Flagrant délit de désinformation à l'AFP : la fausse nouvelle de la chasse aux étrangers à Chemnitz

Un allemand est assassiné par des immigrés fin août. Des manifestations s'en suivirent à Chemnitz. Angela Merkel affirme rapidement qu’une « chasse anti-immigrés » a eu lieu. Cette fausse nouvelle a été immédiatement relayée par tous les médias.

Tout part de la correspondante AFP à Berlin Yannick Pasquet le 27 août. En revanche, impossible de retrouver la dépêche AFP. Sur Google, les liens apparaissent comme brisés.

Dmk9Ie_X0AAzNjE

La correspondante AFP à Berlin continuera de relayer cette fausse nouvelle par la suite et publiera d'autres tweets le 28/08.

Dmk9KyHW0AEVhTuOn retrouve une trace de dépêche AFP relatant cette fausse nouvelle le 28/08. Bizarrement, et à nouveau, le lien est brisé.

Dmk9M5ZX0AE3c7r Dmk9NpmWwAACnL3
Dès le 27/08 France Info relaiera cette fausse nouvelle et en remettra une couche le 28/08.

Dmk9PBYW0AIH54b Dmk9Q4AXgAAtRpsTous les médias français (du camp du Bien) ont ensuite relayé cette superbe fausse nouvelle : Le Monde, L'Obs, Marianne, BFMTV... et bien d'autres encore.

Après quelques jours de battage médiatique et de sidération, les premières preuves nous parviennent (via les journaux allemands, pas par l'AFP ni sa correspondante à Berlin) : cette information est en réalité une fausse nouvelle.

  • Tout d'abord le procureur général de Saxe contredit Merkel et déclare qu’il n’y a pas eu de « chasse anti-immigrés ».
  • Ensuite, le Premier ministre de Saxe déclare qu'"Il n’y a pas eu de populace déchaînée, pas de chasse à l’homme et pas de pogroms dans cette ville."
  • Puis, c’est le président du renseignement intérieur allemand, Hans-Georg Maassen, qui dit que selon ses informations il n’y a pas eu de « chasse collective » d’étrangers.
  • Et enfin le président de l'Office de Protection de la Constitution : « Nous n'avons pas d'informations fiables selon lesquelles de telles chasses collectives aient eu lieu. »

Aussi, le vendredi 7 septembre, soit 10 jours après, l'AFP (et sa correspondante à Berlin) se décident à remettre en doute les propos de Merkel :

Dmk9WNCXsAAMDeO

Qu'une agence de presse française relaie et assène de la propagande sans recul ni preuve est un manque total de professionnalisme. Il existe le verbatim, le conditionnel, puis la recherche de preuves. On a connu l'AFP beaucoup plus scrupuleuse pour d'autres dirigeants... (merci à L'enraciné)


La question migratoire est la mère de tous les problèmes dans ce pays, selon le ministre allemand de l'Intérieur

Unknown-15Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, président du parti bavarois CSU - en principe allié à celui de centre-droit d'Angela Merkel (CDU) - a de nouveau tiré à boulets rouge suite aux manifestations et incidents qui se sont déroulés à Chemnitz :

"La question migratoire est la mère de tous les problèmes dans ce pays".

Il a aussi pris la défense des manifestants à Chemnitz qui ont protesté après le meurtre à l'arme blanche d'un Allemand, dont sont soupçonnés plusieurs demandeurs d'asile. Le ministre a affirmé "qu'en tant que citoyen", il serait "aussi descendu dans les rues" de la ville.

« Cela ne fait pas de ces gens en colère des nazis ». « En premier lieu il y a un crime brutal ».

Angela Merkel avait dénoncé « la haine dans les rues ». Elle doit se rendre à Chemnitz dans les jours qui viennent.


Chemnitz : la fausse nouvelle de la chasse aux immigrés

Toute la presse allemande a dénoncé des scènes de « chasse aux immigrés » de la part de « l’extrême droite » après le meurtre sauvage à Chemnitz d’un homme de 35 ans par deux allogènes, à coups de couteau. Angela Merkel elle-même avait déclaré

« Ce que nous avons vu n’a pas sa place dans un État de droit. Ces images de chasse à l’homme collective et ces manifestations de haine n’ont pas leur place dans un État de droit. »

Le parquet général de Saxe a publié hier ce communiqué :

« Au vu de l’ensemble des informations dont nous disposons, les fonctionnaires n’ont découvert aucune photo ou vidéo qui soutiendrait l’existence d’une chasse anti-immigrés ».

Selon un dernier sondage l’AfD est aujourd’hui le premier parti politique à Chemnitz.

Matteo Salvini a rebondi sur l'affaire : 

« Angela Merkel a sous-estimé le risque de tensions sociales ces dernières années lorsqu’elle a affirmé qu’il y avait de la place pour des centaines de milliers de ces gens en Allemagne ». « C’est la réponse que beaucoup d’Allemands mécontents cherchent à donner ».


