition est vaincue par l'armée royale.

  • le 7 août 1640 : achat de l'île de Montréal par la Société Notre-Dame de Montréal.

Jérome le Royer

Pierre Chevrier

Père Jean-Jacques Olier

Fondateurs de Montréal

En 1639, est fondée la Société Notre-Dame de Montréal. Parmi les membres, on retrouve Jérome Le Royer, Sieur de La Dauversière (voir la chronique du 6 novembre), Pierre Chevrier, Baron de Fancamp et Père Jean-Jacques Olier.

La Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France achète l'île de Montréal à la Compagnie de la Nouvelle-France. Son objectif consiste à fonder une ville fortifiée en Nouvelle-France afin d'y instruire les colons français et les Indiens chrétiens. Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve est envoyé par la Société Notre-Dame de Montréal pour prendre possession de la concession.

  • le 7 août 1786 : départ pour la première ascension du Mont Blanc.

Le médecin Gabriel-Michel Paccard, et le chasseur savoyard Jacques Balmat réalisent l'ascension du mont Blanc. Ils relèvent le défi d'Horace Bénédict de Saussure, un jeune scientifique genevois, qui a promis une forte récompense à qui atteindrait le premier le plus haut sommet d'Europe. Ils mettent deux jours à réaliser l'ascension Cette ascension marque le début de l'alpinisme. Les deux hommes ont aujourd'hui leurs statues sur la place de Chamonix.

  • le 7 août 1712 : Fénelon obtient un privilège pour publier sa "Démonstration de l'existence de Dieu".
  • le 7 août 1744 : Louis XV tombe gravement malade, à Metz.

Il fait le vœu de reconstruire l'église de sainte Geneviève, à Paris, s'il guérit.

  • le 7 août 1814 : le pape Pie VII rétablit la Compagnie de Jésus dans le monde entier.
  • le 7 août 1815 : Napoléon part en exil pour l'île de Sainte-Hélène.
  • le 7 août 1830 : le duc d'Orléans devient Louis-Philippe Ier, roi des Français.

A la Chambre, Chateaubriand proteste contre l'usurpation de Louis-Philippe d'Orléans et renonce à toutes ses charges et pensions.

  • le 7 août 1899 : le procès en révision de Dreyfus commence à Rennes.
  • le 7 août 1960 : indépendance de la Côte d'Ivoire.

C’est arrivé un 6 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 6 août : fête de la Transfiguration du Christ sur le mont Thabor.

La Fête de la Transfiguration du Seigneur célèbre le jour où, sur le mont Thabor, le Christ Jésus, devant ses Apôtres Pierre, Jacques et Jean, manifeste sa gloire de Fils bien-aimé du Père, en présence de Moïse et d'Élie apportant le témoignage de la Loi et des Prophètes. Il leur apporte une consolation spirituelle au sens ignacien du terme afin de les fortifier avant la grande épreuve de la crucifixion et montre à l'Eglise quelle glorification il va recevoir en sa personne humaine après avoir vaincu la mort.

  • le 6 août 258 : assassinat du pape saint Sixte II.

Sixte II est le 24e pape de l'Église catholique ; Il est le premier pape à reprendre le nom d'un de ses prédécesseurs. Son règne est marqué par la reprise des persécutions contre les chrétiens. Alors qu'il célèbre l'office dans le cimetière de Calixte à Rome, le pape Sixte II est arrêté par les soldats de l'empereur Valérien puis décapité. Voir la chronique du 30 août.

  • le 6 août 523 : décès du pape saint Hormisdas.

  • le 6 août 985: élection du pape Jean XV.
  • le 6 août 1223 : sacre du Roi Louis VIII et de Blanche de Castille à Reims.

Couronnement de Louis VIII le Lion,
Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet

Louis VIII le Lion et son épouse, Blanche de Castille, sont couronnés par l'archevêque Guillaume de Joinville, en présence de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, du comte de Flandre, de l'évêque de Beauvais, qui tiennent respectivement la couronne de la reine, l'épée et la dalmatique du roi, des prélats et des barons du royaume.

  • le 6 août 1297 : bulle de canonisation de Louis IX de France prononcée par le pape Boniface VIII.
  • le 6 août 1487 : les Français échouent au siège de Nantes.

Le siège a lieu au cours de la guerre de succession de Bretagne.

  • le 6 août 1458 : décès du pape Calixte III.

Calixte III, né Alphonse Borgia, favorise le népotisme et nomme cardinal son neveu Rodrigo Borgia. Celui-ci devient pape à son tour et ainsi de suite.

  • le 6 août 1520 : le Roi François 1er visite Le Havre.

Il se montre satisfait de l'avancement des travaux du port, mais déçu par l'aspect général de la ville.

  • le 6 août 1623 : élection du pape Urbain VIII.

Le cardinal Maffeo Barberini est élu pape. Il prend le nom d'Urbain VIII. C'est sous son pontificat qu'a lieu le procès de Galilée. Voir les chroniques des 12 avril et 22 juin.

Par Pietro da Cortona

  • le 6 août 1651 : naissance de Fénelon, François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, homme d'église et écrivain français, archevêque de Cambrai.
  • le 6 août 1762 : condamnation de la Compagnie de Jésus en France.

Le Parlement à Paris condamne l'Institut de la Compagnie comme s'opposant à la loi naturelle. Il confisque toutes les propriétés des jésuites, interdit de porter l'habit et de vivre en communauté. La maçonnerie détruit les meilleurs remparts de l'Eglise, et ce dans toute l'Europe, avant de déclencher la révolution.

Car les Jésuites ont beaucoup d'ennemis en France : depuis Louis XIII le Parlement et l'Université de Paris ne leur pardonnent pas leur fidélité au pape, inscrite dans la Constitution de l'ordre ; la Pompadour qui tient le Roi dans ses filets, les jansénistes qu'ils ont combattus en France et à Rome, et fait condamner successivement par Innocent X, Alexandre VII et Clément XI, et enfin les philosophes qui les considèrent comme le seul rempart à abattre pour que l'athéisme triomphe en Europe.

Mais deux acteurs principaux seront la Pompadour et Choiseul sans qui Louis XV n'aurait jamais cédé. Son confesseur jésuite lui refuse l'absolution et lui interdit les sacrements pendant de longues années. Il fait même intervenir son ambassadeur à Rome, le cardinal Spinelli pour fléchir son confesseur. Rome soutient le père jésuite.

Jean Guiraud consacre tout le tome 4 de son livre Histoire partiale- Histoire vraie, à la lutte des philosophes contre les jésuites. Le chapitre 7 (pages 141 à 161) explique la suppression de l'ordre en France (page 142) :

« Lorsque Mme de Pompadour vit que les Jésuites mettraient toujours le roi en demeure de choisir entre elle et les sacrements, […] elle résolut la mort de la Société de Jésus. Aussitôt après, commença la campagne contre les Jésuites. »

L'affaire de la faillite de la mission du père Lavalette aux Antilles est un modèle de désinformation et de justice dévoyée où l'on assiste à l'alliance improbable des jansénistes du Parlement et des philosophes qui manipulent l'opinion.

Ayant obtenu un temps la disgrâce de Choiseul par l'intervention du Dauphin, chef du parti dévot en France et adversaire résolu de la Pompadour, les jésuites vont tomber à cause des procès truqués de Lavalette et de Damiens. A l'examen des Constitutions, il est reproché aux jésuites :

« … qu'un homme qui s'affiliait à l'Ordre cessait, par là même, d'être sujet du Roi ». Il accusa les Jésuites d'enseigner le régicide, d'avoir armé le bras de Jacques Clément, et excité Damiens à commettre son attentat contre Louis XV ; il les chargea de plusieurs assassinats commis dans plusieurs pays d'Europe et leur imputa l'attentat dirigé contre le roi de Portugal, en 1758. […] Ainsi, à la fin de 1761, les positions étaient bien nettes. D'une part, les parlementaires avaient organisé une procédure dont l'objet ne faisait aucun doute pour personne et qui visait la destruction de la Compagnie en France ; d'autre part, l'Église gallicane prenait, à la quasi-unanimité, la défense de la Compagnie ; et dans ce conflit, le Roi hésitait toujours. » (*)

Le 6 avril 1762, le Parlement rend un nouvel arrêt où :

« Tous les Jésuites étaient déclarés coupables d'avoir enseigné, toujours et avec l'approbation de leurs supérieurs, « la simonie, le blasphème, le sacrilège, la magie, le maléfice, l'astrologie, l'irréligion de tous les genres, l'idolâtrie et la superstition, l'impudicité, le parjure, le faux témoignage, les prévarications des juges, le vol, le parricide, l'homicide, le suicide, le régicide ! » (**)

Les deux années qui suivent sont utilisées pour mener une campagne d'influence dans chaque Parlement pour l'arrêt de confiscation des biens et d'expulsion soit enregistré dans tout le pays. La maçonnerie s'y emploie et en novembre 1764, l'ordre a disparu de France. La maçonnerie va alors s'attaquer à l'Espagne.

(*) Jean Guiraud page 151 et 152

(**)Jean Guiraud page 154

Voir la chronique du 18 novembre.

  • le 6 août 1793 : profanation des cercueils des Rois de la Basilique royale de St-Denis.

C'est sur la proposition d'un rapport de Barrère que la révolution s'attaque aux cercueils royaux, ainsi qu'à ceux de Du Guesclin et de Turenne. La sauvagerie révolutionnaire va tout détruire pendant 3 jours.

  • le 6 août 1801 : Bonaparte demande aux journaux de s'abstenir de toute allusion à la question religieuse.
  • le 6 août 1806 : fin du Saint Empire romain germanique.
  • le 6 août 1840 : le futur Napoléon III est condamné à la prison à vie après une tentative de soulèvement.
  • le 6 août 1868 : naissance de Paul Claudel.

Paul Claudel est un diplomate, poète, dramaturge et essayiste français, membre de l'Académie française. Il est mort le 23 février 1955 à Paris. Voir la chronique du jour.

  • le 6 août 1896 : Madagascar devient colonie française.
  • le 6 août 1918 : Ferdinand Foch est fait Maréchal de France, par le président Poincaré.
  • le 6 août 1945 : bombe atomique sur Hiroshima.

Le bombardier américain B 29 Enola Gay, parti des îles Mariannes, largue une bombe atomique, Little Boy" de 4 tonnes, sur Hiroshima. La ville est détruite à 70% et il y a 70 000 morts sur le coup. Dans le périmètre de l'explosion se trouve une petite communauté de 8 prêtres. Ils récitaient en commun le chapelet tous les jours; la maison est restée intacte !

  • le 6 août 1946 : discours du ministre de la Justice à l'Assemblée nationale sur l'Epuration.

M Pierre-Henri Teitgen, devenu ministre de la Justice, dresse le bilan de l'épuration et des plus de 100 000 condamnations prononcées à cette date :

« Vous jugez sans doute que, par rapport à Robespierre, Danton et d'autres, le garde des Sceaux qui est devant vous est un enfant. Eh bien ! Ce sont eux, messieurs, qui sont des enfants si l'on en juge par les chiffres.

Le livre noir de l'Epuration, (Editions Publications, pages 34) d'Henri Coston.

  • le 6 août 1978: décès du pape Paul Vl.

Paul VI est le premier pape de l'époque contemporaine à voyager hors d'Italie. Son premier voyage est pour Jérusalem, en janvier 1964 (Voir la chronique du 5 janvier). Sa béatification a lieu le 19 octobre 2014. Voir aussi les chroniques du 6 août, 26 septembre du 21 juin

 

  • le 6 août 1993 : Jean-Paul II rend publique l'encyclique "Veritatis Splendor" sur la morale et ses fondements.

C’est arrivé un 5 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous:

  • le 5 août : saints du jour français ou en France.
    • St Memmie : premier évêque de Chalon en Champagne († III/IV siècle)
    • St Cassien : cinquième évêque d'Autun († IVème S.)
    • St Venance : évêque de Viviers sur le Rhône († après 535)
    • St Viâtre : ermite en Sologne († VIème S.)

À Tremblevif en Sologne, saint Viâtre, ermite.

  • Saint Abel de Lobbes : Bénédictin d'origine écossaise, Archevêque de Reims († 764)

Abel, archevêque de Reims, fleurissait au milieu du VIIIe siècle, et il jouissait d'une si grande considération parmi ses collègues dans l'épiscopat, qu'au concile de Soissons, tenu en 714 et présidé par saint Boniface, archevêque de Mayence, on lui conféra une juridiction extraordinaire sur une partie de la France, avec pouvoir de juger les causes entre les évêques, leur clergé et leurs diocésains, de rétablir la discipline dans les monastères d'hommes el de femmes, de faire restituer à ces établissements ainsi qu'aux églises les biens aliénés, et d'empêcher les abbés d'aller en personne à la guerre.

Abel ne négligea rien pour répondre à la confiance du concile, et, pour récompenser son zèle, saint Boniface lui fit obtenir le pallium.

Le saint archevêque de Reims éprouva de grandes difficultés dans son diocèse divisé, par des factions puissantes.

Les seigneurs qui avaient usurpé les biens de son église lui opposèrent un certain Milon, qui s'empara par violence de son siège, pendant qu'il exécutait au dehors la mission dont le concile l'avait chargé, et, á son retour, voyant sa juridiction entravée par la force, il se retira au monastère de Loches où il vécut en simple religieux jusqu'à sa mort.

Il est honoré dans le Hainaut, principalement à Binche où son corps fut transporté et son nom se trouve dans plusieurs martyrologes.

  • Bx Pierre-Michel Noël : prêtre de Rouen et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Pierre-Michel Noël, prêtre de Rouen et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut détenu, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, et y mourut du scorbut.

  • le 5 août 882 : décès du Roi Louis III de France.
  • le 5 août 1429 : lettre de la Pucelle aux habitants de Reims.

«Mes chiers et bons amis, les bons et loyaux François de la cité de Rains, Jehanne la Pucelle vous faict à savoir de ses nouvelles, et vous prie et tous requiert que vous ne faictes nul doubte en la bonne querelle (que elle mayne pour le sang royal : et je vous promet et certiffy que je ne vous abandoneray poinct tant que je vivray. Et est vray que le roy a faict trêves au duc de Bourgogne quinze jours durant, par ainsi qu'il ly doibt rendre la cité de Paris paisiblement au chieff de quinze jour. Cependant ne vous donnés nule merveille se je ne y entre si brieftvement, combien que des trêves qui ainsi sont faictes, je ne soy point contente et ne sçay si je les tendroy, mais si je les tiens, ce sera seulement pour garder l'honneur du roy, combien aussy que ilz ne rabuseront point le sang royal, car je tiendray et maintiendray ensemble l'armée du roy pour estre toute preste au chief des dictz quinze jours, s'ils ne font la paix. Pour ce, mes très chiers et parfaicts amis, je vous prie que vous ne vous en donnés malaise tant comme je vivray, mez vous requiers que vous faictes bon guet et gardez la bonne cité du roy; et me faictes savoir scil y a nuls triteurs qui vous veulent grever, et au plus brief que je pourray, je les en osteray ; et me faictes savoir de vos nouvelles. A Dieu vous commande qui soit garde de vous. »

« Escript ce vendredy, cinquiesme jour d'aoust, emprès un logis sur champ ou chemin de Paris. »

Tiré de: Jeanne d'Arc – d'Henri Wallon - 5° éd. 1879.

  • le 5 août 962 : un incendie détruit la cathédrale de Chartres.

C'est le troisième édifice catholique construit sur ce lieu. Le suivant va brûler aussi.

  • le 5 août 1392 : Charles VI le Bien Aimé sombre dans la folie.

Le Roi Charles VI « le Bien-aimé » est saisi d'un accès de folie, alors qu'il traverse la forêt du Mans avec ses troupes. Persuadé d'être entouré d'ennemis il s'élance et frappe à coups d'épée son escorte, tuant six chevaliers.

  • le 5 août 1664 : création de la Manufacture royale de tapisserie de Beauvais.

Elle est fondée par Jean-Baptiste Colbert sur ordre du Roi Louis XIV, pour concurrencer la manufacture des Flandres, spécialiste de la tapisserie. Plus tard, sa qualité sera comparée au travail des Gobelins. Elle est aussi reconnue dans le monde entier pour la qualité de ses garnitures de sièges.

  • le 5 août 1689 : les Iroquois massacrent des colons canadiens français à Lachine, près de Montréal.

1 500 guerriers iroquois massacrent 97 colons français sur la colline de Lachine, à l'ouest de Montréal. L'attaque a lieu à l'aube, dans le village non fortifié de Lachine qui compte 375 habitants. Après une paix de vingt ans, le conflit reprend, alors qu'en Europe l'Angleterre et la France entrent dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg. Les Iroquois sont incités par leurs alliés anglais à attaquer les Français, ce qui engendre le massacre de Lachine. Le conflit se poursuit jusqu'en 1697 et la signature du traité de Ryswick, qui met fin à la guerre entre l'Angleterre et la France. Des négociations avec les indiens aboutissent à la Grande Paix de Montréal en 1701. Voir la chronique du 4 août.

  • le 5 août 1796 : Bonaparte bat les Autrichiens Castiglione.
  • le 5 août 1890 : Convention coloniale entre la France et le Royaume-Uni sur Madagascar et Zanzibar.
  • le 5 août 1907 : la marine française bombarde Casablanca.
  • le 5 août 1934 : massacre de Juifs par les Arabes à Constantine.
  • le 5 août 1960 : indépendance du Burkina Faso.
  • le 5 août 1963 : la France refuse d'adhérer au Traité de Moscou interdisant les essais nucléaires dans l'atmosphère, l'espace cosmique ou sous l'eau.
    • le 5 août 1993: Monseigneur Jullien, archevêque de Rennes et président de la conférence pour la famille « la course à la normalisation de comportements déviants par rapport à une éthique saine ».

« On en vient à admettre les couples homosexuels comme s'il pouvait coexister deux types de mariage et deux façons de répondre à son appartenance sexuelle. Les couples homosexuels sont placés en équivalence avec les couples hétérosexuels. Une telle négation de la différence entre l'homme et la femme conduit au démantèlement de la famille qui est le berceau de la société de demain. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 398)

Voir la chronique du 3 août avec la reconnaissance des couples homosexuels par la Sécurité sociale.

  • le 5 août 2007 : décès du cardinal Jean-Marie Lustiger, né Aaron Lustiger, archevêque de Paris, cardinal et académicien français.

Aron Lustiger [Jean-Marie] naît à Paris dans le 12ème arrondissement, fils de Charles et Gisèle Lustiger, bonnetiers juifs venant de Pologne.

 

C’est arrivé un 4 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 4 août : saints du jour français ou en France.
    • St Jean-Marie Vianney : curé d'Ars († 1859)

Extraits de la Catéchèse de Benoît XVI, le 5 août 2009

Chers frères et sœurs,   [...]

Jean-Marie Vianney naît dans le petit village de Dardilly le 8 mai 1786, dans une famille de paysans, pauvre en biens matériels, mais riche d'humanité et de foi. Baptisé, comme le voulait le bon usage à l'époque, le jour même de sa naissance, il consacra les années de l'enfance et de l'adolescence aux travaux dans les champs et à paître les animaux, si bien qu'à l'âge de dix-sept ans, il était encore analphabète. Mais il connaissait par cœur les prières que lui avait enseignées sa pieuse mère et il se nourrissait du sentiment religieux que l'on respirait chez lui. Les biographes racontent que, dès sa prime jeunesse, il essaya de se conformer à la divine volonté même dans les tâches les plus humbles.

Il nourrissait dans son âme le désir de devenir prêtre, mais il ne lui fut pas facile de le satisfaire. Il parvint en effet à l'ordination sacerdotale après de nombreuses adversités et incompréhensions, grâce à l'aide de sages prêtres, qui ne s'arrêtèrent pas à considérer ses limites humaines, mais surent regarder au-delà, devinant l'horizon de sainteté qui se profilait chez ce jeune homme véritablement singulier.

Ainsi, le 23 juin 1815, il fut ordonné diacre et le 13 août suivant, prêtre. Enfin, à l'âge de 29 ans, après de nombreuses incertitudes, un certain nombre d'échecs et beaucoup de larmes, il put monter à l'autel du Seigneur et réaliser le rêve de sa vie.

Le saint curé d'Ars manifesta toujours une très haute considération du don reçu. Il affirmait: « Oh! Quelle grande chose que le sacerdoce! On ne le comprendra bien qu'une fois au Ciel... si on le comprenait sur la terre, on mourrait, non d'effroi mais d'amour! » (Abbé Monnin, Esprit du Curé d'Ars, p. 113). En outre, dans son enfance, il avait confié à sa mère: « Si j'étais prêtre, je voudrais conquérir beaucoup d'âmes » (Abbé Monnin, Procès de l'ordinaire, p. 1064). Et il en fut ainsi. Dans le service pastoral, aussi simple qu'extraordinairement fécond, ce curé anonyme d'un village isolé du sud de la France parvint si bien à s'identifier à son ministère, qu'il devint, également de manière visible et universellement reconnaissable, alter Christus, image du Bon Pasteur, qui à la différence du mercenaire, donne la vie pour ses brebis (cf. Jn 10, 11).

A l'exemple du Bon Pasteur, il a donné la vie au cours des décennies de son service sacerdotal. Son existence fut une catéchèse vivante, qui trouvait une efficacité toute particulière lorsque les personnes le voyaient célébrer la Messe, s'arrêter en adoration devant le tabernacle ou passer de longues heures dans le confessionnal.

Au centre de toute sa vie, il y avait donc l'Eucharistie, qu'il célébrait et adorait avec dévotion et respect. Une autre caractéristique fondamentale de cette extraordinaire figure sacerdotale, était le ministère assidu des confessions. Il reconnaissait dans la pratique du sacrement de la pénitence l'accomplissement logique et naturel de l'apostolat sacerdotal, en obéissance au mandat du Christ : « Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis, ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (cf. Jn 20, 23).

Saint Jean-Marie Vianney se distingua donc comme un confesseur et maître spirituel excellent et inlassable. En passant « d'un même mouvement intérieur, de l'autel au confessionnal », où il passait une grande partie de la journée, il cherchait par tous les moyens, par la prédication et par le conseil persuasif, à faire redécouvrir aux paroissiens la signification et la beauté de la pénitence sacramentelle, en la montrant comme une exigence intime de la Présence eucharistique.

Les méthodes pastorales de Jean-Marie Vianney pourraient apparaître peu adaptées aux conditions sociales et culturelles actuelles. Comment en effet un prêtre d'aujourd'hui pourrait-il l'imiter, dans un monde qui a tant changé? S'il est vrai que les temps changent et que de nombreux charismes sont typiques de la personne, et donc inimitables, il y a toutefois un style de vie et un élan de fond que nous sommes tous appelés à cultiver. A bien y regarder, ce qui a rendu saint le curé d'Ars a été son humble fidélité à la mission à laquelle Dieu l'avait appelé; cela a été son abandon constant, empli de confiance, entre les mains de la Providence divine. Il a réussi à toucher le cœur des personnes non en vertu de ses dons humains, ni en s'appuyant exclusivement sur un effort, même louable, de la volonté, il a conquis les âmes, même les plus réfractaires, en leur communiquant ce qu'il vivait de manière intime, à savoir son amitié avec le Christ. [...]

Les Pères du Concile œcuménique Vatican II avaient bien présents à l'esprit cette "soif de vérité" qui brûle dans le cœur de tout homme, lorsqu'ils affirmèrent que c'est aux prêtres, "comme éducateurs de la foi", qu'il revient de former "une authentique communauté chrétienne" capable de "frayer la route à tous les hommes vers le Christ" et d'exercer "une véritable maternité" à leur égard, en indiquant ou en facilitant à celui qui ne croit pas "un chemin vers le Christ et son Église" et "pour réveiller les fidèles, les nourrir, leur donner des forces pour le combat spirituel" (cf. Presbyterorum ordinis, n. 6).

L'enseignement que continue de nous transmettre le saint curé d'Ars à cet égard est que, à la base de cet engagement pastoral, le prêtre doit placer une union personnelle intime avec le Christ, qu'il faut cultiver et accroître jour après jour. C'est seulement s'il est amoureux du Christ que le prêtre pourra enseigner à tous cette union, cette amitié intime avec le divin Maître, qu'il pourra toucher les cœurs des personnes et les ouvrir à l'amour miséricordieux du Seigneur. C'est seulement ainsi, par conséquent, qu'il pourra transmettre enthousiasme et vitalité spirituelle aux communautés que le Seigneur lui confie. Prions pour que, par l'intercession de saint Jean-Marie Vianney, Dieu fasse don à son Église de saints prêtres, et pour que croisse chez les fidèles le désir de soutenir et d'aider leur ministère.

  • St Euphrone : évêque de Tours († 367)

À Tours, en 367, saint Euphrone, évêque, qui participa à plusieurs conciles, restaura de nombreuses églises dans la ville, fonda des paroisses dans la campagne et développa la vénération de la sainte Croix.

  • Bx Frédéric Janssoone : prêtre O.F.M. († 1916)

Inscrit au 04 août au Martyrologe Romain ; commémoré le 05 août au Canada.

Frédéric Janssoone naît le 19 novembre 1838 a Ghyvelde, petit village de la Flandre française, près de Dunkerque, au nord de la France. Il grandit dans une famille très chrétienne qu'il a lui-même qualifiée d'« école de sainteté ». Son père et sa mère étaient des cultivateurs à l'aise. Quand son père meurt, Fréderic n'a que 9 ans, et c'est peu après que le garçon s'approche de la sainte communion pour la première fois.

Sa mère demeurée veuve jouissait des biens appréciables laissés par son époux mais, à cause de mauvais placements d'argent, elle tombe dans l'indigence, et Frédéric, le cadet de la famille, doit abandonner ses études pour subvenir aux nécessités de la famille, travaillant comme commis voyageur.

Peu après le décès de sa mère, le 5 mai 1861, il se remet aux études. Un jour, grâce à une dame chez qui il était en pension, Frédéric découvre saint François d'Assise et aussitôt il en est fasciné. Après deux ans de cheminement vocationnel, il prend la bure chez les Franciscains d'Amiens le 26 juin 1864. Tout au long de sa vie il gardera profondément, imprimée dans son âme, la ferveur de cette première étape de sa formation.

Ses études théologiques à peine terminées, on devance quelque peu son ordination sacerdotale, qui a lieu le 17 août 1870, à l'âge de 31 ans. Dès sa première année de prêtrise, Fréderic est mis à rude épreuve : on lui confie la pastorale d'un hôpital militaire. Les soldats se plaisent à l'appeler: « Notre bon petit aumônier ». Fréderic ressort enrichi de cette expérience qu'il n'oubliera jamais. Au contact de la souffrance et de l'angoisse humaines, il a appris « la compassion » pour les blessés de la vie.

Puis s'ouvre le grand rêve de sa vie : « la Terre Sainte », « le pays de Jésus ». Comment va-t-il se manifester en ce  pays où règne une grande pluralité de religions ? Une première tournée de prédications dans les communautés religieuses fait de lui un homme dont la réputation de sainteté commence à poindre. On chuchotait : « C'est un saint ! »

Pendant son séjour de douze ans à Jérusalem, Fréderic s'initie à la spiritualité du pèlerinage et parvient à reprendre, dans les rues de cette ville, la prédication du Chemin de Croix abandonnée depuis trois siècles.

C'est cet homme, passionné de Jésus, qui sait rejoindre les cœurs, qui fait son apparition, au Québec, en 1881 d'abord, pour une première mission, et en 1888 pour y demeurer jusqu'à sa mort. Le peuple canadien a aussitôt vu en lui « un saint » envoyé par Dieu, un messager de Jésus, un apôtre dans le sens paulinien du terme.
Si sa mission première était de fonder un Commissariat de Terre Sainte et de visiter les fraternités du Tiers-Ordre de saint François, il n'en demeure pas moins que trois grandes activités ont retenu ses énergies : la prédication, les pèlerinages au Sanctuaire de Cap-de-la-Madeleine, le porte-à-porte dans les familles de quatre diocèses.

Annoncer l'Évangile, parler de Jésus Christ, c'est toute la vie de Fréderic. On peut dire que son premier charisme, avant tout, est d'« être évangélisateur ». Peu de villes et de villages du Québec ont été privés de sa parole, sans oublier les États de la Nouvelle-Angleterre.
Quant à l'animation des pèlerinages de Cap-de-la-Madeleine, qu'en est-il ? Il est manifeste que Frédéric, au soir du 22 juin 1888, s'est senti fortement interpellé par la Vierge Marie, quand elle a ouvert les yeux et porté son regard sur les trois témoins : Pierre Lacroix, le curé Luc Desilets et le Père Frédéric. Ce dernier, pour sa part, a compris que la Vierge manifestait son assentiment pour que cette petite église de 1714 devienne un sanctuaire marial, et qu'elle l'appelait lui, Frédéric, a être le premier à prendre la charge des pèlerinages en ce lieu béni. Ses dons d'organisateur lui permirent de mener à bonne fin sa mission et de faire de ce petit sanctuaire, au début tout-à-fait inconnu, un lieu de pèlerinage national à la Vierge du Très Saint Rosaire. Il y déploya tout son zèle d'apôtre de Marie pendant quatorze ans.

Libéré des pèlerinages depuis l'arrivée des Pères oblats de Marie-Immaculée le 7 mai 1902, Frédéric se fait « commis voyageur du bon Dieu » pour promouvoir de grandes fondations comme le Sanctuaire de l'Adoration perpétuelle à Québec, le Monastère des Clarisses à Valleyfield, le Monastère du Précieux-Sang à Joliette et la Chapelle Saint Antoine à Trois-Rivières. Frédéric à 65 ans quand il prend la route : il marche jusqu'à dix heures par jour. Maison après maison, il offre un livre pieux qu'il vient d'écrire. Les témoignages sont unanimes : il apportait réconfort et consolation, guérissant les cœurs brisés et les infirmités physiques.

Cette activité intense n'a jamais freiné sa vie de prière ni sa vie de sacrifice. On le voit partout priant, austère dans sa vie personnelle, pauvre d'une pauvreté extrême. Sa bonté était une bonté toute simple. Il était patient et, dans les difficultés, il restait dans la paix, la sérénité du cœur, parce qu'il se voulait toujours en pleine conformité avec «la volonté du Seigneur ».

Le Père Fréderic est mort à l'infirmerie des Franciscains à Montréal, le 4 août 1916, a l'âge de 77 ans. Son corps, transporté à Trois-Rivières, a été inhumé en la Chapelle Saint-Antoine. Tout de suite le peuple, qui a le sens religieux, l'a vénéré comme « un saint » que l'on aime et que l'on invoque.

Frédéric Janssoone a été béatifié, à Rome, le 25 septembre 1988 par saint Jean-Paul II.

  • le 4 août : fête de Saint Jean-Marie Vianney, dit le Curé d'Ars, saint Patron des prêtres.

Béatifié le 8 janvier 1905, il est déclaré la même année, "patron des prêtres de France". Canonisé en 1925 par Pie XI (la même année que sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus), il est proclamé en 1929 "patron de tous les Curés de l'univers".

Pendant les 73 ans de vie du saint curé d'Ars, la France connaît successivement la fin de l'ancien régime, la révolution, la monarchie constitutionnelle, la 1ère république, le directoire, le Consulat, le Premier Empire, la Restauration, la monarchie de juillet, le Second Empire. Pendant toute cette période note Geneviève Esquier, la France passe d'une société théocentrique à une société anthropocentrique et laïcisée. C'est dans cette France, que vit un des plus grands saints du siècle. Après avoir vaincu un nombre incroyable d'obstacles à son ordination sacerdotale, Jean marie est ordonné le 13 août 1815. Il écrit à cette époque :

« Que le prêtre est quelque chose de grand ! Le prêtre ne se comprendra bien que dans le Ciel. Si on le comprenait sur la terre, on mourrait, non de frayeur mais d'amour ! » (*)

Il passe des centaines d'heures au confessionnal, voire des milliers. On vient de toute l'Europe pour recevoir l'absolution de ce prêtre, qui lit dans les âmes, ou pour écouter ses sermons, alors que son art oratoire est si médiocre qu'il lui arrive plus d'une fois de descendre de chaire au milieu d'une phrase, incapable de savoir comment la finir. Son humilité le pousse à offrir ces épreuves et lui fait gagner des conversions en grand nombre, tellement sa bonté et son humilité touchent les cœurs. Il passe sa vie à lutter pour le salut éternel de ses frères. A tel point que Satan lui dira :

« S'il y en avait trois comme toi sur la terre, mon royaume serait détruit ! » (**)

Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (éditions l'escalade, (*) page 309 et (**) page 314).

Un de ses amis, Claude Laporte, lui fait un jour don d'une montre, que le curé d'Ars s'empresse de donner à plus pauvre que lui. Claude Laporte renouvelle l'opération trois ou quatre fois. Mais le curé d'Ars la donne ou vend pour en donner l'argent aux pauvres. Claude Laporte lui dit donc un jour en lui mettant une nouvelle montre entre les mains « Monsieur le Curé, je vous prête la montre que voici ». C'est une belle montre. Le curé d'Ars la conservera toute sa vie ; à sa mort, elle est restituée à la famille Laporte-Dupré la Tour.

  • le 4 août 1060 : mort d'Henri Ier Roi de France, à Vitry-aux-Loges ; Philippe Ier succède à son père.

Henri Ier, né vers 1009/1010 est Roi des Francs de 1031 à 1060, le troisième Roi de la dynastie des Capétiens directs. Fils de Robert le Pieux et de Constance d'Arles, il est selon la coutume de l'époque sacré Roi du vivant de son père, le 14 mai 1027 à Reims. Il bénéficie de l'appui du duc de Normandie Robert le Magnifique face à l'hostilité de sa mère et des grands vassaux qui veulent faire monter son frère cadet Robert sur le trône. Il devient ensuite le tuteur de son fils, le futur Guillaume Ier, duc de Normandie, quand Robert part en 1035 pour la Terre sainte.

Son fils, Philippe Ier accède au trône le 4 août  1060, ayant été couronné lui aussi du vivant de son père, à Reims le 23 mai 1059. A son accession il n'est âgé que de huit ans. Il va passer la plus grande partie de son règne à lutter contre la puissance de son vassal : Guillaume 1er le Conquérant, duc de Normandie devenu roi d'Angleterre en 1066 et protégé de feu son père le Roi de France Henri 1er. Voir les chroniques des 4 et 14 mai, et du 20 juillet.

 

  • le 3 août 1347 : capitulation de Calais.

Edouard III d'Angleterre, le roi d'Angleterre promet d'éviter le massacre à condition que lui soient livré 6 bourgeois de la ville : en chemise, la corde au cou, 6 Calaisiens volontaires lui apportent les clés de la ville.

  • le 4 août 1443 : fondation des Hospices de Beaune.

L'hôpital pour les pauvres est créé à l'initiative de Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe II le Bon, et de son épouse Guigonne de Salins. Cet ensemble hospitalier est destiné à accueillir les plus pauvres et les indigents. Il assure la gratuité des soins du XVe au XXe siècle, grâce aux sœurs hospitalières de Beaune, dont l'ordre est créé par Rolin en 1459. La construction des bâtiments est achevée en 1447 ; ils sont de style gothique flamboyant avec des toitures en tuile vernissée de Bourgogne.

« Moi, Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d'Autun, seigneur d'Authume et chancelier de Bourgogne, en ce jour de dimanche, le 4 du mois d'août, en l'an de Seigneur 1443 ... dans l'intérêt de mon salut, désireux d'échanger contre des biens célestes, les biens temporels ... je fonde, et dote irrévocablement en la ville de Beaune, un hôpital pour les pauvres malades, avec une chapelle, en l'honneur de Dieu et de sa glorieuse mère ... »

  • le 4 août 1477 : exécution de Jacques d'Armagnac.

Jacques d'Armagnac meurt exécuté à Paris sur ordre du Roi Louis XI. Bien que ce dernier l'ait comblé d'honneurs et de son affection, le duc de Nemours, trahit plusieurs fois le Roi et participe à la Ligue du Bien public.

  • le 4 août 1521 : naissance d'Urbain VII, 228e pape.

Giovan Battista Castagna, est né à Rome le 4 août 1521. Il est pape du 15 septembre au 27 septembre 1590, soit 13 jours et n'a pas eu le temps d'être couronné. Il est enterré dans la basilique du Vatican ; plus tard, ses restes seront transférés à l'église de Santa Maria Sopra Minerva. (Voir la chronique du 27 septembre.)

  • le 4 août 1532 : Lettre de Vannes, premier des trois Edits d'Union de la Bretagne à la France.

Les États de Bretagne, convoqués par François Ier à Vannes, adressent au monarque une supplique pour « unir et joindre par union perpétuelle iceluy pays et duché de Bretagne au royaume, le suppliant de garder et entretenir les droits, libertés et privilèges dudit pays et duché ».

Cette requête, présentée au Roi dans la grande salle du palais épiscopal de la Motte, est acceptée par une lettre donnée à Vannes (sic) le 4 août 1532 :

Il s'y nomme « père et légitime administrateur et usufruitier des biens de notre très cher et très aimé fils » et celui-ci « Duc et propriétaire des pays et Duché de Bretagne ». Il rappelle la demande des États :

  • d'unir perpétuellement la Bretagne à la couronne de France,
  • de conserver les « privilèges, franchises, libertés et exemptions anciennement octroyées et accordés par les Ducs de Bretagne nos prédécesseurs »,
  • il confirme « perpétuellement », en tant que Roi et Duc, ces privilèges,
  • sous réserve des modifications que pourraient demander ultérieurement les États.

La lettre de Vannes est confirmée par un édit promulgué à Nantes le 13 août 1532 et par l'édit du Plessis-Macé du 21 septembre 1532 (voir les chroniques du jour).

  • le 4 août 1589 : le futur Henri IV fait une déclaration à St-Cloud destinée à rassurer les catholiques.

Par cette déclaration de Saint-Cloud, le futur Roi s'engage à maintenir la religion catholique dans le royaume et à réunir les états généraux. La noblesse non ligueuse se soumet alors. Henri de Navarre installe son parlement à Tours. Mais paix ne revient qu'avec sa conversion, le 25 juillet 1593.

  • le 4 août 1664 : naissance de Philibert Lambert, poète français.
  • le 4 août 1694 : anoblissement de Jean Bart, corsaire au service de Louis XIV.

La vie de Jean Bart est racontée dans la chronique du 27 avril. De 1690 à 1697, Jean Bart devient la terreur des mers pour les ennemis de la France.

En 1694, la France subit le blocus de la Ligue d'Augsbourg. Cela fait monter le prix du grain, car les négociants spéculent. Pour éviter la famine, Louis XIV achète alors cent dix navires de blé norvégien. Le convoi est a été capturé par huit vaisseaux de guerre hollandais, dont l'un porte pavillon du contre-amiral Hidde Sjoerds de Vries. Malgré un rapport de force qui lui est défavorable, car il ne dispose que de sept bâtiments de rang inférieur, Jean Bart engage le combat. Après une lutte acharnée, au cours de laquelle l'amiral hollandais est grièvement blessé et capturé, il parvient à reprendre la flotte et la ramène en France.

C'est en sauvant ainsi le Royaume de la famine, qu'il devient un véritable héros. Cette victoire du Texel, de 1694 (il y en aura une autre au même endroit 3 ans plus tard), lui vaut l'anoblissement et la reconnaissance personnelle de Louis XIV.

Ainsi Jean Bart « … sauva la France en lui donnant du pain » comme le chante une « Cantate à Jean Bart » de l'époque. Pour cet exploit, Jean Bart reçoit des mains du Roi, la croix de chevalier de l'Ordre de Saint-Louis, institué l'année précédente. Une médaille est frappée en souvenir du combat du 29 juillet 1694, et Jean Bart est anobli. Dans les lettres de noblesse qu'il lui envoie, Louis XIV autorise Jean Bart à porter une fleur de lys d'or dans ses armes ; le Roi écrit :

« De tous les officiers qui ont mérité l'honneur d'être anoblis, il n'en trouve pas qui s'en soit rendu plus digne que son cher et bien-aimé Jean Bart. »

 

 

  • le 4 août 1701 : signature de la Grande paix de Montréal.

Ce traité met fin à plusieurs décennies de conflits opposant les Iroquois aux Français et à leurs alliés autochtones. Les Français de Nouvelle France, alliés des Hurons entre autre, se heurtent durant tous les premiers temps de la colonie à l'hostilité des Iroquois. A la fin du XVIIe siècle, des délégations de nombreuses nations amérindiennes arrivent à Montréal à l'été 1701. Le 4 août, la Grande paix de Montréal est signée. Tous s'engagent à favoriser le dialogue au conflit, et surtout les Iroquois garantissent leur neutralité en cas de conflit entre Français et Anglais.

Trente nations, dont les Iroquois des cinq nations envoient au total 1 300 délégués pour signer la paix avec les Français à Montréal : avec la promesse de rester neutre dans d'éventuelles guerres entre Anglais et Français. Les représentants de chacune des nations apposent la marque de leur tribu au bas du traité, le plus souvent un animal. Les nations s'engagent aussi à vivre en paix entre elles. En cas de conflit, c'est le Gouverneur général de la Nouvelle-France qui servira d'intermédiaire et d'arbitre. Un grand banquet achève cette cérémonie.

Les signatures du traité de 1701, avec les symboles totémiques des nations iroquoises,
huronnes et autres, plusieurs provenant de la région des Grands Lacs.

  • le 4 août 1755 : naissance de Nicolas-Jacques Conté.

Physicien et chimiste français, Nicolas-Jacques Conté est connu pour avoir inventé le crayon à mine actuel. En 1794, alors que le blocus économique anglais paralyse la France, Carnot le charge d'inventer une mine de crayon qui ne nécessite plus de matières premières d'origine étrangère. Ce dernier a l'idée de mélanger du graphite avec de l'argile, de cuire le tout et de l'enfermer entre deux demi-cylindres de bois de cèdre. L'année suivante, il fait breveter son invention et fonde la société Conté pour fabriquer ses crayons.

  • le 4 août 1761 : l''Ecole Vétérinaire de Lyon est instituée par un arrêt du Conseil d'Etat du Roi.
  • le 4 août 1778 : décès de Pierre de Rigaud de Vaudreuil, officier de la Marine française, dernier gouverneur général de la Nouvelle-France.
  • le 4 août 1789 : abolition des « privilèges » par l'Assemblée constituante.

«La nuit du 4 août 1789 est un événement fondamental de la Révolution française, puisque l'Assemblée constituante proclame la fin du régime féodal et de ses privilèges. »

Voici ce qu'on peut lire dans tous les livres d'histoire depuis la 3ème république jusqu'à nos jours. C'est un énorme mensonge, qui cache le viol fait par une minorité d'idéologues extrémistes. La nuit du 4 août n'est pas l'abolition des « privilèges de la noblesse et du clergé » mais la disparition de tous les us et coutumes propre à chaque province française. Le système féodal a été supprimé peu de temps avant, entre le 20 juin 1789, date du serment du jeu de paume et le 27 juin quand Louis XVI cède et que les trois états se réunissent en Assemblée nationale.

Les Rois de France ne parlaient pas du « peuple français », mais de « nos peuples » ; soulignant par là, la diversité des traditions, des langues et des cultures des provinces de France. Les « Privilèges » sont étymologiquement les « privata lex », les« lois privées ». C'est-à-dire que chaque décision royale devait avant être enregistrée par les Parlements provinciaux pour avoir force de loi localement. Ce système faisait de la Monarchie française un système de gouvernement équilibré, tempéré où la liberté était profondément respectée.

Le 4 août ces gardes fous disparaissent ; les décisions parisiennes s'imposent à tous. Les parlements sont supprimés. L'on est bien loin du mythe révolutionnaire d'une France assoiffée d'égalité ! La république pour détruire ces traditions va imposer par la violence la langue française, un nouveau découpage administratif avec les départements qui font fi de l'histoire locale, des lois uniformisatrices contraires à la volonté des Français.

Jean Sévillia note que la nuit du 4 août est une manœuvre préparée à l'avance.

«Ce n'est pas seulement l'égalité devant la loi, réforme que Louis XVI n'avait pu réaliser, qui est adoptée. En quelques heures ce sont tous les statuts particuliers, ces franchises, libertés, coutumes et lois privées (Lex privata privilèges) qui particularisaient la société d'ancien régime qui sont abolis. Un coup de rabot législatif aplanit la condition des Français à quelque milieu qu'ils appartiennent : la révolution sociale est faite. »

Historiquement correct de Jean Sévillia, (Editions Perrin pages 180 et 181)

  • le 4 août 1793 : le siège de Lyon débute.

Le 29 mai 1793, Lyon se soulève contre la Convention. En juillet, le député Couthon lance Kellerman à la tête de 20 000 hommes pour mater la révolte. Précy dirige la résistance. Le 15 août, Kellerman reçoit l'ordre d'incendier Lyon ; bombarde la ville à compter du 23.

le 16 septembre, La garde nationale de St-Etienne reçoit l'ordre de marcher contre Lyon. Et le 9 octobre, Lyon chute. Précy tente une sortie pour continuer une guerre de partisans au dehors, échoue mais réussit à s'enfuir.

  • le 4 août 1802 : proclamation de la Constitution de l'An X.
  • le 4 août 1870 : bataille de Wissembourg.

Les troupes de Napoléon III sont défaites par les Prussiens, qui entrent en France avec 3 armées et 380 000 hommes.

  • le 4 août 1879 : le Pape Léon XIII publie l'encyclique "Aeterni Patris" affirmant l'importance de la philosophie de Thomas d'Aquin.
    • le 4 août 1903 : le cardinal de Venise Giuseppe Melchiorre Sarto devient le pape Pie X.

Succédant à Léon XIII, le cardinal Sarto est élu le 4 août et prend le nom de Pie X, en souvenir des papes du XIXe siècle. Il meurt le 20 août 1914. Il est canonisé le 29 mai 1954 par Pie XII. Voir la chronique du 2 juin.

  • le 4 août 1914 : invasion de la Belgique par l'Allemagne.

Malgré la neutralité du pays, les Allemands franchissent les frontières belges dans le cadre du plan Schlieffen. La bataille de la Marne et le moment du miracle de la Marne approchent. Voir les chroniques du 5, du 6, du 8 et du 12 septembre.

  • le 4 août 1982 : dépénalisation de l'homosexualité en France, les relations homosexuelles entre adultes et mineurs consentants ne sont plus sanctionnées.

Où quand la loi humaine s'écarte de la loi naturelle et de la loi divine. Qu'en dit la bible ? La Bible nous dit constamment que l'activité homosexuelle est un péché (Genèse 19:1-13; Lévitique 18:22; Romains 1:26-27; 1 Corinthiens 6:9). L'homosexualité est décrite comme le résultat de la négation et de la désobéissance envers Dieu, comme une infamie en raison de son caractère violent, dominateur.

Dieu ne crée pas une personne avec des désirs homosexuels. La Bible nous dit qu'une personne devient homosexuelle à cause du péché (Romains 1:24-27) et en fin de compte à cause de leurs propres choix. Une personne peut naître avec une sensibilité plus grande vis-à-vis de l'homosexualité, tout comme certains naissent avec une tendance à la violence et à d'autres péchés. Cela n'excuse pas la personne voulant pécher par ses désirs coupables.

« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. » Lévitique 18:22

« Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux.» Lévitique 20:13

« Je veux vous rappeler... que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel. » Jude verset 7.

« Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni impudiques, ni idolâtres, ni adultères, ni dépravés, ni homosexuels… n'hériteront du Royaume de Dieu ». Corinthiens 6,9

« La loi n'a pas été instituée pour le juste mais pour…. les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d'hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s'oppose à la saine doctrine ». Timothée 1, 10

« Aussi Dieu les a-t-il livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; pareillement les hommes, délaissant l'usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l'infamie d'homme à homme et recevant en leurs personnes l'inévitable salaire de leur égarement ».Romains 1, 18-32 : …

L'Eglise catholique combat ce péché, mais pas les personnes qui sont sous cette emprise. Dieu hait le péché, mais il «a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils Unique». Dieu veut que tous soient sauvés. Et ces homosexuels, qui acceptent le Christ comme Sauveur et Seigneur, peuvent être délivrés des désirs vers des personnes de même sexe.


C’est arrivé un 3 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous:

  • le 3 août : saints du jour français ou en France.
    • St Euphrone : évêque d'Autun († après 475)

À Autun, après 475, saint Euphrone, évêque, qui éleva la basilique du martyr saint Symphorien, et offrit le marbre dont on couvrit le tombeau de saint Martin à Tours.

  • le 3 août 1057 : Saint Etienne IX est élu pape.
  • le 3 août 1108 : sacre de Louis VI le Gros en la cathédrale d'Orléans.
  • le 3 août 1347 : prise de Calais.

Le siège de Calais a lieu durant la première guerre de Cent Ans, et va durer onze mois. Édouard III débarqué en France en 1346 veut s'emparer de la ville.Une résistance héroïque des habitants, qui a rendu l'Anglais furieux, six bourgeois de la ville conduits par Eustache de Saint Pierre se livrent en otages au roi Édouard III. L'intervention de la reine Philippa de Hainaut et leur geste sauvent la ville de la destruction. Cinq siècles plus tard, le sculpteur Rodin immortalise ce fait historique.

  • le 3 août 1492 :départ de Christophe Colomb à bord de la Santa Maria pour les Indes. Il va découvrir le continent américain.
  • le 3 août 1529 :signature de la paix de Cambrai.

Louise de Savoie, mère de François Ier et Marguerite d'Autriche, tante de Charles Quint, signent la paix de Cambrai, encore appelée la paix des Dames. Cette paix met fin à la guerre entre la France et les Habsbourg. François Ier, veuf, accepte d'épouser Éléonore de Habsbourg, la sœur de l'empereur. S'il récupère la Bourgogne il doit s'engager à renoncer à l'Italie. Ses deux fils sont libérés contre une énorme rançon. Un nouveau conflit éclate dès 1536.

  • le 3 août 1619 :Charles d'Albert achète la baronnie de Maillé, que le roi Louis XIII érige en duché-pairie, qui prend le nom de Luynes.
  • le 3 août 1645 :bataille d'Alerheim.

Au cours de la Guerre de Trente Ans, les troupes du Saint-Empire germanique et celles de la France s'affrontent à Alerheim. L'armée française commandée par le duc d'Enghien remporte le combat malgré nombreuses pertes des deux côtés. La mort du chef allemand, le général Von Mercy, clôt la bataille.

  • le 3 août 1787 :Saussure atteint le sommet du Mont-Blanc.

Horace-Bénédict de Saussure effectue sa première "randonnée" au Mont-Blanc. Il avait promis une forte récompense à celui qui gravirait le Mont-Blanc. Ce qu'ont fait Gabriel-Michel Paccard et Jacques Balmat, un peu avant lui, voir la chronique du 8 août.

  • le 3 août 1789 :la maçonnerie prépare la révolution.

À Rouen, le peuple est incité par Bordier et Jourdan à piller les demeures des riches. Bordier, acteur du spectacle des Variétés-Amusantes, du Palais-Royal à Paris, est arrêté le 5 août et pendu le 29.

  • le 03 août 1900 : décès d'Étienne Lenoir.

Jean-Joseph Étienne Lenoir est un ingénieur français d'origine belge, qui réalise notamment le premier moteur à combustion interne en 1860 et le premier moteur quatre temps en 1863. En 1859, il dépose le « brevet d'un moteur à gaz et à air dilaté », un moteur à combustion interne à deux temps, qui va servir pour le premier bateau à moteur en 1861 sur la Seine. En 1863, à partir d'un moteur à quatre temps, il fait rouler une automobile à gaz sur 18 km de Paris à Joinville-le-Pont en trois heures. Il décède le 3 août 1900.

  • le 3 août 1914 :l'Allemagne déclare la guerre à la France et le Royaume-Uni à l'Allemagne le lendemain.

La « Der des Ders » commence !

  • le 3 août 1941: homélie de l'évêque de Munster, monseigneur von Galen.

« Le programme d'extermination des malades mentaux, l'opération T4 : les pensionnaires arrachés des asiles et supprimés parce que sans valeur, selon le mot du juriste Karl Bending. Or il s'agit d'hommes, de nos compatriotes, de nos frères et sœurs. Gare, bientôt aux malades incurables, aux estropiés, aux invalides du travail et de la guerre, personne ne sera sûr de sa vie… Malheur à notre peuple si le commandement sacré «  Tu ne tueras pas » est transgressé ».

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs(Editions de Chiré page 212)

  • le 3 août 1993: reconnaissance des couples homosexuels par la Sécurité sociale ».

La Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CAMTS) introduit désormais la notion de « compagnon du même sexe ».

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs(Editions de Chiré page 398)

Voir la chronique du 5 août avec l'avis de l'Eglise de France sur la question donné par Monseigneur Jullien, archevêque de Rennes et président de la Commission épiscopale de la famille.