Allemagne : les médecins refusent de plus en plus d'effectuer des avortements

D'Olivier Bault dans Présent :

Unknown-2"Selon un reportage de la télévision publique allemande ARD diffusé le 23 août et cité par le site catholique katholisch.de, en Allemagne, le nombre de médecins qui acceptent de commettre des avortements va décroissant. D’après les statistiques officielles, cette baisse a été de 40 % depuis 2003, le nombre total des médecins avorteurs outre-Rhin passant d’environ 2 000 à environ 1 200. Le résultat, c’est que l’avortement n’est pas disponible partout puisque certaines villes n’ont plus aucun médecin acceptant de commettre ces infanticides en phase prénatale. C’est le cas par exemple à Trèves (115 000 habitants) et Hamm (près de 180 000 habitants). Dans le reportage d’ARD, un gynécologue se plaint que des femmes doivent faire 200 km pour se faire avorter. Le président de l’Association médicale allemande (BÄK) Frank Ulrich Montgomery estime que cette situation est due à la pression des militants anti-avortement. [...]"


Les Allemands manifestent contre les crimes des immigrés

DmBfplmXsAA8y0aSamedi 1er septembre, une semaine après l’attaque au couteau survenue à Chemnitz, dans l’est du pays, au cours de laquelle un Allemand a été tué par les demandeurs d’asile Yousif Ibrahim Abdullah et Alaa Sheiki, des citoyens se sont réunis dans cette ville, autrefois dénommée Karl-Marx-Stadt, afin de prendre part à une marche silencieuse. Le rassemblement de plusieurs milliers de personnes s’est déroulé à l’appel des sections des États fédérés du Brandebourg, de Thuringe et de Saxe du parti politique patriotique Alternative pour l’Allemagne (AfD), ainsi que du mouvement de rue anti-islamisation PEGIDA (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes/Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident) basé à Dresde, en Saxe. Les personnes ayant répondu à l’appel du parti patriotique local Pro-Chemnitz ont décidé de dissoudre leur manifestation et de se joindre à celle de l’AfD et de PEGIDA.

L’événement qui a conduit à la mort de Daniel Hillig et à l’hospitalisation de deux autres hommes découle du fait que ceux-ci sont intervenus afin de défendre une dame agressée par ces migrants.

En outre, au cours de la semaine écoulée, divers faits ont été relatés

  • Une dame de 63 ans a été brutalement violée par un agresseur à la peau sombre, dans le centre de Bad Krozingen, au Bade-Wurtemberg, entre 20 et 21 heures après avoir été attaquée et traînée sous un pont. 
  • À Lübeck, au Schleswig-Holstein, une étudiante a, en faisant des courses dans un supermarché, reconnu l’homme qui a tenté, quelques semaines auparavant, de la violer. L’Irakien de 29 ans a été arrêté, un prélèvement d’ADN a été réalisé et a indiqué que cet individu a été impliqué dans quatre autres agressions à caractère sexuel.
  • Un garçon de 10 ans a été violé par un condisciple afghan du même âge, lors du voyage scolaire d’une école de Berlin, alors que deux autres écoliers, un Afghan et un Syrien, âgés chacun de 11 ans, ont maintenu la victime.
  • À Francfort-sur-l’Oder, au Brandebourg, dix jeunes Syriens, déjà connus de la police, ont attaqué au couteau et à la barre de fer des personnes se trouvant dans une discothèque, à la suite du fait que deux d’entre eux avaient eu, un peu avant les faits, une altercation au sein de ce lieu d’amusement.
  • À Stuttgart, au Bade-Wurtemberg, un groupe de six hommes « inconnus » a harcelé sexuellement une femme de 23 ans et a ensuite frappé violemment l’homme de 29 ans qui l’accompagnait.
  • Dans un bus, à Gießen, en Hesse, une jeune femme de 18 ans a été harcelée et touchée aux parties intimes par un individu à la peau sombre.
  • À Thalham, en Bavière, un demandeur d’asile originaire d’Afrique noire a, complètement nu, bloqué la circulation automobile en jetant des chaises en plastique en travers de la route.
  • Durant la nuit, à Cottbus, au Brandebourg, un Tchadien a attaqué une dame et l’a frappée au visage.

Le président tchèque a exprimé sa sympathie pour les manifestants anti-immigration de Chemnitz :

« Franchement, j’ai plutôt tendance à sympathiser avec ces manifestants. Ils disent en fait à ‘Mutti’ Merkel qu’elle a invité ces migrants et que voilà le résultat »


Macron, ou le dernier sursaut d’une vieille élite complètement désorientée

Extrait d'un entretien rafraichissant d'Alice Weidel, la présidente du groupe parlementaire AfD au Bundgestag, dans les colonnes du Parisien :

Unknown-10« Emmanuel Macron fait fausse route. 'Plus d’Europe', c’est la fausse réponse au scepticisme grandissant dans beaucoup de pays membres de l’Union européenne face à la mise sous tutelle des États par Bruxelles. Beaucoup de nations ne participeront pas aux projets de fiscalité et de budget commun ou d’armée européenne. La tentative de centraliser encore plus l’Europe en insistant sur le principe de répartition – vers un État fédéral européen - est vouée à l’échec ».

Interrogée sur la capacité du président français à rassembler les progressistes d'Europe, l'économiste répond :

« Un nouveau départ ? Une renaissance ? Non, je n’y vois que le dernier sursaut d’une vieille élite complètement désorientée. Il arrivera à peine à convaincre le nord et l’est du continent. Je pense au contraire qu’Emmanuel Macron finira par accélérer la division de l’Europe. »

Alice Weidel estime qu'Emmanuel Macron « méprise le peuple », lorsqu'il parle de la « lèpre populiste » :

« Tout cela est hypocrite et bassement polémique. Lorsque des responsables politiques pensent au bien-être de leur propre pays et de ses citoyens, comment peut-on parler de 'nationalisme' ? C’est de la démocratie, au contraire. En parlant d’épidémie contagieuse, Macron ne fait pas preuve d’un grand sens de la démocratie. »


Une Yézidie réfugiée en Allemagne, rencontre par hasard son tortionnaire

Une adolescente yézidie asservie par l’État islamique est retournée en Irak après avoir rencontré l’un de ses tortionnaires dans les rues d’une ville près de Stuttgart, en Allemagne, où il résidait en tant que réfugié. Ashwaq Ta’lo a déclaré qu’elle marchait dans la rue en février dernier lorsqu’elle a aperçu Abu Humam, un ancien gardien de l’Etat islamique, qui l’avait achetée en Irak pour 100 dollars.

« J’avais des sueurs froides en regardant attentivement son visage ». « C’était Abu Humam, avec la même barbe effrayante et le même visage hideux. »

L’adolescente a déclaré que Humam avait immédiatement proféré des menaces en lui disant:

« Je suis Abou Humam et je sais vous étiez avec moi pendant un moment à Mossoul. Je sais où tu vis, avec qui tu vis et ce que tu fais. »

Ta’lo a dénoncé Humam aux autorités, mais la police allemande a signifié qu’elle ne pouvait pas l’arrêter parce que le tortionnaire djihadiste a obtenu un statut de réfugié politique. L’adolescente a décidé de quitter l’Allemagne et est retournée au Kurdistan irakien pour vivre avec son père. « Je ne reviendrai jamais ».


La chute du christianisme en Allemagne

Lu ici :

"Outre-Rhin, les vieux cache-misère post-conciliaires - intercommunion, communion des « divorcés-remariés », diaconat féminin - ne suffisent plus à masquer la triste réalité : le christianisme est en chute libre.

En 2017, l’Eglise catholique comptait près de 244.000 enterrements pour seulement 170.000 baptêmes environ et 9.332 nouvelles entrées ou retours dans l’Eglise. Plus inquiétant encore, le nombre de départs reste élevé : ainsi en 2017, 167.504 personnes ont quitté l’Eglise catholique.

La situation du culte évangélique (EKD) n’est pas plus enviable : en 2017, l’EKD a enregistré le décès d’environ 350.000 membres contre environ 180.000 baptêmes et 25.000 entrées. 200.000 fidèles ont dans le même temps abandonné la confession évangélique.

Cette tendance doit continuer de s’accentuer, affirme la Conférence des évêques d’Allemagne. A moyen terme, cela devrait avoir un impact sur la situation financière de l’Eglise. En effet, outre-Rhin, le montant de l’impôt religieux perçu par le clergé est proportionné au nombre de personnes se déclarant chrétiennes.

A l’inverse, l’islam connait une augmentation d’environ 1,6% par an, selon les données extrapolées à partir d'une étude du Pew Research Center sur la croissance de la population musulmane en Europe."


Immigration : la coalition allemande au bord de l'explosion

Unknown-17Dimanche soir, le ministre de l'Intérieur allemand Horst Seehofer a annoncé son intention de démissionner. La coalition de la chancelière allemande Angela Merkel est ainsi sur le point d'exploser en raison de la folle politique d'immigration. La situation «est sérieuse», a confié Angela Merkel. Même si les chrétiens sociaux ne sont qu'un parti régional, leurs voix sont décisives: sans elles, Angela Merkel n'a plus de majorité au Bundestag.

Le patron de la CSU et ministre de l'Intérieur Horst Seehofer a déclaré :

«Nous n'avons pas la question migratoire en main». «Je ne peux pas en prendre la responsabilité». «Je me déplace à Berlin et la chancelière ne bouge pas d'un centimètre».


Immigration : Angela Merkel a deux semaines

Unknown-22La droite allemande a imposé lundi à la chancelière Angela Merkel un ultimatum de deux semaines pour une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi le pays fermera ses frontières au risque de provoquer une crise nationale et en Europe. La fragile coalition allant de la droite dure bavaroise (CSU) aux sociaux-démocrates pourrait s'écrouler.

La CSU du ministre de l'Intérieur Horst Seehofer prévoit, sauf accord européen au sommet des 28 et 29 juin, de refouler aux frontières tous les demandeurs d'asile ayant été enregistrés dans un autre pays de l'UE, le plus souvent l'Italie ou la Grèce, soit la quasi-totalité d'entre eux.