  • le 3 août 1960 : indépendance du Niger
  • le 3 août 1985 : accident ferroviaire à Flaujac, 35 morts.
  • le 3 août 1995 : condamnation de Jacques Médecin.

L'ancien maire de Nice Jacques Médecin est condamné à trois ans et demi de prison, un million de francs d'amende et cinq ans de privation des droits civiques pour « corruption passive et recel d'abus de biens sociaux ».


C’est arrivé un 02 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 2 août : saints du jour français ou en France.
    • St Sérénus : évêque de Marseille († après 601)

À Marseille, après 601, saint Sérénus, évêque, qui accueillit saint Augustin et les autres moines envoyés en Angleterre par le pape saint Grégoire le Grand. Il serait mort, en se rendant à Rome, au pays de Verceil.

  • St Bethaire : évêque de Chartres († V. 623)
  • le 2 août 257 : le pape Etienne 1er meurt à Rome.

Voir la chronique du 12 mai

  • le 2 août 640 : le pape Séverin meurt.
  • le 2 août 686 : décès du pape Jean V, 82ème pape de l'Église catholique.
  • le 2 août 1569 : la ville de Saint-Gaudens, en Haute-Garonne, est pillée par les Huguenots commandés par le comte de Montgommery.
    • le 1er août 1589 : mort du Roi Henri III à Saint-Cloud.

Voir la chronique de la veille.

Voir aussi les chroniques du 13 février et du 19 septembre.

  • le 2 août 1665 : expédition française contre les pirates barbaresques de Tunis et d'Alger.
  • le 2 août 1674 : naissance de Philippe II duc d'Orléans, régent de France.

Voir la chronique du 2 septembre, sur le non respect du testament du Roi Louis XIV.

  • le 2 août 1714 : le Roi Louis XIV signe son testament qui institue un conseil de régence écartant son neveu Philippe d'Orléans.

Voir la chronique du 2 septembre sur le non respect des volontés du Roi qui voulait écarter de la direction politique de la France le futur Régent.

  • le 2 août 1776 : décès de Louis François de Bourbon-Conti, prince de Conti, militaire français.

C'est lui qui au siège de Demont rétorque au général espagnol de la Mina, déclarant la place imprenable, le mot fameux : « Impossible n'est pas français ! ».

Conti s'empare de la place le 17 août.

  • le 2 août 1799 : décès de Jacques Étienne Montgolfier.

Jacques Étienne Montgolfier ou Étienne Montgolfier est célèbre avec son frère Joseph Montgolfier pour avoir créé un ballon à air chaud, auquel ils ont donné leur nom : la Montgolfière. Ils sont les premiers à réussir à le faire monter dans les airs.


Ascension captive du 19 oct. 1783

  • le 2 août 1802 : Napoléon Bonaparte est « plébiscité » Consul à vie.

Profitant qu'avec la paix d'Amiens sa popularité est au plus haut, Napoléon organise un vote pour se faire élire consul à vie. Il faut noter que le corps électoral ne représente qu'à peine 4 millions de Français alors qu'avant la révolution les élections se faisaient de façon beaucoup plus démocratique, puisque les pauvres et les femmes pouvaient voter.

Approuvée par les Français, cette constitution instaure notamment le Consulat à vie pour Napoléon Bonaparte. Roederer fait ajouter une seconde question : "Aura-t-il la faculté de désigner son successeur?" que Bonaparte supprime rageusement.

Il faut souligner que, grand progrès de la Liberté en France grâce à la révolution, le système électoral n'est plus universel mais censitaire et les votants représentent à peine 10% des Français. François Bluche parle de 2,85 millions de votants.*

*(Cité dans L'élection du chef de l'Etat en France de Hugues Capet à nos jours ..., de Léo Hamon, Ed. Beauchesne, page 98)

  • le 2 août 1830 : abdication de Charles X en faveur de son petit-fils, le duc de Bordeaux. 

Depuis Rambouillet, Charles X abdique. Son fils aîné, le Dauphin Louis-Antoine contresigne l'abdication. Il confie à son cousin le duc d'Orléans la tâche d'annoncer que son abdication se fait au profit de son petit-fils, Henri, duc de Bordeaux, âgé de dix ans, faisant du duc d'Orléans le régent.

"Il faudra peut-être des siècles à la plupart des peuples de l'Europe pour atteindre au degré de bonheur dont la France jouit sous le règne de Charles X." (Stendhal)

Comment un roi, fermement décidé depuis 5 ans, à restaurer le système politique de l'ancien régime et ayant en sa main l'armée, prête à lui obéir, peut abdiquer sans lutter et sans se battre ?

Charles X a refusé d'écouter son frère, Louis XVIII mourant, qui lui demandait par testament de rendre le trône à leur neveu Louis XVII. Alors que la Providence lui avait apporté les preuves de l'existence de ce neveu, Louis XVIII régnant, avait lui-même refusé d'écouter un paysan français, Martin de Gallardon envoyé par Saint Michel au frère du Roi Louis XVI. A sa mort, le futur Charles X brule le testament et s'installe sur le trône. Il règne 5 ans.

Avec 12000 soldats, Charles X peut aisément écraser la rébellion parisienne. Pourtant il passe le mois de juillet à Rambouillet à hésiter. Le 1er août, il envoie un de ses officiers, Mr de la Rochejaquelin à Gallardon. Martin l'y attend et lui annonce que : « Dites au roi qu'il sait bien la raison de tous ses malheurs. A présent, il ne peut rien faire, quand bien même il aurait 200 000 hommes de troupes. Il ne réussirait qu'à faire couler beaucoup de sang. Il faut qu'il parte en exile, il y mourra sans avoir revu la France, ainsi que son fils le duc d'Angoulême. Son petit fils Henri ne sera jamais Roi. »

Charles X signe son abdication et prend la même route que Napoléon 1er pour quitter la France ! Selon les mémoires de madame de Boigne, il donne un dernier ordre et envoie La Rochejaquelin chercher le Roi légitime en Autriche…

Martin, le paysan visionnaire du village de Gallardon, par Noëlle Destremau, page 17.

Voir la chronique du 19 mars et du 2 avril.

  • le 2 août 1911 : le généralissime Joffre impose le général de Castelnau pour le seconder à la tête de l'Etat-major.

Le général de Castelnau est le seul officier qui commence la guerre et la finit encore en poste. Tous les autres sont morts ou limogés. Relire l'hécatombe des généraux de Pierre Rocolle. Joffre, franc-maçon, doit se battre avec le politique pour obtenir sa nomination. L'affaire des fiches n'est pas loin.

  • le 2 août 1914 : premier mort français de la première guerre mondiale.

Le caporal Jules-André Peugeot est tué à Joncherey, c'est le premier militaire français mort dans ce qui sera la Première Guerre mondiale.

  • le 2 août 1934 : l'Etat ordonne des obsèques nationales pour le Maréchal Lyautey mort le 27 juillet.
  • le 2 août 1934 : le général De Gaulle, déjà réduit précédemment au grade de colonel et mis à la retraite d'office, est condamné à mort par contumace.

Le tribunal militaire de Clermont-Ferrand le condamne pour atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat et désertion en temps de guerre. L'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (Nouvelles Editions Latines page 89) note : « Le Maréchal Pétain épingla sur le dossier de la procédure qu'il conservait serré dans le tiroir de son bureau, la fiche manuscrite suivante : Le jugement du général de Gaulle s'est imposé : 1° par une nécessité de discipline militaire ; 2° comme valeur d'exemple afin d'arrêter un mouvement d'exode d'officiers français vers l'étranger ; 3° il est évident que ce jugement, par contumace, ne peut être que de principe. Il n'a jamais été dans ma pensée de lui donner une suite ; 4° Je suis prêt au contraire à m'associer aux actes qui faciliteront le retour de l'ordre en France et l'union des cœurs entre tous les Français. »

L'amiral ajoute : « Au moment de la Libération, et après l'arrivée du gouvernement provisoire à Paris, le cabinet du général de Gaulle fit demander ce dossier aux archives de la Justice Militaire : il n'en est jamais revenu. Ce dossier renfermait notamment le calepin des appréciations portées, tout au long de sa carrière militaire, sur le général de Gaulle, par les chefs qui l'avaient eu sous les ordres. »


C’est arrivé un 01 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 1er août : saints du jour français ou en France.
    • St Sever (ou Sévère) prêtre à Rustan († V. 502)

À Rustan au pays de Bigorre, vers 502, saint Sévère, prêtre, qui donna tous ses biens pour la construction d'églises et pour le service des pauvres.

La campagne, où les mythes païens étaient profondément enracinés, fut plus difficile à évangéliser que la ville. Sever a probablement annoncé l'Evangile dans ces milieux-là.

Issu de famille noble, ce grand propriétaire bigourdan du nom de Severus fut ordonné prêtre au Vème siècle. Grégoire de Tours commémore deux grandes vertus de ce saint : la charité et l'amour de la pauvreté. Il eut en effet le souci de nourrir les pauvres par ses aumônes et leur prodigua sa sollicitude pastorale. Grégoire nous révèle également que saint Sever édifia deux églises distantes d'environ trente kilomètres où il célébrait chaque dimanche et qu'il enrichit de reliques de saints. Il poursuit en nous disant que Sever plaça lui-même dans l'une de ses demeures le sépulcre où il est enseveli.

Il donne aussi une anecdote sur sa vie : il avait l'habitude, "au temps où naissent les lys, d'attacher ces fleurs ensemble et de les suspendre aux murs". Ces lys desséchés près de son tombeau reprenaient vie chaque année au moment de l'anniversaire de sa mort. En 1753, ce miracle était inscrit dans l'abside de l'abbaye de Saint Sever de Rustan au nord de la Bigorre, où se situait son sarcophage en marbre noir.

  • St Spire (ou Exupère) : 1er évêque de Bayeux († IV S.)

Au X siècle, les chanoines de la cathédrale de Bayeux firent venir au château de Palluau (Gâtinais) les reliques de saint Spire (ou Exupère), premier évêque de Bayeux, pour éviter leur profanation par les troupes barbares du duc Richard I de Normandie. 

Quatre-vingts ans plus tard, pour accueillir ces reliques insignes, Haymond, comte de Corbeil, et sa femme Elisabeth, firent bâtir à Corbeil une église collégiale du titre de Saint-Spire où furent attachés un abbé et douze chanoines pour chanter l'office.

Le comte Haymond de Corbeil fut enseveli dans cette église. Au commencement du XII siècle, la ville et le comté de Corbeil, cédés par Hugues Du Puiset, devinrent terre du domaine royal, et les chanoines se mirent sous la protection du Roi Louis VI le Gros qui agrandit leurs biens et leurs privilèges qui furent confirmés, en 1196,  par le pape Célestin III.

En 1262, saint Louis qui passa quelques temps à Corbeil où il reçut le roi Jacques I d'Aragon, ne manqua pas de vénérer les reliques de saint Spire et de saint Loup qui étaient enfermées dans une vieille châsse, couvertes d'étoffe de soie et d'une peau de cerf. En 1317, le corps de saint Spire fut transféré dans une châsse précieuse, ornée des statues du Roi Louis X le Hutin et de sa seconde femme, Clémence de Hongrie. Il y eut procession solennelle jusqu'au pont du Tremblay, dont la mémoire était faite tous les ans, le dimanche précédent les Rogations (sixième de Pâques) : à leur retour de procession, les châsses demeuraient découvertes dans l'église pendant dix jours pleins.

L'église Saint-Spire qui avait déjà été incendiée et relevée en 1140, brûla de nouveau en 1318, et fut reconstruite six ans après où l'on refit aussi la statue tombale du comte Haymond.

Louis XI suivit à Saint-Spire la procession de la Fête-Dieu de 1479. François I et Louise de Savoie assistèrent à la procession en l'honneur de Saint-Spire, faite le 16 août 1519. En 1613, Anne d'Autriche a été témoin de la guérison d'un enfant paralytique. L'église Saint-Spire est devenue la première cathédrale du diocèse de Corbeil-Essonnes.

  • Sts Friard et Secondel : ermites († VIème S.)

Dans l'île de Vindunet [Besné] au pays nantais, au VIe siècle, les saints ermites Friard et le diacre Secondel.

  • St Jonat : abbé à Marchiennes († vers 690)

À Marchiennes près de Douai, vers 690, saint Jonat, abbé, disciple de saint Amand.

  • Bx Émeric de Quart : évêque à Aoste († 1313)

À Aoste dans les Alpes, en 1313, le bienheureux Émeric de Quart, évêque, admirable par l'austérité de sa vie et son zèle pour le salut des âmes.

  • St Pierre Favre premier prêtre jésuite et Cofondateur de la S.J. († 1546)

Pierre Favre naît le 13 avril 1506 dans le village du Villaret (Savoie, alors dans le diocèse de Genève), dans une famille nombreuse de bergers.

À 10 ans, il apprit les rudiments de la grammaire et du calcul à l'école de Thônes. Très vite, l'élève manifesta une vive intelligence servie par une mémoire fidèle, si bien qu'à la rentrée de l'automne 1517, Pierre entra au collège de la Roche-sur-Foron.

En 1525, encouragé également par son oncle, Dom Mamert Favre, prieur de la chartreuse du Reposoir, qui finança la suite de ses études, il partit étudier à Paris au collège de Montaigu mais il passe rapidement au Collège Sainte-Barbe où il a François Xavier comme camarade de chambre. Peu après un troisième élément, Ignace de Loyola, les rejoint. Alors que François Xavier est plus réservé, une profonde amitié se lie entre Pierre et Ignace. Le premier devient le répétiteur du second et Ignace, qui a déjà 34 ans et une grande expérience spirituelle, aide Pierre à surmonter ses tentations et ses scrupules.

En 1530, Pierre Favre est bachelier ès Arts et poursuit sa licence en théologie. En 1534, il suit ses Exercices spirituels sous la direction d'Ignace de Loyola et pénètre si profondément dans cette voie vers Dieu que, plus tard, Ignace le reconnaîtra comme celui qui donne le mieux les Exercices spirituels.

Ordonné prêtre le 30 mai 1534 par le cardinal Jean du Bellay, il fut le premier prêtre de la Compagnie de Jésus. Lorsque, le 15 août 1534, le groupe des sept « Amis dans le Seigneur » rassemblés par Ignace de Loyola monte à la chapelle St-Denis à Montmartre pour se consacrer à Dieu par les vœux de pauvreté et chasteté, c'est Pierre Favre qui célèbre la messe et reçoit leur engagement religieux et apostolique. Peu après, il remplace également Ignace à la tête du groupe lorsque ce dernier doit faire un séjour dans son pays natal pour des raisons de santé. Trois nouveaux compagnons sont alors reçus par Favre dans le groupe : Jean Codure, Claude Le Jay et Paschase Broët. En 1536, Favre obtient sa maîtrise en arts.

En janvier 1537, tous les « Amis dans le Seigneur » - ils sont alors onze - se retrouvent avec Ignace à Venise. Ceux qui sont prêts sont alors ordonnés prêtres. Le séjour à Venise, avec une aide portée aux malades des hôpitaux des villes avoisinantes, est la dernière préparation spirituelle avant de se rendre à Rome pour se placer au service de l'Église et du Pape.

Arrivé dans la ville éternelle en 1538, Pierre Favre y enseigne pour un temps la théologie à l'université « La Sapienza » tout en préparant avec les autres le projet de fondation de la Compagnie de Jésus qui sera approuvé le 27 septembre 1540 par le pape Paul III (Regimini militantis ecclesiae).

Immédiatement après, fin 1540, Favre commence une vie itinérante missionnaire, parcourant les principaux pays d'Europe et travaillant au renouvellement spirituel et à la réforme du catholicisme. Il est d'abord à Parme où durant 18 mois il donne les Exercices spirituels et réforme plusieurs couvents et monastères. Le pape l'envoie ensuite aux colloques de Worms et Ratisbonne, en Allemagne. Les contacts avec les protestants n'étaient pas encore rompus : on espérait y trouver un accord qui éviterait le schisme. Le colloque fut un échec mais le séjour de Favre en Allemagne lui ouvrit les yeux : l'ignorance religieuse du peuple chrétien et l'immoralité du clergé étaient les causes principales du progrès du protestantisme.

Favre fait ensuite un voyage en Espagne puis, en 1542, il est de retour en Allemagne, à Spire et Mayence, où il donne les Exercices Spirituels, entre autres, au printemps 1543, à Pierre Canisius qui entrera plus tard dans la Compagnie de Jésus.

À la demande du Pape Paul III, Pierre Favre se rend à la cour du Portugal pour une mission spéciale. En Espagne, en 1545, il fonde des communautés jésuites à Valladolid et Alcala; mais ces voyages incessants minent sa santé. Rappelé à Rome pour s'y préparer à participer comme légat du pape au concile de Trente, Pierre Favre s'éteint épuisé le 1er août 1546 dans les bras mêmes, dit-on, d'Ignace de Loyola.

Mort à 40 ans, Favre est moins connu que d'autres parmi les premiers compagnons jésuites. Cependant, il occupe une place très importante dans l'histoire de la fondation de la Compagnie de Jésus ; d'abord parce qu'il faisait partie du noyau initial des trois « Amis dans le Seigneur » fondé dans la chambre du Collège Sainte-Barbe à Paris avec Ignace de Loyola et François-Xavier, ensuite parce qu'Ignace de Loyola avait la plus grande confiance en lui.

Pierre Favre n'était ni un philosophe, ni un théologien, au sens technique du mot. Les seuls écrits qu'il nous ait laissés sont ses lettres et un Mémorial qui est une autobiographie spirituelle, rédigée de 1542 à 1545 dans laquelle il fait une approche du divin par le biais de l'affection intime et du sentiment. Il n'hésitait pas à s'adresser directement au Christ et aux anges, comme dans l'extrait ci-dessous, où il raconte son installation dans une nouvelle demeure :

« Dans chaque pièce et dans chaque salle de la maison, je dis à genoux cette prière : "Visitez cette demeure, nous vous en prions, Seigneur ; écartez d'elle toutes les embûches de l'ennemi, pour que vos saints anges y habitent et nous gardent dans la paix, et que votre bénédiction soit sur nous à jamais, par le Christ notre Seigneur." Je le fis avec une vraie dévotion et avec le sentiment qu'il était convenable et bon d'agir ainsi en entrant pour la première fois quelque part. J'invoquai ensuite les anges gardiens des voisins et je sentis que cela était convenable et bon quand on change de quartier. Je priai pour que mes compagnons de logis et moi, nous n'ayons à subir aucun mal de la part des mauvais esprits du voisinage et tout spécialement celui de la fornication »

Pierre Favre, béatifié le 05 septembre 1872 par le Bx Pie IX, a été canonisé (canonisation équipollente) par le Saint Père François le 17 décembre 2013 (la canonisation équipollente signifie que le Pape étend d'autorité à toute l'Église le culte, à travers l'inscription de sa fête, avec messe et office, dans le calendrier de l'Église universelle). Les Jésuites le fêtent le 2 août.

St Pierre-Julien Eymard : prêtre et fondateur († 1868)

À Mure dans l'Isère, en 1868, la naissance au ciel de saint Pierre-Julien Eymard, prêtre, dont on fait mémoire le lendemain.

  • le 1er août 767 : élection du pape Etienne III.
  • le 1er août 939 : bataille de Trans.

Victoire des Bretons sur les Normands et libération de la Bretagne.

  • le 1er août 1096 : la croisade populaire arrive à Constantinople.

Ces croisés sont guidés par Pierre l'Ermite et Gautier Ils sont partis au lendemain de l'appel du pape Urbain II, sans aucune organisation ni armes, les pèlerins traversent l'Europe. Ces quelques 12000 croisés finissent sous les armes turques quelques mois plus tard.

  • le 1er août 1137 : décès du Roi Louis VI.

Le Roi Louis VI de France, dit Louis le Gros, naît le 1er décembre 1081 et meurt le 1er août 1137 au château royal de Béthisy-Saint-Pierre. Fils de Philippe Ier, il est le cinquième Roi de la dynastie des Capétiens directs. Louis VI laisse le royaume pacifié et bien administré et agrandi. Sur son lit de mort il dit à son fils, qui va devenir Louis VII le jeune :

"Souvenez-vous, mon fils, que la royauté n'est qu'une charge publique, dont vous rendrez un compte rigoureux à Dieu, qui seul dispose des sceptres et des couronnes."

Il est aussi le tout premier Roi de France à toucher les écrouelles lors du Sacre le 25 octobre 1131 (Voir la chronique du jour). Très populaire, le Roi protège tout au long de son règne les faibles et l'Église. Il reçoit le titre de Rex Catholicus et Christianissimus.

C'est son fils, Louis VII, qui devient donc Roi de France à l'âge de 17 ans. Ce dernier va diriger la deuxième croisade, régner durant 43 ans, et se montrer juste et ferme comme son père. Il maintient le royaume intact face aux ambitions des Plantagenêts et de Frédéric Barberousse. En se séparant d'Aliénor d'Aquitaine il est à l'origine de la première guerre de cent ans contre les Anglais.

  • le 1er août 1417 : débarquement d'Henry V.

Henry V d'Angleterre débarque à l'embouchure de la Touques avec 10 000 hommes et du matériel d'artillerie. Aussitôt, le siège du château commence. La place forte tombe le 9. Aout suivant. Les citadelles normandes se rendent les unes après les autres et Caen est assiégé dès le 18 août. Seul le Mont-Saint-Michel résiste.

  • le 1er aout 1469 : fondation de l'ordre de Saint Michel.

Le 1er août 1469, le Roi Louis XI fonde, à Amboise, l'ordre de Saint-Michel. C'est un ordre de chevalerie, fondé sous le nom d'«Ordre et aimable compagnie de monsieur saint Michel». Les membres de l'ordre de Saint-Michel se disent chevaliers de l'ordre du Roi, alors que les chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit s'intituleront « chevaliers des ordres du Roi ». Son siège est établi à l'abbaye du Mont-Saint-Michel. Sa fête est le 29 septembre, jour la fête patronale de l'archange saint Michel, saint patron du Royaume de France jusqu'au vœu de Louis XIII. Voir les chroniques du 3 juillet, des 15 et 30 août.

  • le 1er août 1589 : assassinat du Roi Henri III à Saint-Cloud.

Henri III meurt poignardé par un moine, Jacques Clément. Prétextant la remise d'un message confidentiel, il parvient à se trouver seul avec le roi et à le poignarder. Le Roi va succomber pendant la nuit. Il faut rappeler que selon les lois fondamentales du royaume, un Roi, infidèle à sa fonction et à son serment du sacre pouvait être en quelque sorte destitué. C'est entre autres pour cela que Bernard Basse, dans son livre La Constitution de l'Ancienne France, parle de Monarchie légitime tempérée.

Or, le 7 janvier 1589, la faculté de Théologie de Paris déclare le peuple délié de son serment de fidélité et d'obéissance au Roi. Suite aux meurtres des Guises, la Faculté estime que le Roi a trahi le serment du Sacre.

Né le 19 septembre 1551 à Fontainebleau, il est le troisième fils d'Henri II et de Catherine de Médicis. Il est baptisé sous le prénom d'Alexandre-Edouard et change de nom pour son accession au trône. C'est le dernier Souverain de la dynastie des Valois. La prophétie de Saint Rémi se réalise une fois de plus (Voir la chronique du 13 janvier°).

Elu roi de Pologne en 1573-1574, il s'enfuit de Cracovie pour être sacré Roi de France en 1575 après la mort de son frère Charles IX. Le Royaume est alors déchiré par les Guerres de Religions. Comme tous les Valois il ne respecte pas le serment du sacre de défendre la foi catholique et laisse les hérétiques multiplier leurs exactions dans le Royaume. Mais le peuple et une partie de la Noblesse luttent contre les trahisons royales successives grâce à la Sainte Ligue. Henri III fait assassiner le Duc de Guise, le chef de la Ligue, le 23 décembre 1588 ; et le lendemain, jour de la veillée de Noël, c'est le Cardinal Louis II de Guise qui tombe sous les coups des gardes du Roi. Le pape Sixte V l'excommunie pour cet acte. Voir aussi la chronique de du 13 février

Henri IV devient prétendant légitime au trône de France. Il n'est pas Roi de France, car il ne peut pas être sacré, étant Calviniste. Les Lois Fondamentales du Royaume l'interdisent. Sur son lit de mort, le Roi déclare :

« Car seul Henri de Navarre a droit au trône, et il est d'un caractère trop sincère et trop noble pour ne pas rentrer dans le sein de l'Eglise ; tôt ou tard il reviendra à la vérité. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, page 51).

Voir aussi les chroniques du 13 février et du 19 septembre.

  • le 1er août 1639 : débarquement de Sainte Marie de L'incarnation à Québec.

Sainte Marie de L'incarnation, une religieuse française débarque à Québec avec 4 autres religieuses. S'étant fiancée à Jésus dans l'intimité de son cœur à l'âge de 7 ans, elle évangélise inlassablement la Nouvelle-France. Relire sa vie dans Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l'Escalade, page 247)

  • le 1er août 1664 : bataille de Saint-Gothard

Les Turcs sont entièrement défaits à Saint-Gotthard-sur-le-Raad en Hongrie par les troupes du Roi de France, Louis XIV, qui a envoyé un corps expéditionnaire au secours du Saint-Empire romain germanique.

  • le 1er août 1752 : représentation à Paris de La Serva padrona de Pergolèse.

Cette représentation, par une troupe d'opéra-comique italien, va déclencher la « Querelle des Bouffons ».

  • le 1er août 1785 : Jean-François de La Pérouse embarque à Brest pour un tour du monde.

Chargé par Louis XVI d'une expédition autour du monde, Jean-François de La Pérouse part de Brest, sur le navire la Boussole et accompagné de l'Astrolabe, seconde frégate commandée par Fleuriot de Langle.

Doublant le cap Horn, il atteint l'île de Pâques, l'Alaska, Hawaii, Macao, les Philippines, le Japon, Kamtchatka, les Samoa puis les îles Tonga. Il découvre l'île Necker en 1786, donne son nom au détroit situé entre l'île Sakhaline et l'île Hokkaido et disparaît en 1788. Sa trace n'est retrouvée qu'en 1826 par Dillon, puis deux ans plus tard par Dumont d'Urville.

  • le 1er aout 1785 : affaire du collier.

Ce jour-là la première échéance du paiement du collier pour la Reine Marie Antoinette, par le cardinal de Rohan, est attendue par le joaillier. Les deux, l'artisan et le prélat se sont déjà étonnés de ne pas voir la reine porter le collier. Mme de La Motte, la sinistre voleuse, manipulée par les loges maçonniques, les a assurés que l'occasion ne s'est pas encore présentée, et que si on leur parle du collier, ils doivent répondre qu'il a été vendu au sultan de Constantinople. Voir le 1 février, le 30 mai et le 15 août.

  • le 1er août 1793 : le système métrique.

La Convention montagnarde adopte le système métrique décimal provisoire, 443.44 lignes de la "toise du Pérou". Il remplace les unités de mesure de l'Ancien Régime. Voir la chronique du 30 Mars

  • le 1er août 1793 : décret d'extermination de la Vendée.

On peut lire dans Archives parlementaires :

« Il sera envoyé, en Vendée, par le ministre de la guerre, des matières combustibles de toute espèce pour incendier les bois, les taillis et les genêts. Les forêts seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits, les récoltes seront coupées, et les bestiaux seront saisis. Les biens des rebelles seront déclarés appartenant à la république. »

Ces lois n'ont jamais été abrogées ! François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs note, page 80 :

« La Convention vote le 1er août 1793 un premier décret dit d'anéantissement de la Vendée qui prévoit l'exécution des hommes « pris les armes à la main » mais surtout la déportation des femmes, des enfants et des vieillards. Deux mois plus tard, la Convention adopte le 1er octobre 1793 un décret modificateur qui ajoute à l'anéantissement matériel de la Vendée, l'extermination de ses habitants.

Sur le terrain, la guerre de Vendée s'achève avec la défaite de Cholet le 17 octobre 1793, la Virée de Galerne et l'écrasement de ce qui reste de l'armée vendéenne dans les marais de Savenay juste avant Noël de la même année.

La Vendée est vaincue. Une œuvre de pacification aurait pu consolider la paix civile et préparer la réconciliation. Pourtant, la violence va atteindre son paroxysme dans les premiers mois de l'année 1794 avec l'application rigoureuse des deux décrets d'anéantissement et d'extermination des 1er août et 1er octobre.

Les historiens ont désormais établi les faits. Le territoire de la Vendée militaire est alors soumis à une entreprise systématique d'extermination de masse. Carrier à Nantes trouve la guillotine trop lente et lui substitue les noyades expéditives dans la Loire de milliers de suspects, tandis que Turreau déchaîne ses colonnes infernales sur ce qui reste de population civile, blanche et bleue confondues.

Ce déchaînement de violence est d'autant plus inexcusable comme le dit François Furet qu'il s'agit « d'une violence révolutionnaire, la plus inexcusable au regard même du« salut public » qui lui sert d'excuse, puisque c'est une violence de vainqueurs, exercée punitivement après la liquidation de l'armée vendéenne ».

Ce massacre collectif trouve son fondement légal dans les deux décrets du 1er août et du 1er octobre 1793. Deux armistices furent signés après Thermidor mais, depuis lors, ces deux textes n'ont fait l'objet d'aucune abrogation. Ainsi, bien qu'ils ne portent plus aujourd'hui et depuis longtemps aucun effet juridique, ils font toujours partie de notre corpus de loi.

La présente proposition de loi a donc pour objet d'abroger ces deux décrets qui ont servi de base légale à de nombreuses atrocités et à l'extermination des vendéens aujourd'hui avérées.

Cette proposition de loi n'a pas pour objet d'inciter la représentation nationale à faire acte de repentance. Elle entend simplement rompre symboliquement avec cette législation contraire aux principes initiaux de la Révolution française contenus dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, au premier rang desquels figure le respect de la dignité humaine. »

Cf. aussi la chronique du 1er octobre 1793

  • le 1er août 1793 : la Convention décrète la destruction des tombeaux des «ci-devant rois » de la basilique Saint-Denis.

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs (Ed de Chiré page 80) rapporte le discours du citoyen Frénon à la convention pour détruire la basilique de St Denis.

La basilique de Saint-Denis, construite pour accueillir le corps du premier évêque de Paris décapité par les Romains en 258, est devenue la nécropole royale. Le chœur de la basilique, avec ses chapelles rayonnantes et sa voûte en croisée d'ogives, marque la naissance d'un nouveau style architectural : l'art gothique.

La plus ancienne sépulture connue est celle de la reine Arégonde, épouse de Clotaire Ier, décédée vers 565-570. Dagobert est le premier Roi à y avoir été enterré. Mais c'est à partir d'Hugues Capet que tous les Rois y sont systématiquement inhumés, à quelques exceptions près : Philippe Ier, mort en 1108, Louis VII, mort en 1180, et Louis XI, mort en 1483. Les restes de Louis XVI et de Marie-Antoinette y sont apportés en 1816, après la chute du Premier Empire. Les reines de France, les enfants des souverains figurent aussi dans ce cimetière, de même que quelques grands serviteurs du royaume, tel Bertrand Du Guesclin.

Au total, 42 rois, 32 reines, 63 princes et princesses et 10 grands du royaume y ont été enterrés. Toutes les sépultures sont violées en 1793 par les révolutionnaires.

Saint-Denis conserve néanmoins leur souvenir dans la pierre. Conformément à la volonté de saint Louis, le transept et le chœur de la basilique abritent aujourd'hui plus de soixante-dix gisants et tombeaux de la Renaissance, une collection unique en Europe qui permet d'apprécier l'évolution de l'art funéraire des gisants sculptés entre le 12e siècle et le 16e siècle, avec par exemple, les tombeaux de Louis XII et d'Anne de Bretagne ou d'Henri II et Catherine de Médicis.

  • le 1er août 1795 : condamnation des émigrés qui s'étaient rendus contre promesse de la vie sauve à Auray et à Vannes.
  • le 1er août 1798 : défaite de la flotte française à la bataille d'Aboukir.

En rade d'Aboukir, la flotte française commandée par l'amiral Brueys d'Aigaïlliers est battue par la flotte britannique sous les ordres de l'amiral Nelson. Seuls quatre vaisseaux sur une vingtaine réussissent à s'échapper. Le corps expéditionnaire du général Napoléon Bonaparte ne peut plus rentrer. Il est bloqué en Egypte. Napoléon Bonaparte l'abandonne secrètement et lâchement un an plus tard.

  • le 1er août 1799 : naissance de Sophie Rostopchine, plus connue sous le titre de comtesse de Ségur, romancière pour les enfants.
  • le 1er août 1830 : Charles X fuit à Rambouillet.
  • le 1er aout 1871 : extrait du Bulletin du Grand Orient de France XXVII page 8.

François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs, (éditions de Chiré page 121) rapporte les paroles du Grand Maître Rabaud-Larivière :

« Les principes de 1789, étaient depuis longtemps reconnus dans vos temples, avant d'être proclamés par l'Assemblée constituante et, son histoire à la main, on peut affirmer que la maçonnerie fut le véritable précurseur de la révolution. »

  • le 1er août 1907 : début du premier camp scout organisé par Robert Baden-Powell sur l'île de Brownsea.
  • le 1er aout 1944 : l'Epuration.

Madeleine Jacob note dans Franc-Tireur :

« A la Libération, 18000 détenus occupaient les prisons. Du jour au lendemain il fallut trouver de la place pour 70 000. »

Cité par François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs, (éditions de Chiré page 229)

  • le 1er août 1936 : décès de l'aviateur français Louis Blériot.

Louis Blériot est un constructeur de lanternes d'automobiles, d'avions et de motocyclettes. C'est aussi un pilote français, il décède le 1er août 1936 à Paris.

Louis Blériot vole pour la première fois en 1907, dans un avion qu'il a lui-même conçu. Il obtient le premier brevet de pilote délivré en France en 1910. C'est lui traverse la Manche le premier à bord de son Blériot XI en 1909.

 

 

Un blériot

  • le 1er août 1946 : échec des négociations franco-vietnamiennes de Fontainebleau.
  • le 1er août 1960 : indépendance du Bénin.
    • le 1er aout 1974 : circulaire qui dépénalise les diverses formes et diffusion de la pornographie.

La circulaire est passée à l'instigation de Simone Veil et ce alors que les lois sanctionnent et interdisent toute forme et diffusion de la pornographie. L'objet est tellement honteux pour le gouvernement que le débat du 31 mai 1974 a été escamoté à l'assemblée nationale et qu'il n'ose pas faire apparaître cette circulaire au JO ! La conséquence est que les parquets ne poursuivent pratiquement plus la pornographie « banale » et Pierre Méhaignerie en 1995 confirme cette volonté d'abstention.

Voir les chroniques du 19 octobre et du 17 janvier.

  • le 1er août 2001 : des scientifiques israéliens affirment avoir fabriqué des cellules cardiaques à partir d'un embryon humain.

C’est arrivé un 31 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 31 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Germain : évêque d'Auxerre († À Ravenne en 448)

Germain naît à Auxerre, de parents nobles et pieux. Il fut envoyé aux écoles les plus célèbres des Gaules, où il obtint de grands succès. Il alla ensuite à Rome étudier le droit et acquit bientôt une réputation éclatante par son éloquence au barreau. Les talents du jeune docteur le mirent en vue, et l'autorité impériale le revêtit d'une haute dignité militaire, à Auxerre, sa patrie.

L'an 418, saint Amator, évêque d'Auxerre, eut la révélation de sa mort prochaine et reçut de Dieu l'ordre de désigner Germain pour lui succéder. Il réunit le peuple dans sa cathédrale, et lui exposa quelle était la volonté de Dieu ; Germain, qui était présent, atterré d'une semblable nouvelle, entendit la foule acclamer son nom. Après avoir reçu successivement les différents ordres sacrés, il se résigna au sacrifice et accepta le fardeau de l'épiscopat. Il ne fit plus désormais chaque jour qu'un seul repas, composé de pain d'orge trempé dans l'eau ; il ne consentait à boire un peu de vin qu'aux solennités de Noël et de Pâques ; il passait les nuits en oraison, n'accordant à la nature qu'un court sommeil sur des planches couvertes de cendre.

Nommé légat apostolique pour aller combattre le pélagianisme dans la Grande-Bretagne, il passa par Paris, où il fit la rencontre de la pieuse bergère de Nanterre, sainte Geneviève, dont il prédit la gloire. Dans la traversée de la mer, Germain apaisa une horrible tempête en versant dans les flots quelques gouttes d'huile sainte. Ses miracles sans nombre opérèrent encore plus de bien que ses éloquents discours dans la Grande-Bretagne, et il eut la consolation de revenir à Auxerre, après avoir accompli un bien immense chez ces peuples infestés par l'hérésie.

Le saint évêque continua sa vie d'apostolat, de prière et de mortification, et devint de plus en plus illustre par le don des miracles. Un jour, un pauvre trouva le moyen de lui dérober son cheval ; mais il fut obligé de le rendre à l'évêque en lui disant qu'il n'avait jamais pu le diriger, et que, voyant là un châtiment de Dieu, il restituait à son maître l'animal volé : « Mon ami, lui dit le Saint, c'est moi qui suis coupable ; si j'avais eu hier la charité de te donner un vêtement, tu n'aurais pas eu l'idée de commettre ce vol » et il le renvoya avec une large aumône et sa bénédiction. Une autre fois, Germain guérit un jeune homme paralytique, en lui passant la main sur la longueur de la jambe. On rapporte de lui la résurrection d'un mort et de nombreuses guérisons.

Un jour, après avoir offert le saint sacrifice, il annonça sa mort très prochaine et mourut après sept jours de maladie.

  • St Ignace de Loyola : prêtre et fondateur de la « Compagnie de Jésus » (1491-1556)

Ignace (en espagnol : Íñigo López de Loyola) naît au château de Loyola, en Espagne, le 24 décembre 1491 ; il est le dernier de 13 enfants de Beltran Ibañez de Oñaz et de Marina Sanchez de Licona.

Il fut d'abord page du roi Ferdinand V ; puis il embrassa la carrière des armes. Il ne le céda en courage à personne, mais négligea complètement de vivre en chrétien, dirigé uniquement par l'orgueil et l'amour des plaisirs. De ce chevalier mondain, Dieu allait faire l'un des premiers chevaliers chrétiens de tous les âges.

Au siège de Pampelune, un boulet de canon brisa la jambe droite du jeune officier, qui en peu de jours fut réduit à l'extrémité et reçut les derniers sacrements. Il s'endormit ensuite et crut voir en songe saint Pierre, qui lui rendait la santé en touchant sa blessure. À son réveil, il se trouva hors de danger, quoique perclus de sa jambe.

Pour se distraire, il demanda des livres ; on lui apporta la Vie de Jésus-Christ et la Vie des Saints. Il les lut d'abord sans attention, puis avec une émotion profonde. Il se livra en lui un violent combat ; mais enfin la grâce l'emporta, et comme des hommes de cette valeur ne font rien à demi, il devint, dans sa résolution, un grand Saint dès ce même jour. Il commença à traiter son corps avec la plus grande rigueur ; il se levait toutes les nuits pour pleurer ses péchés. Une nuit, il se consacra à Jésus-Christ par l'entremise de la Sainte Vierge, refuge des pécheurs, et lui jura une fidélité inviolable. Une autre nuit, Marie lui apparut environnée de lumière, tenant en ses bras l'Enfant Jésus.

Peu après, Ignace fit une confession générale et se retira à Manrèze, pour s'y livrer à des austérités qui n'ont guère d'exemple que dans la vie des plus célèbres anachorètes : vivant d'aumônes, jeûnant au pain et à l'eau, portant le cilice, il demeurait tous les jours six ou sept heures à genoux en oraison. Le démon fit en vain des efforts étonnants pour le décourager. C'est dans cette solitude qu'il composa ses Exercices spirituels, l'un des livres les plus sublimes qui aient été écrits par la main des hommes. Il fut ordonné prêtre à Venise en 1537.

Passons sous silence son pèlerinage en Terre Sainte et différents faits merveilleux de sa vie, pour rappeler celui qui en est de beaucoup le plus important, la fondation de la Compagnie de Jésus (1540), que l'on pourrait appeler la chevalerie du Christ et le boulevard de la chrétienté. Cette fondation est assurément l'une des plus grandes gloires de l'Église catholique ; sciences profanes et sciences sacrées, enseignement, apostolat, rien ne devait être étranger à la Compagnie d'Ignace.

Les vertus du fondateur égalaient ses grandes œuvres ; elles avaient toutes pour inspiratrice cette devise digne de lui : « Ad maiorem Dei gloriam! » (À la plus grande gloire de Dieu !).

  • Bx Jean-François Jarrige : prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jean-François Jarrige de la Morélie du Breuil, prêtre de Limoges et martyr. Sous la Révolution française, en raison de son sacerdoce, il fut détenu sur un bateau négrier, dans des conditions inhumaines, et y mourut de tuberculose.

  • Bx Marcel Denis : prêtre des Missions Etrangères de Paris et martyr

    (*Alençon, France, 7 août 1919 - † Kham Hè, Laos, 31 juillet 1961)

Marcel Denis naît le 7 août 1919 à Alençon, la ville de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, dans le diocèse de Séez en France. Il fréquente d'abord le petit et le grand séminaire de son diocèse ; en 1942, il est admis aux Missions Étrangères de Paris.

Ordonné prêtre le 22 avril 1945, il part en 1946 pour la Mission du Laos. Chargé d'abord des chrétientés de Dong Makba et alentours, dans la plaine, il y travaille avec difficulté à l'éducation des villageois. 

À partir de 1954, il est envoyé vers les zones intérieures du Khammouane. Il s'établit à Maha Prom et s'entoure de collaborateurs de valeur. Il met sa science, son cœur et sa foi, dans la patience et la persévérance, au service de la promotion humaine et spirituelle du peuple auquel il est envoyé. Peu à peu, il se tourne vers les villages de la montagne, qui ignorent tout de l'Evangile, et consacre beaucoup de temps et d'amour aux lépreux. Pèlerin infatigable, il parcourt une vaste région et ouvre le dialogue avec les populations rencontrées. Çà et là la bonne graine germe, ouvrant de grands espoirs de conversions.

En avril 1961, la guérilla communiste occupe en quelques semaines tout le territoire qui lui est dévolu. Il se dépense sans compter pour mettre collaborateurs et enfants à l'abri, mais décide de rester au milieu d'eux. Il est arrêté et emmené en détention vers un lointain village à la frontière du Vietnam. Au bout de trois mois, le 31 juillet 1961, il est emmené dans la forêt et exécuté. Sa mémoire est vénérée et son exemple continue d'inspirer de nombreux chrétiens laotiens.

Marcel Denis fait partie des 17 martyrs béatifiés, en un seul groupe, à Vientiane, capitale du Laos, le 11 décembre 2016

Cette célébration a été présidée par le cardinal philippin Orlando Quevedo, oblat de Marie Immaculée (OMI) et archevêque de Cotabato, envoyé au Laos comme représentant personnel du pape François (Jorge Mario Bergoglio, 2013-).

La mémoire commune correspond au jour du martyre du père Jean Wauthier, OMI, né le 22.3.1926 à Fourmies (59), mort le 16.12.1967 à Ban Na (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane. 
La mémoire individuelle est celle du jour du martyre (dies natalis) de chacun.

LISTE DES 17 MARTYRS DU LAOS

Joseph Thao Tiên, né le 5.12.1918 à Muang Sôi (Houa Phanh, Laos), prêtre diocésain taï-deng du vicariat de Thanh Hóa (Vietnam), mort le 2.6.1954 à Ban Talang (Houa Phanh), vicariat de Vientiane.

Jean-Baptiste Malo, MEP, né le 2.6.1899 à La Grigonnais (44), missionnaire en Chine puis au Laos, mort le 28.3.1954 à Yên Hội (Hà Tĩnh), diocèse de Vinh (Vietnam).

René Dubroux, MEP, né le 28.11.1914 à Haroué (54), prêtre diocésain de Saint-Dié puis missionnaire au Laos ; mort le 19.12.1959 à Palay, vicariat de Paksé.

Paul Thoj Xyooj, né en 1941 à Kiukatiam (Louang Prabang), catéchiste hmong, mort le 1.5.1960 à Muang Kasy, vicariat de Louang Prabang.

Mario Borzaga, OMI, né le 27.8.1932 à Trente (Italie), mort le 1.5.1960 à Muang Kasy, vicariat de Louang Prabang.

Louis Leroy, OMI, né le 8.10.1923 à Ducey (50), mort le 18.4.1961 à Ban Pha (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane. 

Michel Coquelet, OMI, né le 18.8.1931 à Wignehies (59) et éduqué à Puiseaux (45), mort le 20.4.1961 à Sop Xieng (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane. 

Joseph Outhay Phongphoumi, catéchiste veuf, né en 1933 à Khamkoem, diocèse de Tha-rè-Nongsèng (Thaïlande), mort le 27.4.1961 à Phalane, vicariat de Savannakhet.

Noël Tenaud, MEP, né le 11.11.1904 à Rocheservière (85), missionnaire en Thaïlande puis au Laos, mort le 27.4.1961 à Phalane, vicariat de Savannakhet.

Vincent L'Hénoret, OMI, né le 12.3.1921 à Pont l'Abbé (29), mort le 11.5.1961 à Ban Ban / Muang Kham (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane. 

Marcel Denis, MEP, né le 7.8.1919 à Alençon (60), mort le 31.7.1961 à Kham Hè (Khammouane), vicariat de Savannakhet.

Jean Wauthier, OMI, né le 22.3.1926 à Fourmies (59), mort le 16.12.1967 à Ban Na (Xieng Khouang), vicariat de Vientiane. 

Thomas Khampheuane Inthirath, né en mai 1952 à Nong Sim (Champassak), élève catéchiste Lavên, mort le 12.5.1968 à Paksong (Champassak), vicariat de Paksé.

Lucien Galan, MEP, né le 9.12.1921 à Golinhac (12), missionnaire en Chine puis au Laos, mort le 12.5.1968 à Paksong (Champassak), vicariat de Paksé.

Joseph Boissel, OMI, né le 20.12.1909 au Loroux (35), mort le 5.7.1969 à Hat I-Et (Bo-likhamsay), vicariat de Vientiane.

Luc Sy, catéchiste kmhmu' père de famille, né en 1938 à Ban Pa Hôk (Xieng Khouang), mort le 7.3.1970 à Dène Din (Province de Vientiane), vicariat de Vientiane.

Maisam Pho Inpèng, laïc kmhmu' père de famille, né vers 1934 près de Sam Neua (Houaphan), mort le 7.3.1970 à Dène Din (Province de Vientiane), vicariat de Vientiane.

  • le 31 juillet 432 : élection du pape Sixte III.

Sixte III est à l'origine de la construction de la basilique Sainte-Marie-Majeure sur l'emplacement de la basilique construite par le pape Libère, de la basilique de Saint-Laurent-la-Grande et du baptistère du Latran.

 

  • le 31 juillet 1009 : Serge IV est élu pape.
  • le 31 juillet 1097 : l'armée des croisés atteint Antioche de Pisidie au cours de la Première croisade.
  • le 31 juillet 1358 : assassinat par les Parisiens d'Etienne Marcel.

Après le meurtre des Maréchaux de Normandie et de Champagne, le 22 février 1358, qui entraîne la fuite du Dauphin Charles à Senlis, Paris est aux mains d'un Triumvirat constitué d'Étienne Marcel, Jehan de Picquigny et Robert Le Coq. Avec la Grand Ordonnance de 1357, Marcel a déjà réussi, lors des États Généraux, à limiter les pouvoirs du Roi, notamment en matière fiscale.

Sûr de sa force, il envoie des lettres aux « Bonnes Villes » dans lesquelles il recommande que Charles le Mauvais soit proclamé « Capitaine Universel » pour lutter contre le Dauphin. Mais le Navarrais, dont les troupes sanguinaires sont constituées de beaucoup d'Anglais, fait peur aux parisiens. Le triumvirat mate par la force  des manifestations sur la place de Grève: six-cents à sept-cents parisiens restent sur le pavé, morts ! Les horreurs de Marcel poussent les parisiens à se rallier au Dauphin.

Devant la colère parisienne, Étienne Marcel décide d'aller chercher le roi de Navarre et tente de quitter Paris. A la Porte Saint-Denis, il est arrêté et devant son refus d'obtempérer il se fait fendre le crâne à coup de hache. Le 2 août suivant, le Dauphin Charles fait son entrée dans Paris.

  • le 31 juillet 1423 : bataille de Cravant.

Défait par les Anglais et leurs alliés bourguignons, les « Français reniés » comme va les appeler bientôt sainte Jeanne d'Arc, lors de la bataille de Cravant dans Yonne, Charles VII doit se retirer à Bourges. Après le honteux Traité de Troyes de 1420, qui déshérite le Dauphin et donne la France à l'occupant anglais. Le Dauphin se replie au sud de la Loire, terres qui le reconnaissent encore. Il en hérite le surnom de «roi de Bourges». Seul pont sur la Loire Orléans, aux mains du Comte Jehan de Dunois dit le «Bâtard d'Orléans» résiste aux Anglais.

  • le 31 juillet 1451 : arrestation de Jacques Cœur.

Après avoir entendu le Grand Conseil, au château de Taillebourg près de Saint-Jean-d'Angély, le Roi Charles VII donne son accord pour que Jacques Cœur, le Grand Argentier du Royaume, soit accusé du crime de lèse-majesté. Ce dernier est immédiatement arrêté et ses biens mis sous séquestre. Il est soupçonné d'avoir empoisonné Agnès Sorel. En 1454, il parvient à s'échapper de sa prison en partie grâce au pape qu'il rejoint, avant de mourir en 1456.

  • le 31 juillet 1556 : mort de Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus.

Le 31 juillet 1556, Ignace de Loyola, le fondateur de la Compagnie de Jésus, s'éteint à Rome, à l'âge de 65 ans. La Compagnie compte alors près de mille membres, 150 maisons, et collèges.

Saint Ignace est aussi connu pour ses Exercices Spirituels, qui lui ont été donnés au cours d'une apparition qui a duré une semaine à Manrèse en Espagne. Notre Dame lui a montré par vision ce que deviendrait son ordre, la Compagnie de Jésus, et donné une méthode d'exercices spirituels de 30 jours pour découvrir avec certitude la volonté de Dieu. Saint Jean Paul II a qualifié les Exercices de Saint Ignace de « plus sûr chemin vers la sainteté ».

Adaptés à la vie moderne, ces exercices sont dispensés sous des durées adaptées à 5, 8 ou 30 jours.

Jusqu'à l'âge de 30 ans, Ignace de Loyola  vit la vie d'un jeune noble courant après la gloire et les honneurs, désireux de conquérir le cœur de la plus noble et plus belle des princesses. Mais, en 1521, lors du siège de Pampelune (Voir la chronique du 19 mai.), il est blessé et passe sa convalescence au château familial de Loyola.

Ignace est ordonné prêtre à Venise en 1537. En 1539, il écrit la « Formula instituti », ébauche des règles de la Compagnie, que le pape Paul III valide en septembre 1540. Il meurt le 31 juillet 1556 à Rome. Saint Ignace est canonisé 12 mars 1622, avec François Xavier et Thérèse d'Avila.

  • le 31 juillet 1602 : le maréchal de France Duc de Biron est condamné à mort et décapité pour trahison.
  • le 31 juillet 1620 : la Paix d'Ulm.

La médiation de la France, entre la Ligue Catholique et l'Union Évangélique, aboutit à la fin des combats et à la signature de la Paix d'Ulm.

  • le 31 juillet 1667 : le traité de Bréda.

Ce traité redonne une fois de plus l'Acadie à la France, laquelle rend à l'Angleterre les îles d'Antigua, de Saint Kitts et de Montserrat. Il a été conclu le 31 juillet 1667 par la France, le Danemark, l'Angleterre et la République des Provinces-Unies. Il met fin à la deuxième guerre anglo-hollandaise (1665-1667). L'Angleterre renonce à ses derniers territoires aux îles Banda et les Français perdent la Guyane. La Hollande achète le Surinam en échange de l'île de Manhattan, où des Juifs du Portugal, exilés du Brésil, s'établissent. Les Néerlandais abandonnent à l'Angleterre les territoires de la Nouvelle-Néerlande.

Fin des hostilités entre l'Angleterre et la France commencées le 26 janvier 1666

  • le 31 juillet 1752 : création de l'Académie royale de marine à Brest.

Louis-Antoine de Rouillé, comte de Jouy, Secrétaire d'État à la Marine institue par un règlement l'Académie royale de marine de Brest, institutionnalisant l'initiative d'un groupe d'officiers de marine brestois, animé par le capitaine d'artillerie Sébastien Bigot de Morogues.

  • le 31 juillet 1759 : bataille de Beauport.

L'armée française remporte une victoire importante le 31 juillet 1759, lors de la bataille de Beauport, contre les Britanniques. Situé au Québec, le fort est un endroit stratégique pour la guerre de Conquête du Canada. Les troupes britanniques du général James Wolfe, débarquées le 26 juin, mettront près d'un mois à mettre leur plan d'attaque au point. Suite à une perte de quelques 400 soldats, l'armée britannique est obligée de se retirer.

  • le 31 juillet 1861 : inauguration de la chapelle des Saints-Anges de Saint-Sulpice, à Paris.

Delacroix a mis 14 ans pour réaliser ces peintures murales.

Le combat de Jacob avec l'ange,

 

Saint Michel terrassant le démon.

  • le 31 juillet 1917 : début de la troisième bataille d'Ypres en Flandre.

La British Army, aidée par l'armée canadienne et des renforts de l'armée française, attaque l'armée allemande à Passendale (Flandre-occidentale). Les combats dureront jusqu'au 6 novembre, sans qu'un camp réussisse à prendre clairement le dessus sur l'autre. Cet épisode, également connu sous les noms de troisième bataille d'Ypres et de bataille de Flandre, fit plus de 700 000 morts dont 448 000 du côté des alliés. Cette bataille a fait l'objet d'un film et de nombreuses chansons.

L'offensive débute le 31 juillet à 03h30 du matin par un épais brouillard qui ne facilite pas la progression britannique. Rapidement on s'aperçoit que cette dernière ne sera pas celle escomptée. Toutefois, les troupes de l'Entente remportent quelques succès: au Nord d'Ypres, les villages de Saint Julien, Pilckem et Bixschoote sont enlevés.

La pluie ralentit les mouvements et condamne quasiment toute tentative d'assaut. Et ce qui devait arriver arriva, une pluie continuelle s'abat sur le secteur d'Ypres bien plus tôt que prévu: la boue fait son apparition et les cratères d'obus se transforment en dangereux bourbiers.

L'ultime offensive, fixée le 6 novembre à 06h00, est confiée au Canadian Corps de Currie et a pour objectif les villages de Passchendaele et de Mosselmarkt, et la crête au-delà. Les 1ère et 2ème divisions appuyées par un puissant barrage d'artillerie enlèvent les deux villages en deux heures avec des pertes s'élevant à 2 238 hommes: Haig est satisfait. La bataille de Passchendaele connue également sous le nom de troisième bataille d'Ypres s'arrêtera là.

  • le 31 juillet 1920 : l'avortement est interdit.

Une loi est votée en France qui stipule que l'avortement est strictement interdit. La contraception est également passible d'une amende, voire d'une peine de prison. Toute information diffusée sur le sujet peut également aboutir à une pénalité. Le gouvernement espère ainsi augmenter le taux de natalité. En 1942, l'avortement est déclaré "Crime contre l'État". Les femmes y ayant recouru ou l'ayant pratiqué seront condamnées à la peine de mort. Ce sera le cas de Marie-Louise Giraud, guillotinée en 1943. Ce n'est qu'en 1975, que la loi française va autoriser les parents à assassiner leurs enfants à naître, assassinat pudiquement baptisé « interruption volontaire de grossesse » (IVG).

  • le 31 juillet 1944 : mort d'Antoine de Saint-Exupéry, aviateur et écrivain français.

L'aviateur et écrivain Antoine de Saint Exupéry, 44 ans, disparaît au cours d'une mission de reconnaissance sur le sud de la France. Les conditions de sa disparition restent obscures : attaque d'un chasseur allemand, panne de moteur… Des morceaux de son appareil ont été retrouvés en 2000 et formellement identifiés le 7 avril 2004.

Saint-Exupéry laisse derrière lui de nombreux ouvrages qui cherchent la Vérité et le sens des actions de l'homme, entre autres : L'Aviateur, Courrier sud , Vol de nuit, Terre des hommes, Pilote de guerre, Le Petit Prince, Citadelle, et un ouvrage posthume : Écrits de guerre, 1939-1944, dont voici des extraits (ed Gallimard, Folio)

« Dites la vérité, Général, la France a perdu la guerre, mais ses alliés la gagneront. » (Écrits de guerre, 1939-1944, Gallimard, Folio, p. 208 

Saint-Exupéry s'élève contre ceux qu'il appelle « les embusqués de New York » ou « les super patriotes d'outre-mer », « les super patriotes en chambre ». Les organisations militantes de la colonie française de New York, à laquelle appartient notamment Jacques Maritain, le pressent de rallier Charles De Gaulle. Il refuse et s'en explique :

« Je l'aurais suivi avec joie contre les Allemands, je ne pouvais le faire contre les Français », (Écrits de guerre, p. 173)

« il me semblait qu'un Français à l'étranger devait se faire témoin à décharge et non à charge de son pays (Écrits de guerre, p. 286) […]

« Si je n'étais pas gaulliste à New York, c'est que leur politique de haine n'était point pour moi la vérité » (Écrits de guerre, p. 269).

À Alger, Saint-Ex a retrouvé « la bande des crabes qui ne savent que haïr » (EG, p. 361). Non seulement De Gaulle a refusé de le recevoir, mais ses ouvrages dont Le Petit Prince sont interdits. Il fait part de ses sentiments à Michel Poniatowski :

« Je suis heureux, je pars […] Ici à Alger, c'est la putréfaction. Parce que j'ai prêché la réconciliation entre les Français et l'unité des résistants, je suis en butte à la hargne du Parti gaulliste. [...] Sors d'ici, engage-toi, choisis une bonne unité, bats-toi, c'est propre, c'est net, laisse-les ici à leur fange. » (M. Poniatowski, Mémoires, tome 1, p. 122).

A Oujda, le 8 juin 1943 :

«J'ai eu raison, je crois, dans tout ce que j'ai pensé depuis deux ans sur les affaires de mon pays. Je n'aime pas plus aujourd'hui le général De Gaulle. C'est ça, la menace de dictature. C'est ça, le national-socialisme. Je n'aime pas la dictature, la haine politique, le credo du parti unique. Quand le national-socialisme meurt ailleurs, ce n'est vraiment pas raisonnable de le réinventer pour la France. Je suis très impressionné par cette bande de fous. Leur appétit de massacre entre Français, leurs souhaits en ce qui concerne la politique d'après-guerre (bloc européen) conduira une France aussi affaiblie que l'Espagne à ne plus être qu'un satellite de la Russie ou de l'Allemagne. Ce n'est pas dans cette direction que loge pour moi la vérité. » (Écrits de guerre p. 272-273)

Lettre au lieutenant Diomède Catroux (Tunis, été 1943)

« Je hais pour des raisons profondes le mythe de l'épuration. […] Sont mes frères, non ceux qui ont raisonné comme moi, mais ceux qui ont « aimé » comme moi. En rendant à « amour » son vieux sens de « contemplation par l'esprit.

Je suis peu clair, bien sûr, mais connais bien ce que je cherche à dire. Et je sais bien quels hommes me sont respirables, et quels hommes me font étouffer. Et ça m'a aéré de rencontrer quelques hommes comme vous dans cette sordide Afrique du Nord. » (Écrits de guerre p. 294, 296)

« Mais ce n'est certes pas dans Paris-Soir que je puis trouver la paix spirituelle. Ni chez M. Ramon Fernandez. Ni dans cette ignoble radio. J'ai écouté, hier, Pierre Dac avec stupeur. Si j'étais étranger, ayant écouté la France rayonner ces ordures-la, je me dirais qu'il est urgent de nettoyer le monde d'une telle bassesse. […] Ce pays est foutu, si on ne lui trouve pas de claires raisons de se battre. […] Rien, visiblement, ne l'illumine. Pas étonnant qu'on soit à la remorque des Anglais : nous ne savons pas nous formuler. Nous ne savons pas prendre visage. » (Lettre à X., Orconte, fin décembre 1943, Écrits de guerre, p. 48-49)

« Je continue de penser que le salut de mon pays ne réside point dans une épuration sanglante par les fanatiques du « parti unique ». » (EG p. 286)

« Comment se solidariser avec des personnes qui, systématiquement, dénigraient tout ce qui se passait en France, acceptant de gaieté de cœur la mort des enfants de France, plutôt que de voir se relâcher le blocus britannique et qui, lorsque la victoire se rapprochait, ne rêvaient que fusillades et épuration ? Comment faire corps avec ces pharisiens d'un nouveau genre qui ne cessaient de proclamer leur pureté en accablant les autres de tous les péchés du monde ? » (Souvenirs du Professeur Léon Wencelius, Écrits de guerre, p. 146)

« Ces gens-la [les politiciens d'Alger] se détestent entre eux plus qu'ils ne détestent les Boches. » (À Raymond Aron ; Écrits de guerre p. 321)

  • le 31 juillet 1945 : le général Weygand, malgré son état de santé affaiblie par la détention, vient rendre témoignage au Maréchal Pétain lors de son procès. 

A ceux qui lui conseillent la modération il répond : «  Vous perdez votre temps. J'ai décidé de dire tout ce qui pourra contribuer à la lumière et nul ne m'en empêchera. » Reynaud est réduit à l'état de menteur et de trouillard cherchant à sauver sa peau, par l'éloquence du général.

  • le 31 juillet 1954 : l'autonomie interne est accordée par la France à la Tunisie.
  • le 31 juillet 1985 : le gouvernement français autorise la création de chaînes privées de télévision.

C’est arrivé un 30 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 30 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Ours (Ursus ou Urse) : évêque d'Auxerre de 502 À 508
  • le 30 juillet 579 : le pape Benoit Ier meurt.
  • le 30 juillet 657 : élection du pape saint Vitalien.
  • le 30 juillet 1108 : le Roi Philippe Ier meurt au château royal de Melun.

Son fils Louis VI devient Roi.

  • le 30 juillet 1652 : décès du duc de Nemours.

Charles Amédée de Savoie-Nemours, un des chefs de la fronde, décède le 30 juillet 1652, lors d'un duel avec le duc de Beaufort, son beau-frère. Durant la Fronde, ils commandent tous les deux l'armée des princes. Ils s'affrontent pour une histoire de cœur à propos de la duchesse de Châtillon.

  • le 30 juillet 1563 : les Français prennent Le Havre aux Anglais.
    • le 30 juillet 1793 : échec des Vendéens devant Luçon.

Les 5000 hommes du général Westermann, marchaient sur Châtillon depuis Parthenay. Aux ordres d'un général expéditif et farouche républicain, la colonne pille et incendie le bourg d'Amailloux et brûle le château de Clisson, propriété de Lescure ainsi que la demeure de La Rochejaquelein. Devant Luçon, les vendéens sont battus et ne doivent qu'à d'Elbée leur généralissime de ne pas être écrasés.

  • le 30 juillet 1940 : création des chantiers de jeunesse.

Les chantiers de jeunesse sont créés comme substitut au service militaire. Les chantiers de jeunesse vont servir de vivier pour le général Delestraint qui va créer l'armée secrète en 1942.


C’est arrivé un 29 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 29 juillet: fête de Sainte Marthe, sœur de Marie et de Lazare de Béthanie.

Selon la coutume provençale, elle finit ses jours à Tarascon, d'où elle évangélise le pays. Symboliquement, ses statues la représentent étranglant la tarasque, un dragon vorace figurant le démon.

  • le 29 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Bx Urbain II : 157 pape de 1088 À 1099

Français, né à Châtillon-sur-Marne. Eudes (Odon) fit ses études à Reims sous Saint Bruno. Puis il se fit moine à Cluny.

Il fut créé cardinal évêque d'Ostie par Grégoire VII. Il fut élu pape à Terracina, près de Gaète; car l'antipape Clément III était toujours maître de Rome. Urbain put rentrer définitivement à Rome en 1093.

Savant canoniste, dont bien de décisions devaient être incorporées au Code des lois de l'Église catholique. L'expression « Curia romana » apparaît pour la première fois dans une de ses Bulles (1089).

Ce pape est surtout connu par son appel à Clermont-Ferrand (27 novembre 1095) à la première Croisade (1095-1099). Urbain mourut deux semaines après la prise de Jérusalem par les croisés (15 juillet 1099). Il a été béatifié par Léon XIII en 1881.

  • St Prosper : évêque d'Orléans († VE SIÈCLE)

À Orléans, au Ve siècle, saint Prosper, évêque.

  • St Guillaume Pinchon : évêque de Saint Brieuc († 1234)

À Saint-Brieuc, en 1234, saint Guillaume Pinchon, évêque, qui se dépensa pour la construction de la cathédrale. D'une bonté et d'une simplicité remarquables, il montra aussi une force d'âme sans peur devant les vexations graves et l'exil qu'il subit pour la défense de son peuple et des droits de l'Église.

  • Bx Charles-Nicolas-Antoine Ancel : prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Charles-Nicolas-Antoine Ancel, prêtre eudiste et martyr. Sous la Révolution française, il fut, à cause de son sacerdoce, déporté et détenu, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, où il mourut au bout de quelques mois.

  • St Loup : évêque de Troyes († V. 478)

Loup naît à Toul au sein d'une famille de notables dans un empire romain occidental de plus en plus menacé par les invasions venues de l'Est. Des Asiatiques issus des grandes steppes bousculent vers l'ouest de nombreuses peuplades germaniques. Celles-ci déferlent massivement dans le vieil empire romain aux frontières devenues poreuses. Dure époque marquée par le déclin et la destruction de la paix romaine. Les institutions civiles et militaires se décomposent. Les populations sont victimes des envahisseurs et de l'anarchie. L'Église, forte de la récente conversion chrétienne de l'empire romain, est elle-même menacée de décomposition par des hérésies. La plus grave, l'arianisme, niait la nature divine de Jésus.

Le fait le plus marquant du Ve siècle vécu par Saint Loup est la chute de l'empire romain d'occident, véritable séisme. La chrétienté tient bon. Elle surmonte ses divisions grâce aux "Pères de l'Église " qui structurent et unifient la théologie catholique. Un ordre monastique, celui de Saint Benoît, est fondé, peu avant l'essor des moines irlandais. Enfin, pour protéger les populations, des personnalités émergent dans la Gaule envahie, comme Sainte Geneviève, les évêques Saint Germain l'Auxerrois et Saint Loup de Troyes.

Ce dernier reçoit une excellente éducation. Son nom procède, à l'origine, d'une tradition animiste issue d'une époque alors récente où l'être humain était en contact étroit avec le monde animal. Le jeune Loup perd son père en bas âge. Un oncle l'adopte. Il devient avocat. Son éloquence et sa sagesse assoient sa renommée en Gaule. Il épouse par amour Piméniola à l'âge de 34 ans. Ils n'ont pas d'enfants.

Ils décident après sept ans de mariage de se séparer pour entreprendre chacun une vie monastique. Loup rejoint alors Saint Honorat, fondateur de l'abbaye de Lérins sur l'îlot de même nom près de Cannes. Il y demeure deux ans. Sorti de Lérins pour aller à Mâcon donner ses derniers biens, il poursuit sa vie ascétique, ne mangeant et ne dormant qu'une nuit sur deux, portant le cilice et prêchant sans manquer l'occasion de soulager les pauvres ou de visiter les prisonniers. En 426, Ours, évêque de Troyes, bientôt canonisé, meurt. Les chrétiens de son diocèse réunis en assemblée, élisent alors Loup pour le remplacer. Celui-ci, malgré les devoirs nouveaux de cette lourde charge, ne change rien à sa vie de sacrifices.

En 429, sur l'invitation du pape Célestin, il part en Grande Bretagne avec Saint Germain l'Auxerrois prêcher contre l'hérésie pélagienne. Celle-ci privilégiait les mérites de l'être humain pour accéder au salut au détriment de la grâce divine jugée non indispensable. Par ses miracles et ses paroles, il ramène la plupart des personnes qu'il rencontre au bercail. Revenu à Troyes, il fonde le monastère de Saint-Martin-ès-Aires ainsi qu'une école pour former des prêtres et des disciples. Plusieurs d'entre eux compteront parmi les plus illustres évêques de leur temps. Loup dirigeait son diocèse "avec les rênes d'une sainteté attentive".

En 451, Attila, à la tête d'une coalition de Huns mongoles et de Germains, sema l'épouvante en détruisant et massacrant villes et campagnes. Pour protéger Troyes, Loup décide, au risque de sa vie, de rencontrer le chef barbare qui s'apprêtait à tout y tuer et raser. Impressionné par la prestance du saint évêque, Attila épargne Troyes, mais emmène Loup en otage jusqu'au Rhin pour protéger sa retraite. Soupçonné à son retour d'intelligence avec les Huns, il se retire deux ans sur le Mont Lassois, à quinze lieues au sud de Troyes, puis à Mâcon. Là, il obtient du roi des Alamans la libération de tous les captifs qu'il détenait. De retour à Troyes en 453, Saint Loup répare les dommages spirituels et matériels que l'armée d'Attila avait tout de même causés à la population de son diocèse.

Huit ans avant son décès en 479, au terme d'une vie de près d'un siècle, l'évêque de Clermont, Saint Sidoine Apollinaire, lui fit cet éloge : « Vous êtes le père des pères, l'évêque des évêques, ... Vos collègues, quand ils sont rassemblés, obtempèrent à ce que vous avez proposé et tremblent devant votre censure. Face à votre gravité, même ceux qui sont âgés ont le sentiment d'être enfants. Après vous être exercé dans les rudes exercices de la milice de Lérins et avoir passé neuf lustres sur le siège apostolique, l'armée spirituelle des saints de l'un et de l'autre ordre vous vénère comme l'un de ses chefs spirituels les plus renommés. »

Cette renommée est si forte que, cent après, en 579, les trois fils de Clovis jusqu'alors en guerre, Gontran, Sigebert et Chilpéric, se réconcilièrent sur la tombe de Saint Loup. Gardée intacte dans la cathédrale de Troyes pendant mille trois cents ans, cette sépulture sera profanée sous la Terreur en janvier 1794. Les ossements seront brûlés dans la sacristie à l'exception du quelques fragments soustraits clandestinement à la destruction fanatique par de courageux chrétiens. Bien des villages portent le nom de Saint Loup ou Saint Leu. Ce personnage de légende véridique est placé au cœur des racines chrétiennes de la France.

  • le 29 juillet 1099: le pape Urbain II meurt à Rome.
  • le 29 juillet 1108 : décès du Roi Philippe Ier, Roi de France.

Voir les chroniques du 23 mai et du 4 août.

  • le 29 juillet 1418 : début du siège de Rouen par Henry V.

Les Anglais mettent le siègent devant Rouen, qui ne tombe qu'au bout de six mois et après 35 000 morts, soit la moitié de la population. La prise de la capitale du duché de Normandie ouvre la route du Royaume de France aux Anglais. Leur roi fait de la ville et du château sa résidence, il y fera juger Sainte Jeanne d'Arc. Ce n'est qu'en 1449 que Charles VII reprend la ville et la rend à la France.

  • le 29 juillet 1502 : Louis XII de France entre à Milan.
  • le 29 juillet 1562 : le Maréchal de Saint-André prend Poitiers aux Protestants.

    Jacques d'Albon, seigneur de Saint-André par Jean-François-Théodore Gechter, Galerie des batailles au château de Versailles

  • le 29 juillet 1644 : mort d'Urbain VIII.

Maffeo Barberini, devenu pape sous le nom d'Urbain VIII décède le 29 juillet 1644. Pape bâtisseur, il fait réaliser de grands travaux dans Rome. Il fait condamner Galilée, malgré la profonde amitié qui les lie, tant les preuves de malhonnêteté du savant sont grandes. Voir la chronique du 22 juin, qui explique d'une part, comment Galilée demande l'imprimatur ecclésiastique et fait imprimer un autre livre sous cet imprimatur ; et d'autre part comment l'Eglise le condamne pour ses conclusions théologiques tirées d'hypothèses scientifiques non-démontrées.

  • le 29 juillet 1666 : construction du canal du Midi.

L'ouvrage d'art, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, voit sa première pierre posée ce jour. Les travaux, dirigés par Paul-Pierre Riquet, s'achèvent en 1681. Le canal du Midi relie la Garonne à la Méditerranée et mesure 241 kilomètres.

  • le 29 juillet 1664: difficiles relations diplomatiques entre la France de Louis XIV et les Etats Pontificaux d'Alexandre VII.

Suite à l'échauffourée survenue à Rome en 1662 entre les gardes corses du pape et les domestiques de l'ambassadeur de France, le légat du pape Alexandre VII, le cardinal Flavio Chigi, vient au château de Fontainebleau présenter les excuses du pape.

  • le 29 juillet 1666 : construction du port de Sète.

La construction du port débute, donnant lieu à une grande fête, dont des joutes nautiques, qui sont encore pratiquées aujourd'hui.

  • le 29 juillet 1693 : bataille de Neerwinden.

Dans le cadre de la guerre de Neuf Ans, la France est en conflit avec l'Angleterre et les Provinces-Unies. Le 29 juillet 1693, les troupes françaises affrontent les alliés commandés par Guillaume d'Orange à la bataille de Neerwinden. Les Français, sous les ordres du maréchal de Luxembourg mettent leurs ennemis en déroute, faisant 19 000 victimes.

  • le 29 juillet 1707 : début du siège de Toulon.

Les armées coalisées anglaises, autrichiennes, hollandaises et du duché de Savoie,dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne, assiègent la ville de Toulon, du 29 juillet au 21 août 1707. La ville est tenue par René de Froulay de Tessé, qui commande une garnison de 15 000 hommes. Avec 35 000 soldats, le prince Eugène et Victor-Amédée de Savoie parviennent à prendre les hauteurs de Sainte-Catherine alors que la flotte anglaise bloque le port ; mais les Français reconquièrent rapidement les hauteurs. Les coalisés lèvent le siège le 22 août suivant.

  • le 29 juillet 1816: création de la Caisse d'épargne et de prévoyance à Paris.

Cette caisse créée par Jacques Laffitte et Benjamin Delessert voit, le 29 juillet 1816, une ordonnance royale de Louis XVIII, qui en autorise l'existence. La "société anonyme formée à Paris sous le nom de Caisse d'Epargne et de prévoyance" n'a qu'une courte vie. C'est le 22 mai 1818 que la Caisse d'épargne et de prévoyance à Paris naît vraiment.

  • le 29 juillet 1830 : les "Trois Glorieuses".

Après trois jours d'émeutes, appelés selon la mythologie républicaine maçonnique« les trois glorieuses », les défenseurs du Roi se replient à Saint-Cloud, autour de Charles X. Menée essentiellement par des républicains, la révolution de Juillet met fin à la Restauration. Le Roi abdique le 3 août et se trouve banni, après la trahison de Lamartine. En digne héritier de Philippe Egalité, le Duc d'Orléans obtient des bourgeois parisiens, à l'origine de la révolution de 1789, le pouvoir ; la monarchie de Juillet commence.

  • le 29 juillet 1836 : inauguration de l'arc de triomphe.

Construit entre 1808 et 1835 sur ordre de Napoléon 1er, l'arc de Triomphe est inauguré ce jour. C'est aujourd'hui, un monument classé "monument historique".

  • le 29 juillet 1840 : la première régate en France.

Fondée en 1838, la Société des régates du Havre organise la première régate française de bateaux à voile. C'est le premier club nautique du pays.

  • le 29 juillet 1881 : loi sur la liberté de la presse.

La IIIème République vote la loi sur la liberté de la presse, dont l'article Ier affirme : "l'imprimerie et la librairie sont libres".Mais les syndicats vont pouvoir contrôler le système, indirectement… Il faut noter que cette Loi supprime les mesures préventives et réduit les formalités administratives nécessaires à la création des journaux.

  • le 29 juillet 1907 : premier camp scouts en Angleterre organisé par Sir Robert Baden-Powell.

En 1907, âgé de 50 ans, Robert Baden-Powell organise un camp de quinze jours avec une vingtaine de garçons de différentes classes sociales sur l'île de Brownsea, qui débute le 29 juillet. Il y teste ses idées d'éducation par le jeu, d'indépendance et de confiance, La pédagogie scoute naît peu à peu.

  • Le 29 juillet 1916 : lettre du père Charles de Foucault à René Bazin.

« Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les Musulmans de notre Empire colonial du Nord de l'Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste… Une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir le cœur ni l'esprit français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui gardera l'étiquette pour pouvoir, par elle, influencer les masses ; d'autre part la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par ses marabouts, par les contacts qu'elle a avec les Français, qui souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d'elle.

Le sentiment national ou barbaresque s'exaltera donc dans l'élite instruite ; quand elle trouvera l'occasion, par exemple lors de difficultés de la France en dedans ou en dehors, elle se servira de l'Islam comme d'un levier pour soulever la masse ignorante et cherchera à créer un empire musulman africain indépendant… Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. Sinon avant cinquante ans, nous serons chassés de l'Afrique du Nord. »

Lettre adressée à René Bazin, de l'Académie française, président de la Corporation des publicistes chrétiens, parue dans le Bulletin du Bureau catholique de presse, n° 5, octobre 1917.

  • le 29 juillet 1939 : promulgation du décret-loi du Code de la famille.

Il concerne les prestations familiales, la fiscalité des familles nombreuses, et sanctionne lourdement l'avortement.

  • le 29 juillet 1946 : création du Centre d'études critiques et de synthèse, rapidement devenu la Cité catholique.

Jean Ousset et Jean Masson, conscient de l'ignorance de la quasi-totalité des catholiques décident de créer ce qui va rapidement devenir, en 1949, la Cité catholique. Ils souhaitent mettre en application ce que dit Pie XII :

« L'heure présente exige des croyants qu'avec toutes leurs énergies, ils fassent rendre à la doctrine sociale de l'Eglise, son maximum d'efficience et son maximum de réalisations. C'est se faire illusion de croire comme certains qu'on pourrait désarmer l'anticléricalisme et la passion anticatholique en restreignant les principes catholiques au domaine de la vie privée. »

Ce jour, en la chapelle de la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac, ils mettent sous la protection de la Vierge Marie, leur fondation.

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 227)

  • le 29 juillet 1987 : Margaret Thatcher et François Mitterrand signent l'accord en vue de la construction du tunnel sous la Manche.

C’est arrivé un 28 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 28 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Sts Nazaire et Celse : martyrs († V. 56)

Nazaire naît à Rome, d'un père païen, nommé Africanus, et d'une pieuse mère nommée Perpétue, qui avait été baptisée par saint Pierre. L'enfant répondit admirablement aux leçons maternelles et brilla par ses vertus précoces et son innocence.

Parvenu à sa neuvième année, Nazaire fut sollicité par son père d'abandonner le christianisme ; mais il préféra la vérité au mensonge, fut baptisé par saint Lin et devint un des plus fervents chrétiens de Rome. Son père, irrité, employa la violence pour vaincre sa fermeté ; mais, enfin, plein d'admiration pour ce fils, il lui fournit lui-même les moyens d'accomplir le projet hardi qu'il avait formé d'aller prêcher la foi.

Nazaire parcourut l'Italie, semant l'Évangile parmi les populations païennes et les édifiant par ses vertus. À Milan, son premier soin fut d'aller visiter Gervais et Protais dans leur prison et de les fortifier dans la lutte par ses paroles. Saisi lui-même comme chrétien, il est cruellement flagellé et chassé de la ville. Près de Nice, il s'attache comme disciple un enfant nommé Celse, après l'avoir instruit et baptisé. Nazaire et Celse ne se séparent plus. Les conversions se multiplient d'une manière étonnante ; Nazaire est de nouveau soumis à de cruelles tortures, puis rendu à la liberté, à la condition de ne plus reparaître dans ce pays.

Les deux saints jeunes gens remontent alors les Alpes, traversant sans se décourager d'immenses et solitaires forêts, des rochers inaccessibles, de rares villages où vivaient de pauvres idolâtres, et arrivent à Embrun, où leur zèle opère des prodiges de conversions. Vienne, Genève, Trèves entendent tour à tour leur voix, rendue éloquente par l'amour de Jésus-Christ. Les contradictions et la persécution donnent à leur prédication une fécondité nouvelle.

Condamnés à être noyés, ils marchent sur les ondes comme sur une terre ferme. Après cet éclatant miracle, Nazaire et Celse reprennent la route de Milan, où ils sont bientôt arrêtés comme chrétiens et zélateurs de la foi. À la lecture de la sentence de mort, ils se jettent, joyeux, dans les bras l'un de l'autre : « Quel bonheur pour nous, s'écrie Nazaire, de recevoir aujourd'hui la palme du martyre ! "Je Vous rends grâces, ô mon Dieu, dit Celse, de ce que Vous voulez bien me recevoir, si jeune encore, dans Votre gloire." » Ils sont alors conduits sur une place publique de Rome, où ils ont la tête tranchée, vers l'an 56 de l'ère chrétienne.

  • St Samson : évêque de Dol (490-565)

Moine gallois, il partit prêcher en Irlande puis en Cornouailles avant de se rendre en Bretagne. Il fonda un monastère et une ville, Dol, se créa autour. Lorsque le suzerain se fit renverser, Samson alla voir Childéric Ier pour qu'il rétablisse son suzerain qui l'avait aidé dans ses projets missionnaires.

Il évangélisa la basse Seine avant de revenir mourir à Dol.

  • St Camélien : évêque de Troyes au VIème SIÈCLE

À Troyes, au VIe siècle, saint Camélien, évêque, qui fut le disciple de saint Loup et son successeur.

  • le 28 juillet 754 : Pépin le Bref est sacré Roi des Francs à Saint-Denis par le pape Étienne II.

Ayant demandé son aide contre les Lombards d'Italie, le pape Etienne II vient, en remerciement, sacrer Pépin le Bref à St-Denis. C'est un second sacre que ce dernier reçoit. Dans le même temps, le pape confère l'onction royale aux deux fils de Pépin, Carloman et Charles, futur Charlemagne. Le Roi des Francs, fidèle au Pacte de Reims, a en effet battu les Lombards et donné au pape les territoires conquis. Voir la chronique du 26 mars)

  • le 28 juillet 1057 : décès du pape Victor II.
  • le 28 juillet 1488 : défaite de l'armée bretonne à Saint-Aubin-du-Cormier.

Au cours de la bataille, le duc d'Orléans (futur Louis XII) est fait prisonnier par les Français. Le duc de Bretagne, François II, doit accepter de donner sa fille Anne en mariage au Dauphin, le futur Roi Charles VIII. Celui-ci mourant sans héritier en 1498, Anne doit, conformément au Traité du verger (voir la chronique du 19 août), épouser son successeur le Roi Louis XII. La Bretagne, indépendante depuis la victoire de Nominoë sur Charles le Chauve en 845, est définitivement rattachée au trône français en 1532.

  • le 28 juillet 1655 : décès de Savinien de Cyrano de Bergerac, écrivain français.

Savinien Cyrano de Bergerac est un écrivain qui inspirera Edmond Rostand pour sa célèbre pièce de théâtre. Bien que non gascon, Savinien s'engage chez les Cadets de Gascogne, en 1638, pour faire une carrière militaire. C'est une fois celle-ci terminée qu'il commence à publier, avec entre autre : «Histoire comique des Etats et Empires de la Lune» ou «Le Pédant joué».

  • 28 juillet 1683 : ignoble assassinat du père Jean Le Vacher Consul de France à Alger.

Alors qu'Alger est assiégée par la flotte française du Roi Soleil, les mauresques attachent à la bouche de leurs canons le Consul de France, le père Le Vacher. Ils l'accusent faussement de communiquer par signaux avec la marine française. Son corps et ceux de seize autres Français déchiquetés se répandent sur le pont des vaisseaux de l'escadre. Voir la chronique du 29 juin.

Suite à la prise d'Alger le canon qui a servi a tué le père Le Vacher est baptisé « La Consulaire » et envoyé à Brest.

La Consulaire, pièce utilisée par les Turcs d'Alger pour supplicier le Père Jean Le Vacher est érigée à Brest. Elle est surmontée par le Coq gaulois.

  • le 28 juillet 1708 : les renforts français arrivent en prévision du siège de Lille.

Pendant la guerre de Succession d'Espagne, après la défaite d'Audenarde, le nord de la France est à la merci de ses ennemis : Grande-Bretagne, Provinces-Unies, Saint-Empire romain germanique. Ils progressent vers le sud et assiègent Lille, dès le 12 août 1708. Vendôme et Boufflers avec 15 000 hommes, arrivés fin juillet, assurent la défense. Les assiégés reçoivent l'aide supplémentaire du Chevalier de Luxembourg, mais les renforts envoyés par Louis XIV, depuis Paris, ne parviennent pas à passer les lignes ennemies. Le siège commencé le 12 août s'achève le 28 octobre 1708 avec la capitulation de la ville.

  • le 28 juillet 1755 : expulsion des Acadiens, ou « Grand Dérangement »

Au Canada, le Conseil de Nouvelle-Ecosse décide de déporter les Acadiens, les colons d'origine française. En 1713, la France a cédé ses colonies canadiennes à l'Angleterre avec le traité d'Utrecht. La population francophone est déportée sur plusieurs années en Nouvelle-Angleterre, au nord-est des Etats-Unis, sur ordre de Charles Lawrence, gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Plus de 7 000 personnes, sur les 13 000, meurent pendant l'exode parce que les Acadiens ne veulent pas signer le serment d'allégeance. Voir les chroniques des 11 août, des 5 et 10 septembre.

  • le 28 juillet 1791 : fin au régime royal d'octroi des droits d'usage sur les mines.

Les mines sont à la disposition de la nation et les propriétaires du terrain n'en ont la jouissance que jusqu'à 100 pieds de profondeur. Cette nouvelle loi, prise par les révolutionnaires est une traduction dans les faits de leur devise où figure le mot de liberté. Quel sens particulier de la liberté de propriété privée!

  • le 28 juillet 1794 : exécution de Robespierre, Saint-Just, Couthon et d'autres criminels

Suite à leur arrestation de la veille, décidée par les députés de la convention, Robespierre, Saint-Just, Couthon et d'autres sont rapidement envoyés à la guillotine, sur la fameuse « place de la Concorde ».

  • le 28 juillet 1795 : 816 émigrés sont condamnés à mort à Quiberon et à Vannes, malgré les promesses de vie sauve de Hoche.
  • le 28 juillet 1818 : décès de Gaspard Monge, mathématicien français.
  • le 28 juillet 1833 : loi Guizot sur l'enseignement primaire.

Ministre de l'Instruction publique, François Guizot fait voter une loi qui transforme totalement l'enseignement primaire. Elle oblige les communes de plus de 500 habitants à se doter d'au moins une école primaire de garçons et à payer au moins un instituteur, sans prévoir les moyens financiers afférant. Les établissements privés sont légalisés et l'instruction religieuse maintenue.

  • le 28 juillet 1835 : attentat de Fieschi contre Louis-Philippe.

Depuis la fenêtre de son logement, boulevard du Temple, Fieschi tire sur le cortège royal avec une "machine infernale" faite de 24 canons de fusils juxtaposés. Il tue 18 personnes, dont le ministre de la Guerre, Mortier. Le roi est indemne.

  • le 28 juillet 1945 : un avion frappe l'Empire State Building.

Un bombardier B25 américain, perdu dans le brouillard s'écrase accidentellement sur le 79ème étage de l'Empire State Building tuant 14 personnes et en blessant 26 autres. Cela n'a rien à voir avec l'histoire de France ou de l'Eglise, mais c'est un fait oublié qui en rappelle un plus récent dont les conséquences ont aussi touché la France. Pourtant en 1945 la tour n'est pas tombée !

  • le 28 juillet 1973 : la France procède à un deuxième essai nucléaire à Moruroa, dans le Pacifique.
  • le 28 juillet 2002 : à Toronto, Jean-Paul II clôt les JMJ.

C'est par une messe que le pape Jean-Paul II clôture les JMJ qui se tiennent à Toronto.

"Vous êtes notre espérance, les jeunes sont notre espérance."


[Photo: Osservatore Romano]


C’est arrivé un 27 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 27 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Désiré : évêque de Besançon († 414)

À Lons-le-Saunier dans le Jura, au Ve siècle, saint Désiré, qui fut, croit-on, évêque de Besançon.

  • Sts Ours et Leubais : ermites et abbés († VIème S.)

À Loches, sur la Loire en Touraine, au Ve ou VIe siècle, saint Ours, abbé, père de nombreux monastères, célèbre par son abstinence admirable et bien d'autres vertus. Avec lui est commémoré saint Leubais, son compagnon, qui fut abbé de Sennevières.

  • St Galactoire : évêque et martyr († VIème S.)

À Lescar dans le Béarn, au VIe siècle, saint Galactoire, évêque, vénéré comme martyr.

  • le 27 juillet 432 : mort de saint Célestin Ier, pape depuis 422.
  • le 27 juillet 1061 : mort de Nicolas II.

Né en Bourgogne, il est élu pape alors, qu'il n'est pas cardinal. C'est lui qui impose que le pape soit choisi parmi les cardinaux.

  • le 27 juillet 1214 : le dimanche de Bouvines.

La Bataille de Bouvines, par Horace Vernet. (Galerie des Batailles, Palais de Versailles).

Depuis un petit siècle Capétiens et Plantagenêts s'affrontent ; la lutte a commencé avec Aliénor d'Aquitaine, reine de France répudiée par Louis VII en 1152, et devenue reine d'Angleterre. Elle est la seule héritière du duché d'Aquitaine. Mécaniquement la puissance et la richesse des Plantagenêts dépassent celle de leur suzerain pour ce duché et pour la Normandie : le Roi de France.

Le roi d'Angleterre au printemps 1214 débarque à La Rochelle, allié à l'empereur Otton IV, excommunié par le pape depuis 4 ans, au comte de Flandres et au comte de Boulogne. Le français attaque au sud pour vaincre les Anglais avant de s'occuper de la menace du nord. Mais Jean sans Terre refuse la bataille, recule vers Bordeaux pour éloigner l'armée royale de ses bases. C'est pourquoi Philippe Auguste divise son armée en deux, laissant à son fils héritier Louis le soin de combattre les Anglais. Ce dernier remporte la victoire de la Roche-aux Moines le 2 juillet 1214.

Renforcée des Milices communales et paroissiales de Champagne, de Picardie, de Bourgogne et du Soissonnais, ainsi que de la gendarmerie bretonne, l'armée du Roi de France remonte vers le nord. La Chevalerie française a été aguerrie par les croisades.

La manœuvre française, durant la bataille, a raison des alliés, l'empereur Otton manque d'être capturé et s'enfuit. Ferrand de Flandres et le comte de Boulogne sont faits prisonniers. Le premiers sera libéré sous la régence de Blanche de Castille et moyennant une forte rançon, le second finira ses jours dans les geôles du Louvres. Nombre de bannières ennemies tombent aux mains des Français. Mathieu de Montmorency, par exemple, ramène à son souverain douze bannières ennemies. En récompense, les Montmorency seront autorisés à porter douze aigles d'azur de plus sur leurs armes.

Philippe Auguste écrira aux recteurs de l'Université de Paris : «Louez Dieu ! Car nous venons d'échapper au plus grave danger qui nous ait pu menacer».

Bouvines renforce la légitimité de la Couronne, le Roi est appelé par toute l'Europe « Auguste », c'est-à-dire le conquérant, l'héritier de Rome. La Normandie conquise au début du siècle est définitivement française. Quant au roi anglais, ses barons vont lui imposer la Magna Carta qui limite le pouvoir royal. Le rapport de force entre les Français et les Anglais s'est durablement inversé.

  • le 27 juillet 1447 : Ordonnance royale dite ordonnance Jacques Cœur.

Jacques Cœur est le grand argentier du Roi Charles VII, dont il finance les campagnes militaires visant à « bouter l'Anglais hors de France ». Il est à l'origine d'une ordonnance fixant pour la première fois depuis 1370, la frappe de pièces d'argent, à seulement 92% d'argent fin.

  • le 27 juillet 1563 : les Français réoccupent Le Havre.

La garnison anglaise est décimée par la peste, une maladie qu'elle introduira dans son pays à son retour.

  • le 27 juillet 1598 : mort de Jacques II de Goyon de Matignon, maréchal de France, gouverneur de Guyenne, maire de Bordeaux.
  • le 27 juillet 1605 : fondation de Port-Royal en Acadie, colonie française en Amérique du Nord.

Les Français sont les premiers Européens à s'implanter dans ce qui est aujourd'hui le Canada, ouvrant ainsi la voie à la création d'un Empire colonial français.

  • le 27 juillet 1675 : mort du Maréchal de Turenne lors de la victoire de Salzbach.

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon est plus connu sous le nom de Turenne, maréchal de France (11 septembre 1611).

Il est tué par un boulet à la Bataille de Salzbach. La France entière le pleure. Le retour du corps de Turenne vers Paris est une marche à la fois triomphale et funèbre. Il connaît un hommage posthume qui rappelle celui qui fut adressé à Du Guesclin, lors du trajet entre le château de Randon et Paris. A Paris, les obsèques de Turenne sont célébrées avec une magnificence royale. Louis XIV lui accorde l'honneur posthume d'être enseveli à la basilique Saint-Denis, avec les Rois de France. Lors de la mise à sac et la profanation de la nécropole des Rois de France, par les révolutionnaires, son tombeau est ouvert et son corps est trouvé dans un parfait état de conservation, puis exposé plusieurs mois à la foule. Bonaparte le fait transférer à l'église Saint-Louis des Invalides. Napoléon Ier dira qu'en toutes circonstances il aurait pris les mêmes décisions que lui. La 160° promotion de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (1973-1975) porte son nom. Voir aussi les chroniques du 5 avril, du 11 septembre et du 23 octobre, jour de sa conversion au catholicisme, grâce à l'enseignement de Bossuet et à un miracle eucharistique, dont le maréchal est le témoin.

  • le 27 juillet 1759 : mort de Pierre Louis Maupertuis, mathématicien et astronome français.

Fils de René Moreau de Maupertuis, un corsaire malouin anobli par Louis XIV, Pierre Louis Maupertuis se voit offrir à l'âge de vingt ans un régiment de cavalerie. Son père, avec lequel il a une relation très proche, lui ouvre ainsi les portes des mousquetaires, dont il devient lieutenant. Il abandonne la carrière militaire pour se livrer à l'étude des mathématiques. Il publie divers travaux de mécanique et d'astronomie, ainsi que des « observations et expériences » sur des animaux encore mal connus à l'époque, comme les salamandres et les scorpions, affirmant ainsi très tôt des talents certains de biologiste. Il contribue aussi à la diffusion des théories de Newton hors d'Angleterre.

  • le 27 juillet 1789 : les ouvriers de Montmartre détruisent les champs de blés, autour de Paris.

Les manœuvres du duc d'Orléans pour affamer la capitale commencent. Cet homme est aussi le grand-maître de la maçonnerie française…

  • le 27 juillet 1794 : chute et arrestation de Maximilien de Robespierre.

Le tyran est renversé. Lui et ses compagnons sont guillotinés dès le lendemain, 10 Thermidor An IV, soit le 28 juillet 1794, sur la place de la Concorde. Plus tard, Louis de Bonald commente cet événement en ces termes : « Des scélérats firent périr d'autres scélérats ».

Le Comité de Salut Public et le Comité de Sûreté sont dissous. La Convention Nationale n'est plus et laisse place à un Directoire dominé par la personnalité de Barras. Ce nouveau régime n'est que la prolongation du précédent, la Terreur en moins. Les fondements de la révolution ne sont pas remis en cause.

  • le 27 juillet 1824 : naissance d'Alexandre Dumas fils, futur écrivain.
  • le 27 juillet 1830 : insurrection de Paris, première des « Trois Glorieuses ». (27, 28 et 29 juillet).

La Révolution éclate en France à la suite de la promulgation d'ordonnances par Charles X, qui fixent le rétablissement de la censure, dissolution de la Chambre, la modification de la loi électorale et de nouvelles élections à septembre.

  • le 27 juillet 1884 : le divorce est rétabli en France.

Il a avait été aboli en 1816 par Louis XVIII.

  • le 27 juillet 1934 : mort du Maréchal Hubert Lyautey, homme d'État et maréchal de France.
  • le 27 juillet 1947 : canonisation de sainte Catherine Labouré.

Lire Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l'Escalade, page 325)

  • le 27 juillet 1990 : Citroën arrête la production de la Deux-Chevaux.

A 16h, la dernière 2CV sort de l'usine de Mangualde au Portugal. 7 millions d'exemplaires ont été vendues depuis 1949.


C’est arrivé un 26 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 26 juillet : fête de Sainte Anne, mère de la Vierge Marie, patronne de la Bretagne.
    • le 26 juillet : saints du jour français ou en France.
      • St Austinde : évêque d'Auch († 1068)

À Auch en Aquitaine, l'an 1068, saint Austinde, évêque. Grâce à son action, l'église cathédrale fut construite, les mœurs du peuple redressées, la maison de Dieu édifiée.

  • Bx Marcel Gaucher Labigne, Bx Pierre-Joseph Le Groing : prêtres et martyrs († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les bienheureux Marcel Gaucher Labigne de Reignefort et Pierre-Joseph Le Groing de la Romagère, prêtres et martyrs. Le premier, du diocèse de Limoges, le second, de Bourges, furent arrêtés, sous la Révolution française, à cause de leur sacerdoce et déportés dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier, où ils moururent du scorbut.

  • BBses Marie-Marguerite et 4 compagnes : religieuses et martyres († 26 juillet 1794)

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s'organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d'entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;

le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;

le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;

le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d'Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;

le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d'Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;

le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753). 

le 13 juillet : Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l'Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;

le 16 juillet : Sœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;

le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marie-Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

Elles montèrent toutes joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l'Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832.

Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.

  • le 26 juillet 1340 : victoire de Saint-Omer.

Philippe VI de Valois vient de perdre sa flotte à la bataille de l'Écluse, face à la flotte anglaise d'Édouard III Plantagenêt. Ce dernier, allié aux Flamands renverse le Comte de Flandre Louis Ier, vassal du Roi de France. Robert III d'Artois, autre grand du Royaume, trahit son Roi pour rejoindre Édouard III. Les nouveaux alliés décident de s'emparer de Saint-Omer tenue par les Français.

Alors que Philippe VI met du temps à rassembler son Ost, les Français commandés par Jean Ier d'Armagnac et Eudes IV de Bourgogne patientent derrière les murailles de la ville. Une sortie est faite et tourne à l'avantage des Français qui font un carnage dans le camp flamand. La bataille de Saint-Omer, aussi appelée ou «Besoignerie» de Saint-Omer, aurait pu être une victoire totale des Français, si Jehan d'Armagnac avait su mieux organiser ses forces.

  • le 26 juillet 1471 : décès du pape Paul II.

    Pietro Barbo est le 211ème Pape de l'Église catholique, il devient prêtre alors que son oncle maternel devient pape sous le nom d'Eugène IV. Evêque de Cervia et Vincenza, il reçoit la barrette de cardinal des mains de son oncle en 1440 à l'âge de 23 ans. Il meurt après sept ans de pontificat.

    • le 26 juillet 1488 : début de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, près de Rennes.

Le combat a lieu entre les armées bretonne et française. La première se met en place le 26 et attend deux jours. La victoire française, deux jours plus tard est le début du rattachement du duché de Bretagne au Royaume de France, puisqu'entre autres conséquence, la future duchesse Anne doit épouser le Roi de France. Voir la chronique du 28 juillet.

  • le 26 juillet 1547 : Henri II est sacré Roi de France en la Cathédrale de Reims.

A l'occasion du sacre d'Henri II, l'archevêque de Reims Charles de Lorraine s'entretient avec le Roi de son désir d'ouvrir à Reims une université et reçoit son approbation. Voir les chroniques du 31 mars, du 15 mai et du 10 juillet.

  • le 26 juillet 1605 : rassemblement des protestants français à Châtellerault, malgré les ordres du Roi Henri IV.
  • le 26 juillet 1663 : Louis XIV annexe Avignon et le Comtat Venaissin.

C'est la première, mais pas la dernière fois.

  • le 26 juillet 1697: lettre de Louis XIV, au pape Innocent XII pour lui demander de trancher sur la doctrine de l'"Explication des maximes des saints" de Fénelon.

Voir la chronique du 29 janvier.

  • le 26 juillet 1757 : bataille de Hastenbeck.

Le maréchal d'Estrées bat les Anglais de Cumberland à Hastenbeck (Allemagne).En avril 1757, la France traverse le Rhin et entre en Hanovre, alliée de la Prusse et de la Grande-Bretagne dans la Guerre de Sept ans. Cette invasion se solde par une victoire française ce jour à la bataille de Hastenbeck. La campagne s'achève par la convention de Klosterzeven et l'occupation de la totalité de Hanovre par les troupes françaises.

  • le 26 juillet 1758 : reddition de la Forteresse de Louisbourg.

Après 46 jours de siège et 9 000 boulets de canon tirés par les troupes britanniques contre le Fort français de Louisbourg, en Nouvelle-Écosse, les assiégés se rendent. La garnison française se voit accorder tous les honneurs de la guerre et sort de la citadelle en armes et au son des tambours. Les Français récupèrent le fort trois ans plus tard avec le Traité d'Aix-la-Chapelle pour le perdre à nouveau et pour toujours en 1758.

  • le 26 juillet 1793 : au nom des droits de l'homme, Barère prône l'incendie et le massacre de la Vendée.

«Détruisez la Vendée ; voilà le charbon politique qui dévore le cœur de la République. C'est là qu'il faut frapper.»

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs (Editions de Chiré page 79)

  • le 26 juillet 1830 : publication des Quatre Ordonnances de Saint Cloud de Charles X.

Voir la chronique de la veille

  • le 26 juillet 1891 : la France annexe Tahiti.
  • le 26 juillet 1925 : création des chambres de métiers en France.
  • le 26 juillet 1929 : Alain Gerbault boucle le premier tour du monde à la voile en solitaire.
  • le 26 juillet 1956: la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis bloquent les avoirs égyptiens.

Le premier ministre anglais Eden déclare aux Communes que la Grande Bretagne n'acceptera jamais le contrôle d'une seule puissance sur le canal de Suez.

  • le 26 juillet 1995 : vote de la loi d'amnistie présidentielle.

Le législateur exclut du bénéfice de cette loi, sous prétexte d'équilibre, à la fois « les sauveteurs » et les condamnés pour pratique « hors norme »  de l'avortement.

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs page 437


C’est arrivé un 25 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 25 juillet : saints du jour français ou en France.

À Metz, au VIe siècle, sainte Glossinde, abbesse.

  • Bx Jean Soreth : prêtre O. Carm († 1491)

À Angers, en 1491, le bienheureux Jean Soreth, prêtre de l'Ordre du Carmel, qu'il amena à une plus stricte observance et qu'il enrichit de couvents de moniales.

Il est béatifié le 3 mai 1866 par le pape Pie IX.

  • Bx Michel-Louis Brulard : prêtre O. Carm et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Michel-Louis Brulard, prêtre, du couvent des Carmes déchaux de Charenton, et martyr. Sous le Révolution française, il fut déporté sur un bateau négrier, détenu dans des conditions inhumaines et y mourut d'une pneumonie, ne pensant qu'au ciel.

  • le 25 juillet : fête Saint Jacques le majeur, appelé Saint Jacques Matamoros en Espagne et de sainte Blandine de Lyon, martyre.
  • le 25 juillet 325 : clôture du Concile de Nicée.

Voir la chronique du 20 mai.

  • le 25 juillet 64 : l'incendie de Rome s'achève.

Sur les hauteurs, Néron a passé son temps à observer la ville en flammes en récitant des vers. Rome l'accuse d'avoir provoqué le feu. L'empereur rejette la responsabilité de l'incendie sur les Chrétiens qu'il va cruellement persécuter. Voir la chronique du 19 juillet.

  • le 25 juillet 1137 : mariage de Louis VII, Roi de France et d'Aliénor d'Aquitaine.
  • le 25 juillet 1261 : Michel VIII Paléologue prend Constantinople aux croisés.

L'empereur byzantin, le basileus Michel VIII Paléologue, rentre triomphalement dans sa capitale, Constantinople, et refonde l'Empire byzantin. Constantinople était la capitale de l'Empire latin d'Orient fondé par les croisés. La cité n'est plus qu'un amas de ruines. C'est la fin de l'empire latin de Constantinople.

  • le 25 juillet 1263 : le pape Urbain IV offre la couronne de Sicile au frère de Saint Louis, Charles d'Anjou.

Voir les chroniques du 6 janvier, du 26 février, et du 31 mars.

  • le 25 juillet 1492 : mort du pape Innocent VIII.
  • le 25 juillet 1534: Jacques Cartier repart vers la France.

La veille (voir la chronique du jour), Jacques Cartier a planté à Gaspé une croix de 30 pieds, revendiquant la région pour le Roi de France. Les Français rencontrent des Iroquois du Saint-Laurent, et repartent vers la France avec deux des fils du chef amérindien. Jacques Cartier arrive à Saint-Malo le 5 septembre, après une traversée de 21 jours (voir la chronique du jour).

  • le 25 juillet 1593 : le futur Henri IV abjure le protestantisme et se convertit au catholicisme.