Acculée, la chancelière demandait un tel délai depuis plusieurs jours.

En Allemagne, l'onde de choc politique provoquée par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016 ne faiblit pas.

La CSU, qui se prépare à de difficiles élections régionales en Bavière en octobre face à la droite anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD), a perdu patience, au risque de faire tomber l'alliance datant de 1949 avec le parti démocrate-chrétien (CDU) de Mme Merkel.

La chancelière doit recevoir mardi Emmanuel Macron puis le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Une réunion de dirigeants européens avant le sommet de l'UE est aussi évoquée.


Allemagne : l'immigration va-t-elle faire tomber Angela Merkel ?

Unknown-17Après le Brexit en Grande-Bretagne, après la droitisation en Europe centrale, après le gouvernement anti-système en Italie, c'est un autre pays du G7 qui pourrait créer la surprise.

Fragilisée, Angela Merkel pourrait être obligée de quitter son poste cette semaine. La chancelière allemande est confrontée à une fronde sans précédent sur la politique immigrationniste de l'aile droite de sa coalition.

Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU, les catholiques bavarois, alliés historiques de la CDU de Merkel) veut durcir la politique migratoire de l'Allemagne et doit présenter ses mesures en début de semaine. Il veut refouler aux frontières allemandes les immigrés déjà enregistrés dans un autre pays européen et menace de passer à l'acte contre l'avis de la chancelière qui a bloqué le projet et plaide pour une solution européenne globale. Il veut aussi constituer avec ses homologues de Rome et Vienne ce que le chancelier autrichien Sebastian Kurz appelle "un axe des volontaires" pour s'attaquer à l'immigration clandestine. A partir de lundi, le parti de Horst Seehofer doit décider si le ministre imposera ses vues par décret, ce qui pourrait amener à son limogeage voire à une chute du gouvernement Merkel.

Vendredi, il a limogé la directrice de l’Office fédéral des migrations. Cela fait suite à un rapport de la nouvelle responsable de l’Office à Brême, révélant que plus de 3000 demandeurs d’asile, avec la complicité d’avocats spécialisés dans la défense des « réfugiés », avaient reçu le droit d’asile alors que leur dossier ne le leur permettait pas. Il a été établi que 4568 demandes ont été satisfaites à tort.

Dimanche, le ministre de l’Intérieur allemand a déclaré :

« Je ne peux plus travailler avec cette femme ».

La CSU devrait lancer lundi un nouvel ultimatum à la chancelière. Elle lui donnerait deux semaines pour trouver une solution au niveau européen afin de renvoyer les réfugiés dans le pays de l’UE où ils se sont inscrits en premier, comme le prévoit l’accord de Dublin. La CSU a démenti l’information, indiquant néanmoins que le sujet serait sur la table.

Si les députés de CSU décident de ne plus voter aux côtés de la CDU et des sociaux-démocrates du SPD, la coalition, si longue à mettre en place, serait fragilisée au Bundestag. Et si de nouvelles élections législatives avaient lieu maintenant, la crise chez les conservateurs les desservirait. La CDU-CSU n’obtiendrait que 30 % des suffrages, soit une chute de quatre points en une semaine, selon un sondage pour NTV. Le SPD baisserait aussi, de 18 à 16 %. Autrement dit, la grande coalition actuelle ne serait plus majoritaire. L'AfD gagnerait 2 % en une semaine et obtiendrait 15 %.

Au-delà de la hausse de l'AfD, parti anti-immigration, il faut comprendre ce regain anti-immigration de la CSU par la succession de faits divers impliquant des immigrés :

  • Le 9 juin, à Plauen en Saxe, deux hommes à la peau sombre et parlant une langue étrangère non identifiée ont abordé et agressé sexuellement une femme de 25 ans.
  • Le 10 juin, à 4 h 40 du matin, à Heidelberg au Bade-Wurtemberg, une dame de 36 ans, qui revenait d’une discothèque accompagnée d’un individu qu’elle y avait rencontré, a été violée par celui-ci en pleine rue après avoir fumé une cigarette avec lui. L’auteur des faits a des cheveux noirs et la peau sombre.
  • Le 13 juin, dans le quartier d’Ottensen à Hambourg, une adolescente de 16 ans a été agressée par derrière et tirée sur le sol. Elle a crié et l’assaillant a pris la fuite après avoir tenté de la violer. La police recherche l’auteur des faits. Il est de type méditerranéen, âgé de 15 à 17 ans, a des cheveux sombres et une stature mince.
  • Le 14 juin, un demandeur d’asile d’Afrique de l’Est a frappé massivement et violé, à Ottrau en Hesse, une femme de 39 ans qui l’avait pris en autostop.
  • Au cours de la nuit du 14 au 15 juin, à Fribourg-en-Brisgau au Bade-Wurtemberg, une dame a été suivie par un inconnu qui l’a abordée, puis poursuivie et finalement attrapée et a tenté de l’agresser sexuellement. L’assaillant parle un allemand saccadé, a les cheveux sombres et un physique de type arabe.
  • Le 16 juin, à Hanovre en Basse-Saxe, une dame de 37 ans a été poignardée en rue par le Turc Bulent Içel. La victime a été transportée à l’hôpital, où elle est décédée.
  • Notons également, en Saxe, le procès, à Dresde, d’un demandeur d’asile pakistanais qui avait violé une handicapée mentale, et à Zwickau celui d’un Libyen qui escaladait, durant la nuit, les balcons afin de pénétrer dans les appartements par les fenêtres ou portes ouvertes et d’attaquer des femmes.

Ils se font de l'argent sur le dos des immigrés

Et après ils osent nous faire la leçon :

"Depuis plusieurs semaines, le gouvernement de la chancelière allemande Angela Merkel est dans la tourmente. Il est mis en cause dans un vaste scandale qui a révélé une affaire de corruption présumée dans une des antennes à Brême du Bamf, un organisme dépendant du ministère de l’Intérieur et chargé de gérer les centaines de milliers de migrants arrivés en Allemagne depuis 2015.

Cette antenne est accusée d’avoir validé au moins 1 200 demandes d’asile par des migrants, en échange de divers avantages. Sa responsable, ses avocats et ses interprètes ont été mis en examen, notamment pour corruption. La responsable, qui a nié toutes les accusations, a affirmé qu’elle était juste débordée. Le gouvernement - accusé d’avoir ignoré des mises en garde en interne sur les problèmes de cette antenne, voire de les avoir étouffés - vérifie donc plusieurs milliers d’autres dossiers pour s’assurer qu’il s’agit d’un cas isolé.

« L’échec se situe dans l’inaction (du gouvernement) dès lors que les défis auxquels l’Allemagne allait être confrontée avec l’arrivée des réfugiés étaient clairs », a déclaré l’ancien président de l’Office national des migrants et réfugiés (Bamf), Frank-Jürgen Weise, à l’hebdomadaire Der Spiegel. Selon lui, « la crise aurait pu être évitée ». Frank-Jürgen Weise affirme également avoir personnellement informé Angela Merkel à deux reprises des problèmes en 2017, mais aucune mesure n’a été prise.

Angela Merkel est appelée à s’expliquer."


L'épreuve finale de l'Eglise qui ébranlera la foi de nombreux croyants

Le cardinal Willem Jacobus Eijk, archevêque d’Utrecht aux Pays-Bas, a publié une tribune sur le blog d’Edward Pentin par The New Catholic Register, que Jeanne Smits a traduit sur RITV :

Unknown-10« Observant que les évêques, et surtout, le Successeur de Pierre, échouent à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l’unité le dépôt de la foi contenu dans la Tradition sacrée et l’Ecriture sainte, je ne peux m’empêcher de penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Eglise catholique : “Avant l’avènement du Christ, l’Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le ‘mystère d’iniquité’ sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité.” »

Rappel des faits :

  • Fin février, les évêques d’Allemagne approuvaient l’accès à la communion des époux protestants dans les couples mixtes.
  • Début avril, sept évêques d’Allemagne ont saisi la Congrégation pour la Doctrine de la foi.
  • Vers la mi-avril, le pape François a opposé un net refus à cette « assistance pastorale » proposée aux couples mixtes en apposant sa signature à la réponse de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. 
  • Dans les 48 heures de cette nouvelle, les évêques d’Allemagne ont publié un communiqué démentant que le pape et la Congrégation pour la Doctrine de la foi eurent rejeté la proposition de février. Le pape a rencontré le cardinal Marx à Rome jeudi dernier.
  • L’affaire s’est soldée par une demande adressée par le pape François à l’épiscopat allemand de trouver « l’unanimité » sur cette question, « si possible ».

Dans sa tribune, le cardinal Eijk juge cette réponse « totalement incompréhensible ».

« La doctrine et la pratique de l’Eglise à l’égard de l’administration du sacrement de l’eucharistie aux protestants est parfaitement claire ».

Le code de droit canonique ne l’admet qu’en cas de « danger de mort » ou de « grave nécessité » :

« En cas de danger de mort ou si, au jugement de l’Evêque diocésain ou de la conférence des Evêques, une autre grave nécessité se fait pressante, les ministres catholiques peuvent administrer licitement ces mêmes sacrements aussi aux autres chrétiens qui n’ont pas la pleine communion avec l’Église catholique, lorsqu’ils ne peuvent pas avoir recours à un ministre de leur communauté et qu’ils le demandent de leur plein gré, pourvu qu’ils manifestent la foi catholique sur ces sacrements et qu’ils soient dûment disposés. »

Le cardinal Eijk souligne à quel point cette condition de la manifestation de la foi catholique est à la fois importante et difficile à trouver chez les protestants, qui « ne partagent pas la foi au sacerdoce et en l’Eucharistie ».