En présence de l'archevêque de Bourges, Henri de Navarre prétendant au trône de France, abjure solennellement le protestantisme et se convertit au catholicisme. Il se met en conformité avec les lois fondamentales du Royaume et la volonté de la majorité des Français d'être sujets d'un Roi catholique. C'est la seule façon de mettre un terme à huit guerres de religion en France. Henri IV est ensuite sacré à Chartres, le 27 février 1594 (Voir la chronique du jour) ; il fait son entrée à Paris, qui refusait de se rendre à un Roi non catholique, le 22 mars. Le Ciel se manifeste aux yeux de tout le peuple, au cours de la messe d'action de Grâce du Roi à Notre-Dame de Paris, par la présence de l'Archange Saint Michel aux côtés du Monarque. Vraiment sincère, le Roi va jusqu'à demander l'absolution du pape, qu'il obtient en septembre 1595. Voir la chronique du 4 août.

  • le 25 juillet 1792 : Manifeste de Brunswick.
    • le 25 juillet 1799 : victoire d'Aboukir.

La bataille d'Aboukir oppose l'Armée d'Égypte de Bonaparte à celle du chef Mamelouk Moustapha Pacha allié des Anglais. Mais Bonaparte va bientôt regagner la France.

  • le 25 juillet 1830 : les "ordonnances de Saint-Cloud" de Charles X.

Les élections de juillet sont défavorables à Charles X. Sur les conseils de Polignac, et selon l'article 14 de la Charte, le Roi fait rédiger quatre ordonnances. La deuxième et la quatrième dissolvent la Chambre, élue il y a moins d'un mois et fixent la date des nouvelles élections. Moins de dix jours après la publication de ces ordonnances, Charles X abdique, ne faisant pas usage de la force armée.

  • le 25 juillet 1893 : inauguration du canal de Corinthe.

Le canal de Corinthe relie le Golfe éponyme à la mer Ionienne et à la mer Egée. Les travaux sont lancés, en 1882, par la Compagnie française, la Société internationale du canal maritime de Corinthe. Le surcoût des travaux et le scandale du canal de Panama mettent en faillite l'entreprise, qui est finalement reprise par le grec Andres Syngros.

  • le 25 juillet 1909 : première traversée de la Manche en avion par Louis Blériot, de Calais à Douvres.

L'aviateur français Louis Blériot, qui a 37 ans, traverse pour la première fois la Manche en avion. Parti de Calais pour Douvres, à bord de son "Blériot XI" son voyage dure 38 minutes, et son hélice et son train d'atterrissage se brisent à l'arrivée sur l'aérodrome de North Fal Meadow. Louis Blériot reçoit donc la récompense de 1 000 livres promise par le journal le "Daily Mail".

  • Le 25 juillet 1951 : obsèques du Maréchal Pétain.

A l'île d'Yeu, en l'église Notre-Dame-de-Bon-Port, ont lieu les obsèques du Maréchal Pétain. Le cercueil, recouvert d'un drapeau tricolore, est placé devant l'autel. D'un côté se tient la Maréchale, de l'autre ont pris place en grand uniforme les généraux Weygand et Héring, et l'amiral Fernet. Les autorités ecclésiastiques sont représentées par Mgr Chappoulie, évêque d'Angers ; Mgr Rodhain, aumônier général des prisons ; Mgr Cazeaux, évêque de Luçon. Ce dernier prend la parole et arrive à sa conclusion : « Nous prierons pour que Dieu pardonne les péchés et couronne les mérites de cette longue et tragique existence, et nous prierons même, car je suis sûr qu'il le veut bien, pour ce qui fut le rêve et le vœu de sa vie : l'union des Français et le salut de la Patrie ».

Après la cérémonie, le cortège prend le chemin du cimetière marin de l'île d'Yeu : derrière le cercueil, un ancien combattant porte, sur un coussin noir, le képi du Maréchal et la médaille militaire ; derrière encore, s'avancent Pierre de Hérain, beau-fils du Maréchal, les généraux Weygand et Héring, l'amiral Fernet, les avocats du Maréchal, Jacques Isorni et Jean Lemaire, et de nombreuses personnalités. Le cercueil est descendu dans la fosse recouverte d'une dalle blanche portant l'inscription en lettres de bronze : « Philippe Pétain, Maréchal de France ». La tombe est orientée face au continent ; elle est surmontée d'une croix semblable à celle de nos cimetières militaires. L'illustre soldat repose provisoirement à l'île d'Yeu, en attendant sa réhabilitation et son retour au milieu de ses Poilus à l'Ossuaire de Douaumont où sa place est réservée.

  • le 25 juillet 1968 : le Pape Paul VI condamne les méthodes artificielles de contraception dans l'Encyclique "Humanae Vitae".
  • le 25 juillet 1995 : attentat de Khaled Kelkal et Boualem Bensaïd dans la ligne B du RER.

Une bombe explose dans le RER à la station St-Michel à Paris : 8 morts et environ 150 blessés. L'attentat est revendiqué par le GIA.

  • le 25 juillet 2000 : un avion Concorde s'écrase deux minutes après le décollage, sur un hôtel à Gonesse.

Un Concorde d'Air France décolle de l'aéroport Roissy-Charles De Gaulle et heurte un bout de métal sur la piste. Il s'écrase à Gonesse ; l'accident fait 113 morts.

 


C’est arrivé un 24 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Ste Ségolène : abbesse en Aquitaine († V. VIème S.)

Au pays d'Albi en Aquitaine, vers le VIe siècle, sainte Ségolène, religieuse.

  • Ste Glossinde : abbesse à Metz († VIème S.)
  • le 24 juillet 1429 : la flèche de la cathédrale de Strasbourg est terminée.

Jusqu'à la fabrication de la tour Eiffel, monument maçonnique, cette flèche est le plus haut monument d'Europe.

  • le 24 juillet 1440 : signature du traité de Cusset, qui met un terme à la « Praguerie ».

Cette «Praguerie», a vu les grands vassaux de France se soulever contre Charles VII et Arthur de Richemont. Le seul qui n'accepte pas la paix est le Dauphin, le futur Louis XI, il est nommé au gouvernement du Dauphiné, en guise d'exil doré, avant de se réfugier à la cours du duc de Bourgogne.

  • le 24 juillet 1534 : Jacques Cartier prend possession du Canada au nom du Roi de France.

Parti le 20 avril 1534, de Saint Malo Jacques Cartier atteint le golfe du Saint-Laurent et débarque à Gaspé après s'être arrêté à Terre-Neuve. Accueilli par des Indiens avec qui il échange des cadeaux, il plante une immense croix portant les armes du Roi de France, le 24 juillet. Voir aussi la chronique du 5 septembre 1534, date à laquelle Jacques Cartier ramène de sa première expédition au Canada, deux Indiens qu'il présente au Roi François Ier.

 


  • le 24 juillet 1534 : François Ier décide la réorganisation de son armée en 7 Légions provinciales.
  • le 24 juillet 1671 : la tragédie-ballet "Psyché" de Lully et Molière est créée au Palais-Royal à Paris.
  • le 24 juillet 1702 : assassinat du grand vicaire de Mende par les Camisards.

Une soixantaine de Protestants des Cévennes tuent l'abbé du Chayla, grand vicaire de l'évêque de Mende. Les Camisards prennent les armes ; cette guerre civile ne se comprend que dans le contexte de la guerre de Succession d'Espagne. Voici ce qu'en écrit Jean Guiraud dans Histoire partiale-Histoire vraie, (éditions Beau-Chesne-Croit, tome 3 pages 65 et 66) :

« La guerre de la Succession d'Espagne, qui commença en 1701, fournit aux protestants une nouvelle occasion de se révolter avec le concours des ennemis de la France. Un grand nombre de « voyants » et de « prophètes » se mirent à annoncer le triomphe des persécutés et la destruction de l'Église romaine ; les assemblées interdites par les ordonnances royales, se multiplièrent tandis que de leur côté, les fonctionnaires royaux redoublaient de rigueur à l'égard des « nouveaux convertis », en arrêtant et en faisant mettre à mort un certain nombre d'entre eux. Le meurtre de l'un des missionnaires catholiques les plus détestés des « nouveaux convertis », l'archiprêtre de Chayla (mi-juillet 1702), donna le signal de la révolte générale sous la conduite de deux jeunes gens, Cavalier et Roland.

Rarement, guerre religieuse fut aussi cruelle que celle des Camisards ; c'est ainsi que se nommaient les protestants Cévenols. Six mois à peine après ses débuts, dans une lettre au ministre de la guerre du 28 décembre 1702, le P. de la Rue dressait ainsi le bilan de ses cruautés : « Quarante églises brûlées et pillées ; deux à trois cents abandonnées, le massacre de près de deux cents personnes : prêtres, gentilshommes, anciens catholiques et nouveaux zélés ; plus de cent lieues d'étendue de pays sans nul exercice de religion dans les campagnes... l'audace de cinq à six cents malheureux à qui quatre mois de massacres et leur férocité naturelle tient lieu de valeur». Le 6 mars 1703, l'intendant Bâville signalait au ministre de la guerre « du côté du Vigan, une bande de 1.500 révoltés qui ont brûlé des églises, tué des anciens catholiques et brûlé des maisons jusqu'à quatre lieues de Montpellier » ; le 13 mai, il mentionnait 208 le massacre à Fraissinet de 32 anciens catholiques et de beaucoup de femmes et d'enfants, par les Camisards. Un rapport adressé, le 30 août 1703, au ministre de la guerre déclare que, vers la fin de mai 1703, dix mois après leur révolte, les Camisards ont brûlé 409 maisons et 107 églises et que, depuis ce temps-là, ils ont bien achevé pour le moins le nombre de 500 maisons et de 150 églises. « Pour les meurtres, on ne saurait les dire au juste parce que le nombre en est si grand qu'on n'a pu tenir un compte exact ; mais on vous dira en plus qu'on a massacré des villages entiers sans épargner ni âge, ni sexe, ni condition, qu'on a été près de cinq ou six mois qu'il ne s'est guère passé de semaine qu'il n'aient fait deux ou trois meurtres. Et pour des soldats du roi, ils en ont tué presque autant qu'on leur a tué des leurs.., pour les prêtres, ils en ont massacré un grand nombre ; les autres se sont retirés en lieu de sûreté et la plupart des paroisses sont abandonnées dans ces quatre diocèses». »

Voir aussi la chronique du 22 septembre.

  • le 24 juillet 1712 : le maréchal de Villars remporte à Denain.

C'est une victoire inespérée sur les Austro-Hollandais, commandés par le prince Eugène de Carignan-Savoie, l'un des plus grands chefs militaires de son temps, que remportent les Français. Elle se déroule du 23 au 24 juillet 1712, vers la fin de la Guerre de Succession d'Espagne et fait suite à de nombreux revers français face aux Impériaux alliés aux Anglais et aux Hollandais. Voir les chroniques du 1er février, du 6 mars, du 12 juin (en particulier où le Roi Louis XIV lance un appel à la nation française), du 1er novembre, des 8 et 10 décembre. La réponse du Ciel, à cet appel royal, demandant aux Français un effort spirituel est la victoire inespérée de Denain, victoire décisive pour achever la guerre de Succession d'Espagne.

  • le 24 juillet 1802 : naissance d'Alexandre Dumas père.


Alexandre Dumas est l'auteur entre autre des Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Cristo, Vingt ans après, La Reine Margot, La Dame de Monsoreau, Joseph Balsamo,

  • le 24 juillet 1873: la construction du Sacré-Cœur est reconnue comme étant d'utilité publique.

Sur les bas côtés est de la Basilique se trouve gravé le texte du Vœux national :

« En présence des malheurs qui désolent la France, et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore ;

En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l'Eglise et du Saint-Siège et contre la personne sacrée du vicaire de Jésus-Christ :

Nous nous humilions devant Dieu et, réunissant dans notre amour l'Eglise et notre patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés ;

Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde de Notre Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité, et faire cesser les malheurs de la France, nous promettons de contribuer à l'érection à Paris d'un sanctuaire dédié au Sacré Cœur de Jésus. »

  • le 24 juillet 1951 : veillée de prières devant la dépouille du Maréchal Philippe Pétain.

A l'île d'Yeu, les anciens combattants, auxquels a été refusée la possibilité de s'incliner devant la dépouille du Maréchal Pétain, organisent une veillée devant la maison mortuaire. Des voix s'élèvent dans le silence nocturne : « Saints et saintes de France, priez pour notre vieux chef ! Monsieur le Maréchal, pardonnez à la France ! »
 

De nombreuses manifestations de fidélité au Maréchal ont lieu à travers la France, en particulier dans la capitale où les Parisiens se rassemblent sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile, devant la tombe du Soldat inconnu, et y déposent des fleurs qui forment une immense croix.

  • le 24 juillet 1958 : Pie XII et son époque.

Le pape dénonce comme « racines de l'apostasie moderne : l'athéisme scientifique, le matérialisme dialectique, le rationalisme, le laïcisme, et leur mère commune : la Maçonnerie ».

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 253)

  • le 24 juillet 1967 : à Montréal, le général De Gaulle, lance au cours d'un discours:

« Vive le Québec libre ! »

  • le 24 juillet 1976 : le pape Paul VI prononce la suspension a divinis de Mgr Marcel Lefebvre, supérieur du séminaire traditionaliste d'Écône.

C’est arrivé un 23 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 23 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Jean Cassien : Prêtre et fondateur de l'abbaye Saint Victor à Marseille

Johannes Cassianus, appelé communément Jean Cassien, dit « le Romain » ou « le Roumain », est né entre 360 et 365 en Scythie (actuelle Roumanie) et mort entre 433 et 435 à Marseille. C'est un moine et homme d'Église méditerranéen qui a marqué profondément les débuts de l'Église en Provence au Ve siècle. Il est le fondateur de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille.

Il a laissé une œuvre doctrinale importante, dont les Institutions cénobitiques (De Institutis coenobiorum et de octo principalium vitiorum remediis, écrit vers 420) et les Conférences (Conlationes ou Collationes), ouvrages consacrés à la vie monastique, qui ont profondément influencé le monachisme occidental du Ve siècle à nos jours, notamment en raison de leur reprise dans la règle de saint Benoît, mais aussi parce qu'ils s'appuyaient sur l'expérience que fit Cassien du grand monachisme oriental, celui des déserts de Palestine et d'Égypte. Cassien établit un pont entre le monachisme d'Orient et celui d'Occident.

Son nom original est Cassien. Le prénom Jean aurait été ajouté en hommage à saint Jean Chrysostome, dont il a été un fidèle. Suivant un extrait du De Viris Illustribus de l'historien du Ve siècle Gennadius de Marseille qui évoque « … Cassianus, natione Scytha... », il serait né en Scythie, en Dobroudja, dans une zone actuellement partagée entre la Roumanie et la Bulgarie. Cette origine roumaine est retenue par l'Église catholique.

Jean Cassien part très jeune avec son ami Germain avec qui il est « un esprit et une âme en deux corps » (Coll., 1, 1), pour se rendre dans un monastère de Bethléem (Inst., 3, 4), dans la Province de Syrie. Ce premier contact avec le monachisme cénobitique, qui dure seulement deux ans (Coll., 19, 2), lui permet de s'enrichir de la tradition du monachisme palestinien, dépourvu de tradition mystique dont il ne gardera pas un grand souvenir.
Vers 390, il obtient la permission de quitter le monastère pour aller avec Germain en Égypte à la rencontre des anachorètes de la Thébaïde. Lorsque les moines adeptes d'Évagre le Pontique, disciple d'Origène, sont dispersés en 400 par l'évêque Théophile d'Alexandrie, Jean-Cassien quitte l'Égypte et retourne brièvement à Bethléem avant de rejoindre Constantinople.

Les moines « origénistes » se rendent à Constantinople, et Jean Cassien reçoit les enseignements de Saint Jean Chrysostome qui l'ordonne diacre et lui donne la charge des trésors de sa cathédrale. Après l'exil de son maître spirituel en 404, il se rend à Rome où il est chargé de solliciter l'intercession du pape Innocent Ier en faveur de l'évêque. Vers 415, il revient de Palestine avec l'ancien évêque d'Aix-en-Provence Lazare.

Il se fixe par la suite en Occident et fonde, en 414 ou 415, deux monastères à Marseille, Saint-Victor pour les hommes et Saint-Sauveur pour les femmes. Selon la tradition, il aurait demandé à l'évêque de Marseille, Proculus, un ami du Lazare rencontré en Palestine, l'autorisation de fonder un monastère près de la grotte où reposaient les reliques de saint Lazare et de saint Victor. Il aurait même fait construire près de cette grotte, deux églises, l'une dédiée à saint Pierre et saint Paul, l'autre à saint Jean-Baptiste. On assure que cinq mille moines y vivaient sous sa discipline.

Il serait mort vers 435 à Marseille. Plus tard, le Bx Urbain V (Guillaume de Grimoald, 1362-1370) et Benoît XIV (Prospero Lorenzo Lambertini, 1740-1758) reconnaîtront sa sainteté.

Œuvres principales de Jean Cassien :

Les Institutions cénobitiques (426) : un traité en douze livres consacré à l'habit des moines, à la règle des oraisons et des psaumes, et aux obstacles de la perfection : gourmandise, impureté, avarice, colère, tristesse, acédie, vaine gloire et orgueil. 

Les Conférences (426) : une collection de vingt-quatre conférences relatant les souvenirs de Cassien en Égypte. 

Un Traité de l'Incarnation. Contre Nestorius (430) en sept livres, écrit à l'instigation du pape Léon Ier.

Benoît de Nursie s'appuie sur les ouvrages de Jean-Cassien pour établir sa règle monastique. Certains passages de la Règle de saint Benoît reprennent presque mot à mot des passages de Cassien, et cette même règle affirme qu'elle doit être prolongée par les Conférences des Pères et les Institutions de Cassien. Jusqu'à maintenant, les moines d'Occident considèrent Cassien comme un des principaux maîtres de la vie monastique, qui ont permis à l'Occident de bénéficier de la riche expérience des premiers moines d'Orient.

Jean Cassien est fêté le 23 juillet à Marseille et dans l'église universelle sauf en Orient où sa commémoration est faite le 29 février. Ses écrits restent très lus, notamment dans les monastères d'Occident. Il figure également au calendrier des saints de l'Église orthodoxe, où il est très estimé pour ses écrits et pour ses positions sur la grâce, dans lesquelles les orthodoxes reconnaissent, bien mieux que chez saint'Augustin d'Hippone, les positions traditionnellement enseignées par les Pères orthodoxes. Ainsi, des moines et des évêques orthodoxes portent souvent son nom.

  • St Valérien : évêque de Cimiez († V. 460)

À Cimiez en Provence, vers 460, saint Valérien, évêque. Retiré du monastère de Lérins pour la charge de l'épiscopat, il proposa au peuple et aux moines les exemples des saints.

  • le 23 juillet 685 : élection du pape Jean V.
  • le 23 juillet 1242 : victoire de Sainte.

A Saintes, près d'Angoulême, l'armée du Roi de France Saint Louis prend le dessus sur une coalition de féodaux, alliée au roi d'Angleterre Henri III, qu'il a déjà défait deux jours plus tôt à Taillebourg. La victoire française est totale. Voir la chronique du 21 juillet.

Voici ce qu'écrit Guillaume de Nangis dans sa Vie de Saint Louis :

« Il y eut une merveilleuse et forte bataille (…), âpre et dure, mais à la fin, les Anglais ne purent soutenir les assauts des Français et se mirent à fuir… La nuit du jour de cette bataille, le Roi d'Angleterre et le Comte de la Marche s'enfuirent avec tout le reste de leurs gens et évacuèrent la cité et le château de Saintes. Le lendemain matin, les citoyens de Saintes vinrent remettre au Roi Louis les clés du château de la cité. »

  • le 23 juillet 1649 : naissance de Gian francesco Albani, futur pape sous le nom de Clément XI.
  • le 23 juillet 1712 : début de la bataille de Denain.

Voir la chronique du 24 juillet.

  • le 23 juillet 1790 : le Roi Louis XVI reçoit la lettre de Pie VI, où ce dernier s'oppose à la CCC.
  • le 23 juillet 1920 : la loi, condamnant la propagande antinataliste punissant plus sévèrement l'avortement, crime passible de la cour d'assises, est votée à une écrasante majorité.
  • le 23 juillet 1944 : le maquis du Vercors est anéanti.
  • le 23 juillet 1945 : ouverture du procès du maréchal Pétain.

Trois mois se sont écoulés depuis son retour en France. Le vieil homme, qui a bientôt 90 ans, est accusé « d'attentat contre la sûreté intérieure de l'État et d'intelligence avec l'ennemi, en vue de favoriser ses entreprises en corrélation avec les siennes. »

L'ancien président du conseil Reynaud sans aucune honte ose l'accuser : «d'avoir fomenté un complot en 1940 pour "trahir la France". » Lui qui avec tous ces comparses ont désarmé le pays et l'ont livré à l'ennemi, fuyant lâchement devant l'avancée des troupes allemandes !

L'accusé est introduit vers 13 h 30, il porte l'uniforme avec pour seule décoration la médaille militaire. Contrairement aux usages, il n'est pas précédé d'un officier, mais seulement d'un sous-officier de la garde républicaine. La salle pleine à craquer. Les jurés, les témoins, les journalistes, l'assistance entassée sur des bancs et des gradins forment une masse compacte qui d'un seul homme se lève à la vue du Maréchal.

Alors que la parole lui est enfin donnée, Philippe Pétain se lève, «aucun tic du visage, aucun tremblement des mains, son impassibilité garde de l'allure» note l'écrivain Jean Schlumberger, il commence la lecture d'une déclaration rédigée. D'une voix ferme, le vainqueur de Verdun commence par s'en prendre au tribunal et à la légitimité de la Cour :

«C'est le peuple français qui, par ses représentants réunis en Assemblée nationale le 10 juillet 1940, m'a confié le pouvoir, c'est à lui que je suis venu rendre des comptes.

La Haute Cour, telle qu'elle est constituée, ne représente pas le peuple français, et c'est à lui seul que s'adresse le Maréchal de France, chef de l'État »

Je ne ferai pas d'autre déclaration. Je ne répondrai à aucune question.» Mes défenseurs ont reçu de moi la mission de répondre à des accusations qui veulent me salir et n'atteignent que ceux qui les profèrent.

J'ai passé ma vie au service de la France. Aujourd'hui, âgé de près 90 ans, jeté en prison, je veux continuer à la servir, en m'adressant à elle une fois encore. Qu'elle se souvienne ! J'ai mené ses armées à la victoire en 1918. Puis, alors que j'avais mérité le repos, je n'ai cessé de me consacrer à elle.

J'ai répondu à tous ses appels, quels que fussent mon âge et ma fatigue. Le jour le plus tragique de son Histoire, c'est encore vers moi qu'elle s'est tournée.

Je ne demandais rien, je ne désirais rien. On m'a supplié de venir : je suis venu. Je devenais ainsi l'héritier d'une catastrophe dont je n'étais pas l'auteur. Les vrais responsables s'abritaient derrière moi pour écarter la colère du peuple.

Lorsque j'ai demandé l'armistice, d'accord avec nos chefs militaires, j'ai rempli un acte nécessaire et sauveur.

Oui, l'armistice a sauvé la France et contribué à la victoire des Alliés en assurant une Méditerranée libre et l'intégrité de l'Empire.

Le pouvoir m'a été confié et légitimement reconnu par tous les pays du monde, du Saint-Siège à l'U.R.S.S. De ce pouvoir, j'ai usé comme d'un bouclier pour protéger le peuple français. Pour lui, je suis allé jusqu'à sacrifier à mon prestige. Je suis demeuré à la tête d'un pays sous l'occupation.

Voudra-t-on comprendre la difficulté de gouverner dans de telles conditions ? Chaque jour, un poignard sur la gorge, j'ai lutté contre les exigences de l'ennemi. L'Histoire dira tout ce que je vous ai évité, quand mes adversaires ne pensent qu'à me reprocher l'inévitable.

L'occupation m'obligeait à ménager l'ennemi, mais je ne le ménageais que pour vous ménager vous-mêmes, en attendant que le territoire soit libéré.

L'occupation m'obligeait aussi, contre mon gré et contre mon cœur, à tenir des propos, à accomplir certains actes dont j'ai souffert plus que vous, mais devant les exigences de l'ennemi, je n'ai rien abandonné d'essentiel à l'existence de la patrie.

Au contraire, pendant quatre années, par mon action, j'ai maintenu la France, j'ai assuré aux Français la vie et le pain, j'ai assuré à nos prisonniers le soutien de la Nation.

Que ceux qui m'accusent et prétendent me juger s'interrogent du fond de leur conscience pour savoir ce que, sans moi, ils seraient peut-être devenus. *

Pendant que le Général De Gaulle, hors de nos frontières, poursuivait la lutte, j'ai préparé les voies de la libération, en conservant une France douloureuse mais vivante.

A quoi, en effet, eût-il servi de libérer des ruines et des cimetières ?

C'est l'ennemi seul qui, par sa présence sur notre sol envahi, a porté atteinte à nos libertés et s'opposait à notre volonté de relèvement.

J'ai réalisé, pourtant, des institutions nouvelles ; la Constitution que j'avais reçu mandat de présenter était prête, mais je ne pouvais la promulguer.

Malgré d'immenses difficultés, aucun pouvoir n'a, plus que le mien, honoré la famille et, pour empêcher la lutte des classes, cherché à garantir les conditions du travail à l'usine et à la terre.

La France libérée peut changer les mots et les vocables. Elle construit, mais elle ne pourra construire utilement que sur les bases que j'ai jetées.

C'est à de tels exemples que se reconnaît, en dépit des haines partisanes, la continuité de la Patrie. Nul n'a le droit de l'interrompre.

Pour ma part, je n'ai pensé qu'à l'union et à la réconciliation des Français. Je vous l'ai dit encore le jour où les Allemands m'emmenaient prisonnier parce qu'ils me reprochaient de n'avoir cessé de les combattre et de ruiner leurs efforts.

Je sais qu'en ce moment, si certains ont oublié, depuis que je n'exerce plus le pouvoir, ce qu'ils ont dit, écrit ou fait.

Des millions de Français pensent à moi, qui m'ont accordé leur confiance et me gardent leur fidélité.

Ce n'est point à ma personne que vont l'une et l'autre, mais pour eux comme pour bien d'autres, à travers le monde, je représente une tradition qui est celle de la civilisation française et chrétienne, face aux excès de toutes les tyrannies.

En me condamnant, ce sont des millions d'hommes que vous condamnerez dans leur espérance et leur foi. Ainsi, vous aggraverez ou vous prolongerez la discorde de la France, alors qu'elle a besoin de se retrouver et de s'aimer pour reprendre la place qu'elle tenait autrefois parmi les nations.

Mais ma vie m'importe peu. J'ai fait à la France le don de ma personne. C'est à cette minute suprême que mon sacrifice ne doit plus être mis en doute.

Si vous deviez me condamner, que ma condamnation soit la dernière et qu'aucun Français ne soit plus jamais détenu pour avoir obéi aux ordres de son chef légitime.

Mais, je vous le dis à la face du monde, vous condamneriez un innocent en croyant parler au nom de la justice et c'est un innocent qui en porterait le poids, car un Maréchal de France ne demande de grâce à personne.

A votre jugement répondront celui de Dieu et celui de la postérité. Ils suffiront à ma conscience et à ma mémoire.

Je m'en remets à la France ! »

Tiré du livre Message d'outre-tombe du Maréchal Pétain : Textes officiels, ignorés ou méconnus, consignes secrètes (Aux Nouvelles Editions Latines. Pages 272, 273, 274,275.) rédigé par Philippe Pétain, Monique Paillard, Jean Paillard.

La confusion des débats et telle, qu'elle ne permet pas de lever le voile sur les vraies responsabilités entre le maréchal et les institutions de la IIIème République. Philippe Pétain est condamné à mort le 15 août, radié de l'Académie française, laquelle n'élit personne jusqu'à sa mort, et démuni de tous ses biens. De Gaulle lui accorde la grâce présidentielle et commue sa peine en détention à perpétuité. Incarcéré sur l'île d'Yeu, il y meurt six ans plus tard. Voir la chronique du 15 août.

  • le 23 juillet 1951 : mort du Maréchal Philippe Pétain, homme d'État.

C'est le plus vieux détenu du monde qui meurt. Il a 96 ans ; 6 ans, jour pour jour après son procès. Le 11 avril 1951, le colonel REMY, chef et créateur du réseau de résistance « Réseau Notre Dame » écrit dans l'hebdomadaire « Carrefour » un article où sous le titre :

« la justice ou l'opprobre »

Il s'élève contre le maintien en forteresse du Maréchal dans des conditions honteuses et inhumaines. Le colonel REMY a, par ailleurs, adhéré à l'Association pour la défense du maréchal Pétain, afin que justice lui soit rendue.

A 9h22, après cinq jours d'agonie, le maréchal Pétain a cessé de vivre; le médecin-capitaine Maître annonce à la Maréchale le décès de son mari en prononçant ces quelques mots : « Madame, le Maréchal de France n'est plus ».

Le Maréchal est revêtu de son uniforme portant une seule décoration, la Médaille Militaire. La dignité de Maréchal de France sera inscrite sur les actes de l'état civil. La Maréchale reçoit, le jour même, plusieurs milliers de messages de condoléances dont ceux de la Maréchale Joffre et du général Juin.

  • le 23 juillet 1963 : la France refuse d'adhérer au Traité de Moscou limitant les essais nucléaires.

C’est arrivé un 22 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 22 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Ste Marie Madeleine : disciple du Seigneur (1er siècle)

Marie Madeleine ou Marie de Magdala, patronne des parfumeurs et contemporaine du Christ est enterrée en France, comme beaucoup de ses premiers disciples. Son tombeau est à Saint Maximin.

Marie-Madeleine, sœur de Marthe et de Lazare, était d'une famille distinguée de Béthanie. Après la mort de ses parents, Marie vivait dans les plaisirs au point qu'elle devint le scandale de toute la Galilée, et qu'on ne la connut bientôt que sous le nom de la Pécheresse. En punition de ses débordements, elle fut possédée du démon jusqu'au jour où le Sauveur, lui remettant ses péchés, la délivra de la domination de Satan. Dieu avait fait naître en ce cœur coupable le désir de voir Jésus ; ce désir devait être son salut, car le Sauveur voulait donner en Marie-Madeleine un exemple frappant de Sa miséricorde infinie en même temps que de la plus parfaite pénitence.

C'est elle qui, ayant un jour suivi le Seigneur chez Simon le Pharisien, versa sur les pieds de Jésus un vase de parfum précieux, les arrosa de ses larmes et les essuya avec ses cheveux, et qui entendit ensuite cette parole : « Beaucoup de péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé. »

Nous la rencontrons, depuis lors, très souvent dans l'Évangile ; elle contemple Jésus et L'écoute, dans la maison de Béthanie, pendant que sa sœur Marthe s'occupe seule du service de la maison : « Marie, dit le Sauveur, a choisi la meilleure part. »

Une autre fois, dans les derniers jours de sa vie, Jésus voit Marie-Madeleine répandre un parfum délicieux sur cette tête divine qui bientôt sera couronnée d'épines. Elle accompagne le Sauveur au sommet du Calvaire, assiste à Sa mort et à Sa sépulture, et bientôt reçoit l'une des premières visites du Christ ressuscité : « Marie ! » s'écrie le Sauveur. Et Marie, reconnaissant Jésus, Lui répond dans une effusion d'amour : « Ô mon Maître ! »

D'après une tradition française, les Juifs endurcis, fatigués de ses exhortations et de celles de Marthe et de Lazare, les exposèrent sur la mer par une tempête, dans une pauvre barque sans rames ni voiles. La nacelle voguait à la garde de Dieu, et vint aborder, après quelques jours, au rivage de Marseille. Les pieux disciples du Christ firent là de nombreuses conquêtes. Quant à Marie-Madeleine, elle s'enfonça dans les montagnes sauvages et solitaires et fut transportée par les anges dans une grotte appelée depuis la Sainte-Baume, où elle mena une vie plus angélique qu'humaine, favorisée des grâces les plus merveilleuses, ne vivant que de la Sainte Communion, soupirant et versant des larmes de pénitence et d'amour.

  • St Ménelé : abbé à Menat en Auvergne († V. 700)
  • Bx Jacques Lombardie : prêtre de Limoge et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jacques Lombardie, prêtre de Limoges et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut détenu dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier, où il mourut, faute de soins, n'ayant plus que la peau sur les os, mais souriant.

  • le 22 juillet 259 : élection du 25ème pape, saint Denys.

La persécution de l'empereur Valérien a entraîné une vacance d'un an, qui s'arrête avec cette élection. Il meurt le 26 décembre 268 et est le premier pape à ne pas être martyr.

  • le 22 juillet 1099 : Godefroy de Bouillon est élu souverain de Jérusalem.
  • le 22 juillet 1209 : sac de Béziers par les Croisés.

L'armée des croisés, chargée d'éradiquer les cathares, à la demande du pape Innocent III s'empare de Béziers. Sous la direction du légat du pape Arnaud Amaury et de Simon de Monfort. Cet épisode tragique est la source de nombreux mensonges historiques : le chiffre de soixante morts est complètement faux, comme l'affirmation que toute la ville est massacrée, ou cette phrase apocryphe de « Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens »,qui vient du moine allemand, Césaire de Heisterbach dont l'œuvre n'a aucune valeur historique, parce qu'elle a été écrite soixante ans après les événements, d'après des racontars et sans la moindre critique.

Voir Histoire partiale-Histoire vraie, éditions Beau-Chesne-Croit, tome 1, pages 169 à 172 de Jean Guiraud.

  • le 22 juillet   1461 : mort du Roi de France Charles VII, dit le victorieux, des suites d'un phlegmon à la gorge.


Charles VII de France, dit Charles le Victorieux, ou le Bien Servi, naît le 22 février 1403 à Mehun-sur-Yèvre et meurt le 22 juillet 1461. Souverain souvent présenté comme étant le «Petit Roi de Bourges qui a trahi Jehanne d'Arc», dénigré par les historiens de la IIIe République, il apparaît très souvent comme un monarque effacé sinon insignifiant. C'est pourtant lui qui achève l'œuvre de sainte Jeanne d'Arc et met fin à la présence des Plantagenêt en France. Voir les chroniques du 22 février, du 21 juin, du 17 juillet.

Charles VII « le Bien Conseillé », s'entoure d'hommes dévoués et compétents. Il réorganise l'armée avec les compagnies d'ordonnance ; son règne voit aussi l'affirmation de l'autorité royale avec la Pragmatique Sanction de Bourges, l'assainissement des finances du Royaume, la création des Cours Provinciales de justice pour remplacer progressivement les Seigneuries locales. Charles VII s'éteint au château de Mehun-sur-Yèvre et laisse un Royaume de France renforcé et puissant. Il est inhumé dans la Basilique Saint-Denis.

Voir les chroniques du 22 février, du 21 juin, sur la triple Donation du Royaume de France, et du 17 juillet.

  • le 22 juillet 1487 : grand incendie de Bourges.

Cet incendie est aussi appelé Grand incendie de la Madeleine ; il détruit le tiers de la ville et marque le début du déclin de la capitale du Berry.

  • le 22 juillet 1632 : arrestation de Particelli d'Emery.

Particelli d'Emery, représentant du Roi Louis XIII, est arrêté à Pézenas sur ordre d'Henri II de Montmorency, Gouverneur du Languedoc.

  • le 22 juillet 1676 : décès du pape Clément X.
  • le 22-23 juillet 1694 : bombardement de Dieppe.

Durant la guerre de Neuf Ans, la flotte anglaise bombarde la ville de Dieppe, les 22 et 23 juillet 1694. Un incendie détruit une grande partie de la ville qui sera progressivement reconstruite, selon les plans de Ventabren. Les Anglais se dirigent ensuite vers le port du Havre, pour le bombarder aussi.

  • le 22 juillet 1795 : deuxième traité de Bâle.

Le second traité de Bâle est signé le 22 juillet, entre la France et la couronne espagnole qui cesse le combat. Il met fin à la guerre de la Convention également appelée guerre du Roussillon. Si au début du conflit l'Espagne a l'avantage ; la France inverse rapidement la tendance. Par ce traité, la France rend à l'Espagne les terres occupées durant le conflit, mais récupère la République dominicaine.

  • le 22 juillet 1802 : Marie François Xavier Bichat, biologiste français.
  • le 22 juillet 1808 : bataille de Bailén en Andalousie.

Encerclés par 17 000 soldats espagnols depuis trois jours, les troupes napoléoniennes commandées par Dupont capitulent à Bailén en Andalousie. Pour la première fois, les armées de l'empereur sont mises en échec. Joseph Bonaparte quitte Madrid précipitamment le 30.

  • le 22 juillet 1832 : mort de Napoléon II, dit « l'Aiglon ».

Napoléon François Joseph Charles Bonaparte ou Napoléon II, né le 20 mars 1811, est le fils de Napoléon Ier et de l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche. Roi de Rome à sa naissance, duc de Reichstadt à partir de 1818, et empereur des Français du 4 avril au 6 avril 1814 et du 22 juin au 7 juillet 1815 (son père ayant abdiqué en 1814 puis en 1815), il meurt loin de sa patrie, prisonnier de son grand-père, l'empereur d'Autriche, au palais de Schönbrunn.

  • le 22 juillet 1898 : Djibouti devient une colonie française et prend le nom de "Côte française des Somalis".

C’est arrivé un 21 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 21 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Victor de Marseille : martyr († V. 292)

Le 8 juillet 303 ou 304, le préfet Euticius siège au tribunal à Marseille quand on lui présente un soldat nommé Victor: ce soldat est effronté. Il ne veut plus percevoir sa solde et il clame qu'il est chrétien. En entendant cela le préfet dit à Victor : « Pourquoi n'acceptes-tu pas la solde habituelle? » Saint Victor lui dit : « Parce que désormais, je ne veux plus militer dans le siècle ». Le préfet Euticius lui dit: « Victor, sacrifie ». Victor lui dit: « Je ne sacrifie pas aux faux dieux... ».

  • St Arbogast : évêque de Strasbourg († VIeS.)

À Strasbourg, au VIe siècle, saint Arbogast, évêque, qui fit construire sa cathédrale et la consacra à Dieu sous le nom de la Vierge Marie.

  • St Wandrille : Abbé à Fontenelle († V. 668)

Au monastère de Fontenelle, vers 668, saint Wandrille, abbé. Après avoir quitté la cour du roi Dagobert, il mena la vie monastique en divers endroits et, promu au sacerdoce par saint Ouen, évêque de Rouen, il fonda et gouverna un monastère dans la forêt de Jumièges.

  • Bx Gabriel Pergaud : prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Gabriel Pergaud, prêtre et martyr. Chanoine régulier de Beaulieu, au diocèse de Saint-Brieuc, il fut expulsé de l'abbaye, sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, et détenu dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier où il mourut au bout de quelques semaines, après une longue agonie.

  • le 21 juillet 230 : élection de saint Pontien, 18ème Pape.

Sa vie est très mal connue. Il dirige à Rome en 231 un synode pour faire confirmer la condamnation d'Origène par Démétrius, évêque d'Alexandrie. Il est déporté dans des mines en Sardaigne à l'accession au trône de l'empereur Maximin le Thrace, en mars 235; commence une nouvelle persécution des Chrétiens. Il renonce alors au siège de Saint Pierre le 28 septembre et meurt le 30 octobre suivant. Il est inhumé dans la catacombe de Saint-Calixte, qui va peu à peu devenir la Crypte des Papes.

  • le 21 juillet 303 : mort de saint Victor de Marseille, officier dans une légion thébaine, martyrisé à Marseille pour avoir refusé d'abjurer sa foi chrétienne.
  • le 21juillet 1120 : l'abbaye bénédictine Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay est détruite par le feu.

L'incendie tue 1 200 personnes, et détruit la nef carolingienne de l'abbaye bénédictine Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay.

  • le 21 juillet 1242 : victoire française de Taillebourg.

La bataille de Taillebourg, Histoire de l'armée française, Paul Lehugeur, XIXe siècle.

Ayant appris l'existence d'un complot, le Roi Louis IX rassemble son armée à Chinon, dès le 28 avril 1242. Une grande partie de ses vassaux répond présent. De son côté, le 13 mai, le roi Henri III d'Angleterre débarque à Royan, c'est le début de la guerre de Saintonge. Parcourant le Poitou et la Saintonge en direction du fief d'Hugues X de Lusignan, saint Louis s'empare de plusieurs châteaux rebelles : Fontenay-le-Comte, Vouvant, Niort ou encore Saint-Jean-d'Angély.

Son armée se dirige vers Taillebourg, qui dispose d'un pont sur la Charente. L'endroit est stratégique, ce qui explique la présence d'une forteresse. Pendant deux jours, les deux Ost s'observent sans s'affronter. Le 21 juillet, le Saint Roi chevauchant à la tête de la cavalerie française vainc les Anglo-poitevins sur le pont de Taillebourg et au-delà les forçant à se replier.

Deux jours plus tard, le 23 juillet, l'armée royale inflige aux Anglais et à leurs alliés une sévère défaite à Saintes. Le roi Henri III d'Angleterre accepte une trêve de cinq ans à Pons, le 1er août 1242.

L'année suivante, c'est le comte Raymond VII de Toulouse qui se soumet au Roi Louis IX et accepte de lui rendre l'hommage féodal, conformément au traité de paix signé le 30 octobre 1242 à Lorris. Avec ce traité, Raymond VII renonce aussi à Narbonne et Albi et promet de faire la chasse aux cathares.

Quelques lignes du récit de Joinville sur la bataille:

« La vint li roys d'Angleterre et li cuens de la Marche, pour combatre devant un chastel que on appelle Taillebourc, qui siet sus une male riviere que l'on appelle Carente, là où on ne puet passer que à un pont de pierre mout estroit. Si tost comme li roys vint à Taillebourc, et li host virent li uns l'autre, nostre gent qui avoient le chastel devers aus, se esforcièrent a grant meschief, et passèrent perillousement par neis et par pons, et coururent sur les Anglois, et conmenca li poingnayz forz et grans. Quand li roys vit ce, il se mist ou peril avec les autres ; car pour un home que li roys avoit quant il fu passez devers les Anglois, li Anglois en avoient bien vingt. Toutevoiz avint-il, si comme Diex vout, que quant li Anglois virent le roy passer, il se desconfirent et mistrent dedens la citei de Saintes, et plusour de nos gens entrèrent en la citei mellei avec auss et furent pris.»

  • le 21 juillet 1414 : naissance de Sixte IV, Francesco Della Rovere, futur 212ème pape de 1471 à 1484.
  • le 21 juillet 1511 : une Bulle du pape Jules II met la France en interdit, à l'exception de la Bretagne.

Jules II, par sa bulle Sacro sanctæ, le 21 juillet 1511, convoque un concile au Latran pour le 19 avril 1512, avec pour objectif d'excommunier tous les membres du concile de Pise, initié par Louis XII. D'autres historiens parlent du 18 juillet.

  • le 21 juillet 1542 : le Saint-Office remplace à l'Inquisition médiévale.

Le Saint-Office naît sur les cendres de l'Inquisition sous le nom de Congrégation de la Suprême Inquisition. Sa mission est de veiller au respect de la doctrine et de la foi catholique.

  • le 21 juillet 1550 : par la Bulle "Exposcit debitum", le Pape Jules III confirme à nouveau la Compagnie de Jésus.
  • le 21 juillet 1620 : naissance de Jean Picard.

Jean-Félix Picard est un astronome et prêtre français qui naît à La Flèche dans la Sarthe. Il est le premier à calculer le rayon de la Terre de façon précise. Il mesure pour cela un degré de latitude par triangulation, le long du méridien de Paris. Ses résultats sont de 111 à 112 km pour un degré de latitude, donc un rayon terrestre de 6 372 km (le rayon polaire est actuellement mesuré pour 6 357km). Par ailleurs, c'est lui qui conçoit ses propres instruments de mesure. Il décède le 12 juillet 1682.

  • le 21 juillet 1712 : débuts de bataille de Denain.

Les troupes françaises sur les ordres du maréchal de Villars attaquent la garnison de Denain. Le prince Eugène devance la manœuvre française. Mais les combats les plus importants ont lieu les 23 et 24 juillet. Voir la chronique de ce dernier jour.

  • le 21 juillet 1773 : le pape Clément XIV supprime la Compagnie de Jésus.

Clément XIV prend la décision de dissoudre la Compagnie de Jésus par le bref Dominus ac Redemptor. Elu le 19 mai 1769, et alors que son prédécesseur a subi une véritable persécution des Bourbons européens (voir la chronique du 7 janvier), sous l'influence des loges maçonniques et des « philosophes ». Le nouveau souverain pontife ne résiste pas longtemps à la pression. Jean GUIRAUD dans ses quatre tomes de Histoire partiale-Histoire vraie explique très bien comment les protestants, les maçons, les jansénistes, en résumé tous les ennemis de l'Eglise catholique se sont ligués contre les Jésuites qu'ils considéraient, à juste titre, comme le rempart le plus solide de la Foi.

  • le 21 juillet 1788 : comment a-t-on fabriqué la révolution !

A l'initiative des avocats Barnave et Mounier, les 540 représentants du Dauphiné se réunissent au château de Vizille. Ils appellent à refuser le paiement de l'impôt et demandent aux autres assemblées provinciales d'en faire autant. Rennes et Grenoble lancent la grève de l'impôt. Le pouvoir central est à bout de souffle.

  • le 21 juillet 1789 : sac de l'hôtel de ville de Strasbourg.
  • le 21 juillet 1792 : le vœu de Louis XVI est remis au père Hébert, supérieur général des Eudistes et confesseur du Roi.

C'est le vœu par lequel Louis XVI a dévoué sa personne, sa famille et tout son Royaume, au Sacré-Cœur de Jésus.

Texte du vœu :

« Vous voyez, ô mon Dieu, toutes les plaies qui déchirent mon cœur, et la profondeur de l'abîme dans lequel je suis tombé. Des maux sans nombre m'environnent de toutes parts. A mes malheurs personnels et à ceux de ma famille, qui sont affreux, se joignent, pour accabler mon âme, ceux qui couvrent la face du royaume. Les cris de tous les infortunés, les gémissements de la religion opprimée retentissent à mes oreilles, et une voix intérieure m'avertit encore que peut-être votre justice me reproche toutes ces calamités, parce que, dans les jours de ma puissance, je n'ai pas réprimé la licence du peuple et l'irréligion, qui en sont les principales sources ; parce que j'ai fourni moi-même des armes à l'hérésie qui triomphe, en la favorisant par des lois qui ont doublé ses forces et lui ont donné l'audace de tout oser.

Je n'aurai pas la témérité, ô mon Dieu, de me justifier devant vous ; mais vous savez que mon cœur a toujours été soumis à la foi et aux règles des mœurs ; mes fautes sont le fruit de ma faiblesse et semblent dignes de votre grande miséricorde. Vous avez pardonné au roi David, qui avait été cause que vos ennemis avaient blasphémé contre vous ; au roi Manassès, qui avait entraîné son peuple dans l'idolâtrie. Désarmé par leur pénitence, vous les avez rétablis l'un et l'autre sur le trône de Juda ; vous les avez fait régner avec paix et gloire. Seriez-vous inexorable aujourd'hui pour un fils de saint Louis, qui prend ces rois pénitents pour modèles, et qui, à leur exemple, désire réparer ses fautes et devenir un roi selon votre Cœur ? 0 Jésus-Christ, divin Rédempteur de toutes nos iniquités, c'est dans votre Cœur adorable que je veux déposer les effusions de mon âme affligée. J'appelle à mon secours le tendre Cœur de Marie, mon auguste protectrice et ma mère, et l'assistance de saint Louis, mon patron et le plus illustre de mes aïeux.

Ouvrez-vous, Cœur adorable, et par les mains si pures de mes puissants intercesseurs, recevez avec bonté le vœu satisfactoire que la confiance m'inspire et que je vous offre comme l'expression naïve des sentiments de mon cœur.

Si, par un effet de la bonté infinie de Dieu, je recouvre ma liberté, ma couronne et ma puissance royale, je promets solennellement :

1° De révoquer le plus tôt possible toutes les lois qui me seront indiquées, soit par le pape, soit par quatre évêques choisis parmi les plus vertueux de mon royaume, comme contraires à la pureté et à l'intégrité de la foi, à la discipline et à la juridiction spirituelle de la sainte Eglise catholique, apostolique, romaine, et notamment la constitution civile du clergé ;

2° De rétablir sans délai tous les pasteurs légitimes et tous les bénéficiés institués par l'Eglise, dans les bénéfices dont ils ont été injustement dépouillés par les décrets d'une puissance incompétente, sauf à prendre les moyens canoniques pour supprimer les titres de bénéfices qui sont moins nécessaires, et pour en appliquer les biens et revenus aux besoins de l'Etat ;

3° De prendre, dans l'intervalle d'une année, tant auprès du pape qu'auprès des évêques de mon royaume, toutes les mesures nécessaires pour établir, suivant les formes canoniques, une fête solennelle en l'honneur du Sacré Cœur de Jésus, laquelle sera célébrée à perpétuité dans toute la France, le premier vendredi après l'octave du Saint-Sacrement, et toujours suivie d'une procession générale, en réparation des outrages et des profanations commis dans nos saints temples, pendant le temps des troubles, par les schismatiques, les hérétiques et les mauvais chrétiens ;

4° D'aller moi-même en personne, sous trois mois à compter du jour de ma délivrance, dans l'église Notre-Dame de Paris, ou dans toute autre église principale du lieu où je me trouverai, et de prononcer, un jour de dimanche ou de fête, au pied du maître-autel, après l'offertoire de la messe, et entre les mains du célébrant, un acte solennel de consécration de ma personne, de ma famille et de mon royaume au Sacré Cœur de Jésus, avec promesse de donner à tous mes sujets l'exemple du culte et de la dévotion qui sont dus à ce Cœur adorable ;

5° D'ériger et de décorer à mes frais, dans l'église que je choisirai pour cela, dans le cours d'une année à compter du jour de ma délivrance, une chapelle ou un autel qui sera dédié au Sacré Cœur de Jésus, et qui servira de monument éternel de ma reconnaissance et de ma confiance sans bornes dans les mérites infinis et dans les trésors inépuisables de grâces qui sont renfermés dans ce Cœur sacré ;

6° Enfin, de renouveler tous les ans, au lieu où je me trouverai, le jour qu'on célébrera la fête du Sacré-Cœur, l'acte de consécration exprimé dans l'article quatrième, et d'assister à la procession générale qui suivra la messe de ce jour.

Je ne puis aujourd'hui prononcer qu'en secret cet engagement, mais je le signerais de mon sang s'il le fallait, et le plus beau jour de ma vie sera celui où je pourrai le publier à haute voix dans le temple.

0 Cœur adorable de mon Sauveur ! Que j'oublie ma main droite et que je m'oublie moi-même, si jamais j'oublie vos bienfaits et mes promesses, et cesse de vous aimer et de mettre en vous ma confiance et toute ma consolation. Ainsi soit-il. »

Mais à ce moment Louis XVI n'est plus Roi. Sa fonction et son pouvoir lui ont été retirée, mais sans l'aval du Peuple. Cette consécration n'est pas faite en tant que Souverain, mais comme particulier.

  • le 21 juillet 1795 : le général Hoche est victorieux à Quiberon contre les Chouans et les émigrés.

Les commissaires politiques, envoyés par Paris, le force à fusiller les Chouans, à qui il a promis la vie sauve en échange de l'arrêt des combats.

  • le 21 juillet 1798 : bataille des Pyramides.

Napoléon Bonaparte bat les cavaliers Mamelouks près des pyramides de Gizeh. Les charges mamelouks se brisent sur les carrés français, puis les divisions françaises attaquent, entrent dans la ville d'Embabèh et massacrent les Mamelouks qui n'ont pas pu fuir. L'affrontement ne dure pas plus de deux heures. Victorieux, Bonaparte va régner sur l'Égypte, jusqu'à l'intervention de la flotte britannique ; les Anglais chassent les Français définitivement de la région.

Bonaparte, aux débuts de la bataille, encourage ses officiers : "Soldats, songez que du haut de ces monuments, quarante siècles vous contemplent".

  • le 21 juillet 1857 : sous l'impulsion de Faidherbe, un décret impérial institue les unités de Tirailleurs sénégalais.

Ces derniers cessent d'être des laptots ou des supplétifs pour devenir des soldats réguliers de l'armée française.

  • le 21 juillet 1858 : entrevue de Napoléon III et Cavour à Plombières.

Napoléon III et le ministre piémontais Cavour ont une entrevue secrète, dans la station thermale de Plombières. Cavour le convainc d'apporter son aide militaire aux Piémontais dans leur guerre à venir contre l'Autriche, contre la Savoie et Nice. Durant cet entretien, les deux hommes préparent donc un traité, qui est signé à Turin l'année suivante, et qui vise à accorder au Royaume de Piémont-Sardaigne l'assistance militaire de la France en cas de guerre avec l'empire d'Autriche. En contrepartie, Camillo Cavour doit céder à la France le comté de Nice et le duché de Savoie.

Notre Dame de la Salette pendant une des apparitions avertira le Saint Père de la duplicité de cœur de l'empereur. L'avenir lui donnera raison.

  • le 21 juillet 1944 : les Allemands attaquent dans le Vercors pour casser le maquis français.

629 personnes sont tuées dans l'opération.

  • le 21 juillet 1954 : signature des accords de Genève.

La France abandonne aux communistes le nord de l'Indochine, au dessus du 17ème parallèle, à la suite d'un pari stupide du nouveau président du Conseil, Mendès France de réussir à faire la paix en un mois !

Le Viet Minh obtient ainsi plus que ce qu'il espérait et garde toute son infrastructure dans le sud. La disparition de la France dans la région approche. Ouverte le 26 avril, la Conférence de Genève a rassemblé les représentants de 19 puissances, dont la France, les Etats-Unis, l'Angleterre, l'URSS, la Chine, la Corée et le Viêt-Nam.

  • le 21 juillet 2008 : le Parlement, réuni en congrès extraordinaire à Versailles, adopte la réforme constitutionnelle, souhaitée par le président Sarkozy et élaborée par la Commission Balladur.

C’est arrivé un 20 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 20 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Wulmar : prêtre et moine à Boulogne. († V. 700)

Au pays de Boulogne, vers 700, saint Vulmar, prêtre. Moine à Hautmont, après un mariage malheureux employé à garder les bêtes, il chercha à s'instruire et son zèle le conduisit jusqu'à l'ordination presbytérale. Il obtint de vivre en ermite à la manière des pères du désert, puis fonda, dans les bois de sa patrie, un double monastère, l'un pour les hommes, l'autre pour les vierges.

  • le 20 juillet 514 : début du pontificat du pape saint Hormisdas.

Saint Hormisdas, né à Frosinone, est pape du 20 juillet 514 au 6 août 523.Son fils est devenu pape sous le nom de Silvère.

  • le 20 juillet 911 (date incertaine) : traité de Saint-Clair-sur-Epte.

Alors que depuis un siècle les Normands vainquent tous leurs adversaires et occupent une partie de la Neustrie, ils subissent une défaite près de Chartres face à Charles le Simple. Cela permet au Roi d'affirmer son pouvoir et d'ouvrir des négociations avec les «envahisseurs». Il en résulte la création d'un nouveau duché : la Normandie. Le normand Rollon obtient le pouvoir sur cette région en échange de la reconnaissance du Roi de France, dont il dépend. Il promet aussi de se convertir au catholicisme. Dotés d'un territoire qui recouvre approximativement l'actuelle Haute-Normandie, les Normands se francisent peu à peu et étendent leurs frontières rapidement.

  • le 20 juillet 1031 : mort de Robert II le Pieux.

Le Roi de France Robert II Le Pieux meurt à Melun à 61 ans. Il est le second Roi de la dynastie capétienne, après son père Hugues Capet. Son règne dure 35 ans, et voit l'annexion de la Bourgogne. Robert II est inhumé à côté de son père, devant l'autel de la Trinité de la basilique Saint-Denis. C'est son fils, Henri Ier qui lui succède. Voir les chroniques du 27 mars et du 25 décembre.

  • le 20 juillet 1214 : l'armée coalisée parvient à Valenciennes.

Dans 7 jours elle sera écrasée par les Français à Bouvines.

  • le 20 juillet 1369 : naissance du « Bienheureux » Pierre de Luxembourg, cardinal français.

 

La vie de cet évêque français mérite qu'on s'y arrête. Elle est caractéristique de la difficulté de savoir où était l'autorité du siège de Pierre pendant le grand schisme d'Occident; on y voit que si « tout ce que lie l'Eglise sur la Terre sera lié dans les Cieux », cela n'empêche pas le Bon Dieu d'avoir un autre jugement que l'Eglise sur certain points. La charité et la sainteté individuelles surpassent la politique interne de l'Eglise à ses yeux.

Sinon comment expliquer l'abondance de miracles sur le tombeau de ce saint évêque ?

Il est le fils de Guy de Luxembourg, comte de Ligny-en-Barrois et de Mahaut de Châtillon, comtesse de Saint-Pol, une puissante famille qui donne des rois à la Bohême et des empereurs au Saint Empire germanique. Né en 1369, envoyé en otage à la place de son frère en Angleterre, il perd ses parents à l'âge de 10 ans, et est élevé par sa tante, la comtesse d'Orgières, qui l'envoie étudier à Paris. Pieux et mystique, il se confesse tous les jours ; charitable envers les pauvres et pacificateur dans une université turbulente, il devient chanoine de Paris en 1379, puis évêque de Metz à l'âge de 15 ans. C'est l'antipape Clément VII, soutenu par le clergé messin pendant le Grand Schisme d'Occident, qui le nomme. Nommé cardinal-évêque d'Avignon en 1386, il meurt l'année suivante épuisé par ses mortifications.

Ce saint cardinal distribue largement des aumônes aux pauvres. On dit rapidement qu'il est gratifié d'extases, où le Christ lui apparaîtrait. Sur l'emplacement de la plus célèbre d'entre elles, à Chateauneuf-du-Pape, une chapelle est édifiée.

Gisant du Bienheureux Pierre de Luxembourg l'église St Didier à Avignon.

Dès son décès, il fait l'objet d'une vénération populaire extraordinaire. Selon ses volontés, il est enterré dans le cimetière des pauvres d'Avignon. La foule est si importante que la cérémonie tourne à l'émeute. Mais les miracles se multiplient sur sa tombe. Et dès le 7 juillet, le pape ordonne que ces événements soient consignés par écrit. Début octobre 1687, on compte déjà "1964 miracles dont 13 résurrections".

En 1389, une chapelle est édifiée à l'emplacement de sa tombe par la reine de Sicile ; le Roi de France et le chapitre de Notre-Dame de Paris demandent un procès en canonisation qui s'ouvre à Avignon en 1390 mais, interrompu en 1397 par le décès de Clément VII et n'est jamais achevé. Car le saint est trop lié au schisme d'Avignon. Rome consent seulement à le béatifier le 9 avril 1527. Jusqu'à la révolution son culte est très vivant à Avignon mais aussi à Chateauneuf-du-Pape, villes dont il est le saint patron. Sa fête est le 2 juillet.

  • le 20 juillet 1524 : décès de Claude de France.

Claude de France, fille du Roi Louis XII de France et de la Duchesse Anne de Bretagne, et épouse du Roi François Ier, décède à Blois. Elle est devenue Duchesse de Bretagne en 1514, reine de France l'année suivante. En huit ans elle donne huit enfants au Roi ; la neuvième grossesse a raison de sa santé, elle décède en couche. C'est la dernière Duchesse en titre de Bretagne. Les deux nations sont ensuite définitivement réunies.

  • les 20-21 septembre 1697 : signature du Traité de Ryswick.


Le Traité de Ryswick est signé dans la petite ville de Rijswijk, située dans faubourgs de La Haye. Il met fin à la Guerre de la ligue d'Augsbourg entre le Roi Louis XIV et la Grande Alliance. Louis XIV accepte de reconnaître Guillaume d'Orange-Nassau comme roi d'Angleterre, sous le nom de Guillaume III. Le traité reconnaît à la France ses conquêtes de la Baie d'Hudson au Canada ; France récupère par ailleurs Terre-Neuve et une partie de l'Acadie. L'île d'Haïti est partagée entre la France et l'Espagne. Louis XIV,en échange, rend la plus grande partie des Pays-Bas espagnols à Charles II d'Espagne.

  • le 20 juillet 1903 : décès du pape Léon XIII.

Léon XIII a succédé au pape Pie IX, le 20 février 1878, et il règne jusqu'à sa mort. Voir la chronique du 20 février pour son influence politique en France.

« Léon XIII meurt à 93 ans. Quelques jours avant de disparaître, il a accordé une audience à Jules Méline, l'ancien président du Conseil. « Je me suis rattaché sincèrement à la République, lui a dit le pape, et cela n'a pas empêché le gouvernement actuel de méconnaître mes sentiments et de n'en tenir aucun compte. Il a déchaîné une guerre religieuse que je déplore, et qui fait encore plus de mal à la France qu'à la religion. » À Notre-Dame de Paris, une messe solennelle est célébrée pour le repos de l'âme du Souverain Pontife, en présence du corps diplomatique et des autorités civiles. Parmi les places officielles, un seul siège reste vide : celui d'Émile Combes. »

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sévillia (éditions Perrin page 87)

  • le 20 juillet 1906 : Alfred Dreyfus est réintégré dans l'armée avec le grade de chef d'escadron.
  • le 20 juillet 1934: le brevet du radar est déposé.


Le radar du Normandie (1935)

En 1934, des essais sur des systèmes de détection par radio sont menés par MM Ponte et C. Gutton, inventeurs français, ingénieurs à la Compagnie générale de Télégraphie sans fil. Ils déposent une demande de brevet et l'année suivante leur système, utilisant des antennes paraboliques, est monté sur le paquebot Normandie.


C’est arrivé un 19 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 19 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Ambroise Autpert, moine  († 784)

Ambroise Autpert, né en Provence, dans une bonne famille, - selon son biographe Tardif Jean - vécut à la cour du Roi franc Pépin le Bref où, en plus de sa charge d'officier, il exerça également d'une certaine façon celle de précepteur du futur empereur Charlemagne.

Probablement à la suite du Pape Etienne II, qui en 753-54 s'était rendu à la cour franque, Autpert vint en Italie et eut l'occasion de visiter la célèbre abbaye bénédictine Saint-Vincent, à la source du Volturne, dans le duché de Bénévent. Fondée au début de ce siècle par les trois frères du Bénévent Paldone, Tatone et Tasone, l'abbaye était connue comme une oasis de culture classique et chrétienne.

Peu après sa visite, Ambroise Autpert décida d'embrasser la vie religieuse et il entra dans ce monastère, où il put se former de façon adaptée, en particulier dans le domaine de la théologie et de la spiritualité, selon la tradition des Pères.

Autour de l'année 761, il fut ordonné prêtre et, le 4 octobre 777, il fut élu abbé avec le soutien des moines francs, tandis que les moines lombards s'opposaient à lui, soutenant le lombard Potone. La tension à caractère nationaliste ne se calma pas pendant les mois qui suivirent, de sorte que l'année suivante, en 778, Autpert décida de donner sa démission et de se retirer avec quelques moines francs à Spolète, où il pouvait compter sur la protection de Charlemagne. Mais malgré cela, la divergence dans le monastère Saint-Vincent ne fut pas aplanie et quelques années plus tard, quand à la mort de l'abbé qui avait succédé à Aupert fut précisément nommé Potone (782), le conflit reprit avec vigueur et l'on arriva à la dénonciation du nouvel abbé auprès de Charlemagne. Celui-ci renvoya les adversaires devant le tribunal du Pape, qui les convoqua à Rome. Il appela également Autpert comme témoin, mais celui-ci mourut de manière inattendue pendant le voyage, peut-être assassiné, le 30 janvier 784.

  • Bse Stilla, vierge consacrée  († XIIe s.)

Au monastère de Marienburg en Franconie, au XIIe siècle, la bienheureuse Stilla, vierge consacrée, qui fut inhumée dans l'église qu'elle avait fondée.

  • le 19 juillet 64 : un feu éclate près du "Circus Maximus" et ravage Rome.

Il dure une semaine. Les Chrétiens sont accusés et persécutés. Néron dans sa folie a choisi ce moyen pour reconstruire la ville. Voir la chronique du 25 juillet.

  • le 19 juillet 514 : le pape saint Symmaque meurt à Rome.
  • le 19 juillet 1450 : mort de François Ier de Bretagne, dit «le Bien-Aimé», duc de Bretagne, de 1442 à 1450.
  • le 19 juillet 1545 : le navire amiral de la Navy coule au cours d'un combat contre la Royale.

Le navire de guerre Mary Rose, vaisseau amiral de la flotte anglaise, coule dans la rade de Portsmouth sous les yeux du roi Henri VIII, lors d'un combat avec les Français.

  • le 19 juillet 1629 : première Capitulation de la ville de Québec.

Après avoir brillamment résisté à un premier assaut des frères Kirke, au cours de l'hiver 1628, alors qu'il était en large infériorité numérique, Champlain doit de nouveau affronter ces « Français reniés » que sont les deux frères Kirke, huguenots vendus à l'Angleterre et qui luttent à mort contre leur propre patrie la France. Sans vivres et sans renfort, Champlain capitule. Mais ce n'est que le 22 juillet, que les Anglais entrent dans le fort.

Fait prisonnier Champlain est emmené en Angleterre, où il apprend, en octobre, que la guerre entre la France et l'Angleterre s'est terminée en juillet 1629, soit trois mois après le moment de la reddition de Québec. La prise de la colonie est donc illégale et l'Angleterre doit la rendre à la France. En 1632, par le traité de St-Germain en Laye, Québec et toutes les terres d'Acadie occupées de la Nouvelle-France par les Anglais sont donc rendus à la France et Champlain revient à Québec en 1632." Dès le traité signé les Français montent des expéditions de ravitaillement et de transport pour recouvrer Québec.

  • le 19 juillet 1744 : bataille de Pierrelongue.

Remportée par les Français du Bailli de Givri, lieutenant-général, sur une crête près de Bellino, dans les Alpes, cette bataille les oppose aux troupes piémontaises et sardes.

  • le 19 juillet 1793 : d'Elbée généralissime.

Suite à la victoire de Chatillon, (voir la chronique de la veille), le conseil de guerre réuni à Châtillon élit d'Elbée au poste de généralissime. Celui-ci fait aussitôt adopter son plan d'action. Les armées Vendéennes sont regroupées en un seul corps composé de quatre divisions : celle du Haut-Poitou sous les ordres de Lescure, celle d'Anjou sous les ordres de Bonchamps, celle du centre sous les ordres de Royrand et celle du Bas-Poitou sous les ordres de Donnissan. Stofflet devient major général, alors que Charette a une fois de plus été mis de côté.

Le 14 août D'Elbée décide de prendre Luçon, aux mains du général Tuncq. La ville a déjà tenu en échec deux fois la Grande Armée Catholique, il fait pour l'occasion appel à Charette et à ses 6000 maraîchins. Les Vendéens se concentrent à Sainte-Hermine, où l'ambiance est tendue entre le chef maraîchin et les généraux de la grande armée. Encore une fois, comme à Nantes, l'attaque des trois colonnes Vendéennes n'est pas synchronisée. La Rochejaquelein arrive trop tard alors que la débandade a déjà commencé; il ne peut rien faire. Charrette trop avancé est obligé de se replier, mais il garde le contrôle de ses hommes, dont le feu nourri freine les Bleus protégeant ainsi la déroute des Vendéens. Voir les chroniques des 30 juin et 18 juillet.

  • le 19 juillet 1799 (selon le calendrier julien en vigueur en Russie, c'est à dire au 1er août 1799 pour la France) : naissance de la comtesse de Ségur, Sophie Rostopchine, écrivain français.

Après la disgrâce de son père par le tsar, Sophie Rostopchine et sa famille s'installent à Paris. Marié au comte d'Eugène de Ségur en 1819, elle ne commence à écrire qu'à l'âge de 58 ans. Ses livres sont destinés aux enfants et à leur éducation. En 1866, elle entre dans le Tiers-Ordre franciscain. Elle meurt parmi ses enfants en 1875.

  • le 19 juillet 1870 : la France déclare la guerre à la Prusse.
  • le 19 juillet 1900 : la première ligne de métro parisien, entre Vincennes et la porte Maillot, est inaugurée.
  • le 19 juillet 1903 : fin du premier tour de France.

Commencée le 1er juillet, c'est la plus grande course cycliste jamais organisée en France qui arrive à Paris. La victoire revient à un français Maurice Garin, surnommé "Le ramoneur". Sur les 60 concurrents présents au départ, seuls 20 arrivent jusqu'à Paris.

  • le 19 juillet 1941 : droit de vote des femmes.

Le gouvernement du maréchal Pétain prévoit d'inscrire dans la constitution le droit de vote des femmes. Les articles 99 et 166, du premier projet de Constitution qu'approuve le maréchal, spécifient : « Tous les Français et Françaises âgés de 22 ans, non naturalisés, possèdent le droit de vote dans les conditions fixées par la loi. La loi organise le vote familial. […] Les électeurs des deux sexes élisent dans le cadre de la commune le Conseil municipal, de manière à assurer, en même temps que la représentation de la population, celle de la famille, de la profession et des élites locales ».

  • le 19 juillet 1949 : la Convention franco-laotienne.

Elle consacre l'indépendance du Laos, qui devient un Etat associé au sein de l'Union Française (avec le Cambodge et le Vietnam), et est signée à Paris.

  • le 19 juillet 1961 : début de violents affrontements autour de la base française de Bizerte.
  • le 19 juillet 2007 : l'ancien maire de Paris Chirac est entendu par les juges comme témoin assisté dans l'affaire des emplois fictifs du RPR.

C’est arrivé un 18 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 18 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Arnoul, évêque de Metz († 640)

À Metz, en 640, saint Arnoul, évêque, qui fut conseiller de Dagobert, roi d'Austrasie, et, après avoir déposé sa charge, mena dans les Vosges une vie d'ermite.

  • Bx Jean-Baptiste de Bruxelles, prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jean-Baptiste de Bruxelles, prêtre de Limoges et martyr. Sous la Révolution française, en raison de son sacerdoce, malgré son âge et ses infirmités, il fut détenu dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier, et y mourut du scorbut

  • le 18 juillet 1100 : décès de Godefroy de Bouillon, premier roi chrétien de Jérusalem.

Voir la chronique du 14 juillet.

  • le 18 juillet 1216 : élection du pape Honorius III.
  • le 18 juillet 1270 : débarquement de l'armée royale et de Saint Louis sur les plages de Carthage, début de la huitième croisade.
  • le 18 juillet 1323 : canonisation de saint Thomas d'Aquin par le pape Jean XXII.

Voir la chronique du 7 mars.

  • le 18 juillet 1721 : décès d'Antoine Watteau, peintre français.

Pèlerinage à l'île de Cythère.

Antoine Watteau représente souvent le théâtre dans ses tableaux, que ce soit à travers les rideaux lourds ou les thèmes. Ses tableaux les plus célèbres sont Pierrot, Pèlerinage à l'île de Cythère.

  • le 18 juillet 1809 : Napoléon écrit à Fouché :

"Je suis fâché qu'on ait arrêté le Pape ; c'est une grande folie... Mais enfin, il n'y a point de remède ; ce qui est fait est fait".

Pourquoi ne pas l'avoir libéré immédiatement alors?

  • le 18 juillet 1830 : apparitions de Notre Dame à Sainte Catherine Labouré en la chapelle Notre-Dame-de-la-Médaille-miraculeuse de la rue du Bac.

De juillet à décembre 1830 sœur Catherine, jeune "novice" des Filles de la Charité, reçoit l'immense faveur de s'entretenir trois fois avec la Vierge Marie. Catherine Labouré raconte que ce jour en la Saint-Vincent, elle est réveillée par un petit enfant qui lui dit :

« Ma sœur, tout le monde dort bien ; venez à la chapelle ; la Sainte Vierge vous attend. »

Croyant rêver, Catherine se lève, s'habille et suit l'enfant « portant des rayons de clarté partout où il passait ». Arrivée à la chapelle, Catherine entend bientôt « comme le froufrou d'une robe de soie ». La Sainte Vierge est là, resplendissante, et lui parle pendant deux heures, lui confiant que Dieu a une difficile mission pour elle.

« Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur.»

Cf. les chroniques du 6 juin et du 27 novembre.

  • le 18 juillet 1870 : le Concile de Vatican I définit le dogme de l'infaillibilité pontificale.

Le pape Pie IX

Le 1er concile œcuménique du Vatican se tient du 8 décembre 1869 au 20 octobre 1870. Convoqué par Pie IX, il condamne le modernisme et définit l'infaillibilité pontificale ; mais il est interrompu, quand les troupes italiennes envahissent Rome. Suspendu sine die, il n'est jamais re-convoqué. Le 18 juillet 1870, Pie IX peut malgré tout définir que le double dogme de la primauté universelle de droit divin et l'infaillibilité pontificale étaient des vérités de foi divinement révélées.

  • le 18 juillet 1918 : offensive alliée lors de la seconde bataille de la Marne.

La seconde bataille de la Marne se déroule principalement du 15 au 20 juillet 1918. La plus grande offensive allemande de la Première Guerre mondiale au cours de la deuxième bataille de la Marne est stoppée par une contre-offensive alliée. Mais qui se rappelle que le généralissime Foch, en présence de tout son Etat-major a consacré, le 9 juillet précédent, les armées françaises et alliées au Sacré Cœur de Jésus ! Ce même jour, ils entament une neuvaine qui s'achève justement le 18 juillet, date du début de l'offensive donnant la victoire finale à la France et aux alliés.

Le 7 août tout le territoire est aux mains des alliés. Voir les chroniques du 20, du 26 mars, du 9, du 15 et du 18 juillet.


C’est arrivé un 17 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 17 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Théodose, évêque d'Auxerre († VIe s.)

À Auxerre, au VIe siècle, saint Théodose, évêque

  • BBses Thérèse de St-Augustin et 15 compagnes, martyres, Carmélites de Compiègne († 1794)

En 1790, il y avait 21 sœurs au Carmel de Compiègne dont la plus âgée avait 75 ans et la plus jeune, 26 ans. Chassées de leur Carmel en 1792, elles s'installèrent dans 3 maisons voisines.

Lors d'une perquisition des révolutionnaires, ceux-ci trouvèrent des images du Sacré-Cœur (emblème vendéen et royaliste) ainsi que des lettres destinées à des prêtres réfractaires. Arrêtées, elles furent escortées jusqu'à Paris et là, jugées sommairement et guillotinées, sur la Place du Trône (aujourd'hui, Place de la Nation), le 16 juillet 1794.

En montant sur l'échafaud, elles chantaient le « Veni Creator Spiritus» et la mère supérieure donna la bénédiction à chacune avant d'être elle-même guillotinée. Seule une sœur en réchappa, absente le jour de l'arrestation, et publia un récit en 1836, basé sur de nombreux témoignages.

Noms, dates et lieux de naissances des seize Martyres :

 1 -  Mère Thérèse de St. Augustin : Madeleine-Claudine Lidoine, 1752, Paris, St Sulpice
 2 -  Sœur Saint Louis : Marie-Anne-Françoise Brideau, 1751, Belfort
 3 -  Sœur de Jésus Crucifié : Marie-Amie Piedcourt,1715, Paris, St. Innocents
 4 -  Sœur Charlotte de la Résurrection : Anne-Marie-Madeleine-Françoise Thouret, 1715, Mouy (Oise)
 5 -  Sœur Euphrasie de l'Immaculée Conception : Marie-Claude-Cyprienne Brard, 1736, Bourth (Eure)
 6 -  Mère Henriette de Jésus : Marie-Françoise de Croissy, 1745, Paris, St. Roch
 7 -  Soeur Thérèse du Cœur de Marie : Marie-Anne Hanisset, 1742, Reims
 8 -  Sœur Thérèse de St. Ignace : Marie-Gabrielle Trézel, 1743, Compiègne, St. Jacques
 9 -  Sœur Julie-Louise de Jésus : Rose Crétien de Neuville, 1741, Évreux (Eure)
10 - Sœur Marie-Henriette de la Providence : Anne Pelras, 1760 Cajarc (Lot)
11 - Sœur Constance de Jésus : Marie-Geneviêve Meunier, 1765, St. Denis
12 - Sœur Marie du Saint-Ésprit : Angélique Roussel, 1742, Fresne-Mazancourt (Somme)
13 - Sœur Ste Marthe : Marie Dufour, 1741, Bannes (Sarthe)
14 - Sœur St. François-Xavier : Elisabeth-Juliue Verolot, 1764, Lignières (Aube)
15 - Sœur Catherine : Marie-Anne Soiron, 1742, Compiègne, St. Jacques
16 - Sœur Thérèse : Marie-Thérêse Soiron, 1748, Compiègne, St. Jacques

Le seize Martyres de Compiègne furent béatifiées le 13 mai 1906 par saint Pie X.

  • le 17 juillet : saintes catholiques du jour, les Carmélites de Compiègne.

Seize martyres sont guillotinées place du Trône à Paris, le 17 juillet 1794 en haine de la foi catholique. Elles sont conduites par leur supérieure, mère Thérèse de Saint-Augustin, quittent la prison et prennent le chemin de la guillotine en chantant des cantiques tout au long du parcours, le Miserere, le Salve Regina, le Te Deum, prononcent le renouvellement de leurs vœux et chantent le Veni Creator.

Les chants des religieuses, durant leur parcours jusqu'à la guillotine et en gravissant l'échafaud, impressionnent fortement la foule qui assiste en silence à leur exécution.

Leurs corps et leurs têtes sont jetés de nuit dans l'une des deux fosses communes du cimetière de Picpus. Les dépouilles se trouvent encore dans le jardin des religieuses.

  • le 17 juillet 561 : élection du pape Jean III.
  • le 17 juillet 855 : mort du pape Léon IV.
  • le 17 juillet 1048 : Damase II est nommé pape.

Damase II (Poppon de Brixen) est pape pendant 23 jours, du 17 juillet au 9 août 1048. Il meurt à Palestrina en Italie, probablement de la malaria. Il est élevé au trône pontifical par l'empereur Henri III du Saint-Empire, sans avoir été élu.

 

  • le 17 juillet  1429 : sacre de Charles VII en la cathédrale de Reims.

Après la triple donation du Royaume de France faite devant notaire, le 21 juin 1429 (voir la chronique du jour), qui fait de Jésus Christ le Roi de France, et de Charles VII le lieutenant de Dieu en France (étymologiquement le Tenant lieu de…), il reste un acte indispensable à réaliser : le sacre. C'est le moment où la personne du Roi devient Sacrée, où il reçoit les grâces de son nouvel état. Par le sacre, le Roi renouvelle en sa personne le pacte de Reims de la Noel 496.

L'évêque prononce les paroles : « Je te sacre Roi de France au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. »

Sainte Jeanne d'Arc se jette alors aux pieds du Roi et s'écrie :

« Gentil Prince, maintenant est exécuté le plaisir de Dieu, qui voulait que vous vinssiez à Reims pour y recevoir votre digne Sacre, montrant que vous êtes le vrai Roi et celui auquel le Royaume doit appartenir ! »

Pour Geneviève Esquier, dans Ceux qui croyaient au Ciel de (Ed. de l'Escalade) page 180 : Désormais la vocation spirituelle et temporelle de la nation des Francs renaît officiellement.

Sacre à Reims de Charles VII, par Lenepveu, Panthéon de Paris.

Voir les chroniques du 22 février, du 21 juin sur la triple Donation du Royaume de France et du 22 juillet.

  • le 17 juillet  1429 : lettre de la Pucelle au Duc de Bourgogne.

Le 17 juillet 1429, Charles VII est sacré Roi de France à Reims, selon la volonté de Dieu. Le jour même, Jeanne écrit au duc de bourgogne pour lui demander de faire la paix :

† Jhesus Maria.

  « Hault et redoubté prince, duc de Bourgoingne, Jehanne la Pucelle vous requiert de par le Roy du ciel, mon droicturier et souverain seigneur, que le roy de France et vous, faciez bonne paix ferme, qui dure longuement. Pardonnez l'un à l'autre de bon cuer, entièrement, ainsi que doivent faire loyaulxchrestians; et s'il vous plaist à guerroier, si alez sur les Sarrazins. Prince de Bourgoingne, je vous prie, supplie et requiers tant humblement que requerir vous puis, que ne guerroiez plus ou saint royaume de France, et faictes retraire incontinent et briefmentvoz gens qui sont en aucunes places et forteresses dudit saint royaume; et de la part du gentil roy de France, il est prest de faire paix à vous, sauve son honneur, s'il ne tient en vous. Et vous faiz à savoir de par le Roy du ciel, mon droicturier et souverain seigneur, pour vostre bien et pour vostre honneur et sur voz vie, que vous n'y gaignerez point bataille à rencontre des loyaulx François, et que tous ceulx qui guerroient oudit saint royaume de France, guerroient contre le royJhesus, roy du ciel et de tout le monde, mon droicturier et souverain seigneur. Et vous prie et requiers à jointes mains, que ne faictes nulle bataille ne neguerroiez contre nous, vous, voz gens ou subgiez ; et croiezseurement que, quelque nombre de gens que amenez contre nous, qu'ilz n'y gaigneront mie, et sera grant pitié de la grant bataille et du sang qui y sera respendu de ceulx qui y vendront contre nous, Et a trois sepmaines que je vous avoyeescript et envoié bonnes lettres par unghérault, que feussiez au sacre du roy qui, aujourd'hui dimenche XVIIe jour de ce présent mois de juillet, ce (se) fait en la cité de Reims : dont je n'ay eu point de response, ne n'ouy oncques puis nouvelles dudit hérault. A Dieu vous commens et soit garde de vous, s'il lui plaist; et prie Dieu qu'il y mecte bonne pais. Escript audit lieu de Reims, ledit XVIIe jour de juillet. »

  Sur l'adresse : « Au duc de Bourgoingne. » (Procès, t. V, p. 126). L'original est encore aux archives de Lille.

Jeanne repart vers la Charité-sur-Loire, Melun, Soisson et Compiègne. Sa mission est terminée, elle a sauvé la France, lui a rendu son Roi, elle a consacré la mission divine de la France, elle a sauvé la chrétienté en empêchant le protestantisme anglais, qui doit sévir au siècle suivant, de détruire l'Eglise, elle a proclamé la royauté universelle du Christ. A la mission de Jeanne, il ne manque encore qu'une chose : l'auréole du martyre.

Le parti anglais réplique la même année en faisant sacrer, à Notre Dame de Paris, le jeune Henri VI de Lancastre de sept ans, roi de France et d'Angleterre.

  • le 17 juillet 1453 : victoire de Castillon, fin de la guerre de 100 ans.

L'armée française de Charles VII remporte une victoire décisive sur les Anglais dans le village de Castillon, en Gironde. Cette bataille marque la fin de la Guerre de Cent Ans, car toute l'Aquitaine revient à la couronne de France. La reconquête de la région aquitaine est complète quand le Roi de France s'empare de Bordeaux, le 19 octobre. Les Anglais sont alors définitivement boutés hors du Royaume. John Talbot, connu pour avoir repris la ville de Bordeaux en 1452, alors qu'un traité avait été signé entre les deux pays, meurt au cours des combats.

Après Castillon, les Anglais ne conservent que le port de Calais. Si cette victoire marque bel et bien la fin de la puissance anglaise en France, il faut attendre le Traité de Picquigny signé entre Louis XI et Édouard IV pour régler politiquement le vieux conflit.

  • le 17 juillet 1765 : instauration de la fête du Sacré-Cœur dans tous les diocèses de France.

La reine Marie Leckzinska suggère, en 1751, l'adoration perpétuelle du Sacré-Coeur dans le Saint Sacrement. Elle obtient du pape Clément XIII, la fête du Sacré-Coeur dans tous les diocèses de France le 17 juillet 1765. Une lettre de la Mère Marie-Hélène Coing, supérieure de la visitation de Paray-le-Monial, adressée le 17 mars 1744 relance le message de 1689. Louis XV reste sourd au message, mais son fils le Dauphin Louis fait dédier, dans l'église du Château de Versailles, en 1773, une chapelle au Cœur de Jésus dans la tradition eudiste à laquelle la famille royale participe.

  • le 17 juillet 1791 : massacre du Champ de Mars.

Les émeutiers se rassemblent au Champ-de-Mars, afin de faire signer une nouvelle pétition pour priver le Roi de ses pouvoirs. Aussitôt, l'Assemblée réagit et, sous le commandement de La Fayette, la Garde nationale ouvre le feu. Environ cinquante personnes sont tuées.

  • le 17 juillet 1918 : le tsar Nicolas II, sa famille et 4 fidèles sont assassinés.

La famille impériale russe, le tsar Nicolas II, la tsarine Alexandra, les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria et Anastasia, le tsarévitch Alexis et plusieurs domestiques demeurés à leur service, sont assassinés à Ekaterineburg.

Bien que cela ne concerne pas l'histoire de France, cet assassinat a été commis en haine de la foi et de toute autorité. C'est dans le même esprit que la famille royale de France a été assassinée en 1793.


C’est arrivé un 16 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, RerumNovarum

Alors rappelons-nous :

  • le 16 juillet : saints du jour français ou en France.
    • BBses Marie-Rose de Gordon et 6 compagnes, religieuses et martyres († 1794)

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s'organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d'entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;
le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;
le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;
le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d'Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d'Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;
le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit ( Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753). 
le 13 juillet : Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l'Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;
le 16 juilletSœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;
le 20 juillet : Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;
le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

Elles montèrent toutes joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l'Aygues, et une chap elle y fut bâtie en 1832.

Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le 10 mai 1925.

 

  • BBx Nicolas Savouret et Claude Béguignot, martyrs († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les bienheureux Nicolas Savouret et Claude Béguignot, prêtres et martyrs. Le premier, cordelier à Moulins, le second, chartreux près de Rouen, ils furent arrêtés sous la Révolution française, en raison de leur sacerdoce, déportés dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier et y moururent de maladie.

Ste Marie-Madeleine Postel, vierge († 1846)

À Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie, l'an 1846, sainte Marie-Madeleine Postel, vierge. Sous la Révolution française, alors que les prêtres étaient exilés ou pourchassés, elle apporta toute son aide aux malades et aux fidèles et, quand la paix fut rendue à l'Église, elle fonda et dirigea, dans une pauvreté extrême, la Congrégation des « Filles de la Miséricorde », pour l'éducation chrétienne des jeunes filles pauvres.

 

  • le 16 juillet : fête de Notre Dame du Mont Carmel.

La fête liturgique solennelle de Notre-Dame du Mont-Carmel est probablement célébrée la première fois en Angleterre. Le but est de rendre grâces à Marie, la patronne de l'Ordre du Carmel, pour les avantages et la protection qu'elle avait accordés à l'ordre durant ses débuts difficiles.

  • le 16 juillet 1054 : le cardinal Humbert, légat du pape Léon IX, dépose sur l'autel de la basilique Sainte Sophie, la bulle d'excommunication, le grand schisme d'Orient est consommé

Outre le filioque du Credo, tous les prétextes sont bons aux Byzantins pour condamner Rome et lui reprocher d'avoir sacré un empereur le jour de Noël 800, en la personne de Charlemagne. Viennent ensuite « l'autocéphalie » où Byzance revendique l'égalité de Siège avec Rome, les disputes sur le pain levé, le pain azyme, le port de la barbe. Voir le Précis de l'Histoire de l'Eglise de Renée Casin aux éditions Résiac.

  • le 16 juillet 1216 : décès du pape Innocent III.

Giovanni Lotario de Segni est élu pape le 8 janvier 1198 sous le nom de Innocent III, à l'âge de 37 ans. C'est lui qui affirme l'indépendance et la suprématie du Saint-Siège par rapport aux souverains. Il distingue la pleine souveraineté (autoritas) que seul le pape détient, de la puissance politique (potestas) que les souverains reçoivent directement de Dieu.

La primauté romaine est d'origine divine, le Christ ayant conféré à saint Pierre la plénitude du pouvoir. Toutes les Églises nationales sont donc subordonnées au Saint-Siège qui les contrôle par ses légats. Il interdit tout mauvais traitement contre les Juifs de Rome, mais proscrit aussi toutes relations amicales avec eux.

  • le 16 juillet 1212 : bataille de Las Navas de Tolosa.

Les royaumes chrétiens d'Espagne remportent une victoire majeure sur les musulmans almohades en Andalousie, lors de la bataille de Las Navas de Tolosa. Près de 60 000 soldats arabes trouvent la mort dans les combats. Pour les catholiques, cette éclatante victoire marque une grande progression dans la reconquête de l'Espagne occupée par les musulmans depuis le VIIIème siècle.

  • le 16 juillet 1251 : apparitions de Notre Dame à saint Simon Stock.

La Sainte Vierge lui donne le scapulaire du mont Carmel avec comme promesse :

« Recevez, mon fils bien-aimé, ce scapulaire pour mon Ordre, c'est le signe particulier de ma faveur, que j'ai obtenu pour toi et pour mes fils du Mont-Carmel. Celui qui meurt revêtu de cet habit sera préservé du feu éternel »

Le privilège le plus considérable accordé à la Confrérie du Mont-Carmel, après celui que Marie fait connaître à saint Simon Stock, est celui qui est révélé au pape Jean XXII : la délivrance du purgatoire, le samedi après leur mort, des confrères du Mont-Carmel qui auront été fidèles à l'esprit et aux règles de la Confrérie. En dehors de ces deux privilèges, il y a de nombreuses indulgences attachées au scapulaire.

La Vierge remettant le scapulaire à saint Simon Stock. 1644 Avignon, Musée Calvet

  • le 16 juillet 1465 : bataille de Montlhéry.

L'année 1465 voit le déclenchement de la Guerre de la «Ligue du Bien Public» créée par le Duc de Bourgogne Charles «Le Téméraire» et François II de Bretagne, appuyés par d'autres grands du Royaume mécontents de la politique du Roi de France, Louis XI. Si les troupes du Duc de Bourgogne assiège Paris, bien défendue par le Maréchal Roualt, les Bretons de François II tardent ; ils n'ont toujours pas dépassé Châteaudun, au début du mois de juillet. Louis XI décide alors de secourir Paris.

Au cours de la bataille, alors que la victoire française ne fait plus aucun doute, le comte du Maine, oncle du Roi de France, trahit ce dernier et quitte le champ de bataille alors qu'il commandait l'aile gauche royale ; au centre, la vie du Roi est alors dangereusement menacée. Il faut toute l'énergie de sa garde écossaise pour le sauver. Car depuis le renouvellement de la « Auld Alliance » en 1421, les Écossais forment la garde personnelle de Charles VII. Louis XI l'a conservée. Et les Compagnies écossaises continuent à servir les Rois de France jusqu'à la révolution).

Pierre II de Brézé, le fidèle Sénéchal de Normandie qui sert les Valois depuis 1433, commande l'aile droite. Une habile manœuvre lui permet de rapidement prendre le dessus sur les ligueurs. Sans la trahison angevine, la victoire eût été totale. Pierre de Brézé paie son courage de sa vie.Les Bourguignons en fuite, l'ost royal reprend la route de Paris.

Miniature tirée des Chroniques de Montlhéry du temps du Roi Louis XI, rédigées par Philippe de Commynes de 1489 à 1491

  • le 16 juillet 1639 : révolte des va-nu-pieds.

Exaspérée par l'empilement de nouvelles taxes, la population de Normandie s'agite. Lorsque la décision de rétablir la gabelle dans cette région est annoncée, les habitants d'Avranches se rebellent et assassinent un agent du fisc. C'est le début de la révolte des va-nu-pieds qui va secouer la Normandie pendant plusieurs mois, notamment dans les villes d'Avranches, Rouen ou Bayeux. Les violences prennent fin en janvier suivant.

  • le 16 juillet 1691 : mort de Louvois.

François Michel Le Tellier, marquis de Louvois, décède le 16 juillet 1691 à Versailles. Ayant succédé, en 1655,à son père au poste de secrétaire d'Etat de la Guerre, il devient ministre d'Etat en 1672 et remplace Colbert au poste de surintendant des Bâtiments, à la mort de ce dernier. Il s'occupe notamment des travaux au château de Versailles, François Michel Le Tellier de Louvois meurt subitement à Versailles, victime d'un malaise alors qu'il travaille avec Louis XIV.

  • le 16 juillet 1767 : Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal est canonisée par Clément XIII.

Geneviève Esquier, dans Ceux qui croyaient au Ciel (Editions l'Escalade, pages 211 à 219) résume la vie de la sainte, fondatrice de la congrégation de la Visitation, grâce aux conseils d'un autre saint : saint François de Sale.

  • le 16 juillet 1789 : l'émigration commence.

Suite au rappel de Necker ont lieu les premiers départs en émigration : le comte d'Artois, frère de Louis XVI, le prince de Condé, affolés par la tournure que prennent les événements s'exilent. Deux choses sont à souligner : la noblesse, qui ne payait pas d'impôts, car elle s'acquittait de l'impôt du sang en mettant sa vie au service du Roi, trahit le Roi et la couronne de France ; et ce,à commencer par les princes de sang ! De plus, l'histoire officielle parle d'une perte incalculable pour la France due à la révocation de l'Edit de Nantes, sans jamais souligner que l'émigration fut une perte encore plus importante pour le pays.

  • le 16 juillet 1796 : naissance de Jean-Baptiste Corot, peintre français.

Jean-Baptiste Camille Corot commence sa carrière de peintre dans l'atelier d'Achille Etna Michallon, puis auprès de Jean Victor Bertin. Il parcourt la France et peint de nombreux paysages ainsi que des monuments. C'est à partir de 1850, qu'il devient populaire et reconnu. A la fin de sa vie il partage ses biens avec les plus démunis. Il meurt à Paris en 1875.

  • le 16 juillet 1858 : la toute dernière apparition de Notre Dame à Sainte Bernadette.

C'est la dix-huitième apparition. Bernadette ressent le mystérieux appel de la Grotte, mais l'accès à Massabielle est interdit et fermé par une palissade. Elle se rend donc en face, de l'autre côté du Gave... Et elle voit la Vierge Marie, une ultime fois :

"Il me semblait que j'étais devant la grotte, à la même distance que les autres fois, jevoyais seulement la Vierge, jamais je ne l'ai vue aussi belle !".

  • le 16 juillet 1995 : Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de l'État dans les persécutions anti-juives de 1940-1944, lors de la commémoration de la rafle du Vel' d'hiv'

C’est arrivé un 15 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 15 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Gombert, chorévèque († VIII s.)

Au monastère d'Ansbach en Franconie, au VIIIe siècle, saint Gombert, chorévêque, qui établit cette maison religieuse dans sa propriété.

  • Bx Michel-Bernard Marchand, prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Michel-Bernard Marchand, prêtre de Rouen et martyr. Pendant la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut détenu sur un bateau négrier et mourut de maladie.

  • Bse Anne-Marie Javouhey, vierge et fondatrice de la Congrégation : « Sœurs de Saint-Joseph de Cluny » († 1851)

Anne-Marie Javouhey naît à Jallanges (en Bourgogne, France). Dès 15 ans, elle se mit à soigner les malades et à instruire les enfants de son village. Pendant la Révolution, elle aidait les prêtres réfractaires en leur donnant des caches.

À 19 ans, elle veut être religieuse, mais ses essais restant infructueux, elle décida de créer une école à Châlons-sur-Saône avec ses trois sœurs. Dans le même temps, elle fonde une congrégation qu'elle nommera « Sœurs de Saint-Joseph de Cluny ».

Elle établira plusieurs fondations en France mais s'intéressera très vite aux missions et orientera sa congrégation dans ce sens, en faisant ainsi le premier ordre de femmes missionnaires. Elle enverra ses religieuses au Sénégal, en Guyane, dans les Antilles... Là, ses sœurs créeront des écoles et enseigneront aux esclaves, l'agriculture, l'économie, etc. les préparant déjà à leur liberté.

Elle meurt à Paris le 15 juillet 1851 et est béatifiée par le vénérable Pie XII en 1950.

  • le 15 juillet 1024 : intronisation du pape Jean XIX.
  • le 15 juillet 1575 : l'ordre des Oratoriens confirmé par le pape.

L'ordre des Oratoriens, appelé également l'Oratoire de l'amour divin, est fondé par Philippe Néri, à Rome, au XVIe siècle. Il s'agit d'une société de vie apostolique catholique, dont l'objectif est d'œuvrer à la sanctification de ses membres ainsi qu'à celle de son prochain, par l'enseignement et la prédication. Le pape Grégoire XIII érige de manière canonique cet ordre, le 15 juillet 1575 ; dont la règle est approuvée en 1612 par Paul V.

  • le 15 juillet 1588 : édit d'Union entre le Roi Henri III et la sainte Ligue catholique.

Par ce traité, signé à Rouen, le Roi s'engage à respecter les lois fondamentales du Royaume, entre autres la loi de catholicité, qui interdit à un prince non catholique l'accès au trône de France. Henri, duc de Guise, dit le Balafré, lieutenant général des armées du royaume aurait hérité l'héritier du Royaume si le prince de Navarre ne s'était pas converti.

  • le 15 juillet 1620 : Louis XIII reçoit des mains des échevins les clés de la ville et entre solennellement dans Caen.
  • le 15 juillet 1789 : Jean Sylvain Bailly est nommé maire de la Commune de Paris.

Jean Sylvain Bailly, naît le 15 septembre 1736 à Paris et y meurt guillotiné le 12 novembre 1793. C'est un mathématicien, astronome, littérateur et homme politique français. Il est le premier maire de Paris. Appelé à témoigner lors du procès de Marie-Antoinette, il refuse de le faire à charge et dépose en sa faveur, ce qui le conduit à sa perte. C'est aussi lui qui fait tirer sur la foule le 17 juillet 1791, au Champ de Mars.

  • le 15 juillet 1796 : fin de la Guerre de Vendée.

Après l'exécution des derniers généraux de l'armée Royale Catholique, Charette et Stofflet, le Directoire annonce la fin des troubles dans l'ouest. La région, victime d'un génocide, toujours pas reconnu par le régime républicain français, met de nombreuses années à s'en remettre. La tentative de soulèvement en 1800 échoue, car la liberté religieuse est, de fait, reconnue par Paris.

L'holocauste Vendéen, dû à la fin des libertés religieuses, aura fait 117 000 morts/815 000 habitants ; 10 000 maisons détruites sur 50 000 existantes selon Reynald Sécher dans Le génocide franco-français, la Vendée Vengée, 600 000 Français selon une lettre du général Hoche au ministre de l'Intérieur en date du 2 février 1796. Il faut attendre Louis-Philippe pour que se mette en œuvre une nouvelle version de l'histoire, qui devient la version officielle jusqu'à notre époque. On a attendu la disparition du plus grand nombre de témoins pour persuader le bon public que les criminels révolutionnaires étaient des philanthropes. Et comme aujourd'hui, il est impossible de faire disparaître ou d'expliquer le crime, on préfère le nier et le banaliser. Le mémoricide d'aujourd'hui vient achever le génocide.

  • 15 juillet 1801: nouveau Concordat entre l'état français et l'Eglise catholique.

Le Concordat du 16 juillet 1801, négocié par l'abbé Bernier met fin à « une guerre de Géants », expression de Napoléon, qui affirme par ailleurs « qu'il aurait été fier d'être Vendéen ». Avec cet accord, la paix revient en France ; les paysans retrouvent leurs bons prêtres, Bonaparte suspend les levées d'hommes et la chouannerie perd toute assise populaire: il ne lui reste que la solution du putsch ou de l'attentat pour faire disparaître l'usurpateur. Mais Cadoudal est guillotiné le 25 juin 1804, voir la chronique du jour.

Le texte déclare la religion catholique "religion de la grande majorité des citoyens français" et abolit la loi de 1795 séparant l'Église de l'État. En contrepartie, le Saint-Siège reconnaît le Consulat et accepte que les évêques soient nommés par le Premier consul, Napoléon Bonaparte. La signature du Concordat met fin à 10 ans de guerre civile, mais pas aux luttes entre le Vatican et la France. Elle assure le retour de la paix religieuse dans le pays. Le Concordat est promulgué le 8 avril 1802 et Pie VII assiste au sacre de Napoléon en 1804.

  • le 15 juillet 1869 : brevet de la margarine.

Le chimiste français Hippolyte Mège-Mauriés remporte le concours lancé par Napoléon III pour trouver un produit de substitution au beurre. Il dépose le brevet de son invention, faite à partir d'huiles et de graisses végétales. Il a ainsi mis au point l'oléomargarine baptisée simplement "margarine" du nom grec "margaritari" signifiant "perle". La margarine est au départ destinée à la marine française.

  • le 15 juillet 1918 : seconde Victoire de la Marne.

Quatre ans après le miracle de la Marne, commence la seconde bataille de la Marne qui dure du 15 au 20 juillet 1918, et cause 200 000 pertes humaines. Il est indispensable de rappeler que le 9 juillet le Généralissime Foch avec tout son Etat-major a consacré l'armée française et les armées alliées au Sacré-Cœur de Jésus et a entamé une neuvaine qui s'achève le 18 (voir les chroniques de ces deux jours).

Le 21 mars 1918, Ludendorff a déclenché l'Opération Michael contre les forces françaises et britanniques (cf. la chronique du jour). Il s'agit d'une série d'opérations localisées entre la Champagne et les Flandres. Les alliés sont enfoncés partout et Foch, pour combler les brèches, est obligé d'annuler son offensive avec les troupes françaises. Cherchant à atteindre Paris Ludendorff lance une énorme offensive : c'est l'Opération Friedensturm («assaut pour la Paix»).

Les reconnaissances aériennes, qui repèrent les ponts jetés sur la Marne, enlèvent l'effet de surprise aux Allemands. Les Allemands ne percent nulle part ; pire la contre offensive de Foch menée par la Xe Armée française du fougueux général Mangin enfonce le front allemand dès le 18 juillet 1918, sur une ligne de 55 km, allant de Bouresches à Pernant, les généraux Mangin et Degoutte déclenchent une formidable préparation d'artillerie suivie d'attaque de près de 500 chars d'assaut FT-7. A midi les Français ont conquis 10 Km de profondeur sur toute la largeur du front d'attaque.

Le 19 juillet à 4h00, même technique et mêmes résultats ; le 20 tous les Allemands ont repassé la Marne. Château-Thierry est délivrée et 20 000 prisonniers allemands sont capturés ainsi que 400 canons et 3 300 mitrailleuses. 5 000 Français sont tombés. La fin du mois sert à stabiliser le front grâce à divers manœuvres d'envergure. Le 8 août 1918 est jour surnommé « Jour de Deuil dans l'Armée Allemande».


C’est arrivé un 14 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 14 juillet 939 : élection du pape Etienne VIII.
  • le 14 juillet 1077 : dédicace de Bayeux.

Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume Le Conquérant, consacre la nouvelle cathédrale de sa ville. La dédicace est présidée par l'archevêque de Rouen en présence de Guillaume, duc de Normandie et roi d'Angleterre. La tapisserie dite "'de Bayeux" longue de 69 mètres est étendue dans la cathédrale. Elle a été réalisée spécialement entre 1066 et 1077 pour célébrer cet événement.

  • le 14 juillet 1099 : libération de Jérusalem par les premiers croisés.

Partis de France en 1096, à l'appel du pape Urbain II, les Croisés emmenés par Godefroy de Bouillon et le comte de Toulouse, font leur entrée dans Jérusalem. La ville est définitivement conquise le lendemain. Godefroy de Bouillon prend en charge l'administration de la ville au titre d'avoué du Saint-Sépulcre, refusant d'être roi dans la ville où mourut le Christ.

  • le 14 juillet 1223 : mort du Roi Philippe II Auguste.

Le Roi de France s'éteint à Mantes, âgé de 58 ans. Il a souhaité mourir à Paris, mais c'est en faisant route vers la capitale qu'il a rendu l'âme. Son corps est transporté à Saint-Denis, où pour la première fois un nouveau cérémonial est adopté : le Roi repose dans son cercueil à visage découvert, habillé de son manteau royal et coiffé de sa couronne. Son fils Louis VIII lui succède et est sacré le 6 août suivant.

Philippe II Auguste est l'un des plus grands Rois de France de l'époque médiévale. Souverain brave, conscient du prestige sacré de sa couronne, profondément aimé de ses Sujets, courageux et toujours à la tête son armée, il réaffirme l'autorité royale face à ses grands vassaux et autres pays européens.

Né en 1165 à Gonnesse, fils du Roi Louis VII, Philippe Auguste est associé au trône du vivant de son père, comme c'est la coutume depuis Robert II le Pieux ; il est sacré en la Cathédrale de Reims le 1er novembre 1179 et accède au trône l'année suivante. Il mène une prudente mais efficace politique d'agrandissement du Royaume. En 1187, Philippe Auguste répond à l'appel du Pape Grégoire VIII pour la Troisième Croisade. A la mort d'Isabelle de Hainaut, qui lui a donné un fils, Louis, Philippe épouse Ingeburge fille du Roi Knut IV de Danemark. Mais juste après les noces, Philippe la répudie.

Le Roi se remarie en 1196 ; le pape Innocent III demande deux ans plus tard au Roi de France de reprendre Ingeburge. Philippe refuse et Innocent III riposte en jetant l'Interdit sur le Royaume de France en l'an 1200. Ainsi, prêtres et évêques ne peuvent plus donner ni sacrement, ni communion. Les deux souverains se réconcilient lors du Concile de Nesle, le 7 septembre 1200, qui annule l'interdit. Philippe Auguste ne peut faire casser son mariage avec Ingeburge et lui reconnaît son titre de Reine de France ; de son côté, le Souverain Pontife peut juger et sanctionner le Roi de France, quant à ses péchés, sans interférer sur sa politique temporelle.