« La plupart des protestants allemands sont luthériens. Les luthériens croient en la consubstantiation qui implique la conviction selon laquelle, outre le Corps ou le Sang du Christ, le pain et le vin sont également présents lorsqu’une personne les reçoit. Si quelqu’un reçoit le pain et le vin sans croire cela, [pour les luthériens] le corps et le sang du Christ ne sont pas réellement présents. En dehors de ce moment de leur réception, il ne reste que le pain et le vin et le corps et le sang du Christ ne sont pas présents ».

« Les différences entre la foi en la consubstantiation et la foi en la transsubstantiation sont tellement importantes qu’il faut vraiment demander à celui qui désire recevoir la communion qu’il entre explicitement et formellement en communion plénière avec l’Eglise catholique (hormis le danger de mort), confirmant ainsi de manière explicite son acceptation de la foi de l’Eglise catholique, y compris la foi eucharistique. Un examen de conscience privée fait avec un prêtre ou une autre personne ayant des responsabilités pastorales n’offre pas de garanties suffisantes quant au fait de savoir si la personne en question accepte véritablement la foi de l’Eglise. En l’acceptant [l’Eucharistie], la personne ne peut, cependant, faire qu’une seule chose : entrer en entière communion avec l’Eglise catholique. »

« La pratique de l’Eglise catholique, fondée sur sa foi, n’est pas déterminée et ne se modifie pas conformément à des statistiques lorsque la majorité d’une conférence épiscopale vote pour, même si c’est à l’unanimité. » « Ce que disent le code de droit canonique et le Catéchisme de l’Eglise catholique aurait dû être la réaction du Saint-Père, qui en tant que successeur de saint Pierre, “est le principe perpétuel et visible et le fondement de l’unité qui lie entre eux soit les évêques, soit la multitude des fidèles” (Lumen Gentium n° 23). Le Saint-Père aurait dû donner des directives claires à la délégation de la conférence épiscopale de l’Allemagne, fondées sur la doctrine et la pratique claires de l’Eglise. Il aurait également dû répondre sur ce fondement à la femme luthérienne qui lui a demandé, le 15 novembre 2015, si elle pouvait recevoir la communion avec son époux catholique, en disant que cela n’est pas acceptable, plutôt que de suggérer qu’elle pouvait recevoir la communion sur le fondement de son baptême, et en accord avec sa conscience. En échouant à donner la clarté, c’est une grande confusion qui est créée parmi les fidèles et l’unité de l’Eglise est mise en péril. C’est également le cas lorsque des cardinaux proposent publiquement de bénir des relations homosexuelles, une chose diamétralement opposée à la doctrine de l’Eglise, fondée sur l’Ecriture sainte, selon laquelle le mariage, selon l’ordre de la création, n’existe qu’entre un homme et une femme. »


« Ce religieusement correct, ce politiquement correct, cela me tape sur les nerfs »

La décision du gouvernement du Land de Bavière exigeant qu'à partir du 1er juin il devra y avoir une croix dans le hall d’entrée de tous les bâtiments publics, a provoqué l'ire de certains catholiques allemands. Et pas des moindres puisque le cardinal Reinhard Marx, membre du conseil rapproché du pape François, a dénoncé « l’animosité, les divisions et les troubles » causés par cette décision. 

« On ne comprend pas ce qu’est la Croix si on ne la voit qu’en tant que symbole culturel ».

Il a ajouté que la mesure annoncée par le ministre de l’intérieur de Bavière, Markus Sodede, revient à « exproprier la Croix au nom de l’Etat ».

« Accrocher un crucifix veut dire : je dois m’orienter selon les paroles de celui qui est mort sur la Croix pour le monde entier. C’est une provocation : pour chaque chrétien, pour l’église, mais aussi pour l’Etat qui voudrait se référer à ce signe. »

Bildschirmfoto-2018-05-02-um-11.40.01-860x360-1525254101Mgr Peter Stephan Zurbriggen (photo), nonce apostolique en Autriche, a vivement répondu au cardinal :

« Voyez-vous, en tant que nonce et représentant du Saint-Père, je suis quand même triste et j’ai honte, lorsque j’entends que dès que des croix sont érigées dans un pays voisin, les évêques et prêtres de tous les peuples doivent critiquer cela. C’est une honte. ». « Ce religieusement correct, ce politiquement correct, cela me tape sur les nerfs ».

Mgr Zurbriggen a en outre rappelé la visite des deux évêques à Jérusalem à l’automne 2016 : Mgr Marx et Mgr Bedford-Strohm avaient enlevé leurs croix au Mont du Temple par considération envers les dirigeants juifs et musulmans, ce qui avait été la cible de nombreuses critiques :

« S’ils vont en pèlerinage en Terre Sainte et qu’ils ont honte de porter la Croix, quelle que soit la raison, alors moi aussi j’ai honte ».


Vers la fin de l'autonomie industrielle française dans la défense ?