Le Roi a affermi l'autorité royale ; vers 1200, il crée les Baillis, des représentants de la Couronne, chargés de parcourir le domaine royal pour rendre la justice au nom du Roi ; les Prévôts chargés de maintenir l'ordre et d'empêcher les Seigneurs de se battre entre eux. Le Roi met en place la Quarantaine le Roi, une période de quarante jours durant lesquels ses vassaux ont interdiction de se livrer à des guerres privées féodales. En 1204, Philippe Auguste s'empare de Château-Gaillard, qui contrôle le cours de la Seine, puis de toute la Normandie, en représailles de l'assassinat du Duc de Bretagne, Arthur de Bretagne, par le roi d'Angleterre Jean sans Terre.

En 1212, Ferrand de Flandres, le Comte de Salisbury frère de Jean Sans Terre, Philippe de Courtenay-Namur, Thiébaud de Lorraine, Otton de Brunswick, Rennaud de Dammartin, Henri de Brabant, Guillaume Longue-Epée, ainsi que d'autres seigneurs allemands et flamands unissent leurs forces pour marcher contre le Royaume de France, pendant que Jean Sans Peur rassemble une armée qui débarque dans le Poitou et remonte vers la Loire. Elle est vaincue par le Dauphin Louis, le 2 juillet 1214, à la Roche-aux-Moines.

Au nord, le Roi rassemble tout ce qu'il peut des restes de son Ost. Il sort l'oriflamme de Saint-Denis de la basilique, et part à la rencontre de ses ennemis. Au total, le Roi de France peut compter sur 5 000 à 7 000 hommes en armes, contre près de 9 000 anglo-germano-flamands. La bataille a donc lieu le 27 juillet 1214 à Bouvines. Philippe Auguste combat au milieu de sa Chevalerie. Il est désarçonné, mais est secouru par un écuyer armé d'un fléau.

Bouvines est une éclatante victoire. Rennaud de Dammartin et Ferrand de Flandres sont faits prisonniers. Ferrand, est ramené à Paris dans un charroi monté d'une cage de fer : les Parisiens le surnomme « Ferrand le ferré ». Le Traité de Chinon, de 1215, confirme au Roi de France l'acquisition de l'Anjou et de la Normandie, lui donne Issoudun, Alençon et Bully. Cette année 1214 est l'apogée de son règne et l'année de naissance de son petit-fils, le futur Saint-Louis.

  • le 14 juillet  1411 : Manifeste de Jargeau, les princes d'Orléans demandent justice au Roi pour le meurtre de leur père.

Après le déclenchement d'un conflit ouvert entre les Armagnacs et les Bourguignons en France, le jeune duc d'Orléans Charles Ier réclame justice pour le meurtre de son père Louis Ier.

  • le 14 juillet 1429 : victoire de Jeanne d'Arc à Chalon sur Marne.

La ville ouvre ses portes au futur Roi de France, qui s'avance vers Reims, au milieu de ses ennemis.

  • le 14 juillet 1570 : publication de la bulle Quo Primum qui instaure le rite tridentin.

A Rome, Pie V, par la bulle Quo Primum, instaure le rite tridentin dans la liturgie catholique.

  • le 14 juillet 1602 : naissance de Jules Mazarin, cardinal et homme d'État français.

Voir la chronique du 9 mars.

  • le 14 juillet 1789 : prise de la Bastille.

Après avoir entrepris la révolution au sein des Etats Généraux, le but est de faire croire que la révolution est toute puissante dans la rue pour influencer le Roi à long terme. Il en résulte une capitulation royale avec :

- la dislocation des régiments étrangers,

- le rappel de Necker,

- Louis XVI reçoit la cocarde tricolore, symbole de la municipalité de Paris révolutionnaire illégalement constituée,

- la destruction de l'armature administrative provinciale, car les gouverneurs sont chassés. Napoléon restaurera cette structure administrative avec les préfectures ; mais sans le contrepoids des assemblées provinciales, qui pouvaient accepter ou refuser par vote les décisions centralisatrices de la monarchie.

Après s'être emparés des 30 à 40 000 fusils, de douze pièces de canon et d'un mortier dans l'hôtel de ville, les émeutiers, n'ayant trouvé ni poudre ni balles, en cherchent à la Bastille. Le gouverneur de Launay est sommé de remettre la citadelle aux insurgés. Certains révolutionnaires réussissent à pénétrer dans l'enceinte et de Launay ordonne d'ouvrir le feu. Plus de 80 Parisiens sont tués. En fin d'après-midi le gouverneur capitule, il est tué une heure plus tard. Sept captifs sont libérés, 4 faussaires, 2 fous et 1 libertin ; il n'y a pas de surpopulation carcérale pour un régime qualifié de tyrannique par la république !

Voici une "Méditation" de Jean Madiran, à l'occasion du bicentenaire, tirée de Présent, 16 juin 1989 :

« Qui n'aurait pas célébré le Bicentenaire ? » s'est écrié le président Mitterrand comme s'il croyait que les contestataires auraient tous été guillotinés. Le 14 juillet est « la fête de la République », a-t-il ajouté : c'est vrai, mais tant pis pour elle, si elle se reconnaît dans l'imposture de la Bastille, la sauvagerie des têtes au bout des piques, le déshonneur d'avoir promis la vie sauve pour obtenir traîtreusement la reddition de ceux que l'on allait massacrer … Voyez l'album de Chard, texte et images sur le 14 juillet 1789.

Rocard, à l'unisson, assure que la Révolution de 1789 « a fait le renom de la France ». Avant 1789, la France n'avait donc aucun renom, la France de Louis XIV, la France de saint Louis …

Toutes les voix officielles, politiques, religieuses ou médiatiques, récitent la même légende. Patrick Poivre d'Arvor : « La France a tiré un immense prestige des idées révolutionnaires ».

La vérité, c'est tout le contraire. C'est exactement l'inverse.

L'« immense prestige »de la France est celui qu'elle avait jusqu'en 1789 avant la Révolution. Elle était à tous égard la première nation du monde : la plus riche, la plus nombreuse, la plus puissante, la plus heureuse, la plus influente aussi par les arts et les lettres. Tout l'univers civilisé parlait français : il aurait continué si les « idées révolutionnaires » avaient réellement apporté à la France un surcroît de prestige. On voit le contraire : en France même, l'Institut Pasteur, les médecins et les savants, les aviateurs et les sportifs parlent anglais désormais, pour être compris dans le monde.

Ce n'est pas la Révolution qui a fait le prestige mondial de la France, c'est le prestige de la France qui a répandu les « idées révolutionnaires » dans le monde entier.

La France n'y a rien gagné. Depuis 1789, à travers des hauts et des bas, elle n'a cessé de descendre de son premier rang matériel et moral.

L'Europe n'y a rien gagné non plus. Les « idées révolutionnaires » n'ont cessé de l'abaisser et de la détruire. Comme la France, elle a perdu son premier rang dans le monde. La principale conséquence, la principale mise en œuvre des « idées révolutionnaires », ce fut la Terreur comme système de gouvernement, et la Révolution léniniste de 1917 fille légitime de la Révolution de 1789. D'où l'Europe sournoisement socialo-communiste que l'on nous propose aujourd'hui de construire sur les ruines de l'Europe chrétienne. »

  • le 14 juillet 1790 : fête de la Fédération : le Roi prête serment devant la Constitution.

C'est le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Les célébrations ont lieu à Paris, sur le Champs-de-Mars avec la présence de tous les députés français en provenance des 83 départements. Louis XVI est également convié pour prêter serment à la Nation et à la loi. Talleyrand célèbre la messe, alors qu'il ne croit pas en la présence réelle !

  • le 14 juillet 1793 : mort de Jacques Cathelineau « le Saint de l'Anjou »

A 2 doigts de la victoire, le 29 juin à Nantes, Cathelineau, le « Saint de l'Anjou » meurt le 14 juillet 1793 des suites de ses blessures. Les Vendéens sont en fuite, cette première défaite est malheureusement décisive.

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs note, page 79, ce qu'il recommande à sa femme :

« Élève les enfants, ma chère Louise, dans la crainte de Dieu. Redis-leur souvent que leur père, en prenant les armes, n'a cherché qu'à sauver la religion catholique dans laquelle ils ont été baptisés. J'offre ma vie pour qu'ils puissent grandir dans la paix religieuse en bons chrétiens.»

  • le 14 juillet 1808 : victoire de Bessières à Medina de Rioseco.

Passée dans l'oubli, cette victoire de la Campagne d'Espagne voit s'affronter les forces espagnoles et les Français du Maréchal Jean-Baptiste Bessières.

  • 14 juillet 1889 : message maçonnique d'Albert Pike.

« Ce que nous devons dire au vulgaire, c'est ceci : Nous adorons un Dieu, mais c'est le Dieu qu'on adore sans superstition.

A vous Souverains Grands Instructeurs Généraux, nous disons ceci pour que vous le répétiez aux frères des 32e, 31 et 30 degrés : La religion maçonnique doit être maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne pour nous tous initiés de hauts degrés.

Si Lucifer n'était pas Dieu, est-ce qu'Adonaï [le Dieu des Chrétiens] dont les actes prouvent la cruauté, la perfidie, la haine des hommes, la barbarie et l'aversion pour la science, est-ce qu'Adonaï et ses prêtres le calomnieraient ?

Oui Lucifer est Dieu et malheureusement Adonaï est aussi Dieu. Car la loi éternelle est qu'il n'y a pas de lumière sans ombre, pas de beauté sans laideur, pas de blanc sans noir, car l'Absolu ne peut exister que par deux Dieux, l'obscurité étant nécessaire à la lumière pour lui servir de repoussoir, comme le piédestal est nécessaire à la statue et le frein à la locomotive… La doctrine du satanisme […] est une hérésie, et la véritable et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer, l'égal d'Adonaï : mais Lucifer, le Dieu de la lumière et le Dieu du Bien, lutte pour l'humanité contre Adonaï, le Dieu de l'obscurité et du mal. »

Albert Pike est alors Souverain Grand Commandeur du Rite écossais pour le sud des Etats-Unis. Ce message, à l'intention des Suprêmes Conseils du monde entier a été reproduit par Adolphe Ricoux, pseudonyme de Léo Taxil, dans son ouvrage : L'Existence des loges de femmes, (Téqui, 1891, pages : 67 à 95) sous le titre : « Instructions du Suprême Conseil de Charleston aux 23 Suprêmes Conseils Confédérés. »

François Marie Algoud l'attribue à la revue du The Freemason du 19 janvier 1935,dans son livre Histoire de la perversion de l'intelligence et de mœurs. (Edition de Chiré, page 136).

  • le 14 juillet 1941 : accords de Saint Jean d'Acre.

Voir le 8 juin et le 7 juillet.

  • le 14 juillet 1984 : F. Mitterrand, dans une allocution radiotélévisée, abandonne le projet de loi Savary sur l'enseignement privé.
    • le 14 juillet 1989 : inauguration de la Grande Arche à La Défense.
    • 13 et 14 juillet 1990: loi Marchais-Gayssot, fin de la liberté de la presse en France.

« Signé le 13 par F. Mitterrand et publiée au JO le 14, cette loi marque la fin de la liberté de la presse, telle qu'elle avait été instituée cent dix ans plus tôt, par la loi du 29 juillet 1881. Les lois dites « antiracistes » de 1972 et du jour y ont apporté des modifications draconiennes : elles ont supprimé la liberté d'expression non seulement sur la « race » et le « racisme », mais surtout sur :

1. sur la nation,

2. sur la religion,

3. sur l'histoire de la Seconde guerre mondiale. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 366)


Le génocide vendéen bientôt prouvé par la génétique?

Et si l’étude génétique des populations du grand ouest pouvait prouver le génocide vendéen ? Une équipe de chercheurs planchent sur la question depuis plus d’un an. Explications sur RCF Vendée, avec le Professeur Pierre-Antoine Gourraud, généticien, spécialiste de la sclérose en plaque, professeur des universités, praticien hospitalier à l'université de Nantes, enseignant à la faculté de médecine, directeur d'une équipe de recherche à l'INSERM sur l'immunologie et la transplantation :


C’est arrivé un 13 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 13 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Turiau, évêque et abbé en Bretagne († VIIe ou VIIIe s.)

En Bretagne, au VIIe ou VIIIe siècle, saint Turiau, évêque et abbé du monastère de Dol.

  • BBses Élisabeth Verchière et ses cinq compagnes, religieuses et martyres († 1794)

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s'organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d'entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

  • Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;
  • le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;
  • le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;
  • le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d'Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
  • le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d'Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;
  • le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753). 
  • le 13 juillet: Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchière, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l'Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;
  • le 16 juillet : Sœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;
  • le 20 juillet : Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;
  • le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

Elles montèrent toutes joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l'Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832. Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.

  • Bx Barthélemy Jarrige de la Morélie de Biars, prêtre et martyr († 1794)
  • Bx Louis-Armand Adam, prêtre et martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort en 1794, les bienheureux Louis-Armand Adam et Barthélemy Jarrige de la Morélie de Biars, prêtres et martyrs. Le premier, cordelier du couvent de Rouen, le second, du diocèse de Limoges, ils furent condamnés à cause de leur sacerdoce à être détenus sur un bateau négrier et succombèrent, atteints par une épidémie et victimes de leur charité pour leurs codétenus.

  • le 13 juillet 526 : désignation du pape saint Félix IV

Saint Félix IV est désigné par Théodoric et non pas élu; ce dernier a martyrisé son prédécesseur, Jean Ier. Pape pendant un peu plus de quatre ans. Le roi meurt le mois suivant cette désignation.

  • le 13 juillet 574 : mort du pape Jean III.
  • le 13 juillet 923 : Raoul, duc de Bourgogne est sacré Roi des Francs à l'abbaye Saint-Médard de Soissons.

Voir la chronique du 15 janvier.

  • le 13 juillet 939 : mort du pape Léon VII.
  • le 13 juillet 1380 : mort de Bertrand du Guesclin Connétable de France.

Bertrand Du Guesclin meurt d'une maladie au cours du siège de Châteauneuf-de-Randon.

Ayant entendu dire que le Connétable de France s'apprête à rendre l'âme, le capitaine Anglais de la place de Châteauneuf vient lui-même lui remettre les clés de la ville.

Profondément affecté par la mort de son Connétable, le Roi Charles V lui accorde l'insigne honneur d'être enseveli en la Basilique des Rois de France à Saint-Denis ; honneur partagé dans l'histoire avec Arnault Guilhem de Barbazan et le Maréchal de Turenne.

Il participe à de nombreuses batailles : guerre de Cent Ans, guerre de Succession de Bretagne, première guerre civile de Castille, etc. au service de la Navarre et de la France.

Né en 1320 à La Motte-Broons, en Bretagne, fils de Robert II du Guesclin, vassal du Duc de Bretagne, Bertrand du Guesclin a pour devise : « Le courage donne ce que la beauté refuse ». Elle s'explique par sa laideur, qui lui vaut le surnom de «Dogue Noir de Brocéliande». Dans la Guerre de Succession de Bretagne, Bertrand du Guesclin prend fait et cause pour le camp français contre le parti breton pro-Anglais de Jean de Montfort. Il sert donc d'abord Charles de Blois, cousin du Roi de France, prétendant à la couronne du Duché de Bretagne.

Il soutient le siège de Rennes en 1357. L'un de ses faits d'armes les plus célèbres est la prise de la forteresse du Grand-Fougeray, non loin de Rennes après y avoir pénétré avec plusieurs compagnons déguisés en bûcherons. Efficace et novateur, du Guesclin utilise de nouvelles techniques de combat rompant avec la guerre chevaleresque : pratique la guérilla, coups de mains, embuscades et sièges de forteresses. Le « Dogue Noir de Brocéliande » interdit tout pillage et violence contre les non-combattants, tout en s'assurant que ses hommes soient bien rétribués après les combats.

En 1364, il bat les Anglo-Navarrais à Cocherel ; puis est fait prisonnier à la bataille d'Auray la même année ; une fois libéré par Charles V, contre rançon, il libère le Royaume des grandes compagnies de mercenaires ou écorcheurs, en les menant en Castille pour se placer au service de Henri de Trastamare, alors en guerre contre Pierre le Cruel. Bertrand du Guesclin a porté de nombreux titres : Chevalier de Pontorson, Capitaine de Normandie et du mont Saint-Michel, Seigneur de La Motte-Broons, Duc de Longueville, Chambellan, Connétable de France et Connétable de Castille, roi de Grenade et duc de Molina, etc.

Charles V le Sage, grâce à son Connétable de Bretagne, a récupéré presque toutes les terres françaises prises par Édouard III après le Traité de Brétigny et laisse un Royaume de France unifié et pacifié.

  • le 13 juillet 1789 : émeutes à Paris.

Quarante des cinquante-quatre barrières donnant accès sur Paris sont brûlées sous prétexte de faire baisser le prix des grains et du pain, pillage du couvent Saint-Lazare, pillage du « Garde-Meuble » où sont conservées des armes, mais qui sont anciennes et de collection. Voilà ce que sont quelques unes des actions des émeutiers encore peu nombreux. Les « électeurs » de Paris, c'est-à-dire des bourgeois et en aucun cas le peuple, se réunissent à l'Hôtel de ville de Paris, forment un « comité permanent » et décident de créer une « milice bourgeoise » de 48 000 hommes, portant comme marque distinctive, une cocarde aux couleurs de la ville de Paris (rouge et bleu). Le lendemain les armes entreposées aux Invalides sont volées et la Bastille prise pour trouver de la poudre.

  • le 13 juillet 1870 : dépêche d'Ems, qui déclenchera la Guerre de 1870.

Suite à sa rencontre avec l'ambassadeur de France Benedetti, au sujet de la succession au trône d'Espagne, Guillaume Ier informe son Ministre-président Otto Von Bismarck, lui indiquant qu'il ne soutient plus la candidature de son cousin, le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen au trône d'Espagne. Bismarck, qui estime que le roi a agi par faiblesse, déforme la dépêche royale en lui donnant un tour belliciste. Devant l'insulte, la France déclare la guerre à la Prusse le 19.

  • le 13 juillet 1906 : une loi rend le repos hebdomadaire obligatoire en France.
  • 13 Juillet 1917 : 3ème Apparition Fatima.

Le vendredi 13 Juillet, la Vierge Marie apparaît à Lucie et ses cousins comme les autres fois. 5000 personnes assistent à cet événement, à la Cova da Iria. Notre Dame s'adresse, comme à chaque apparition à Lucie : "Je veux que vous continuiez à dire le chapelet tous les jours en l'honneur de Notre Dame du Rosaire, pour obtenir la fin de la guerre et la paix du monde". Au cours de cette apparition, la Vierge Marie annonce également 3 nouvelles prophéties qui restent à l'époque les secrets de Lucie. Deux de ces secrets sont divulgués en 1942, le troisième en l'An 2000. (Cf. chronique du 13 mai, 13 juin, 19 août, 13 septembre, 13 octobre).

Au cours de l'apparition du 13 juillet 1917, Notre-Dame parle pour la première fois des premiers samedis du mois en révélant aux petits voyants : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. »

Notons que la Sainte Vierge parle des premiers samedis du mois de façon générale, sans en préciser le nombre. Ce n'est que le 10 décembre 1925 à Pontevedra qu'elle le fait. Voici les paroles de Notre-Dame que sœur Lucie entend ce jour-là (tirées d'une lettre à son confesseur, le père Aparicio) : 

« Vois, ma fille, mon Cœur entouré des épines que les hommes m'enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui,

- pendant cinq mois, le premier samedi,

- se confesseront,

- recevront la sainte Communion,

- réciteront un chapelet

- et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire

- en esprit de réparation,

je promets de les assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »

Au début de l'apparition, après un court dialogue, Notre-Dame leur dit :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : "Ô Jésus, c'est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie" ».

Puis, à la fin de l'apparition, après leur avoir montré l'enfer, elle leur apprit une deuxième prière :

«Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : "Ô mon Jésus, pardonnez-nous. Préservez-nous du feu de l'enfer, conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin" ».

L'année précédente, au cours de sa deuxième apparition durant l'été 1916, l'Ange les avait déjà préparés à cette révélation en leur disant : « Priez beaucoup. Les Saints Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde. Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices. De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. (…) Acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra. »

  • le 13 juillet 1937 : discours du cardinal Pacelli, futur Pie XII, sur la vocation chrétienne de la France.

Cette allocution est prononcée à Notre-Dame de Paris, par le futur Pie XII, lors du voyage pour l'inauguration de la basilique de sainte Thérèse à Lisieux, où il représente le pape Pie XI. Ce discours est plus que jamais d'actualité ! En voici de larges extraits, tant il est difficile d'en retirer des phrases :

Mais l'intégralité du discours se trouve ici :

http://www.nd-chretiente.com/dossiers/pdf/non_marcheurs_articles/2003_sermon%20du%20cardinal%20pacelli%20a%20nd%20de%20paris%2013%20juillet%201937.pdf

« […] Mais voici que le parfum dont mon âme était tout embaumée me suivait, m'accompagnait au cours de mon voyage de retour à travers la luxuriante fécondité des plaines et des collines de France, de la douce terre de France, souriante dans la splendeur de sa parure d'été. Et ce parfum m'accompagne encore ; il m'accompagnera désormais partout. Mais, à me trouver aujourd'hui en cette capitale de la grande nation, au cœur même de cette patrie, toute chargée des fruits de la terre, toute émaillée des fleurs du ciel, du sein de laquelle a germé, sous le soleil divin, la fleur exquise du Carmel, si simple en son héroïque sainteté, si sainte en sa gracieuse simplicité ; à me trouver ici en présence de toute une élite des fils et des filles de France, devant deux cardinaux qui honorent l'Église et la patrie, l'un pasteur dont la sagesse et la bonté s'emploient à garder la France fidèle à sa vocation catholique, l'autre, docteur, dont la science illustra naguère ici même cette glorieuse vocation, mon émotion redouble encore et la première parole qui jaillit de mon cœur à mes lèvres est pour vous porter à vous et, en vous, à tous les autres fils et filles de France, le salut, le sourire de la grande « petite sainte », flos campi et lilium convallium (Cant. 2, 1), decor Carmeli (Is. 35, 2), messagère de la miséricorde et de la tendresse divines pour transmettre à la France, à l'Église, à tout le monde, à ce monde trop souvent vide d'amour, sensuel, pervers, inquiet, des effluves d'amour, de pureté, de candeur et de paix.

[…] Comment dire, mes frères, tout ce qu'évoque en mon esprit, en mon âme, comme dans l'âme et dans l'esprit de tout catholique, je dirais même dans toute âme droite et dans tout esprit cultivé, le seul nom de Notre-Dame de Paris ! Car ici c'est l'âme même de la France, l'âme de la fille aînée de l'Église, qui parle à mon âme.

Âme de la France d'aujourd'hui qui vient dire ses aspirations, ses angoisses et sa prière; âme de la France de jadis dont la voix, remontant des profondeurs d'un passé quatorze fois séculaire, évoquant les Gesta Dei per Francos, parmi les épreuves aussi bien que parmi les triomphes, sonne aux heures critiques comme un chant de noble fierté et d'imperturbable espérance. Voix de Clovis et de Clotilde, voix de Charlemagne, voix de saint Louis surtout, en cette île où il semble vivre encore et qu'il a parée, en la Sainte Chapelle, de la plus glorieuse et de la plus sainte des couronnes ; voix aussi des grands docteurs de l'Université de Paris, des maîtres dans la foi et dans la sainteté…

Leurs souvenirs, leurs noms inscrits sur vos rues, en même temps qu'ils proclament la vaillance et la vertu de vos aïeux, jalonnent comme une route triomphale l'histoire d'une France qui marche et qui avance en dépit de tout, d'une France qui ne meurt pas ! Oh ! Ces voix ! j'entends leur innombrable harmonie résonner dans cette cathédrale, chef-d'œuvre de votre génie et de votre amoureux labeur qui l'ont dressée comme le monument de cette prière, de cet amour, de cette vigilance, dont je trouve le symbole parlant en cet autel où Dieu descend sous les voiles eucharistiques, en cette voûte qui nous abrite tous ensemble sous le manteau maternel de Marie, en ces tours qui semblent sonder l'horizon serein ou menaçant en gardiennes vigilantes de cette capitale. Prêtons l'oreille à la voix de Notre-Dame de Paris.

Au milieu de la rumeur incessante de cette immense métropole, parmi l'agitation des affaires et des plaisirs, dans l'âpre tourbillon de la lutte pour la vie, témoin apitoyé des désespoirs stériles et des joies décevantes, Notre-Dame de Paris, toujours sereine en sa calme et pacifiante gravité, semble répéter sans relâche à tous ceux qui passent : Orate, fratres, Priez, mes frères ; elle semble, dirais-je volontiers, être elle-même un Orate fratres de pierre, une invitation perpétuelle à la prière.

Nous les connaissons les aspirations, les préoccupations de la France d'aujourd'hui ; la génération présente rêve d'être une génération de défricheurs, de pionniers, pour la restauration d'un monde chancelant et désaxé ; elle se sent au cœur l'entrain, l'esprit d'initiative, le besoin irrésistible d'action, un certain amour de la lutte et du risque, une certaine ambition de conquête et de prosélytisme au service de quelque idéal.

[…] Mais ces aspirations mêmes que, malgré la grande variété de leurs manifestations, nous retrouvons à chaque génération française depuis les origines, comment les expliquer ? Inutile d'invoquer je ne sais quel fatalisme ou quel déterminisme racial. À la France d'aujourd'hui, qui l'interroge, la France d'autrefois va répondre en donnant à cette hérédité son vrai nom : la vocation.

Car, mes frères, les peuples, comme les individus, ont aussi leur vocation providentielle ; comme les individus, ils sont prospères ou misérables, ils rayonnent ou demeurent obscurément stériles, selon qu'ils sont dociles ou rebelles à leur vocation.

Fouillant de son regard d'aigle le mystère de l'histoire universelle et de ses déconcertantes vicissitudes, le grand évêque de Meaux écrivait : « Souvenez-vous que ce long enchaînement des causes particulières, qui font et qui défont les empires, dépend des ordres secrets de la Providence. Dieu tient du plus haut des cieux les rênes de tous les royaumes ; il a tous les cœurs en sa main ; tantôt il retient les passions ; tantôt il leur lâche la bride, et par là il remue tout le genre humain… C'est ainsi que Dieu règne sur tous les peuples. Ne parlons plus de hasard ni de fortune ; ou parlons-en seulement comme d'un nom dont nous couvrons notre ignorance » (Bossuet, Discours sur l'histoire universelle, III, 8).

Le passage de la France dans le monde à travers les siècles est une vivante illustration de cette grande loi de l'histoire de la mystérieuse et pourtant évidente corrélation entre l'accomplissement du devoir naturel et celui de la mission surnaturelle d'un peuple.

Du jour même où le premier héraut de l'Évangile posa le pied sur cette terre des Gaules et où, sur les pas du Romain conquérant, il porta la doctrine de la Croix, de ce jour-là même, la foi au Christ, l'union avec Rome, divinement établie centre de l'Église, deviennent pour le peuple de France la loi même de sa vie. Et toutes les perturbations, toutes les révolutions, n'ont jamais fait que confirmer, d'une manière toujours plus éclatante, l'inéluctable force de cette loi.

L'énergie indomptable à poursuivre l'accomplissement de sa mission a enfanté pour votre patrie des époques mémorables de grandeur, de gloire, en même temps que de large influence sur la grande famille des peuples chrétiens. Et si votre histoire présente aussi ses pages tragiquement douloureuses, c'était aux heures où l'oubli des uns, la négation des autres, obscurcissaient, dans l'esprit de ce peuple, la conscience de sa vocation religieuse et la nécessité de mettre en harmonie la poursuite des fins temporelles et terrestres de la patrie avec les devoirs inhérents à une si noble vocation.

Et, néanmoins, une lumière resplendissante ne cesse de répandre sa clarté sur toute l'histoire de votre peuple ; cette lumière qui, même aux heures les plus obscures, n'a jamais connu de déclin, jamais subi d'éclipse, c'est toute la suite ininterrompue de saints et de héros qui, de la terre de France, sont montés vers le ciel. Par leurs exemples et par leur parole, ils brillent comme des étoiles au firmament, quasi stellae in perpetuas aeternitates (Dan. 12, 3) pour guider la marche de leur peuple, non seulement dans la voie du salut éternel, mais dans son ascension vers une civilisation toujours plus haute et plus délicate.

Saint Remi qui versa l'eau du baptême sur la tête de Clovis ; saint Martin, moine, évêque, apôtre de la Gaule ; saint Césaire d'Arles ; ceux-là et tant d'autres, se profilent avec un relief saisissant sur l'horizon de l'histoire, dans cette période initiale qui, pour troublée qu'elle fût, portait cependant en son sein tout l'avenir de la France. Et, sous leur action, l'Évangile du Christ commence et poursuit, à travers tout le territoire des Gaules, sa marche conquérante, au cours d'une longue et héroïque lutte contre l'esprit d'incrédulité et d'hérésie, contre les défiances et les tracasseries de puissances terrestres, cupides et jalouses. Mais, de ces siècles d'effort courageux et patient, devait sortir enfin la France catholique, cette Gallia sacra, qui va de Louis, le saint Roi, à Benoît-Joseph Labre, le saint mendiant ; de Bernard de Clairvaux, à François de Sales, à l'humble Curé d'Ars ; de Geneviève, la bergère de Nanterre, à Bernadette, l'angélique pastourelle de Lourdes ; de Jeanne d'Arc, la vierge guerrière, la sainte de la patrie, à Thérèse de l'Enfant-Jésus, la vierge du cloître, la sainte de la « petite voie ».

La vocation de la France, sa mission religieuse ! Mes frères, mais cette chaire même ne lui rend-elle pas témoignage ? Cette chaire qui évoque le souvenir des plus illustres maîtres, orateurs, théologiens, moralistes, apôtres, dont la parole, depuis des siècles, franchissant les limites de cette nef, prêche la lumineuse doctrine de vérité, la sainte morale de l'Évangile, l'amour de Dieu pour le monde, les repentirs et les résolutions nécessaires, les luttes à soutenir, les conquêtes à entreprendre, les grandes espérances de salut et de régénération.

À monter, même pour une seule fois et par circonstance, en cette chaire après de tels hommes, on se sent forcément, j'en fais en ce moment l'expérience, bien petit, bien pauvre ; à parler dans cette chaire, qui a retenti de ces grandes voix, je me sens étrangement confus d'entendre aujourd'hui résonner la mienne.

Et malgré cela, quand je pense au passé de la France, à sa mission, à ses devoirs présents, au rôle qu'elle peut, qu'elle doit jouer pour l'avenir, en un mot, à la vocation de la France, comme je voudrais avoir l'éloquence d'un Lacordaire, l'ascétique pureté d'un Ravignan, la profondeur et l'élévation théologique d'un Monsabré, la finesse psychologique d'un Mgr d'Hulst avec son intelligente compréhension de son temps ! Alors, avec toute l'audace d'un homme qui sent la gravité de la situation, avec l'amour sans lequel il n'y a pas de véritable apostolat, avec la claire connaissance des réalités présentes, condition indispensable de toute rénovation, comme je crierais d'ici à tous les fils et filles de France : « Soyez fidèles à votre traditionnelle vocation ! Jamais heure n'a été plus grave pour vous en imposer les devoirs, jamais heure plus belle pour y répondre. Ne laissez pas passer l'heure, ne laissez pas s'étioler des dons que Dieu a adaptés à la mission qu'il vous confie; ne les gaspillez pas, ne les profanez pas au service de quelque autre idéal trompeur, inconsistant ou moins noble et moins digne de vous ! »

Mais, pour cela, je vous le répète, écoutez la voix qui vous crie : « Priez, Orate, fratres ! » Sinon, vous ne feriez qu'œuvre humaine, et, à l'heure présente, en face des forces adverses, l'œuvre purement humaine est vouée à la stérilité, c'est-à-dire à la défaite ; ce serait la faillite de votre vocation.

Oui, c'est bien cela que j'entends dans le dialogue de la France du passé avec la France d'aujourd'hui. Et Notre-Dame de Paris, au temps où ses murs montaient de la terre, était vraiment l'expression joyeuse d'une communauté de foi et de sentiments qui, en dépit de tous les différends et de toutes les faiblesses, inséparables de l'humaine fragilité, unissait tous vos pères en un Orate, fratres dont la toute-puissante douceur dominait toutes les divergences accidentelles. À présent, cet Orate, fratres la voix de cette cathédrale ne cesse pas de le répéter ; mais combien de cœurs dans lesquels il ne trouve plus d'écho ! Combien de cœurs pour lesquels il ne semble plus être qu'une provocation à renouveler le geste de Lucifer dans l'orgueilleuse ostentation de leur incrédulité ! Cette voûte sous laquelle s'est manifestée en des élans magnifiques l'âme de la France d'autrefois et où, grâce à Dieu, se manifestent encore la foi et l'amour de la France d'aujourd'hui ; cette voûte qui, il y a sept siècles, joignait ses deux bras vers le ciel comme pour y porter les prières, les désirs, les aspirations d'éternité de vos aïeux et les vôtres, pour recevoir et vous transmettre en retour la grâce et les bénédictions de Dieu ; cette voûte sous laquelle en un temps de crise, l'incrédulité, dans son orgueil superbe, a célébré ses éphémères triomphes par la profanation de ce qu'il y a de plus saint devant le ciel ; cette voûte, mes frères, contemple aujourd'hui un monde qui a peut-être plus besoin de rédemption qu'en aucune autre époque de l'histoire et qui, en même temps, ne s'est jamais cru plus capable de s'en passer.

Aussi, tandis que je considère cet état de choses et la tâche gigantesque qui, de ce chef, incombe à la génération présente, je crois entendre ces pierres vénérables murmurer avec une pressante tendresse l'exhortation à l'amour ; et moi-même, avec le sentiment de la plus fraternelle affection, je vous la redis, à vous qui croyez à la vocation de la France : « Mes frères, aimez! Amate, fratres ! »

[…] Que d'hommes n'ont perdu la foi au Père qui est dans les cieux que parce qu'ils ont perdu d'abord la confiance dans l'amour de leurs frères qui sont sur la terre, même de ceux qui font profession de vie chrétienne ! Le réveil de ces sentiments fraternels et la claire vue de leurs relations avec la doctrine de l'Évangile reconduiront les fils égarés à la maison du Père.

Au malheureux gisant sur la route, le corps blessé, l'âme plus malade encore, on n'aura que de belles paroles à donner et rien qui fasse sentir l'amour fraternel, rien qui manifeste l'intérêt que l'on porte même à ses nécessités temporelles, et l'on s'étonnera de le voir demeurer sourd à toute cette rhétorique ! Qu'est-elle donc, cette foi qui n'éveille au cœur aucun sentiment qui se traduise par des œuvres ? Qu'en dit saint Jean, l'apôtre et l'évangéliste de l'amour ? « Celui qui jouit des biens de ce monde et qui, voyant son frère dans le besoin, ne lui ouvre pas tout grand son cœur, à qui fera-t-on croire qu'il porte en lui l'amour de Dieu ? » (1 Jn 3, 17.)

La France catholique qui a donné à l'Église, à l'humanité tout entière un saint Vincent de Paul et tant d'autres héros de la charité, ne peut pas ne pas entendre ce cri : Amate, fratres ! Et elle sait que les prochaines pages de son histoire, c'est sa réponse à l'appel de l'amour qui les écrira.

À sa fidélité envers sa vocation, en dépit de toutes les difficultés, de toutes les épreuves, de tous les sacrifices, est lié le sort de la France, sa grandeur temporelle aussi bien que son progrès religieux. Quand j'y songe, de quel cœur, mes frères, j'invoque la Providence divine, qui n'a jamais manqué, aux heures critiques, de donner à la France les grands cœurs dont elle avait besoin, avec quelle ardeur je lui demande de susciter aujourd'hui en elle les héros de l'amour, pour triompher des doctrines de haine, pour apaiser les luttes de classes, pour panser les plaies saignantes du monde, pour hâter le jour où Notre-Dame de Paris abritera de nouveau sous son ombre maternelle tout son peuple, pour lui faire oublier comme un songe éphémère les heures sombres où la discorde et les polémiques lui voilaient le soleil de l'amour, pour faire résonner doucement à son oreille, pour graver profondément dans son esprit la parole si paternelle du premier Vicaire de Jésus-Christ : « Aimez-vous les uns les autres d'une dilection toute fraternelle, dans la simplicité de vos cœurs » In fraternitatis amore, simplici ex corde invicem diligite ! (1 P.1, 22).

Ce que je connais, mes frères, de ce pays et de ce peuple français, des directions que lui donnent ses chefs religieux et de la docilité du grand nombre des fidèles ; ce que m'apprennent les écrits des maîtres catholiques de la pensée, les rapports des Congrès et Semaines où les problèmes de l'heure présente sont étudiés à la lumière de la foi divine ; ce que je constate aussi de l'idéalisme avec lequel la jeunesse croyante de la France s'intéresse à la question capitale du prolétariat et à sa solution juste et chrétienne, tout cela certes me remplit d'une ferme confiance que cette même jeunesse, grâce à la rectitude de sa bonne volonté, à son esprit de dévouement et de sacrifice, à sa charité fraternelle, si noble en ses intentions, si loyale en ses efforts, cheminera toujours par les voies droites et sûres. Aussi, loin de moi de douter jamais de si saintes dispositions ; mais, à la généreuse ardeur de la jeune France vers la restauration de l'ordre social chrétien, Notre-Dame de Paris, témoin au cours des siècles passés de tant d'expériences, de tant de désillusions, de tant de belles ardeurs tristement fourvoyées, vous adresse, après son exhortation à l'amour : - Amate, fratres ! – son exhortation à la vigilance, exhortation empreinte de bonté maternelle, mais aussi de gravité et de sollicitude : « Veillez, mes frères ! Vigilate, fratres ! »

Vigilate ! C'est qu'il ne s'agit plus aujourd'hui, comme en d'autres temps, de soutenir la lutte contre des formes déficientes ou altérées de la civilisation religieuse et la plupart gardant encore une âme de vérité et de justice héritée du christianisme ou inconsciemment puisée à son contact ; aujourd'hui, c'est la substance même du christianisme, la substance même de la religion qui est en jeu ; sa restauration ou sa ruine est l'enjeu des luttes implacables qui bouleversent et ébranlent sur ses bases notre confinent et avec lui le reste du monde.

Le temps n'est plus des indulgentes illusions, des jugements édulcorés qui ne voulaient voir dans les audaces de la pensée, dans les errements du sens moral qu'un inoffensif dilettantisme, occasion de joutes d'écoles, de vains amusements de dialecticiens. L'évolution de ces doctrines, de ces principes touche à son terme ; le courant, qui insensiblement a entraîné les générations d'hier, se précipite aujourd'hui et l'aboutissement de toutes ces déviations des esprits, des volontés, des activités humaines, c'est l'état actuel, le désarroi de l'humanité, dont nous sommes les témoins, non pas découragés, certes ! Mais épouvantés.

Une grande partie de l'humanité dans l'Europe actuelle est, dans l'ordre religieux, sans patrie, sans foyer. Pour elle, l'Église n'est plus le foyer familial ; Dieu n'est plus le Père ; Jésus-Christ n'est plus qu'un étranger. Tombé des hauteurs de la révélation chrétienne, d'où il pouvait d'un coup d'œil contempler le monde, l'homme ne peut plus voir l'ordre dans les contrastes de sa fin temporelle et éternelle ; il ne peut plus entendre et goûter l'harmonie en laquelle viennent se résoudre paisiblement les dissonances. Quel tragique travail de Sisyphe que celui qui consiste à poursuivre la restauration de l'ordre, de la justice, de la félicité terrestre, dans l'oubli ou la négation même des relations essentielles et fondamentales !

Quelle désillusion amère, quelle douloureuse ironie que la lecture des fastes de l'humanité dans laquelle les noms de ceux que, tour à tour, elle a salués comme des précurseurs, des sauveurs, les maîtres de la vie, les artisans du progrès – et qui parfois le furent à certains égards – apparaissent aujourd'hui comme les responsables, inconscients peut-être, des crises dont nous souffrons, les responsables d'un retour, après vingt siècles de christianisme, à un état de choses, à certains égards, plus obscur, plus inhumain que celui qui avait précédé !

Une organisation économique gigantesque a étonné le monde par le fantastique accroissement de la production, et des foules immenses meurent de misère en face de ces producteurs qui souffrent souvent d'une détresse non moins grande, faute de la possibilité d'écouler l'excès monstrueux de leur production. Une savante organisation technique a semblé rendre l'homme définitivement maître des forces de la nature et, dans l'orgueil de sa vie, devant les plus sacrées lois de la nature, l'homme meurt de la fatigue et de la peur de vivre et, lui qui donne à des machines presque l'apparence de la vie, il a peur de transmettre à d'autres sa propre vie, si bien que l'ampleur toujours croissante des cimetières menace d'envahir de tombes tout le sol laissé libre par l'absence des berceaux.

À tous les maux, à toutes les crises, peuvent s'opposer les projets de solution les plus divers, ils ne font que souligner l'impuissance, tout en suscitant de nouveaux antagonismes qui dispersent les efforts. Et ces efforts ont beau s'intensifier jusqu'au sacrifice total de soi-même, pour la réalisation d'un programme pour le salut de la communauté, la disproportion entre le vouloir et le pouvoir humains, entre les plans les plus magnifiques et leur réalisation, entre la fin que l'on poursuit et le succès que l'on obtient, va toujours s'accentuant. Et tant d'essais stériles et malheureux n'aboutissent en fin de compte qu'à exaspérer toujours davantage ceux qui sont las d'expériences vaines et qui réclament impérieusement, farouchement parfois et avec menaces, de vivre et d'être heureux.

Vigilate ! Eh ! oui, il en est tant qui, pareils aux apôtres à Gethsémani, à l'heure même où leur Maître allait être livré, semblent s'endormir dans leur insouciance aveugle, dans la conviction que la menace qui pèse sur le monde ne les regarde pas, qu'ils n'ont aucune part de responsabilité, qu'ils ne courent aucun risque dans la crise où l'univers se débat avec angoisse. Quelle illusion ! Ainsi jadis, sur le mur du palais où Balthasar festoyait, la main mystérieuse écrivait le Mane, Thécel, Pharès (note 6). Encore Balthasar eut-il la prudence et la curiosité d'interroger Daniel, le prophète de Dieu ! Combien aujourd'hui n'ont même pas cette prudente curiosité ! Combien restent sourds et inertes à l'avertissement du Christ à ses apôtres : Vigilate et orate ut non intretis in tentationem ! (note 7).

Vigilate ! Et pourtant l'Église, répétant la parole même du Christ, les avertit. Depuis les derniers règnes surtout, les avertissements se sont faits plus précis ; les encycliques se succèdent ; mais à quoi bon les avertissements, les cris d'alarme, la dénonciation documentée des périls menaçants, si ceux-là mêmes qui, régulièrement et correctement assis au pied de la chaire, en entendent passivement la lecture, s'en retournent chez eux continuer tranquillement leur habituel train de vie sans avoir rien compris ni du danger commun ni de leur devoir en face du danger !

Vigilate ! Ce n'est pas aux seuls insouciants que ce cri s'adresse. Il s'adresse aussi à ces esprits ardents, à ces cœurs généreux et sincères, mais dont le zèle ne s'éclaire pas aux lumières de la prudence et de la sagesse chrétienne. Dans l'impétueuse fougue de leurs préoccupations sociales, ils risquent de méconnaître les frontières au-delà desquelles la vérité cède à l'erreur, le zèle devient fanatisme et la réforme opportune passe à la révolution. Et quand, pour mettre l'ordre et la lumière dans cette confusion, le Vicaire de Jésus-Christ, quand l'Église, en vertu de sa mission divine, élève la voix sur les grandes questions du jour, sur les problèmes sociaux, faisant la part du vrai et du faux, du licite et de l'illicite, elle n'entend favoriser ni combattre aucun camp ou parti politique, elle n'a rien d'autre en vue que la liberté et la dignité des enfants de Dieu ; de quelque côté qu'elle rencontre l'injustice, elle la dénonce et la condamne ; de quelque côté qu'elle découvre le bien elle le reconnaît et le signale avec joie. Mais il est une chose qu'elle exige de tous ses enfants, c'est que la pureté de leur zèle ne soit pas viciée par des erreurs, admises sans doute de bonne foi et dans la meilleure intention du monde, mais qui n'en sont pas moins dangereuses en fait et qui, en fin de compte, viennent tôt ou tard à être attribuées non seulement à ceux qui les tiennent, mais à l'Église elle-même. Malheur à qui prétendrait faire pactiser la justice avec l'iniquité, concilier les ténèbres avec la lumière ! Quae enim participatio justitiae cum iniquitate ? Aut quae societas luci ad tenebras ? (2 Cor. 6,14.)

C'est aux heures de crises, mes frères, que l'on peut juger le cœur et le caractère des hommes, des vaillants et des pusillanimes. C'est à ces heures qu'ils donnent leur mesure et qu'ils font voir s'ils sont à la hauteur de leur vocation, de leur mission.

Nous sommes à une heure de crise. À la vue d'un monde qui tourne le dos à la croix, à la vraie croix du Dieu crucifié et rédempteur, d'un monde qui délaisse les sources d'eau vive pour la fange des citernes contaminées ; à la vue d'adversaires, dont la force et l'orgueilleux défi ne le cèdent en rien au Goliath de la Bible, les pusillanimes peuvent gémir d'avance sur leur inévitable défaite ; mais les vaillants, eux, saluent dans la lutte l'aurore de la victoire ; ils savent très bien leur faiblesse, mais ils savent aussi que le Dieu fort et puissant, Dominus fortis et potens, Dominus potens in praelio (Ps 23, 8 ) se fait un jeu de choisir précisément la faiblesse pour confondre la force de ses ennemis. Et le bras de Dieu n'est pas raccourci ! Ecce non est abbreviata manus Domini ut salvare nequeat (Is. 59, 1)(note 10).

Dans un instant, quand, debout à l'autel, j'élèverai vers Dieu la patène avec l'hostie sainte et immaculée pour l'offrir au Père éternel, je lui présenterai en même temps la France catholique avec l'ardente prière que, consciente de sa noble mission et fidèle à sa vocation, unie au Christ dans le sacrifice, elle lui soit unie encore dans son œuvre d'universelle rédemption.

Et puis, de retour auprès du trône du Père commun pour lui faire part de tout ce que j'aurai vu et éprouvé sur cette terre de France, oh ! comme je voudrais pouvoir faire passer dans son cœur si aimant, pour le faire déborder de joie et de consolation, mon inébranlable espérance que les catholiques de ce pays, de toutes classes et de toutes tendances, ont compris la tâche apostolique que la Providence divine leur confie, qu'ils ont entendu la voix de Notre-Dame de Paris qui leur chante l'Orate, l'Amate, le Vigilate, non comme l'écho d'un « hier » évanoui, mais comme l'expression d'un « aujourd'hui » croyant, aimant et vigilant, comme le prélude d'un « demain » pacifié et béni.

Ô Mère céleste, Notre Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes, de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, à s'abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds ; aidez-la aussi, unie à tous les gens de bien des autres peuples, à s'établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l'harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société tout entière.

« Mère du bon conseil », venez au secours des esprits en désarroi devant la gravité des problèmes qui se posent, des volontés déconcertées dans leur impuissance devant la grandeur des périls qui menacent ! « Miroir de justice », regardez le monde où des frères, trop souvent oublieux des grands principes et des grands intérêts communs qui les devraient unir, s'attachent jusqu'à l'intransigeance aux opinions secondaires qui les divisent ; regardez les pauvres déshérités de la vie, dont les légitimes désirs s'exaspèrent au feu de l'envie et qui parfois poursuivent des revendications justes, mais par des voies que la justice réprouve ; ramenez-les dans l'ordre et le calme, dans cette tranquillitas ordinis qui seule est la vraie paix !

Regina pacis ! Oh ! Oui ! En ces jours où l'horizon est tout chargé de nuages qui assombrissent les cœurs les plus trempés et les plus confiants, soyez vraiment au milieu de ce peuple qui est vôtre la « Reine de la Paix » ; écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde ; faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui seul assurera le succès de leurs efforts : établir au centre de ce temple le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser, justitia et pax osculatae sunt (Ps 74, 11) (note 12).

Et que par vous la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le règne du Christ Prince de la paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen ! »


C’est arrivé un 12 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 12 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Bse Jeanne-Marie de Romillon, v. et martyres († 1794)
    • BBses Madeleine-Thérèse Tallien et Marie Cluse, martyres
    • Bse Marguerite de Justamont, vierge et martyre († 1794)

À Orange en Provence, l'an 1794, les bienheureuses vierges et martyres Madeleine-Thérèse Tallien (Sœur Rose de Saint-Xavier), et Marie Cluse (Sœur Marthe du Bon Ange), sacramentines de Bollène, Marguerite de Justamont (Sœur Marie de Saint-Henri), cistercienne d'Avignon, et Jeanne-Marie de Romillon (Sœur Saint-Bernard), ursuline de Bollène, guillotinées sous la Révolution française pour leur fidélité à la vie religieuse.

  • Sts Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin († 1877), Parents de sainte Thérèse de Lisieux

Fêtés ensemble le 12 juillet : date de leur mariage.

Louis Martin, de son nom complet Louis-Joseph-Aloys-Stanislas Martin, naît à Bordeaux le 22 août 1823 ; il est horloger.

Zélie Martin, née Azélie-Marie Guérin, ouvrit les yeux au monde le 23 décembre 1831 à Gandelain, près de Saint-Denis-sur-Sarthon, Orne ; elle est dentellière.

Le 12 juillet 1858, Louis Martin et Zélie Guérin se marient à l'hôtel de ville d'Alençon à 22h et à l'église Notre-Dame à minuit. Tous deux avaient pensé à la vie religieuse mais c'est au cœur de la vie de couple et en élevant une famille de neuf enfants qu'ils vont découvrir leur chemin de sainteté.

Zélie sera une femme active à la tête d'une petite entreprise de dentelle (le point d'Alençon). Elle va procurer du travail à une vingtaine d'ouvrières à domicile. Elle sera une épouse amoureuse de son mari. Dans ses lettres à Louis, elle écrit : « Ta femme qui t'aime plus que sa vie » ou encore « Je t'embrasse comme je t'aime ».

Ce ne sont pas que des mots : leur joie est d'être ensemble et de partager tout ce qui fait la vie quotidienne, sous le regard de Dieu. Zélie sera une mère comblée et en même temps éprouvée. De 1860 à 1873, le couple Martin a eu neuf enfants, dont quatre sont morts en bas âge. Les cinq filles survivantes sont devenues religieuses et l'une, sainte Thérèse de Lisieux, carmélite morte en 1897 à l'âge de 24 ans, a été canonisée en 1925.

Zélie éprouvera de grandes joies à la naissance de ses enfants : « J'aime les enfants à la folie, j'étais née pour en avoir ». Au moment de la naissance de Thérèse, la dernière, Zélie a déjà le cancer du sein et elle souffre de plus en plus. Elle ajoute : « J'ai déjà beaucoup souffert dans ma vie ». La confiance est l'âme de l'éducation familiale. Zélie souhaite pour ses enfants de devenir des saints. Cela ne l'empêche pas d'organiser des fêtes, des jeux et même d'acheter de belles robes pour ses enfants. En famille, on prie tous les jours et durant le mois de mai les filles aiment apporter de belles fleurs à la statue de Marie : la Vierge du Sourire.

Zélie Martin décédera le 28 août 1877, à l'âge de 46 ans, en laissant cinq enfants qu'elle confiera à son mari : Louis.

Louis est un fils de militaire. Il va s'installer à Alençon et il ouvre une horlogerie-bijouterie à l'âge de 27 ans. Jusqu'à son mariage, il partage son temps entre son travail, des loisirs (la pêche en particulier), la lecture et la rencontre des autres. Il s'engage au service des plus pauvres dans le cadre de la Conférence Saint Vincent Paul et va, chaque matin, à la messe. Chaque semaine, il participe aussi à l'adoration eucharistique. Il a été un époux plein d'attention et d'affection pour son épouse et ses filles. Quand Zélie décède, il quitte Alençon pour Lisieux, auprès des Guérin, sa belle-famille. Après l'entrée de Thérèse au Carmel, commence pour lui l'épreuve de la maladie qui le conduit à être interné au Bon-Sauveur, l'hôpital psychiatrique de l'époque. Pendant les périodes de rémission, on le voit s'occuper des malades qui l'entourent. Paralysé, il revient dans sa famille et meurt le 29 juillet 1894 à 71 ans. Zélie avait écrit, à propos de son mari : « Je suis très heureuse avec lui. Il me rend la vie bien douce. C'est un saint homme que mon mari, j'en désire un pareil pour toutes les femmes ».

Ce qui a caractérise la sainteté des époux Martin, c'est leur capacité à vivre l'ordinaire de la vie en ayant une grande confiance en l'amour de Dieu et une relation de couple fondée sur la prière et la générosité. Un chemin possible pour toutes les familles qui le désirent.

Louis et Zélie Martin ont été béatifiés le 19 octobre 2008, par le pape Benoît XVI, à l'occasion des 150 ans de leur mariage.

Louis et Zélie Martin ont formé un foyer d'amour et Thérèse écrira : « Le bon Dieu s'est plu à m'entourer d'amour, mes premiers souvenirs sont empreints des sourires et des caresses les plus tendres ». En pensant à ses parents, elle dira qu'ils étaient plus dignes du ciel que de la terre.

Le pape François a proclamé, le dimanche 18 octobre 2015, à Rome, quatre nouveaux saints : Vincenzo Grossi, un prêtre italien mort en 1917 après avoir consacré sa vie à venir en aide aux pauvres dans le nord de l'Italie, María Isabel Salvat Romero, une religieuse espagnole morte en 1998 et le couple Louis et Zélie Martin, un geste symbolique en plein synode sur la famille. La canonisation de Louis Martin et de son épouse Zélie marque une première dans l'histoire de l'Église. D'autres couples ont, par le passé, été béatifiés mais aucun n'avait jusqu'ici été canonisé.

  • le 12 juillet 526 : début du pontificat de Félix IV.

Saint Félix IV est désigné par Théodoric et non pas élu, ce dernier avait martyrisé son prédécesseur, le pape Jean Ier. Saint Félix IV est pape durant un peu plus de quatre ans jusqu'au 22 septembre 530. Il est inhumé dans la basilique Saint-Pierre.

  • Mercredi 12 juillet 1346 : les Anglais envahissent le France, conquête de Barfleur.

Édouard III d'Angleterre débarque tranquillement, avec 15 000 hommes à Saint Vaast la Hougue. La baie n'est pas fortifiée, les Français sont absents aussi les troupes débarquées attaquent immédiatement le port de Barfleur,

  • le 12 juillet 1153: élection du pape Anastase IV.
  • le 12 juillet 1627 : débarquement des Anglais sur l'île de Ré.

Une flotte anglaise aux ordres du duc de Buckingham débarque sur la plage de la pointe de Sablanceaux sur l'île de Ré. Le but est de contrôler les abords de La Rochelle, et d'encourager la rébellion protestante dans la ville.

La centaine de navires et les 6 000 soldats tentent de s'emparer du Fort de La Prée et de la ville fortifiée de Saint-Martin-de-Ré. Mais le maréchal de Toiras, pourtant huguenot de religion, n'est pas un « Français Renié » comme aurait dit sainte Jeanne d'arc. Fidèle au Roi et à son pays, il dirige la défense de l'île de Ré, avec seulement 1 200 fantassins et 200 cavaliers. Ils arrêtent les Anglais sans pouvoir les rejeter à la mer. Le siège de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré se poursuit jusqu'en octobre 1627. Le Cardinal de Richelieu et le Roi Louis XIII envoient des renforts de 35 navires pour forcer le blocus anglais autour de l'ile et y débarquer 4 000 hommes. Les troupes anglaises sont finalement forcées de rembarquer le 27 octobre, malgré l'arrivée d'un renfort irlandais entre temps.

  • le 12 juillet 1678 : mort d'Antoine III, duc de Gramont.

Antoine III, duc de Gramont, pair de France est marié à la nièce du cardinal de Richelieu, il reste fidèle au Roi pendant la Fronde. Il devient maréchal en 1641, après s'être illustré dans les campagnes contre les huguenots. Ambassadeur de France en Espagne, il est chargé d'organiser le mariage de Louis XIV en 1660. Il est également nommé lieutenant général de Normandie et est promu ministre d'Etat en 1663.

  • le 12 juillet 1691 : élection d'Innocent XII.

Innocent XII est élu pape le 12 juillet 1691. Très charitable, il lutte contre le népotisme en promulguant la bulle Romanum decet Pontificem en 1692. Il obtient le retrait de la Déclaration des Quatre articles de 1682, qui donnait aux Rois de France autant de pouvoir que le pape, et reconnaît les évêques nommés par Louis XIV.

En 1699, il se prononce en faveur de Bossuet dans la controverse avec Fénelon sur l'Explication des maximes des Saints sur la vie intérieure que ce dernier a écrite pour soutenir Madame Guyon. Son pontificat diffère avec celui de nombre de ses prédécesseurs, du fait qu'il penche pour la France plutôt que pour l'Allemagne.

  • le 12 juillet 1730 : Clément XII est élu pape.

Lorenzo Corsini est issu d'une famille italienne prestigieuse. Il suit des études dans un collège jésuite, et obtient un doctorat en droit. Il est nommé cardinal par Clément XI avant de succéder au pape Benoit XIII. Il œuvre à améliorer la gestion des Etats pontificaux. Il continue également la lutte contre les jansénistes avec la bulle Unigenitus et la franc-maçonnerie avec la bulle In eminenti apostolatus specula.

  • le 12 juillet 1764 : l'astronome français Charles Messier découvre la première nébuleuse de l'histoire.

Charles Messier, chasseur de comètes reconnu, est surtout célèbre pour son catalogue de 110 objets d'aspect diffus (nébuleuses et amas stellaires), catalogue qu'il établit à destination des chercheurs de comètes. Il inscrit cette nébuleuse au n°27 de son catalogue : Nébuleuse de l'Haltère ou Dumbbell.

  • le 12 juillet 1789 : émeutes à Paris.

De nombreuses manifestations sont organisées rue de Paris et dans le jardin des Tuileries, où les bustes de Jacques Necker et du duc d'Orléans sont portés en cortège. Le Royal-Allemand, régiment de cavalerie commandé par le prince de Lambesc, charge la foule aux Tuileries, faisant plusieurs blessés. Pierre-Victor de Besenval, commandant les troupes massées à Paris, se décide à faire intervenir les régiments suisses cantonnés au Champ-de-Mars.

  • le 12 juillet 1790 : vote de la constitution civile du clergé, la CCC.

Le bas clergé change de camp. En Vendée, par exemple 80% des prêtres refusent le serment. Les jureurs sont nommés, intrus = « trutons ». En Février 1791, a lieu la cérémonie publique du serment à la constitution civile. L'opposition jusqu'alors larvée se fait plus dure ; les premières émeutes ont lieu en Bretagne. Quand la population chasse les prêtres jureurs, les « intrus », la garde nationale pille les églises et en cloue les portes. Les religieuses chassées de leurs couvents et rentrées dans leurs familles brodent des Sacré-Cœur et propagent cette dévotion. Les pèlerinages sont interdits ; ils ont lieu en paroisse et de nuit; Cathelineau, capitaine de paroisse, porte la croix. La répression se fait violente et les mesures vexatoires, imposées au clergé, entraînent en août 1792 un soulèvement avorté dans le sang. 8000 Bleus portent les oreilles de leurs victimes en cocardes.

Baptême par un prêtre réfractaire

Messe clandestine

  • le 12 juillet 1793 : essai du sémaphore de Claude et Ignace Chappe sur 35 kilomètres.

La construction d'une ligne entre Paris et Lille est décidée. L'Ingénieur français Claude Chappe réussit à envoyer le premier message télégraphique sur une distance de 15 kilomètres, de Saint-Martin-du-Tertre dans le Val d'Oise jusqu'à Belleville au Nord-est de Paris. La transmission s'effectue grâce à des relais mécaniques placés sur des points hauts. Les signaux sont observés par longue-vue et retransmis au relais suivant. Jusqu'à l'invention du télégraphe électrique par Samuel Morse en 1837, le télégraphe de Chappe reste le moyen le plus rapide de propagation de l'information.

  • le 12 juillet 1793 : la Provence se soulève.

Les royalistes, apprenant la reprise de Marseille par les jacobins et les terribles représailles exercées, décident de faire appel à la Flotte anglo-espagnole croisant au large.

  • le 12 juillet 1879 : la Loi supprime l'obligation du repos dominical.
  • le 12 juillet 1906 : la Cour de cassation de Rennes annule sans renvoi le jugement prononcé contre Dreyfus.

La Cour de cassation affirme que la condamnation portée contre Dreyfus a été prononcée "à tort". Dégradé de ses fonctions de capitaine de l'armée française en 1894, pour avoir divulgué des secrets militaires à l'Allemagne, Alfred Dreyfus est réhabilité par la Cour de cassation de Rennes. Après avoir effectué cinq ans de bagne en Guyane, il est gracié par le président Emile Loubet, en septembre 1899. Alfred Dreyfus est réintégré dans l'armée avec le grade de chef de bataillon et décoré de la légion d'honneur.

  • le 12 juillet 1940 : extrait du Journal Officiel.

Conformément à la loi constitutionnelle votée par l'Assemblé nationale de la III République le Maréchal Pétain a été nommément désigné pour rédiger une nouvelle constitution. Le 11 juillet, il signe l'acte constitutionnel n°2 qui est publié le lendemain. Le régime de Vichy n'a pas usurpé le pouvoir ou cherché à « abolir les droits de l'homme » comme osera l'écrire Robert Aron dans son Histoire de Vichy. On peut noter le §9 de cet acte constitutionnel n°2, qui interdit au chef de l'Etat, « de déclarer la guerre sans l'assentiment préalable des Assemblées législatives. »

Cet article sera aux pires moments de l'occupation un verrou efficace pour empêcher la France de rentrer en guerre aux côtés de l'Allemagne. Et si l'acte constitutionnel 3, publié ultérieurement, maintient le sénat et la chambre des députés ; ces 2 assemblées sont ajournées jusqu'à une convocation par le Chef de l'Etat. Pétain ne le fera jamais. Difficile, en effet d'organiser des élections en temps de guerre dans un pays coupé en deux et occupé par l'étranger. En outre le risque de se voir forcer la main par les Allemands était trop grand.

Cité par l'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (Nouvelles Editions Latines, pages 86 -87 et 101-102).

  • le 12 juillet 1941 : message de l'assistant français auprès du Général des Jésuites aux Jésuites de France.

Le RP de Boynes, avant son retour sur Rome, laisse aux Jésuites la directive suivante : « Il existe dans la France vaincue un gouvernement légitime dont le chef, universellement estimé par les honnêtes gens pour son patriotisme, son dévouement et son désintéressement, est le maréchal Pétain. En dehors de ce gouvernement, il n'y a pas d'autre gouvernement français… A côté de ce gouvernement établi, il y a le fait de la dissidence qui tend à détruire l'unité de la France… Nous ne devons en aucune manière favoriser la dissidence… »

Cité par l'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (Nouvelles Editions Latines, page 125).

  • le 12 juillet 1944 : massacre de Kerihuel à Plumelec dans le Morbihan.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, le lieutenant Marienne, est parachuté sur Plumelec, dans le Morbihan. Il encadre et entraîne les troupes importantes du maquis de Saint-Marcel, environ 1500 à 2000 hommes. Le 18 juin, le maquis est attaqué par d'importantes forces allemandes. Le maquis dispersé, Marienne et ses compagnons changent constamment de cachettes, dans les environs de Plumelec, car ils sont ardemment recherchés par les Allemands et les miliciens. Marienne, qui vient d'être élevé au grade de capitaine, décide de déplacer son camp à Kérihuel, en Plumelec, le 9 juillet. Les Allemands obtiennent, par trahison, des informations sur le lieu où se trouve le capitaine. Le 12 juillet, au matin, Allemands et miliciens surprennent le capitaine Marienne et ses compagnons, alors qu'ils sont encore endormis. Ils sont froidement assassinés.

  • le 12 juillet 1998 : la France championne du monde de football.

L'équipe de France de football devient championne du monde pour la première fois, à domicile, après sa victoire 3 à 0 contre le Brésil, alors champion du monde en titre.


C’est arrivé un 11 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 11 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Léonce II, évêque de Bordeaux († v. 570)

À Bordeaux, vers 570, saint Léonce II, évêque. Honneur du peuple et de la cité, constructeur de nombreuses églises, il se fit encore remarquer en restaurant le baptistère de la ville et en se faisant, en silence, le bienfaiteur des pauvres.

  • St Hidulphe, chorévèque à Moyenmoutier († 700)

À Moyenmoutier dans les Vosges, en 700, saint Hidulphe. Moine à Trèves, il devint chorévêque, puis se retira dans la solitude, mais, devant l'affluence de disciples, il fonda un monastère qu'il dirigea.

  • Bx Bertrand, abbé au monastère de Granselve († 1149)

Au monastère de Granselve, dans le pays toulousain, en 1149, le bienheureux Bertrand, abbé. Désireux de stabiliser la discipline régulière, il agrégea son monastère à l'Ordre cistercien.

  • Ste Rosalie-Clotilde Bès, vierge et martyre († 1794)
  • Bse Marie-Claire Blanc, vierge et martyre († 1794)
  • Bse Marie-Élisabeth Pélissier, vierge et martyre († 1794)
  • Bse Marie-Marguerite de Barbegie, vierge et martyre († 1794)

A Orange en Provence, l'an 1794, les bienheureuses vierges et martyres Rosalie-Clotilde Bès (sœur Sainte-Pélagie), Marie-Élisabeth Pélissier (sœur Saint-Théoctiste), Marie-Claire Blanc (sœur Saint-Martin), sacramentines de Bollène, et Marie-Marguerite de Barbegie d'Albarède (sœur Sainte-Sophie), ursuline de Pont-Saint-Esprit, guillotinées sous la Révolution française pour leur fidélité à la vie religieuse.

  • le 11 juillet : fête de saint Benoit, patron de l'Europe chrétienne.

La catéchèse papale du 9 avril 2008 est consacrée à la figure de saint Benoît de Nursie : "le père du monachisme occidental, dont la vie et les œuvres imprimèrent un mouvement fondamental à la civilisation et à la culture occidentale. La source principale pour approcher la vie de Benoît est le second livre des Dialogues de saint Grégoire le grand, qui présente le moine comme un astre brillant indiquant comment sortir "de la nuit ténébreuse de l'histoire", d'une crise des valeurs et des institutions découlant de la fin de l'empire romain. Son œuvre et la règle bénédictine ont exercé une influence fondamentale pendant des siècles dans le développement de la civilisation et de la culture en occident, bien au-delà de son pays et de son temps. Après la fin de l'unité politique il favorisa la naissance d'une nouvelle Europe, spirituelle et culturelle, unie par la foi chrétienne commune aux peuples du continent".

En 1964, Paul VI fait de Benoît le saint patron de l'Europe.

  • le 11 juillet 755 : Capitulaire de Ver, sur la taille des monnaies.

Pépin III réaffirme le monopole royal de la frappe de la monnaie en émettant un denier d'argent avec son monogramme. Pompidou a fait exactement l'inverse avec la Banque de France en 1973. La France depuis n'a plus de souveraineté monétaire.

  • le 11 juillet 1276 : élection du pape Adrien V.
  • le 11 juillet 1302 : bataille de Courtrai dite « bataille des Éperons d'or ».

En 1296, le comte Guy de Dampierre, comte de Flandre depuis le Roi Saint Louis, se fait confisquer les principales villes de Flandre par Philippe le Bel, qui ensuite nomme Jacques de Châtillon gouverneur. Une révolte fiscale éclate à Bruges et dans la nuit du 17 au 18 mai 1302, une centaine de soldats français sont égorgés dans leur sommeil, ce sont les « Matines de Bruges », voir la chronique du 18 mai. Toutes les villes se regroupent autour des révoltés ; les Français sont chassés.

Philippe le Bel rassemble son ost, qu'il confie à Robert d'Artois. Le 8 juillet les deux armées se font face. L'infanterie flamande a aménagé le terrain, très marécageux. La lourde cavalerie française, sans appui des arbalétriers, charge et s'embourbe. Les Flamands ne font pas de prisonniers ; des centaines de chevaliers sont égorgés. La déroute est totale et Guy de Dampierre revient à la tête de son comté. Deux ans plus tard, le 18 août 1304, le Roi prend sa revanche sur les Flamands à Mons en Pévèle.

Sur le champ de bataille abandonné par l'arrière-garde française, les Flamands ramassent par milliers les éperons d'or des chevaliers français. Plus de 4 000 de ces trophées sont suspendus aux voûtes de l'église Notre Dame de Courtrai. C'est ainsi que la bataille de Courtrai est devenue la bataille des Eperons d'or. Les "Eperons d'or" demeurent chez l'ennemi pendant quatre-vingts ans. Ils ne sont repris par l'armée française qu'en 1382, à la suite de la victoire de West Rozebeke et installés à Dijon. (Voir la chronique du 27 novembre).

  • le 11 juillet 1573 : l'édit de Boulogne met fin au siège de La Rochelle.

Au lendemain du siège de la Rochelle, protestants et catholiques concluent une paix avec l'édit de Boulogne. Celui-ci met fin à la quatrième guerre de Religion et permet aux protestants d'obtenir la liberté de culte dans trois villes, La Rochelle, Nîmes et Montauban.

  • le 11 juillet 1708 : bataille d'Audenarde.

Durant la guerre de Succession d'Espagne, la France affronte la Grande-Bretagne, les Provinces-Unies et le Saint-Empire romain germanique à la bataille d'Audenarde. Les troupes françaises sont vaincues, elles perdent 15 000 hommes, contre 3 000 du côté des alliés.

  • le 11 juillet 1789 : Louis XVI renvoie Necker.

Le baron de Necker, directeur général des finances, est limogé par le Roi de France, qui le juge trop libéral. Il est aussitôt remplacé par Breteuil. Le duc d'Orléans en profite pour fomenter des émeutes dans la capitale, où Necker est apprécié.

  • le 11 juillet 1857 : soumission de la Grande Kabylie.

En juillet, la campagne du Djurdjura en Kabylie et la reddition de Lalla Fathma N'Soummer, chef de la résistance kabyle mettent fin à la résistance kabyle.

  • le 11 juillet 1937 : la Basilique de Lisieux est inaugurée par le Cardinal Pacelli, futur Pie XII et légat du pape Pie XI.

  • le 11 juillet 1846 : naissance de Léon Bloy, écrivain français.
  • le 11 juillet 1940 : message du Maréchal Pétain à la France.

L'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy, (Nouvelles éditions latines, pages 67) cite ce message après les attaques anglaises contre les unités de la Royale: « Après un raid symbolique contre Gibraltar, il ne se livra à aucune représailles. Le Maréchal se borna à dire que « la France abandonnée hier, attaquée aujourd'hui par l'Angleterre, à qui elle avait consenti de si nombreux et si durs sacrifices, demeure seule en face de son destin. » : ce n'était qu'un constat. »

Voir les chroniques des 12, 13, 16, 17, 23 juin et des 2, 3 et 8 juillet.

  • le 11 juillet 1975 : l'Assemblée nationale adopte un projet de loi qui autorise le divorce "par consentement mutuel".

Aujourd'hui les conséquences sont indéniables : hausse des divorces, de l'union libre, baisse des mariages, de la natalité, hausse de la délinquance et des suicides de jeunes...

Voir les chroniques du 17 janvier, 1 août et 19 octobre.

  • le 11 juillet 2006 : la Cour de justice des Communautés européennes juge Edith Cresson coupable de favoritisme lorsqu'elle était commissaire européen dans les années 1990.

Mais la cour la dispense de sanction pécuniaire.


C’est arrivé un 10 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 10 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Pasquier, évêque de Nantes, évêque au VIIe siècle

À Nantes, au VIIe siècle, saint Pasquier, évêque, qui accueillit saint Hermeland et douze autres moines, qu'il avait sollicités de l'abbé de Fontenelle, et qu'il plaça dans l'île d'Indre sur la Loire, pour qu'ils y établissent un monastère.

  • Bse Marie-Gertrude de Ripert d'Alauzier, martyre († 1794)
  • Bse Sylvie-Agnès de Romillon, martyre († 1794)

À Orange en Provence, l'an 1794, les bienheureuses martyres Marie-Gertrude de Ripert d'Alauzier (sœur Sainte-Sophie), Sylvie-Agnès de Romillon (sœur Agnès de Jésus), vierges ursulines de Bollène, guillotinées sous la Révolution française pour leur fidélité à la vie religieuse.

  • BBx Emmanuel Ruiz et ses compagnons, martyrs († 1860)

À Damas en Syrie, l'an 1860, la passion des bienheureux martyrs Emmanuel Ruiz, prêtre, et ses compagnons, Les bienheureux Carmel Volta, Pierre Soler, Nicolas Alberca, Engelbert Kolland, Nicanor Ascanio, prêtres, François Pinazo et Jean-Jacques Fernandez, religeux franciscains, François, Abd-el-Mooti et Raphaël Massabki, sept franciscains et trois frères de l'Église maronite. Un groupe de Turcs, fanatisés contre les chrétiens, s'étant introduits de nuit dans le couvent franciscain, leur firent subir divers supplices jusqu'à la mo

  • le 10 juillet 511 : fin du concile d'Orléans.

Ce concile est connu sous l'appellation de Premier concile d'Orléans. L'assemblée est convoquée et par le Roi des Francs Clovis Ier et a lieu en sa présence. Il réunit 32 évêques, venus de toutes les régions du Royaume. Il entérine l'alliance entre le Roi des Francs et l'Église et définit le statut de l'Église dans le Royaume franc. On parle de premier "concordat". Il établit le droit d'asile; il reprend certaines décisions du concile d'Agde de 506, telles que la condamnation de l'arianisme.

  • le 10 juillet 983 : le pape Benoît VII meurt à Rome.
  • le 10 juillet 1547 : duel entre Jarnac et La Châtaigneraie.

Le duel a lieu dans la cour de Saint-Germain-en-Laye, en présence du Roi Henri II. La Châtaigneraie, considéré comme la plus fine lame du Royaume est battu grâce au « Coup de Jarnac ».

  • le 10 juillet 1559 : le Roi Henri II, meurt d'une blessure reçue lors d'un tournoi le 29 juin.

Lors des festivités du mariage de sa fille Elisabeth avec Philippe II, le Roi Henri II joute à Paris contre le comte de Montgomery, qui le blesse mortellement d'un coup de lance dans l'œil droit, le 30 juin. Le Roi décède le 10 juillet suivant.

Voir les chroniques du 31 mars, du 15 mai du 26 juillet.

  • le 10 juillet 1608 : l'archevêque de Besançon déclare authentique le miracle eucharistique de Faverney (Haute-Saône).

Les 26 et 27 mai 1608, lendemain et surlendemain de la Pentecôte, en l'église abbatiale de Faverney, dans le département de la Haute-Saône, les moines ont placé sur un reposoir composé d'une table surmontée d'un gradin en bois disposé devant l'autel, un reliquaire-ostensoir contenant le Saint Sacrement et dans un tube de cristal, un doigt de Sainte Agathe. Des lampes à huile sont maintenues allumées sur la table.

Le lendemain matin on s'aperçoit que le reposoir a pris feu et s'est consumé. Cependant, l'ostensoir privé de son support est resté à la place qu'il occupait dans l'espace. Il restera ainsi suspendu dans l'air pendant trente-trois heures permettant à des centaines de personnes, alertées du prodige de venir constater le fait. C'est au cours de la messe célébrée ensuite que l'on peut voir l'ostensoir quitter sa place et se poser doucement sur l'autel. L'archevêque de Besançon ouvre immédiatement une enquête au cours de laquelle la commission entend 54 témoins, parmi les plus sûrs sur le millier de témoins. Faverney devient un lieu de pèlerinage, qui est à la source des Congrès Eucharistiques.

Bien que publié par l'archevêque de Besançon, Ferdinand de Rye, dès le 10 juillet1608, le miracle n'est officiellement reconnu par le Saint-Siège que le 16mai1864, sur décision du pape Pie IX.

  • le 10 juillet 1637 : enregistrement des lettres patentes portant création de l'Académie française.

Craignant que la nouvelle Académie ne soit une rivale éventuelle, le Parlement a attendu deux ans avant d'enregistrer les lettres patentes de sa création. Voir les chroniques du 2 et 29 janvier, ainsi que du 13 mars.

  • le 10 juillet 1690 : victoire du cap Béveziers pour la flotte française face aux flottes anglaise et hollandaise.

La bataille du cap Béveziers met aux prises les flottes françaises et anglo-hollandaises sur la manche, dans le cadre de la guerre de la ligue d'Augsbourg. Jacques II, bouté hors du trône d'Angleterre par le protestant Guillaume III en 1689, a trouvé refuge en France, auprès de son cousin Louis XIV. La flotte ennemie perd 17 vaisseaux au total, alors que les Français n'ont aucune perte à déplorer; cependant bien que le contrôle de la Manche soit tombé temporairement entre les mains des Français, l'amiral de Tourville échoue à poursuivre la flotte alliée avec suffisamment de détermination. Elle peut ainsi se réfugier dans la Tamise. Cette bataille est considérée comme la plus belle victoire de la marine du Roi-Soleil, alors qu'au même moment, les troupes envoyées en Irlande sont battues à la bataille de la Boyne.

Bataille du cap Béveziers
Gravure de Théodore Gudin

  • le 10 juillet 1778 : la France déclare la guerre à l'Angleterre.

En soutien aux Américains, la France déclare la guerre à l'Angleterre, espérant venger l'odieux Traité de Paris.

  • le 10 juillet 1790 : le pape Pie VI écrit à Louis XVI :

"Si vous approuvez [la CCC], vous entraînez votre nation dans le schisme." Le Roi n'est informé de ce courrier que le 23 juillet. Il a annoncé la veille qu'il acceptait les décrets.

  • le 10 juillet 1863 : Maximilien d'Autriche se voit offrir la couronne d'empereur du Mexique.

L'assemblée des notables, composée de 250 membres se prononce ce jour sur les questions de gouvernement :

La nation mexicaine adopte la monarchie tempérée et héréditaire, avec à sa tête un prince catholique. Le souverain prendra le titre d'empereur du Mexique. La couronne impériale sera offerte à S.A.I. le prince Ferdinand-Maximilien, archiduc d'Autriche pour lui et ses descendants. Dans le cas où, par des circonstances qu'on ne peut prévoir l'archiduc Ferdinand-Maximilien ne prendrait pas possession du trône qui lui est offert, la nation mexicaine s'en remet à la bienveillance de S.M. Napoléon III, empereur des Français, pour qu'il désigne un autre prince catholique à qui la couronne sera offerte.

  • le 10 juillet 1898 : la colonne Marchand occupe Fachoda, au Soudan.

La colonne française Marchand avec 5120 tirailleurs et 8 officiers atteint Fachoda et renforce les défenses de la place. Les Français devancent les anglais qui vont en faire une cause de rupture des relations entre les deux pays, d'où l'abandon français. Voir les chroniques du 18 septembre, du 11 décembre, du 13 janvier.

  • le 10 juillet 1900 : Inauguration du métro parisien.
    • le 10 juillet 1939 : le pape Pie XII lève la mise à l'index de l'Action française.

Le pape Pie XII lève l'interdit contre l'Action française et la mise à l'index de l'œuvre de Charles Maurras

  • le 10 juillet 1940 : abolition de la Troisième République, début de l'Etat français.

Les représentants de la chambre des députés et du sénat votent les pleins pouvoirs au Président du Conseil Philippe Pétain. La loi comporte un seul article rédigé dans sa forme initiale ainsi:

« L'Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du MARECHAL PETAIN*, à l'effet de promulguer par un ou plusieurs acte une nouvelle constitution de l'Etat français. Cette constitution devra garantir les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie. Elle sera ratifiée par les assemblées créées par elle. »

*En lettres capitales dans le texte.

A la demande des sénateurs anciens combattants la dernière phrase est remplacée par : « Elle sera ratifiée par la nation et appliquée par les assemblées qu'elle aura créées. »

Le vote donne 560 voix pour, 80 contre et 17 abstentions. Une trentaine de parlementaires se sont excusés de ne pouvoir venir. Parmi ces opposants 27, dont Louis Noguères, futur président de la Haute Cour en 1946, ont signé une motion, que l'histoire officielle se garde bien de rappeler et dans laquelle ils reconnaissent « ne rien ignorer de tout ce qui est condamnable dans l'état actuel des choses. » […] ils y «  estiment indispensable d'accorder au maréchal Pétain, qui en ces heures graves incarne si parfaitement les vertus traditionnelles françaises, tous les pouvoirs pour mener à bien cette œuvre de salut public et de paix.» Ils y ajoutent qu'ils « se refusent à voter un projet qui aboutirait inéluctablement à la disparition du régime républicains. » Voir la chronique de la veille.

Cela appel quatre remarques : De Gaulle a bien menti : l'alternative n'était pas entre l'armistice et la poursuite de la guerre, mais entre la survie et la mort de la France. Puisque mêmes les parlementaires les plus responsables de la guerre écrivent que la paix est l'unique solution pour le pays en 1940. Par ailleurs, la tentative du régime de Pétain, avant la main mise allemande, est bien d'appliquer au pays la citation de Léon XIII, mise en exergue de cette chronique : "A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." dans Rerum Novarum. Ces mêmes responsables, de la catastrophe nationale, refusent cette voie de salut, d'un retour aux origines chrétiennes de la France, car ils rejettent Dieu. Jusqu'à aujourd'hui, la république française et ses « valeurs » sont bien incompatibles avec la foi catholique. En outre, la devise Travail, Famille, Patrie a été donnée au régime de Vichy par les parlementaires de la IIIème république. Enfin la quatrième remarque est tirée de Histoire élémentaire de Vichy de l'amiral Auphan (Nouvelles éditions latines, page 86) « Le président Albert Lebrun devait expliquer lui-même plus tard que la loi du 10 juillet avait créé «  un état de suspension des lois constitutionnelles jusqu'à la nouvelle constitution. » Comme celle-ci ne pouvait entrer en vigueur qu'après l'approbation de la nation et qu'il n'était pas possible de solliciter cette approbation en pleine guerre, et c'est là que sont intervenus les actes constitutionnels. »

Il n'a jamais été question dans l'esprit du Maréchal ni des membres de l'assemblée nationale « d'abolir les droits de l'homme »comme l'écrira ensuite Robert Aron dans son Histoire de Vichy (page 220.). Il s'agissait d'un dispositif législatif d'urgence, permettant à l'Etat de perdurer et aux chefs désignés de restaurer la nation.

  • le 10 juillet 1985 : les services secrets français attaquent le Rainbow Warrior.

Le bateau de l'organisation écologiste Greenpeace coule dans le port d'Auckland en Nouvelle-Zélande : 1 mort.

  • le 10 juillet 1959 : décès de Marcel Van, rédemptoriste indochinois.

Voir la chronique du 14 novembre où est racontée sa vie. Le procès de béatification de Marcel Van, déjà Vénérable, est ouvert le 26 mars 1997 au diocèse de Belley-Ars. Le Christ lui apparaît le 14 novembre 1945, entre autres pour lui donner cette prière et lui dire qu'il apprécierait que les Français la lui récitent.

Seigneur JÉSUS, aie pitié de la FRANCE ! Daigne la serrer sur ton Cœur; montre-lui combien tu l'aimes.

Purifie-la; fortifie-la dans ton ESPRIT SAINT. Que la FRANCE contribue à Te faire aimer de toutes les nations !

O JÉSUS, nous autres Français Te promettons fidélité. Oui, nous nous engageons à travailler d'un cœur ardent à l'extension de ton Règne sur la terre, ne comptant en rien sur nous, mais uniquement sur Toi»

Amen»

  • le 10 juillet 1976 : loi sur la protection des animaux.

Cette loi punit de 6000F et 6 mois d'emprisonnement quiconque détruit un œuf d'aigle. Par contre la loi du 31 décembre 1982 fait rembourser par la sécurité sociale la destruction d'un œuf humain et oblige tout Français à y participer.

Voir la chronique du 31 décembre.


C’est arrivé un 9 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 9 juillet : saints du jour français ou en France.
    • BBses Mélanie et Marie-des-Anges, religieuses et martyres († 1794)

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s'organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d'entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Voir la liste dans la chronique du 6 juillet.

Elles montèrent toutes joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l'Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832. Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.

  • le 9 juillet 1429 : victoire de jeanne d'arc à Troyes.

Jeanne d'Arc fait ouvrir les portes de Troyes à Charles VII, qu'elle va faire sacrer à Reims. Alors que Reims se rapproche, le Dauphin et ses conseillers doutent encore de Sainte Jeanne d'Arc. Elle a bien du mal à convaincre le futur Roi de maintenir le siège quelques jours pour faire tomber la ville. Ayant prêté serment d'allégeance au roi d'Angleterre il y a peu, la cité refuse en effet de donner ses clés. Elle cède pourtant à la simple vue de la «pucelle» organisant le siège. Le lendemain l'armée royale entre dans la ville sans avoir combattu.

  • le 9 juillet 1472 : dégagement du siège de Beauvais.

Le 14 juin 1472, partant d'Arras à la tête de 80 000 hommes, Charles le Téméraire Duc de Bourgogne franchit la Somme et ravage toute la région, puis marche sur Beauvais, l'une des villes les plus riches de France, qu'il sait sans garnison. Les récits des massacres autour de la ville poussent cette dernière à refuser de parlementer.

Les premiers assauts, fin juin, en particulier le 27, ayant échoué, les Bourguignons mettent le siège et préparent minutieusement leur attaque. Les habitants de Beauvais, aidés par des femmes dont la célèbre Jehanne Laisné, dite« Jehanne Hachette », repoussent les troupes bourguignonnes.

Les reliques d'Angadrême, patronne de Beauvais, sont montrées sur les remparts de Beauvais lors de l'assaut. La sainte a aidé à la victoire. La date du 27 juin, retenue pour la fête d'Angadrême, rappelle la procession instituée par Louis XI en reconnaissance de la protection de sainte Angadrême. Afin de récompenser les femmes de Beauvais pour leur vaillance, Louis XI accorde à celles-ci le droit et privilège de porter des habits d'hommes.

  • le 9 juillet 1535 : décès d'Antoine Duprat, cardinal, chancelier de France.

Antoine Duprat, né à Issoire le 17 janvier 1463 et mort à Nantouillet, le 9 juillet 1535, est un cardinal-légat français, chancelier de France et de Bretagne. C'est « l'une des grandes figures de la France monarchique », selon R. Mousnier. Il est très décrié par des historiens comme Michelet, qui ne lui pardonnent pas d'avoir organisé la lutte contre les réformés et tous leurs coupables excès.

Il est surtout le négociateur du concordat de Bologne, signé en 1516 entre le pape Léon X et François Ier ; concordat qui met fin au régime d'élections ecclésiastiques instauré par la pragmatique sanction de Bourges (Cf. la chronique du 7 juillet).

  • le 9 juillet 1590 : Henri IV prend St-Denis.

Alors que depuis le 2 aout 1589, mort du Roi Henri II, Henri de Navarre est Roi de fait mais non sacré, ce dernier tente depuis le mois de mai de s'emparer de Paris. Le 9 juillet la garnison de St Denis tombe. Mais Paris, aux mains de la Ligue Catholique, va résister grâce au renfort d'une armée des Pays-Bas espagnols.

  • le 9 juillet 1657 : intronisation de la Statue de Notre Dame de la Paix, en présence de Louis IV et du nonce apostolique.

La statue de Notre-Dame de Paix est l'héritage de l'illustre Maison de Joyeuse en Vivarais. Elle aurait été commandée par Jean de Joyeuse vers 1530. Un de ses fils l'emmène avec lui à Paris, où il s'installe avec sa femme, Catherine de La Vallette, rue Saint-Honoré, dans un hôtel contigu au monastère des Capucins et y aménage une chapelle pour Notre-Dame.

Devenu veuf, il entre chez les Capucins ; la petite Madone va rester là 63 ans. Le 21 juillet 1651, en pleine guerre de Trente Ans, des enfants s'assemblent devant la Madone des Capucins, chantant à gorge déployée des Salve Regina. Des miracles, se produisent et les Parisiens commencent à invoquer la Madone sous le vocable de « Notre-Dame de Paix ».

Les pèlerins y viennent si nombreux qu'il faut songer à agrandir la chapelle ; ce que fait faire Mademoiselle de Guise, petite-nièce d'Henri de Joyeuse ; la statue est solennellement installée dans le nouveau sanctuaire par le Nonce apostolique, en présence du Roi, de la Cour et d'un concours immense de parisiens, le 9 juillet 1657.

L'année suivante, le Roi Louis XIV est pris de fièvre typhoïde à Calais, et on craint pour sa vie. La Reine Mère demande des prières. Les capucins s'adressent à Notre-Dame de Paix et la guérison se produit, jugée miraculeuse. Anne d'Autriche commande alors à Michel Corneille un grand tableau en ex-voto (il est aujourd'hui dans les collections du château de Versailles). La dévotion populaire redouble surtout le jour de sa fête, fixée au 9 juillet. On implore la Reine de la Paix pour la paix du Royaume, pour la paix du monde, pour la paix des familles, pour la paix des coeurs…

Sauvée lors de la révolution, le 6 mai 1806, la statue de Notre-Dame de Paix arrive  au couvent de Picpus tout près de la « place du trône aujourd'hui « place de la nation ». Le 9 juillet 1906, la statue de Notre-Dame de Paix est officiellement couronnée  au nom du Pape Saint Pie X.

  • le 9 juillet 1686 : la ligue d'Augsbourg.

La ligue d'Augsbourg est une alliance conclue le 9 juillet 1686 par une grande partie de l'Europe contre Louis XIV.

  • le 09 juillet 1789 : l'Assemblée se déclare Assemblée nationale Constituante.
    • le 9 juillet 1794 : fête des Martyres d'Orange.

Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI, le 10 mai 1925. Leur fête se célèbre le 9 juillet. Il s'agit d'une partie des 52 religieuses de la région d'Avignon, de divers ordres religieux, accusées « d'avoir voulu détruire la République par le fanatisme et la superstition ».

En réalité, elles ont simplement refusé d'abandonner la vie religieuse, et de prêter les serments révolutionnaires. 32 d'entre elles sont exécutées, 16 Ursulines, 13 Sacramentines, 2 Cisterciennes et 1 Bénédictine, entre le 6 et le 20 juillet ; les vingt dernières sont sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet 1794, mais ne sont libérées qu'en 1795.Les corps des martyres sont jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane, à Gabet, sur les bords de l'Aygues, et une chapelle y est bâtie en 1832.

  • le 9 au 18 juillet 1860 : massacre de Damas.

Les chrétiens maronites de Damas sont exterminés dans la nuit, par des sunnites, avec la complicité du gouverneur turc de Syrie. Les massacres font entre 4000 et 6000 victimes. Le quartier chrétien est pillé et brûlé. Les survivants prendront la route de l'exil notamment vers Beyrouth et Alexandrie. Ce massacre fait suite à celui des chrétiens perpétrés par les Druzes dans le mont Liban (mars à juillet 1860).

Napoléon III enverra un corps expéditionnaire français commandé par Beaufort pour assurer la protection des chrétiens en route vers le Liban. L'expédition française en Syrie dure du mois d'août 1860 au mois de juin 1861.

  • le 9 juillet 1918 : consécration des armées alliées au Sacré-Cœur.

Le généralissime Foch consacre au Sacré-Cœur toutes les armées alliées placées sous ses ordres. Il le fait en présence des officiers de son état-major.

Une plaque commémorative est apposée dans l'église du village de Bombon, en Seine et Marne, où se trouve l'état-major de Foch. Ce dernier commence avec ses officiers une neuvaine qui se termine le 18 juillet suivant. Ce jour-là commence l'offensive d'où sort la victoire finale. Voir les chroniques du 20, et 26 du mars, du 15 et du 18 juillet.

  • le 9 juillet 1940 : la chambre des députés réunie à Vichy vote la révision de la constitution

Par 395 voix pour et 3 contre, en l'absence des députés communistes dont le parti a été dissous par Daladier le 26 septembre 1939. Dans la foulée le sénat suit avec 229 voix pour et 1 contre. Les pouvoirs constituants sont donnés au Maréchal Pétain. Le lendemain, l'assemblée nationale (les deux chambres réunies) examine le projet de loi constitutionnelle. Elle compte 666 votants sénateurs et députés. Les passagers du Massilia ne peuvent pas revenir. L'armistice a gelé le trafic entre la métropole et l'Algérie. Cité par l'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (NEL page 73)

Voir la chronique du 10 juillet.

  • le 9 juillet 1960 : un décret autorise le péage sur les autoroutes françaises.
  • le 9 juillet 1970 : la durée du service militaire français est ramenée à un an.

C’est arrivé un 8 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 8 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Auspice, évêque de Toul († Ve s.)
    • Bx Pierre Vigne, prêtre ardéchois, fondateur de la : « Congrégation du Saint Sacrement » († 1740)

Pierre Vigne, un pur Ardéchois, né à Privas, le 20 août 1670, dans une famille de commerçants. Il est leur cinquième enfant, mais seuls trois échapperont à la mortalité infantile, si fréquente à cette époque.

L'enfance de Pierre Vigne semble sans histoires et pourtant, selon une tradition ancienne, l'adolescent aurait abandonné sa foi catholique. Un jour, alors qu'il se rendait à Genève, il aurait croisé un prêtre portant le Saint Sacrement et aurait refusé de le vénérer. Son cheval se serait alors cabré et l'aurait précipité à terre. Ce fut pour Pierre une expérience décisive : il se convertit aussitôt et changeant de route, il partit pour le séminaire de Viviers.

Cette aventure est peut-être en partie légendaire, mais elle rend parfaitement compte de ce qui sera au cœur de la spiritualité de Pierre Vigne : sa dévotion eucharistique. Cette tradition, transmise au fil des siècles, explique parfaitement l'itinéraire du Bienheureux : saisi par Dieu, il lui consacre toute sa vie, à travers son ministère de prêtre, son engagement missionnaire et la fondation de la « Congrégation du Saint Sacrement ».

Ordonné prêtre à Bourg-Saint-Andéol, le 18 septembre 1694, il est nommé vicaire à Saint-Agrève. En 1700, il entre chez les Lazaristes, l'ordre fondé par saint Vincent de Paul, où il prêche des missions, de Lyon à Béziers, pendant cinq années. Il réintègre alors le clergé diocésain et on le retrouve aux Ollières, à Saint-Fortunat, entre autres. On pense à lui pour la cure de Privas, mais il n'ira jamais. En effet, en 1712, il arrive à Boucieu-le-Roi et il est séduit par le charme des lieux ; le vallon, les collines, tout lui évoque Jérusalem. Il décide d'y édifier un grand Chemin de Croix. Aujourd'hui encore, les Ardéchois et les Drômois viennent en nombre, le Vendredi Saint, participer au Chemin de Croix de Boucieu.

En 1713, une jeune fille de Nozières vient demander à Pierre Vigne des conseils sur une éventuelle vocation. D'autres la suivront bientôt….

Infatigable, Pierre Vigne continue ses missions dans les villages les plus écartés. Il est reconnu comme un grand prédicateur de la Miséricorde de Dieu et il passe des heures à confesser, à diriger les fidèles, à les instruire. Il n'oublie pas de favoriser l'éducation des jeunes gens et il s'efforce de soulager les misères. Sa charité est sans limite : il donne tout ce qu'il possède, il court au-devant des malades, comme en cette année 1722 où il va soigner les habitants de Rochepaule frappés par la peste.

Il meurt le 8 juillet 1740, au cours d'une mission, à Rancurel, dans le Vercors. Une foule accompagne son corps jusqu'à Boucieu où il est inhumé dans l'église paroissiale.

Pierre Vigne a été béatifié le 03 octobre 2004, à Rome, avec quatre autres Serviteurs de Dieu : Joseph-Marie Cassant, Anna Katharina Emmerick, Maria Ludovica De Angelis, Charles d'Autriche, par saint Jean-Paul II (Homélie du Pape).

  • le 8 juillet 1153 : décès du pape Eugène III.

Eugène III a été béatifié le 28 décembre 1872 par le pape Pie IX.

  • le 8 juillet 1621 : naissance de Jean de La Fontaine.

Jean de La Fontaine, né à Château-Thierry, est un poète, moraliste, dramaturge, librettiste et romancier français.Il meurt le 13 avril 1695 à Paris. Voir la chronique du jour.

Ses Fables sont l'un des plus grands chefs d'œuvre de la littérature française. Elles ont été écrites entre 1668 et 1694. Il s'agit comme son nom l'indique d'un recueil de fables écrites en vers, la plupart mettent en scène des animaux et contiennent une morale au début ou à la fin. Ces fables sont écrites dans un but éducatif pour le Dauphin.

  • le 8 juillet 1623 : décès du pape Grégoire XV.

Alessandro Ludovisi est le 234ème pape de l'Église catholique. Agé de 66 ans lors de son élection, il est un pape de transition. Ancien élève des Jésuites, il canonise Ignace de Loyola, François Xavier, Louis de Gonzague et Stanislas Kostka, tous membres fondateurs de la Compagnie de Jésus. Il confie à la Compagnie le soin de gérer l'université pontificale grégorienne. Grégoire XV améliore aussi le processus des élections pontificales et crée la congrégation pour la propagation de la Foi (Sacra congregatio de propaganda fide) par la bulle « Inscrutabili divinae providentiae », le 22 juin 1622. C'est lui qui confère à Richelieu le chapeau de cardinal. Voir la chronique du 9 février.

  • le 8 juillet 1740 : décès de Pierre Vigne, Père sulpicien fondateur de la Congrégation des Sœurs du Saint Sacrement.

Le père Pierre Vigne a été béatifié par le Pape Jean-Paul II le 3 octobre 2004.

  • le 8 juillet 1758 : bataille de Fort Carillon (Fort Ticonderoga).

Victoire des 3 600 hommes (dont les 400 Canadiens du Chevalier de Lévis) de Montcalm sur les 15 000 Britanniques et leurs alliés aux ordres du major général James Abercrombyau fort Carillon. Ticonderoga est au sud du lac Champlain, de nos jours dans l'État de New York. Au moment où Amherst assiège Louisbourg, le général Abercromby rassemble ses troupes la plus grande armée jamais vue en Amérique du Nord, soit environ 16 000 hommes, dont 6 000 hommes de l'infanterie régulière britannique.

L'attaque anglaise coûte à Abercromby 500 morts, 1 000 blessés et 20 disparus. Ses troupes se retirent vers le lac du Saint-Sacrement abandonnant armes, munitions et blessés. Les derniers assauts anglais ont été repoussés par un féroce combat à la baïonnette, au couteau et au sabre.

Le Fort Carillon était un petit édifice fait de retranchements, bâti à l'angle de la confluence entre le Lac Champlain et la Rivière de la Chute, au nord du Lac George (territoire anglais), chargé de surveiller la frontière entre les Treize Colonies britanniques et la Nouvelle-France.

  • le 8 juillet 1789 : des troupes royales commandées par le duc de Broglie et le général Besenval se massent autour de Paris

Le 26 juin 1789, Louis XVI a fait appeler à Paris, 3 régiments d'infanterie et 3 régiments de cavalerie stationnés dans l'Est. Environ 30 000 hommes s'installent au Bois de Boulogne, à St-Denis, et sur le Champ-de-Mars. L'Assemblée lui demande d'éloigner ses troupes.

  • le 8 juillet 1810 :l'île Bonaparte est prise à la France par les Britanniques, débarqués la veille.

L'île de la Réunion, retrouve son nom d'île Bourbon. Elle est rétrocédée à la France lors du Traité de Paris de 1814.

  • le 8 juillet 1827 : décès de Robert Surcouf, corsaire français.

Voir la chronique du 1er décembre.

  • le 8 juillet 1886 : décès de Joseph Hippolyte Guibert, cardinal français, archevêque de Paris.

Joseph Hippolyte Guibert, né le 13 décembre 1802 à Aix-en-Provence, et mort le 8 juillet 1886 à Paris, est d'abord nommé archevêque de Tours, puis de Paris de 1871 à 1886.Dès sa nomination, il s'occupe de faire construire la basilique dite du "Vœu National" à Montmartre. En 1873, il reçoit le chapeau de cardinal. En 1875, il inaugure l'Université catholique de Paris. Il doit affronter les mesures anti cléricales: suppression de la Faculté de Théologie de la Sorbonne, premières expulsions de congréganistes…

  • le 8 juillet 1937 : sortie de prison de Charles Maurras.

60 000 parisiens rendent un hommage national à Charles Maurras à sa sortie de prison, où il a été mis par les socialistes et les communistes du Front populaire. C'est la maréchale Joffre qui préside au Vélodrome d'hiver, où 30 000 Parisiens l'ovationnent. Tous les dirigeants républicains ou monarchistes sont présents, seul manque le colonel de la Roque, président du PSF, le parti social français.

  • le 8 juillet 1940 : les Anglais attaquent la marine française par traîtrise dans le port de Dakar.

L'escadre britannique de Freetown, habituée à faire escale dans la grand port français, attaque avec un porte-avions les navires français, dont un des plus puissant : le Richelieu qui vient à peine d'entrer en service.

Voir les chroniques des 12, 13, 16, 17, 23 juin et des 2, 3 et 11 juillet.


C’est arrivé un 7 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 7 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Ste Séthride, abbesse († v. 660)
    • Sainte Séthride (ou Saethryth) abbesse de Faremoutiers-en-Brie († v. 660).

Belle-fille du roi Anne d'Est Anglie, elle était la demi-sœur de sainte Ethelrede ;  elle entra comme moniale à Faremoutiers-en-Brie, sous la direction de sainte Fare à qui elle succéda comme 2ème higoumène de ce monastère.

  • St Guillebaud (Willibald), évêque d'Eischstätt  († 787)

À Eichstadt en Franconie, l'an 787, saint Guillebaud (Willibald), évêque. Il fut d'abord moine et se fit longtemps pèlerin dans les lieux saints et dans de nombreuses régions où il restaura la vie monastique ; enfin, ordonné premier évêque d'Eichstadt par saint Boniface, il coopéra à l'œuvre d'évangélisation de la Germanie et convertit au Christ bien des peuples.

 

 

 

 

 

  • Bse Iphigénie de Saint-Matthieu, martyre († 1794)

À Orange de Provence, en 1794, la bienheureuse Iphigénie de Saint-Matthieu (Françoise-Marie-Suzanne de Gaillard de La Valdène), vierge et martyre. Sacramentine de Bollène, elle fut guillotinée pour avoir refusé de quitter la vie religieuse.

  • le 7 juillet 913 : élection du pape Landon.
  • le 7 juillet 1304 : décès du pape Benoît XI.

Il passe son pontificat à réconcilier la France de Philippe le Bel et la papauté. Il est béatifié le 24 avril 1736 par le pape Clément XI.

  • le 7 juillet 1438 : promulgation de la Pragmatique Sanction de Bourges.

En 1418, réuni à l'initiative de l'Empereur Sigismond, pour tenter de mettre fin au Grand Schisme d'Occident, le Concile de Constance s'est achevé avec l'élection de Martin V, sans pour autant renforcer l'autorité pontificale, contestée par les Pères du Concile qui placent celui-ci au-dessus du Pape. En 1431, un nouveau Concile est réuni à Bâle par Martin V, il ne donne rien. Charles VII décide alors d'organiser et de réformer l'Église en France. Il convoque à Bourges une assemblée où se retrouvent les principaux évêques de France.

Le Roi, désirant rendre à l'Église gallicane ses anciens droits et libertés, avec l'appui de la majeure partie des prélats et du clergé de son Royaume et l'assentiment des princes de sang et des grands feudataires, décide par la Pragmatique Sanction que les décrets des Pères établis et publiés par les anciens papes de Rome, par les conciles généraux et les Constance et de Bâle, seraient conservés dans tout son Royaume et en Dauphiné. Charles VII dénonce les abus du Clergé de Rome et prend plusieurs mesures pour renforcer les libertés Gallicanes, acquises depuis le XIIIe siècle :

- Rétablissement des élections d'évêques et de Pères Abbés pour les Monastères. Toutefois, le Roi de France peut recommander tel ou tel candidat de son choix ;

- Âge minimum pour devenir Cardinal ;

- Restriction de la capacité du Pape à jeter l'interdit sur le Royaume de France et à excommunier son Souverain ;

Le Parlement de Paris enregistre l'Ordonnance en 1439, après une année de délibération, suivi par l'Université de Paris. La Pragmatique Sanction envenime les relations entre la France et Rome. C'est Louis XI, fils de Charles VII, qui sans abolir complètement la Pragmatique sanction, va en corriger les erreurs permettant à la France de retrouver sa place de fille Aînée de l'Eglise. Le pape, en remerciement, accorde au Roi et tous ses descendants le titre de « Très Chrétien ».

  • le 7 juillet 1456 : fin du procès de révision du premier procès de Sainte Jeanne d'Arc.

Le procès et la condamnation de Jeanne d'Arc de 1431 sont frappés de nullité par les envoyés pontificaux.