Dans Valeurs Actuelles, Marine Le Pen dénonce la nouvelle coopération européenne dans l'industrie de défense, qui signe la fin de l'autonomie de la France :

Capture d’écran 2018-04-26 à 08.19.20 Capture d’écran 2018-04-26 à 08.19.46
Après le mariage entre le français Nexter Systems et l'allemand KMW, qui vont développer un nouveau char de combat et un système d'artillerie franco-allemand, Airbus et Dassault Aviation ont annoncé hier un accord de principe autour du développement du futur avion de combat franco-allemand, dont le principe avait été annoncé en juillet 2017 par Paris et Berlin. Le patron d'Airbus Defense and Space, Dirk Hoke, a souligné :

"Nous sommes prêts et nous disons à nos ministères de la Défense, à nos responsables politiques : nous sommes prêts, à présent allez-y". "C'est un moment historique pour l'industrie". "C'est un grand pas en avant pour développer les compétences en Europe et assurer la souveraineté européenne".

Ce nouveau "système de combat aérien européen" est destiné à remplacer à l'horizon 2040 les flottes actuelles d'avions de combat, le Rafale pour la France et l'Eurofighter Typhoon pour l'Allemagne.

Dans un rapport publié le 17 avril, la Cour des Comptes souligne en outre :

"La plupart des grands programmes en cours ont rencontré des succès technologiques, parfois remarquables, mais aucun n’a atteint la totalité des caractéristiques militaires espérées et n’a respecté son calendrier. Les programmes réalisés en coopération sont en outre affectés de travers propres, à savoir une durée plus longue que les programmes nationaux, des montages industriels complexes et la multiplication des versions d’équipements produits, en raison d’une harmonisation insuffisante des besoins militaires entre les États participants.

Le partage des coûts de développement est le principal avantage des coopérations, mais il est compensé, dans l’état des pratiques observées, par des retards. En outre, le bilan industriel des coopérations européennes est contrasté. Certes, les grands programmes européens ont permis d’alimenter les bureaux d’études et les capacités de production d’entreprises européennes, mais ils n’ont pas encouragé l’intégration industrielle, inégale selon les secteurs d’activité. L’intégration, en effet, ne constitue pas un résultat automatique de la coopération. Les industries européennes de défense demeurent sous la double menace de la concurrence américaine et de celle des pays émergents."


Angela Merkel découvre le lien entre immigrés et antisémitisme

Unknown-8Angela Merkel a accordé dimanche un entretien à la télévision privée israélienne Channel 10 :

« Nous sommes face à un nouveau phénomène, avec ces nombreux réfugiés parmi lesquels se trouvent, par exemple, des personnes d’origine arabe qui apportent une autre forme d’antisémitisme dans notre pays ».

Le gouvernement fédéral a dû nommer un haut-fonctionnaire pour traiter et combattre cette vague d’antisémitisme.

« Le fait qu’aucune maternelle, aucune école, aucune synagogue ne puisse être laissée sans protection policière nous consterne ».

La menace a atteint un tel niveau que le gouvernement fédéral d’Allemagne prépare une loi permettant l’expulsion de migrants affichant des positions ouvertement antisémites.

Une autre proposition « pour combattre l’antisémitisme », émise par la secrétaire d’Etat sociale-démocrate du Sénat de Berlin, musulmane d’origine palestinienne, vise à exiger que les immigrants et demandeurs d’asile soient astreints à une visite des anciens camps de concentration.


La Bavière exige la pose d'une croix dans tous les bâtiments publics

227730811Le gouvernement du Land de Bavière a décidé qu’à partir du 1er juin il devra y avoir une croix dans le hall d’entrée de tous les bâtiments publics.

« Une croix clairement perceptible dans les entrées de tout immeuble de bureaux de l’Etat libre, exprimant le caractère historique et culturel bavarois, représentera visiblement les valeurs de l’ordre juridique et social en Bavière et en Allemagne. »

La croix est le « symbole fondamental de l’identité culturelle chrétienne occidentale ».

Le ministre-président de Bavière, Markus Söder, a donné l’exemple en accrochant dans le hall de la chancellerie une croix que lui avait offerte l’ancien archevêque de Munich le cardinal Friedrich Wetter.


Quand un réfugié syrien commet une agression antisémite, Libération critique l'AfD

Deux hommes portant la kippa ont été agressés et insultés mardi soir, dans le quartier de Prenzlauer Berg, au cœur de la capitale allemande.

Le 18 avril, Libération s'inquiète de cette attaque antisémite en Allemagne... et fait le lien avec l'AfD.

Le 19 avril, on apprend que l'agresseur est " un réfugié syrien ayant vécu dans un centre pour migrants près de Berlin."

Alors, padamalgam ?


Le Vatican rappelle l'interdiction de la communion pour les Protestants

Accès-communion-époux-protestants-évêques-Allemagne-couples-mixtes-e1519487145739La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a rejeté le projet des évêques allemands d'autoriser les époux protestants d'un conjoint catholique à recevoir la Sainte Communion.

En février, les évêques avaient voté à une large majorité en faveur de ce sacrilège. La décision avait été annoncée le 22 février au nom de la conférence des évêques par le cardinal Reinhard Marx. Toutefois, sept évêques avaient interrogé le Vatican sur ce sujet. La Congrégation a rejeté l'idée allemande avec l'approbation du Pape François. Cette décision négative a déjà été transmise aux évêques allemands.