  • le 7 juillet 1492 : le Roi Charles VIII confirme les privilèges de la Bretagne.

Il reconnaît les privilèges de la Bretagne : privilèges fiscaux avec le droit pour les Etats de consentir à l'impôt et privilèges judiciaires avec la garantie pour les Bretons d'être jugés par les instances de la province.

  • le 7 juillet 1752 : naissance de Joseph Marie Jacquard, mécanicien français, inventeur du métier à tisser qui porte son nom.

Mécanicien, Joseph Marie Jacquard met au point, en 1807, le métier à tisser Jacquard. Il a équipé un métier d'un mécanisme sélectionnant les fils de chaîne à l'aide d'un programme inscrit sur des cartes perforées. Ainsi un seul ouvrier peut manipuler l'outil. Le métier Jacquard connaît un succès international et certains sont encore utilisés de nos jours.

  • le 7 juillet 1798 : début de la Quasi-guerre des États-Unis contre la France pour des raisons économiques.

Après l'assassinat du Roi Louis XVI, les relations entre les Etats-Unis et la France se détériorent et donnent lieu à la Quasi Guerre qui débute le 7 juillet 1798. Le congrès des Etats-Unis décide d'annuler les traités signés auparavant avec la France. Un embargo sur tous les produits français est instauré. La révolution contre les colons français à Haïti est soutenue et des ordres aux soldats de la marine sont donnés pour s'emparer des bateaux français.

Les Français reprochent au gouvernement de Washington le rapprochement avec le Royaume-Uni, les retards de remboursement de la dette (les Américains affirmant que leur dette concerne la France royale et non la France républicaine) et sa neutralité dans les guerres révolutionnaires en Europe. Il faut rappeler que le Roi Louis XVI a payé sur ses propres revenus une grande partie des frais de cette guerre.

  • le 7 juillet 1807 : signature du traité de Tilsit entre Napoléon Ier et le tsar Alexandre Ier.

Avec celui du 9 juillet, signé avec le roi de Prusse, ces traités mettent fin à la quatrième coalition.

  • le 7 juillet 1867 : 205 martyrs chrétiens japonais sont béatifiés par Pie IX.

Parmi ces martyrs, 21 sont Dominicains, 18 Franciscains, 5 Augustiniens et 33 de la Compagnie de Jésus.

  • le 7 juillet 1904 : les congrégations religieuses interdites d'enseigner, celles dont c'est la vocation sont interdites d'exister.

Le Président du Conseil, Emile Combes, fait adopter une loi interdisant à toutes les congrégations religieuses d'enseigner. Cette loi fait fermer 2500 écoles ; mais avec l'ensemble des mesures prises par Ferry et Combes se sont 15874 écoles catholiques qui sont contraintes de fermer. Cette année est celle de la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Vatican. C'est l'année de l'affaire des Fiches dans l'armée. Plus de 40 000 religieux sont ainsi mis à la rue. En octobre 1904, Saint Pie X écrit dans Supremi Apostolatus :

« Actuellement une guerre impie a été soulevée et qui va se poursuivre presque partout contre Dieu. De nos jours, il n'est que trop vrai, les nations ont frémi et les peuples ont médité des projets insensés contre leur Créateur, et presque commun est devenu ce cri de ses ennemis : Retirez-vous de nous. […] Qui pèse ces choses a le droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des Temps, et leur prise de contact avec la terre, et que finalement le fils de perdition dont parle l'apôtre n'ait déjà fait son apparition parmi nous. […]

  • le 7 juillet 1941 : Beyrouth est occupé par les troupes de la France libre et les forces britanniques.

Le conflit qui se déroule du 8 juin au 12 juillet 1941 est court, acharné et meurtrier. Dans son livre Syrie 1941- La guerre occultée (Editions Perrin), Henri de WAILLY rappelle quelques vérités. Il démontre que le déclenchement des hostilités est plus la conséquence de volontés politiques fortes que d'impératifs opérationnels.

Pour l'Armée du Levant, fidèle au gouvernement de Vichy, il faut défendre ces territoires placés sous mandat français depuis 1923, conformément aux clauses de l'armistice de juin 1940. Pour les Forces françaises libres (FFL) de De Gaulle, c'est l'occasion d'accroître leur légitimité, d'asseoir territorialement la France libre et de rallier les troupes qui y sont stationnées. Charles De Gaulle négocie âprement avec Winston Churchill le déclenchement d'une opération en Syrie et l'engagement de la 1ère Division française libre (1ère DFL) aux côtés des troupes anglo-saxonnes.

Les Anglais trompés par De Gaulle ont attaqué des positions françaises pensant attaquer des Allemands. Contre toute attente, pour De Gaulle, l'armée d'armistice ne le rejoint pas, se bat, et contre-attaque victorieusement. Son illégitimité éclate ainsi au grand jour aux yeux des Anglais et des Américains.

Pour l'armée française, cette attaque, cette « agression » anglaise s'ajoute à l'« abandon » de Dunkerque, puis les « attaques fratricides» de Mers-el Kébir et de Dakar. Après la destruction de la flotte du Levant, les Français ne sont plus ravitaillés. Le général DENTZ se résout à négocier le 9 juillet 1941. Le cessez-le-feu entre en vigueur le 12 juillet 1941 à 00h00. Cette courte guerre s'achève par la signature des Accords de Saint Jean d'Acre le 15 juillet 1941. Mais très peu de soldats rejoignent De Gaulle. Voir les chroniques du 8 juin et du 14 juillet.

  • le 7 juillet 1971 : inauguration du pont de Noirmoutier.
    • le 7 juillet 2007 : publication par le pape Benoît XVI du motu proprio Summorum Pontificum.

Le motu proprio rappelle qu'un prêtre n'a besoin d'aucune autorisation pour célébrer la Sainte Messe selon le rite tridentin. Fait inhabituel, il est accompagné d'une lettre pastorale adressée aux évêques, destinée à mettre fin au conflit avec les Catholiques traditionalistes. L'Église réhabilite la messe de saint Pie V, la messe en latin d'avant Vatican II, sans remettre en cause la liturgie issue de Vatican II, la messe de Paul VI.


C’est arrivé un 6 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines."Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 6 juillet : saints du jour français ou en France.
    • Ste Nolwenn, fille d'un prince de Cornwall, vierge et martyre

Dans le Morbihan, le nom s'écrit Noluenn ; et il y a été déformé en Maluen ; la chapelle Sainte-Maluen a fini par devenir elle-même chapelle Sainte-Noyale, en Noyal-Pontivy. Il semble qu'il n'y ait jamais eu de sainte à porter ce nom tel quel. Mais, il y a eu une sainte, légitimement vénérée, dont le nom originel a été mal compris et déformé. "Gwenn", en breton et en gallois, revêt le sens de bienheureux ou saint ; Noal est la forme bretonne de "Noyal". Ainsi, la "Sainte de Noal" (Gwenn-Noal, ou renversé en Noal-Gwenn) serait devenue un nom propre. Que l'on n'ait pu retrouver son nom authentique n'empêche pas qu'elle ait existé.

Nolwenn était fille d'un prince de Cornwall (comté d'Angleterre situé à l'extrémité sud-ouest du pays) ; elle avait résolu de se vouer à Dieu. Et, pour être plus sûre qu'on ne vienne plus la demander en mariage, à vingt ans, accompagnée de sa nourrice, elle quitte l'île de Bretagne et débarque sur la côte de Vannes.

Toutes deux montent vers l'intérieur du pays, à la recherche d'une solitude où elles se livreraient à la pénitence. Elles arrivent à Bignan (Morbihan), au village de Bézo, quand survient un tyran, nommé Nizan, qui s'éprend de la beauté de Nolwenn et prétend lui imposer le mariage. Elle lui répond que, si elle avait voulu se marier, elle aurait tout aussi bien pu le faire dans son pays. Furieux, Nizan la fait décapiter. Mais Nolwenn était partie à la recherche d'une solitude, et elle doit continuer sa route. 

Dieu permet qu'elle prenne donc sa tête dans les mains ; et, avec sa nourrice, elle repart. À Herboth, elles entendent une femme blasphémer : ce ne peut être là, cette solitude. À Noyal, elles entendent une fille qui injurie sa mère : pas encore là. Elles arrivent enfin dans un vallon solitaire et se reposent.

Trois gouttes de sang tombent du cou de Nolwenn ; et trois fontaines jaillissent. Elle plante en terre son bâton : il devient aubépine, cependant que la quenouille de sa nourrice se change en hêtre. Elles ont prié et dormi, et le lendemain prennent le chemin creux qui les conduit au désert prévu par Dieu. Nolwenn s'arrête : « C'est ici le lieu de ma sépulture ».

Alors,"Guelet oé er spern é krenein 

Get er huerhiéz é tremenein."

(« L'on vit trembler l'aubépine, pendant que la vierge trépassait. »)

Ainsi l'histoire de cette jeune fille sympathique, martyre de la virginité. Elle est encore populaire dans le pays de Pontivy et a même été embellie, par la suite, avec la légende du sinistre seigneur Renorche, qui voulut détruire la chapelle de Ste Maluen, en la noyant au fond d'un étang artificiel ; mais c'est Renorche qui périt par la rupture de la digue. 
Dans ses Contes et Légendes, l'abbé Cadic a donné un savoureux récit et de l'histoire et de la légende.

  • St Juste, moine dans le Condat († siècle inc.)
  • St Goar, prêtre et ermite en Rhénanie  († 575)

Goar naît peu après la mort du Roi Clovis. Ses parents étaient de nobles seigneurs de l'Aquitaine, au foyer desquels il puisa, pendant ses premières années, l'amour de la vertu. Tout petit encore, il avait une charité extraordinaire pour les pauvres ; son zèle pour la gloire de Dieu lui faisait prêcher déjà la pénitence aux pécheurs et la sainteté aux justes, et la parole de cet enfant, jointe à ses actions merveilleuses, produisait de grands fruits autour de lui.

Le sacerdoce, quand il eut l'âge de le recevoir, fut un nouvel aiguillon à son ardeur apostolique. Avec l'autorité que lui donnait sa haute vertu, il combattit, dans ses prédications, tous les vices, le luxe, la discorde, la vengeance, l'homicide et les diverses passions grossières d'une époque encore barbare. Cependant l'apôtre avait, avant tout, des goûts de moine ; aussi quitta-t-il bientôt ses parents et sa patrie pour chercher Dieu dans la solitude. Mais Dieu, qui ne voulait pas que tant de vertus demeurassent stériles, souffla au cœur du solitaire un nouveau feu de zèle, et Goar, riche de ses progrès nouveaux et des lumières surnaturelles qu'il avait recueillies dans sa retraite, parcourut toutes les campagnes voisines, encore païennes, y prêcha l'Évangile et vit avec joie de nombreux convertis recevoir le baptême.

Peu de Saints furent plus hospitaliers que lui, et c'est par ses bons procédés, ses aumônes, ses réceptions cordiales et généreuses, qu'il sut rendre populaire la doctrine qu'il pratiquait si bien. Accusé devant son évêque de divers crimes imaginaires inventés par le démon de la jalousie, il parut humblement au palais épiscopal et déposa son manteau, par respect, en présence du prélat ; mais, en croyant le suspendre à une tige de métal, il le suspendit à un rayon de soleil. L'évêque ne fut point touché de ce prodige ; cependant il dut bientôt reconnaître l'innocence du Saint, manifestée, à sa confusion, par un nouveau miracle.

Le roi Sigebert voulut bientôt le faire évêque ; mais Goar obtint un délai de vingt jours, pendant lequel il pria Dieu avec tant de larmes, qu'il obtint une grave maladie qui se prolongea pendant sept ans et mit le roi dans l'impossibilité de réaliser ses desseins. Goar offrit à Dieu ses longues et horribles souffrances pour l'extension et le triomphe de l'Église.

  • Bse Suzanne Deloye, moniale et martyre († 1794)

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s'organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d'entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;

le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;

le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;

le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d'Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d'Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;

le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753). 

le 13 juillet : Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l'Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;

le 16 juillet : Sœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (Marie Anne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d'Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;

le 20 juillet : Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;

le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

Elles montèrent toutes joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795. Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l'Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832. Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.

  • le 6 juillet : saints catholiques du jour, sainte Maria Goretti, vierge et martyre.

Extrait du Message du pape Jean-Paul II à l'évêque d'Albano à l'occasion du centenaire de la mort de Sainte Maria Goretti :

« A mon Vénéré frère Mgr Agostino VALLINI, Evêque d'Albano

Il y a cent ans, le 6 juillet 1902, à l'hôpital de Nettuno, mourait Maria Goretti, sauvagement poignardée le jour précédent dans le petit village de Le Ferriere, dans l'Agro Pontino. En raison de son histoire spirituelle, de la force de sa foi, de sa capacité à pardonner son bourreau, elle figure parmi les saintes les plus aimées du XXème siècle. […]

Sainte Maria Goretti fut une jeune fille à laquelle l'Esprit de Dieu accorda le courage de rester fidèle à la vocation chrétienne, jusqu'au sacrifice suprême de la vie. Son jeune âge, le manque d'instruction scolaire et la pauvreté du milieu dans lequel elle vivait n'empêchèrent pas à la grâce de manifester ses prodiges en elle. […]

Maria Goretti, née à Corinaldo, dans les Marches, le 16 octobre 1890, dut très tôt prendre la route de l'émigration avec sa famille, arrivant, après plusieurs étapes, à Le Ferriere di Conca, dans l'Agro Pontino. Malgré les problèmes liés à la pauvreté, qui ne lui permirent pas d'aller à l'école, la petite Marie vivait dans un milieu familial serein et uni, animé par la foi chrétienne, où les enfants se sentaient accueillis comme un don et étaient éduqués par  leurs  parents  au respect d'eux-mêmes et des autres, ainsi qu'au sens du devoir accompli par amour de Dieu. Cela permit à la petite fille de grandir de façon sereine en nourrissant en elle une foi simple, mais profonde. L'Eglise a toujours reconnu à la famille le rôle primordial et fondamental de lieu de sanctification pour ceux qui en font partie, à commencer par les enfants.

Dans l'homélie pour sa canonisation, le Pape Pie XII, de vénérée mémoire, indiqua Maria Goretti comme "la petite et douce martyre de la pureté" (cf. Discours et radio-messages, XII [1950-1951], 121), car malgré la menace de mort, elle ne manqua pas au commandement de Dieu.

Quel exemple lumineux pour la jeunesse! La mentalité privée d'engagements, qui envahit une grande partie de la société et de la culture de notre temps, a parfois du mal à comprendre la beauté et la valeur de la chasteté. Il ressort du comportement de cette jeune sainte une perception élevée et noble de sa propre dignité et de celle d'autrui, qui se reflétait dans les choix quotidiens, en leur conférant pleinement leur sens humain. N'y a-t-il pas en tout cela une leçon d'une grande actualité? Face à une culture qui accorde trop d'importance à l'aspect physique de la relation entre homme et femme, l'Eglise continue à défendre et à promouvoir la valeur de la sexualité comme un élément qui touche chaque aspect de la personne et qui doit donc être vécu selon une attitude intérieure de liberté et de respect réciproque, à la lumière du dessein originel de Dieu. Dans cette perspective, la personne se découvre être à la fois la destinataire d'un don et appelée à devenir, à son tour, un don pour l'autre. […]

Il est indéniable que l'unité et la stabilité de la famille humaine doivent aujourd'hui faire face à de nombreuses menaces. Mais, heureusement, à côté de celles-ci, on constate une conscience renouvelée des droits des enfants à être élevés dans l'amour, protégés de tous les types de dangers et formés de façon à pouvoir, à leur tour, affronter la vie avec force et confiance.

Dans le témoignage héroïque de la sainte de Le Ferriere, le pardon offert à l'assassin et le désir de pouvoir le retrouver, un jour, au paradis est également digne d'une attention particulière. Il s'agit d'un message spirituel et social d'une importance extraordinaire pour notre temps.

[…] Puisse l'humanité avancer de façon décidée sur la voie de la miséricorde et du pardon! L'assassin de Maria Goretti reconnut la faute commise, il demanda pardon à Dieu et à la famille de la martyre, il expia avec conviction son crime et garda pendant toute sa vie cette disposition d'esprit. La mère de la sainte, pour sa part, lui offrit sans réticence le pardon de la famille, dans la salle du tribunal où se tint le procès. Nous ne savons pas si ce fut la mère qui enseigna le pardon à sa fille ou le pardon offert par la martyre sur son lit de mort qui détermina le comportement de sa mère. Il est toutefois certain que l'esprit de pardon animait les relations au sein de toute la famille Goretti, et c'est pourquoi il put s'exprimer avec tant de spontanéité chez la martyre et sa mère.

Ceux qui connaissaient la petite Maria, dirent le jour de ses funérailles:  "Une sainte est morte!". Son culte s'est diffusé sur tous les continents, suscitant partout l'admiration et la soif de Dieu. […]

Je montre l'exemple de cette sainte en particulier aux jeunes, qui sont l'espérance de l'Eglise et de l'humanité. A la veille, désormais, de la XVIIème Journée mondiale de la Jeunesse, je désire leur rappeler ce que j'ai écrit dans le Message qui leur était adressé en préparation à cet événement ecclésial tant attendu:  « Au plus fort de la nuit, on peut se sentir apeuré et peu sûr, et l'on attend alors avec impatience l'arrivée de la lumière de l'aurore. Chers jeunes, il vous appartient d'être les sentinelles du matin (cf. Is 21, 11-12) qui annoncent l'arrivée du soleil qui est le Christ ressuscité!" (n. 3).[…]

Du Vatican, le 6 juillet 2002

  • le 6 juillet 1203 : prise de la tour de Galata par les croisés lors du siège de Constantinople.
    • le 6 juillet 1274 : session du IIe concile de Lyon.

Ouvert le 7 mai 1274,il compte cinq sessions additionnelles les 18 mai, 7 juin, 6 juillet, 16 juillet et 17 juillet. Ce concile traite de:

  • la conquête de la terre sainte,
  • l'union des églises d'Orient et d'Occident,
  • l'élection pontificale.
  • le 6 juillet 1495 : bataille de Fornoue.

Le Roi de France Charles VIII défait la Ligue de Venise à Fornoue. C'est à l'issue de cette bataille que naît l'expression « Furia Francese ».

Alors que ses armées partent vers le nord pour revenir en France, Charles VIII se voit attendu et pris au piège par la Ligue de Venise commandée par le condottiere Francesco II da Gonzaga, lors du passage de la rivière Taro. Heureusement, le Roi de France mène lui-même la charge qui va libérer ses troupes et écraser les Italiens en moins d'une heure. Bilan, les 8 000 français déchaînés mirent en fuite leurs 26 000 ennemis.

  • le 6 juillet 1535 : exécution de Thomas More.

Hostile au schisme entre l'Église catholique et l'Église anglicane, Thomas More est décapité à la Tour de Londres sur ordre du roi Henry VIII. Il est jugé coupable de trahison pour avoir désavoué le divorce du roi. Thomas More a été béatifié en 1886, et canonisé en 1935. En 2000, il est fait patron des responsables de gouvernement et d'hommes politiques par Jean-Paul II.

  • le 6 juillet 1632 : Pacte de Turin, la France conserve Pignerol.

Cette place-forte hautement stratégique, lui ouvre la porte vers la plaine du Pô; elle a été conquise le 29 mars 1630.

  • le 6 juillet 1641 : bataille de la Marfée

Alors que les armées de Louis XIII sont pleinement engagées dans les combats de la Guerre de Trente Ans entre le Roussillon, le Pays Basque, les Alpes, la Lorraine, l'Alsace et le nord du Royaume, une armée de conjurés hostiles auRoi et au Cardinal de Richelieu, menée par Frédéric de la Tour d'Auvergne repoussent sans ménagement l'armée de Gaspard de Coligny. La Tour d'Auvergne dirige en 1640 la principauté de Sedan et reçoit les protestants qui fuient la France ainsi que Richelieu. De toutes les révoltes qui troublent le ministère du cardinal de Richelieu, celle du comte de Soissons est la plus dangereuse car elle bénéficie de l'appui du duc de Bouillon, de l'argent du roi d'Espagne, et des troupes des Pays-Bas. Les grands féodaux se soumettront malgré ce premier succès.

  • le 6 juillet 1686 : naissance du botaniste Antoine de Jussieu.

Antoine de Jussieu, botaniste et médecin d'origine française, est né le 6 juillet 1686. Après avoir étudié la théologie, il se découvre une passion pour la botanique et se lance dans des études de médecine. Ses recherches en botanique lui permettent de se faire remarquer par Guy Fagon, surintendant du Jardin du Roi. En 1711, il est accepté à l'Académie des sciences, Fagon lui attribue une mission en Espagne et au Portugal pour y recueillir des plantes. Dès son retour, il publie «les Mémoires de l'Académie des sciences».C'est lui qui introduit le caféier dans les Antilles.

  • le 6 juillet 1746 : victoire navale de Mahé de la Bourdonnais à Negapatam (Inde).

Cette victoire française, par duel au canon, sur la Navy s'inscrit dans le contexte de la Guerre de Succession d'Autriche. Elle va permettre aux Français de contrôler des eaux de la côte de Coromandel, lieu stratégique, où se situent les comptoirs de Pondichéry et de Madras et donc de s'emparer de Madras quelques mois plus tard. Madras servira de monnaie d'échange lors du traité d'Aix-la-Chapelle de 1748.

  • le 6 juillet 1758 : élection de Clément XIII.

Carlo della Torre Rezzonico, né à Venise le 7 mars 1693 et décédé à Rome le 2 février 1769, est élu pape sous le nom de Clément XIII. Malgré l'humilité et l'affabilité de son caractère droit et modéré, et généreux avec sa vaste fortune personnelle, le pontificat de Clément XIII est troublé par les pressions continuelles que tentent de faire sur lui les milieux français, pour qu'il supprime les Jésuites. Choiseul, Ministre de Louis XV, à la botte des philosophes maçonniques alliés pour l'occasion aux jansénistes français, va tout faire pour obtenir du pape, la dissolution de la Compagnie de Jésus, considérée par les frères ***, comme le rempart le plus sûr de la foi catholique.

Le pape va résister aux assauts des cours européennes infestées par « l'esprit des lumières ». Malgré les pressions de la France et de ses idées libertaires, il fait mettre à l'index « l'Encyclopédie » de d'Alembert et de Diderot,n'approuvant pas les opinions des philosophes des Lumières. Il suit par là les sages conseils du premier ministre qui servit Louis XV, le cardinal de Fleury, dont le Roi oublia trop vite les sages conseils… La France en paie encore aujourd'hui les conséquences.

  • le 6 juillet 1779 : bataille de la Grenade.

Seconde victoire navale française, de l'amiral français Charles Henri d'Estaing à la bataille de la Grenade contre l'amiral britannique John Byron, pendant la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique.Les français humilient Byron qui croyait la victoire facile compte-tenu de sa supériorité matérielle. Les canonniers français font merveille en expédiant aux Anglais 21 000 boulets de canons. Cependant Suffren, qui lui a apporté un appui décisif, commente ainsi le résultat :

«Le général [d'Estaing] s'est conduit, par terre et par mer, avec beaucoup de valeur. La victoire ne peut lui être disputée ; mais s'il avait été aussi marin que brave, nous n'aurions pas laissé échapper 4 vaisseaux anglais démâtés».

  • le 6 juillet 1782 : bataille navale de Négapatam.

C'est la seconde bataille navale de Négapatam, encore entre les flottes française et britannique au large de Madras en Inde, mais cette fois dans le cadre de la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Suffren embarque la 3e légion de volontaires étrangers de la Marine, la poignée de volontaires de l'île Bourbon et un détachement du régiment d'Austrasie. M. de l'Espinassy dirige l'artillerie. Ces troupes et cette artillerie contribuent à la victoire de Suffren sur mer.

  • le 6 juillet 1809 : bataille de Wagram.

Cette victoire de la France sur l'Autriche met fin à la guerre de la cinquième coalition des Guerres napoléoniennes, avec plus de 70 000 morts et blessésaprès deux jours de combats.

  • le 6 juillet 1815 : Davout évacue la capitale et démissionne de son poste de ministre de la Guerre.

Le Maréchal Louis Nicolas Davout, ministre de la Guerre durant les Cent-Jours, commandant général de l'armée de Paris après la bataille de Waterloo a signé un armistice avec les coalisés le 3 juillet. Il évacue la capitale et démissionne de son poste de ministre de la Guerre 3 jours plus tard.

  • le 6 juillet 1833 : mort de Pierre-Narcisse Guérin, peintre français.

Pierre-Narcisse Guérin est un peintre français né en 1774. Il fréquente l'Académie royale de peinture et de sculpture, il obtient le prix de Rome à 23 ans. Il peint de nombreux tableaux aux thèmes principalement historiques dans un style néo-classique. Il meurt en 1833.


Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein par Pierre-Narcisse Guérin

  • le 6 juillet 1885 : Louis Pasteur pratique la première vaccination contre la rage sur le jeune Joseph Meister.

Louis Pasteur vaccine pour la première fois contre la rage un petit berger alsacien de 9 ans prénommé Joseph Meister. L'enfant est sauvé. Fort de son succès, le biologiste réalise plus de 350 inoculations dans l'année. Il profite de sa renommée pour lancée une souscription qui permet de créer l'institut qui porte son nom

 

  • le 6 juillet 1962 : le général Weygand lance un appel en faveur des harkis.

« Depuis la proclamation officielle du cessez le feu en Algérie des milliers de Français musulmans ont péris de la façon la plus horrible pour avoir voulu demeurer jusqu'au bout fidèles à la France. […] Si nous abandonnons sans dire un mot à leur sort affreux les Musulmans d'Algérie qui ont fait foi à la parole donnée au nom de la France, l'honneur de notre pays sera perdu. »

Cité par l'ouvrage collectif Weygand témoignages et documents inédits, éditions Résiac, page 188.

  • le 6 juillet 1974 : le diocèse du Havre est fondé, sur décision du pape Paul VI.
  • le 6 juillet 1985 : le pape Pie IX est déclaré Vénérable.

En 1956, son corps est exhumé et trouvé intact. A cette époque 134 miracles sont déjà reconnus pour ce grand saint pape.

  • le 6 juillet 2003 : les Corses rejettent par référendum un projet pour l'autonomie accrue de l'île par rapport à la France.

C’est arrivé un 4 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 4 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Laurian, diacre et martyr à Vatan dans le Berry († 544)
    • St Florent, évêque à Cahors († début Ve s.)

À Cahors, au début du Ve siècle, saint Florent, évêque. Saint Paulin de Nole loue son humilité de cœur, sa force dans la grâce reçue de Dieu et la douceur de ses paroles.

  • St Valentin, prêtre et ermite († v. VIe s.)

À Langres, vers le VIe siècle, saint Valentin, prêtre et ermite.

  • Ste Berthe, fondatrice de Monastère et abbesse en Artois († v. 725)

Berthe eut pour père un comte du palais, sous Clovis II, roi de France. Le sang des princes et des héros coulait dans ses veines ; mais sa gloire est d'avoir eu deux saintes pour filles. La mère de Berthe ne voulut point confier à des mains étrangères le précieux trésor commis par Dieu à sa garde, et elle fit sucer à l'enfant, avec le lait de son sein, le lait de la piété et de la vertu de son cœur ; aussi cette tendre plante, cultivée par des mains si pures, donna-t-elle, dès les premiers printemps, les fleurs et les fruits les plus suaves de sainteté, au point qu'elle eut bientôt la réputation d'être la fille la plus belle, la plus aimable et la plus vertueuse de son siècle.

À l'âge de vingt ans, elle fut mariée au noble seigneur Sigefroy, et, ayant été le modèle des jeunes filles, elle devint le modèle des épouses et des mères. Après vingt ans d'une union que ne troublèrent jamais les nuages des passions, Berthe, devenue veuve, libre de toute entrave terrestre, résolut de se consacrer entièrement à Dieu dans la vie monastique.

Le démon sans doute voulut décourager la Sainte : elle eut révélation, pendant son absence, que son premier monastère, bâti dans ses domaines, s'était écroulé entièrement. Sa soumission à la Volonté de Dieu fut parfaite, sa résolution resta inébranlable, et, après trois jours de jeûne et de prière, un ange vint montrer à Berthe le lieu où son monastère devait être reconstruit et le plan qu'elle devait adopter. Deux ans après, l'un des plus beaux couvents de l'époque s'élevait et recevait la bénédiction de l'Église ; ce même jour, Berthe et ses filles, Gertrude et Déotile, recevaient le voile et se consacraient à Dieu, et bientôt le monastère se remplissait d'âmes d'élite éprises de la vie religieuse.

Quelques années plus tard, Berthe renonçait à son titre d'abbesse pour le transférer à sa fille Déotile, pendant qu'elle-même, retirée dans un lieu solitaire voisin de la communauté, menait une vie tout angélique et ne conversait plus qu'avec Dieu. Quand elle sentit l'approche de la mort, elle fit appeler sa fille Gertrude (car Déotile avait quitté ce monde) et toutes les religieuses, leur adressa les plus touchantes exhortations, et leur donna rendez-vous, après les épreuves de la vie, dans la Patrie éternelle. Avant de mourir, elle aperçut un Ange gardien qui lui présentait une Croix lumineuse, et entendit un concert céleste, prélude des harmonies célestes.

  • Bx Boniface, évêque en Savoie († 1270)

Martyrologe Romain : À Sainte-Hélène du Lac, en Savoie, l'an 1270, le trépas du bienheureux Boniface, évêque. De la famille ducale de Savoie, il se fit d'abord moine à la Grande Chartreuse, puis fut élevé au siège épiscopal de Belley, enfin à celui de Cantorbéry, où il rencontra des difficultés dans l'exercice de sa charge, mais montra toujours un grand zèle pour son troupeau.

 

 

 

  • St Antoine Daniel, prêtre au Canada et martyr († 1648)

Chez les Hurons, au Canada, en 1648, saint Antoine Daniel, prêtre de la Compagnie de Jésus et martyr. Après avoir achevé la messe, il se tint à la porte de l'oratoire pour protéger les néophytes des ennemis païens qui faisaient irruption. Transpercé de flèches, il fut à la fin jeté dans le feu.

Antoine Daniel prêtre, jésuite, missionnaire chez les Hurons, né à Dieppe le 27 mai 1601, tué en Huronie le 4 juillet 1648.

Antoine Daniel et 7 sept autres missionnaires jésuites, ont été béatifiés le 21 juin 1925 et canonisés  le 29 juin 1930, par Pie XI. Le Vénérable Pie XII a déclaré les saints martyrs canadiens, Patrons secondaires du Canada.

  • Bse Catherine Jarrige, tertiaire de Saint-Dominique († 1836)

À Mauriac en Auvergne, l'an 1836, la bienheureuse Catherine Jarrige, vierge. Tertiaire de Saint-Dominique, elle s'employa remarquablement à soulager les pauvres et les malades et, pendant la Révolution française, elle défendit de toutes ses forces les prêtres contre ceux qui les recherchaient et visita ceux qui étaient emprisonnés.

 

  • le 4 juillet 371 : Saint Martin est élu évêque de Tours, un peu malgré lui.

S'étant fait connaître du peuple comme un saint homme par ses premiers miracles, alors qu'il vit retiré dans un ermitage, saint Martin, à la mort de l'évêque de Tour, Lidoire, est choisi, malgré lui, comme successeur. Les habitants l'enlèvent donc et le proclament évêque sans son consentement. (Cf. la chronique du 11 novembre.).

  • le 4 juillet 1187 : bataille de Hattin.

Près du lac de Tibériade, en Galilée, se rencontrent l'armée croisée du royaume chrétien de Jérusalem, dirigée par Guy de Lusignan, et celle de Saladin. Ce dernier remporte une victoire écrasante, qui lui ouvre les portes de la Palestine. Après la grandeur et la sainteté du roi Baudouin IV, qui malgré un rapport de forces très défavorable, a toujours réussi à préserver le royaume Franc, les tensions et bassesses de son successeur Guy de Lusignan et de chevaliers comme Renaud de Châtillon ou Gérard de Ridefort, ont raison de l'unité des Francs. Saladin, qui n'a jamais vaincu le roi lépreux, écrase la dernière armée du royaume de Jérusalem. Le nom persiste mais la capitale devient St Jean d'Acre.

  • le 4 juillet 1190 : départ de Vézelay de Philippe Auguste, et de Richard Cœur de Lion pour la troisième croisade.

Saladin a conquit Jérusalem, le 2 octobre 1187 et le pape Grégoire VIII souhaite reconquérir des territoires Saints. Il demande aux rois d'Angleterre, de France et à l'empereur d'Allemagne de partir en croisade. Les deux premiers, s'étant donné rendez-vous à Vézelay, quittent le sanctuaire pour Gênes et Marseille. L'empereur Frédéric Barberousse a déjà pris la route.

            

Philippe Auguste                              Richard Cœur de Lion

  • le 4 juillet 1406 : renonciation du pape Grégoire XII.

Grégoire XII est déposé par le Concile de Pise, mais il refuse de se soumettre. Toutefois, il finit par reconnaître le Concile de Constance et à renoncer au trône afin de mettre fin au Grand Schisme d'Occident.

  • le 4 juillet 1429 : lettre de Jeanne d'Arc aux habitants de Troyes.

« Jhesus † Maria.

Très chiers et bons amis, s'il ne tient à vous, seigneurs, bourgeois et habitans de la ville de Troies, Jehanne la Pucelle vous mande et fait sçavoir de par le roy du ciel, son droitturier et souverain seigneur, duquel elle est chascun jour en son service roial, que vous fassiésvraye obéissance et recongnoissance au gentil roy de France quy sera bien brief à Reins et à Paris, quy que vienne contre, et en ses bonnes villes du sainct royaume, à l'aide du roy Jhesus. Loiaulx François, venésau devant du roy Charles et qu'il n'y ait point de faulte ; et ne vous doubtés de voz corps ne de voz biens, se ainsi le faictes. Et se ainsi ne le faictes, je vous promectz et certiffie sur voz vies que nous entrerons à l'ayde de Dieu en toultes les villes qui doibvent estre du sainct royaulme, et y ferons bonne paix fermes, quy que vienne contre. A Dieu vous commant, Dieu soit garde de vous, s'il luy plaist. Responce brief.   Devant la cité de Troyes, escrit à Saint-Fale, le mardy quatriesme jour de juillet. »

Au dos desquelles lectres estoit escrit : « Aux seigneurs bourgeois de la cité de Troyes.»

(Procès, t. IV, p. 287- 288.)

  • le 4 juillet 1776 : déclaration d'indépendance des États-Unis.

Elle n'est vraiment reconnue qu'après le traité de Versailles de 1783. Les révolutionnaires français s'inspirent fortement des idées maçonniques qui s'y trouvent.

  • le 4 juillet 1848 : mort de François René de Chateaubriand.

Né en 1768 à Saint-Malo, François-René de Chateaubriand, est l'un des inspirateurs du courant romantique, auteur des Mémoires d'Outre-Tombe, d'Atala et du Génie du Christianisme, il a aussi une carrière politique qui l'amène à servir Napoléon comme ambassadeur à Rome, avant de se rallier aux Bourbons en 1814-1815, et à voter la mort du Maréchal Ney. Il finit par appartenir aux Ultraroyalistes à la Chambre.

  • le 4 juillet 1940 : l'Humanité journal clandestin depuis septembre 1939 publie :

On y lit ce jour : «  Il est particulièrement réconfortant en ces temps de malheurs, de voir de nombreux travailleurs parisiens s'entretenir amicalement avec les soldats allemands soit dans la rue, soit au bistrot du coin. Bravo camarades, continuez, même si cela ne plait pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants.»

Cité par François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs, Editions de Chiré, pages 208 et 209)

  • le 4 juillet 1995 : acquittement de 9 sauveteurs anti avortement à Paris.

Pour la première fois en France, un ensemble de personnes accusées de « délit d'entrave à l'IVG », selon les termes de la loi Neiertz sont acquittées par la 16ème Chambre correctionnelle de Paris. Elles avaient occupé, le 14 novembre 1994, l'avortoir de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Les 3 juges estiment que la loi Neiertz entre en contradiction avec l'impunité qu'offre la loi, lorsque nous agissons pour faire face à un danger imminent qui nous menace ou qui menace autrui ou un bien. Ils estiment que les militants sauveteurs ont agi pour protéger une personne, l'enfant-à-naître, d'un danger immédiat avec des moyens non disproportionnés.

Jacques Toubon, ministre de la Justice, annonce aussitôt que le Parquet fera appel.

Lus dans les journaux Le Monde , l'Evénement du Jeudi , France-Soir, Libération, le Figaro, L'Humanité des 5 ou 6 juillet 1995 et cité par François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs, Editions de Chiré, pages 437). Voir les chroniques du 10 juin, du 24 octobre, du 10 novembre, et du 6 décembre.

  • le 4 juillet 2015 : est le premier samedi du mois de juillet, mois du Précieux sang.

Au cours de l'apparition du 13 juillet 1917, Notre-Dame à Fatima parle pour la première fois de la dévotion des premiers samedis du mois. (Voir la chronique du 13 juin). Ce n'est que le 10 décembre 1925 à Pontevedra qu'elle précise ce qu'elle attend de nous :

« Vois, ma fille, mon Cœur entouré des épines que les hommes m'enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui,

- pendant cinq mois, le premier samedi,

- se confesseront,

- recevront la sainte Communion,

- réciteront un chapelet

- et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire

- en esprit de réparation,

je promets de les assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. »

Mais pourquoi 5 samedis ?

Le père Gonçalves interrogeant sœur Lucie reçoit cette réponse dans la lettre qu'elle lui écrit le 12 juin 1930. 

Pourquoi cinq samedis et non neuf, ou sept en l'honneur des douleurs de Notre-Dame ?

« Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit du 29 au 30 de ce mois de mai 1930, et parlant à Notre-Seigneur des questions quatre et cinq, je me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si je ne me trompe, voici ce qui m'a été révélé : « Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d'offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :

1) les blasphèmes contre l'Immaculée Conception,

2) les blasphèmes contre sa virginité,

3) les blasphèmes contre sa maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes,

4) les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l'indifférence ou le mépris, ou même la haine à l'égard de cette Mère Immaculée,

5) les offenses de ceux qui l'outragent directement dans ses saintes images.

Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m'a inspiré de demander cette petite réparation, et, en considération de celle-ci, d'émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l'offenser. Quant à toi, cherche sans cesse, par tes prières et tes sacrifices, à émouvoir ma miséricorde à l'égard de ces pauvres âmes ».

 

Pour approfondir l'importance de cette dévotion et lire la totalité de cette lettre, suivre le lien :

http://www.fatima100.fr/index.php/fr/la-devotion-au-coeur-immacule-de-marie/deux-lettres-de-soeur-lucie/21-lettres-de-soeur-lucie-abordant-la-devotion-au-coeur-immacule-de-marie


C’est arrivé un 3 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 3 juillet : saints du jour français ou en France.
    • St Raymond Gayrard, veuf puis chanoine († 1118)

À Toulouse, en 1118, saint Raymond Gayrard Maître d'école, devenu veuf, il mit tout son zèle dans les œuvres de charité et fonda un hospice, puis fut reçu parmi les chanoines de la basilique Saint-Sernin.

  • le 3 juillet 529 : le concile régional d'Orange.

Ce concile est présidé par Saint Césaire d'Arles ; il condamne le semi-pélagianisme et adopte officiellement la doctrine de St-Augustin dans laquelle l'homme à sa pleine liberté pour accepter ou refuser le salut éternel.

  • le 3 juillet 683 : le pape Léon II meurt à Rome.
    • le 3 juillet 987 (date incertaine): Hugues Capet est sacré Roi de France à Noyon.

Le Duc des Francs, d'Aquitaine et de Bourgogne est sacré Roi de France à Noyon par l'archevêque de Reims, Adalbéron, sous le nom d'Hugues Ier. Succédant aux Mérovingiens et aux Carolingiens, Hugues Capet ouvre la voie à une dynastie qui règne sur la France jusqu'à la révolution : les Capétiens. Les capétiens directs règnent jusqu'en 1328 et s'éteignent avec Charles IV, troisième et dernier fils de Philippe le Bel, couronné et mort sans descendance. (Cf. le testament de Saint Rémi dans la chronique du 13 janvier)

  • 3 juillet 1315 : édit royal du Roi de France, Louis le Hutin, qui affranchit les serfs du domaine royal.

Cet édit rappelle que selon le droit naturel, chacun naît franc, donc libre en langage actuel. Officiellement, depuis cette date, le sol de France affranchit l'esclave qui le touche. Louis X le Hutin consacre et amplifie ce vaste mouvement de libération commencé par Suger:

«Toute créature humaine doit généralement être franche par droit naturel. Le Roi condamne avec énergie le joug et la servitude qui est tant haineuse et fait qu'en leur vivant, les hommes sont réputés comme morts et, à la fin de leur douloureuse et chétive vie, ils ne peuvent disposer ni ordonner des biens que Dieu leurs a prêtés en ce siècle. »

  • le 3 juillet 1423 : le futur Roi Louis XI naît dans le palais épiscopal de Bourges.

C'est le premier fils du Roi Charles VII et de Marie d'Anjou. Succédant à son père en 1461, sixième Roi de la branche des Valois direct, il hérite d'un royaume dévasté par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons et la guerre de Cent Ans. Dit Louis XI «le Prudent», il fortifie l'autorité royale, mettant au pas les grands feudataires. Dès sa jeunesse, le Dauphin a une grande dévotion envers la Sainte Vierge ; il obtient d'ailleurs la victoire de Dieppe en invoquant Notre Dame de Cléry, où il fait de nombreux pèlerinages durant toute sa vie. A peine monté sur le trône, il demande au pape Pie II que soit célébrée, dans tout le royaume le 7 mars 1463, l'octave de toutes les fêtes de la sainte Vierge. Le successeur, Paul II, décide que, dorénavant, les Rois de France porteront le titre de «Rois Très Chrétiens». C'est encore le Roi Louis XI qui restaure la tradition de l'Angelus, qui s'était perdue. La France est bientôt suivie par toute l'Eglise. Non seulement, il restaure l'unité interne du royaume, mais sa politique extérieure aussi est bénie ; elle voit le rattachement à la couronne de la Bourgogne, du Boulonnais, du comté de Pardiac et la Marche, de l'Anjou, du Maine et de la Provence. Malheureusement, le Roi va tremper dans l'assassinat du Prince-Evêque de Liège. Au moment du meurtre, Saint François de Paule, qui se trouve en compagnie du Roi, voit en extase la participation royale à ce crime et il annonce au Roi qu'il lui reste un an, jour pour jour, pour expier son crime. Comme annoncé, le Roi meurt le 30 août 1483. (*) Son fils Charles VIII, n'a pas d'héritier et la couronne passe à Louis XII.

Ce grand Roi a été très décrié dans les « manuels d'histoire » depuis 200 ans ; en effet, sa foi profonde qu'il vit et transmet au peuple pendant tout son règne est insupportable aux anticléricaux qui dirigent la France.

(*) La Vierge Marie dans l'histoire de France, du Marquis de la Franquerie (Editions Résiac, pages 116 et 117)

Voir les chroniques des 1er, 15 et 30 août.

  • le 3 juillet 1545: la flotte française défait l'Angleterre à Chef-de-Caux à l'embouchure de la Seine.
    • le 3 juillet 1608 : fondation de Québec.

Quelques Français conduits par Samuel Champlain gravissent, pour s'y installer, un escarpement qui domine le St-Laurent : l'endroit planté de noyers est appelé "Québec" par les Indiens. Samuel Champlain a décidé d'établir là les «abitations» des Français, faute de trouver le mystérieux passage du nord-ouest vers les Indes et la Chine.

Sur ce lieu, les marins de l'Ancien Monde, en particulier les basques, pêchaient et échangeaient des marchandises, étant ainsi les véritables premiers «habitants» français du Canada, comme le montre la carte de la «Nova Gallia», établie en 1529 par Verrazzano pour François Ier.

  • le 3 juillet 1791 : à Caen, la statue de Louis XIV est détruite.

Et la Place Royale est rebaptisée place de la Liberté… Quelle ironie !

  • le 3 juillet 1849 : Rome capitule face aux troupes françaises du général Oudinot.

Voir les chroniques du 30 avril, du 4 juin et du 2 juillet.

  • le 3 juillet 1914 : l'impôt sur le revenu est adopté en France.
    • le 3 juillet 1940 : la flotte française est coulée à Mers el Kebir.

La flotte française, invaincue et mise à l'abri en Grande-Bretagne ou dans les ports d'Afrique du Nord, en particulier la force de Raid mouillée dans le port algérien de Mers-el-Kébir est en cours de désarmement. Cette force comprend 4 cuirassés (Dunkerque, Strasbourg, Provence et Bretagne) 1 transport d'hydravions (Commandant-Teste) et 6 contre-torpilleurs (Mogador, Volta, Terrible, Lynx, Tigre, Kersaint). Ce n'est pas une bataille, car il n'y a pas de combat. L'assaut est donné, après que le chef de la flotte française, l'amiral Marcel Gensoul, eut rejeté l'ultimatum du vice-amiral britannique Somerville ; il n'y a pas eu de négociation, car les ordres anglais sont de frapper. Winston Churchill, craignant que la flotte française ne passe aux mains du Reich, a feint de proposer aux forces navales françaises d'Algérie de passer sous leur autorité. Les victimes sont uniquement les marins français. L'aviation anglaise ouvre le feu à 18h sur les bâtiments français basés à Mers el-Kebir près d'Oran. Le cuirassé "Bretagne" est coulé, les cuirassés "Dunkerque", "Mogador" et "Provence" gravement endommagés. 1 380 marins français trouvent la mort. L'aviso  Rigault de Genouilly  est torpillé le lendemain (malgré le cessez-le-feu). Le cuirassé  Strasbourg, et 5 contre-torpilleurs, réussissent à s'échapper et à gagner Toulon et le  Commandant-Teste  est indemne.

17 minutes suffisent pour que la flotte française soit détruite. Les 380 et les 406 des Britanniques ont tiré sur cette flotte, mal disposée pour se défendre, comme à l'exercice.

 L'ouverture des archives anglo-saxonnes permet de comprendre que la responsabilité de Churchill, véritable commanditaire de cette tragédie, est déterminante. L'hypothétique reddition de la Marine Française aux forces de l'Axe a servi de prétexte à une action préventive conçue pour être la plus spectaculaire possible. L'opération  « Catapult » vise non seulement le port de Mers-el-Kébir, mais tous les bâtiments de guerre ou civils français réfugiés en Grande-Bretagne, à Alexandrie, à Dakar, à Casablanca, aux Antilles, tous pourtant à l'abri d'une attaque allemande! Il vient tout juste d'être nommé Premier Ministre, malgré la résistance du « camp de la paix » qui veut arrêter la guerre. Il veut frapper les esprits, tant américains que britanniques, quitte pour cela à trahir son allié français. L'historien britannique Richard Lamb écrit :

«Le verdict de l'histoire doit être, qu'en ignorant l'avis de son amirauté, et en provoquant une guerre larvée avec la France, Churchill a porté atteinte à la cause alliée. Son refus de croire les promesses des Français qu'ils ne permettraient jamais aux Allemands de s'emparer de la flotte, fut presque sa plus grave erreur politique de la guerre».

Si les 1297 morts ou disparus, les 350 blessés, les centaines de veuves et les milliers d'orphelins, sont un nombre infime des victimes de la seconde guerre mondiale, ils ont été causés non par des ennemis, mais par des compagnons d'armes, qui ont attaqué leurs camarades froidement.

.

L'amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy, (Nouvelles éditions latines, page 67) : « Venant après le lâchage de Dunkerque, les attentats des 3, 6 et 8 juillets achevèrent de balayer les scrupules qu'une partie de l'opinion pouvait encore avoir sur la conclusion d'un armistice séparé et coupèrent les dernières attaches qui retenaient les excessifs sur la pente d'un rapprochement avec l'Allemagne. Le plus pénible, et nous touchons ici au cœur du drame, était que l'hostilité britannique se trouvait encouragée par ceux de nos compatriotes que la détermination de poursuivre la guerre contre l'Allemagne avait conduits à émigrer en Grande Bretagne. »

Voir les chroniques des 12, 13, 16, 17, 23 juin et des 2, 8 et 11 juillet.

  • le 3 juillet 1981 : Jean-Paul II constitue une commission d'étude de la controverse ptoléméo-copernicienne, chargée de réexaminer l'affaire Galilée.
  • le 3 juillet 1984; mort du général Raoul Salan.

  • le 3 juillet 2015 : est le premier vendredi du mois de juillet, mois du Précieux Sang.

Le 17 juin 1689 (voir la chronique du jour), le Christ apparaît à sœur Marguerite Marie à Paray le Monial pour demander que son Sacré-Cœur figure sur les armes de la France. Le 27 juin (voir la chronique du jour), il lui apparaît de nouveau pour lui demander de développer la dévotion à son Sacré-Cœur au cours des 9 premiers vendredi du mois. Il fixe les deux principales dévotions, l'heure sainte et la communion du 1er vendredi du mois. A tous ceux qui se consacreront à son Sacré Cœur il promet :

«    1- Je leur donnerai toutes les grâces dans leur état.

2- Je mettrai la paix dans leur famille.

3- je les consolerai dans toutes leurs peines.

4- Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

5- Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6- Les pécheurs trouveront dans mon cœur la source et l'océan infini de la miséricorde.

7- Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8- Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection.

9- Je bénirai les maisons où l'image de mon Sacré Cœur sera exposée.

10-. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11- Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon cœur, où il n'en sera jamais effacé.

12- Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon cœur, que mon amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredi, neufs fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce ni sans recevoir les sacrements, et qu'il se rendra leur asile assuré à cette heure dernière. »(*)

(*) Ceux qui croyaient au Ciel, de Geneviève Esquier, (Editions l'Escalade, page 283 à 285).

Dans Un appel à l'Amour où sont écrites les confidences de Notre Seigneur à sœur Josepha Menendez, voici le rôle de ce Précieux Sang vis à vis des pécheurs   

« J'aime les âmes après qu'elles ont commis le premier péché, si elles viennent Me demander humblement pardon...  Je les aime encore, quand elles ont pleuré leur second péché et, si cela se répète, je ne dis pas un milliard de fois, mais des millions de milliard. Je les aime et leur pardonne toujours, et Je lave dans le même sang, le dernier comme le premier péché.

[…] Âmes que j'aime, soyez attentives à la souffrance de mon Cœur. Après que Judas m'eut trahi au jardin des Oliviers, il s'en alla errant et fugitif, sans pouvoir étouffer les cris de sa conscience qui l'accusait du plus horrible des sacrilèges. Et quand parvint à ses oreilles la sentence de mort prononcée contre Moi, il se livra au plus terrible des désespoirs et se pendit ! ... »

[…] Qui pourra comprendre la douleur intense et profonde de mon Cœur, lorsque je vis se précipiter vers sa perte éternelle cette âme qui avait passé tant de jours à l'école de mon Amour.... recueilli ma Doctrine.... appris mes leçons et si souvent entendu tomber de mes lèvres le pardon des plus grands péchés !

Ah ! Judas, pourquoi ne viens-tu pas te jeter à mes pieds, afin que je te pardonne aussi ? ....

  • le 3 juillet 2017 : discours d'Emmanuel Macron devant le congrès à Versailles.

« Je crois à cet esprit des Lumières qui fait que notre objectif à la fin est bien l'autonomie de l'homme libre, conscient et critique. »

C'est l'homme déifié, qui n'a plus besoin d'aimer son créateur. Comme l'écrivit Louis de Bonal : «  la révolution « française » a commencé avec la déclaration des droits de l'homme, elle s'achèvera avec la déclaration des droits de Dieu. C'est bien le combat eschatologique décrit dans l'Apocalypse, ou dans le psaume 2 :

Pourquoi ce tumulte des nations, ce vain murmure des peuples ?

Les rois de la terre se dressent, les grands se liguent entre eux contre le Seigneur et son messie :

« Faisons sauter nos chaînes, rejetons ces entraves ! »

Celui qui règne dans les cieux s'en amuse, le Seigneur les tourne en dérision ;

puis il leur parle avec fureur , et sa colère les épouvante :

« Moi, j'ai sacré mon roi sur Sion, ma sainte montagne. »

Je proclame le décret du Seigneur ! + Il m'a dit : « Tu es mon fils ; moi, aujourd'hui, je t'ai engendré.

Demande, et je te donne en héritage les nations, pour domaine la terre tout entière.

Tu les détruiras de ton sceptre de fer, tu les briseras comme un vase de potier. »

Maintenant, rois, comprenez, reprenez-vous, juges de la terre.

Servez le Seigneur avec crainte, rendez-lui votre hommage en tremblant.

Qu'il s'irrite et vous êtes perdus : soudain sa colère éclatera. Heureux qui trouve en lui son refuge !