Attentat à la voiture à Münster en Allemagne

DaMIvHgXcAAdgdATrois personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées, après qu'un homme leur a foncé dessus, avant de se suicider par balle, ce samedi 7 avril à Münster, ville du nord-ouest de l'Allemagne.

Un homme a foncé en voiture dans la foule avant de se suicider, ce qui porte le bilan provisoire à quatre mort si l'auteur de l'attaque est compté. Le conducteur s'est tué lui-même par balle. La piste de l'attentat est envisagée avec beaucoup de sérieux, celle d'un acte personnel est également largement étudiée par les enquêteurs.


7 évêques allemands contestent une décision de leur Conférence épiscopale

Lu ici :

Capture d’écran 2018-04-05 à 21.48.03"En février 2018, la Conférence des évêques d’Allemagne avait approuvé, à la majorité qualifiée des deux tiers, un projet prévoyant d’octroyer à un protestant la possibilité d’assister et de communier à la messe à laquelle participe son conjoint catholique.

Plusieurs prélats se sont immédiatement élevés car une décision d’une telle importance dépasse les compétences de la Conférence épiscopale. Aussi ont-ils décidé d’en référer directement au Saint-Siège.

C’est le journal allemand Kölner Stadt-Anzeiger, dans son édition du 4 avril 2018, qui dévoile les noms des évêques allemands ayant adressé, le 22 mars 2018, une lettre de trois pages à Mgr Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Les sept signataires sont : le cardinal-archevêque de Cologne Rainer Maria Woelki ; Ludwig Schick, archevêque de Bamberg ; Konrad Zdarsa, évêque d’Augsbourg ; Gregor Maria Hanke, évêque d’Eichstätt ; Stefan Oster, évêque de Passau ; Rudolf Voderholzer, évêque de Ratisbonne et Wolfgang Ipolt, évêque de Görlitz. A la fin de leur lettre, les évêques implorent le Saint-Siège de « faire la lumière sur ce document (de la Conférence épiscopale) dont nous doutons qu’il soit compatible avec la foi et l’unité de l’Eglise ».

Ce recours au Vatican a été - le fait est à noter - porté à l’insu du président de la Conférence des évêques d’Allemagne, le cardinal Reinhard Marx, par ailleurs archevêque de Munich et Freising. Dans un communiqué officiel publié le 4 avril 2018, le très libéral prélat s’est dit « surpris », pour ne pas dire irrité, par l’initiative de ses sept confrères. Il se défend en mettant en avant la qualité des débats de l'Assemblée générale et l'écrasante majorité ayant prévalu en faveur de l'intercommunion au sein des mariages mixtes. Il évoque la possibilité pour une Conférence épiscopale nationale de permettre la distribution des sacrements de l'Eglise à ceux qui ne sont pas en pleine communion en s'appuyant sur le canon 844 qui le permet « en cas de danger de mort ou de grave nécessité ». Enfin il s'autorise des encouragements du pape François pour aller de l'avant sur le chemin de l'œcuménisme avec les autres chrétiens, y compris par des mesures à caractère pastoral.

Les signataires du recours au Vatican veulent croire que leur appel sera entendu. En juillet 1999, le prédécesseur de Mgr Woelki, le cardinal Joachim Meisner, s’était tourné vers Jean-Paul II pour lui demander d’intervenir dans l’affaire des centres Donum vitae gérés par l’Eglise en Allemagne. Ceux-ci délivraient, avec la bénédiction des évêques, des certificats permettant de recourir à l’avortement. L’intervention de Mgr Meisner avait eu pour résultat une instruction papale condamnant cette pratique.

Il est à espérer qu’en 2018 à son tour, la Congrégation pour la doctrine de la foi entende la voix des sept prélats et fasse prévaloir le primat de la foi sur les ambiguïtés entretenues et diffusées dans l'Eglise, a capite usque ad calcem."


Le ministre de l'Intérieur allemand met en cause la Commission européenne

Unknown-26Le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer a encore déclenché une polémique. Il a déclaré dans une interview à l’édition du dimanche de Die Welt que les contrôles aux frontières de l’Allemagne doivent se poursuivre et même être renforcés, tant que l’UE ne sera pas en mesure de contrôler efficacement ses frontières extérieures.

« Et je ne vois pas qu’elle y réussisse dans un avenir prévisible. »

D’autre part il demande que soient nommés davantage de juges administratifs pour accélérer les expulsions des demandeurs d’asile déboutés. Et il veut identifier « tous les obstacles à l’expulsion ».

Enfin, concernant les pays de l’est qui refusent d’accueillir des « réfugiés », il accuse la Commission européenne d’avoir une attitude contre-productive en leur « faisant la leçon ».

Sa mise en cause de la Commission européenne a fait réagir, car c’est un crime de lèse-majesté.


« L'islam n'appartient pas à l'Allemagne ! »

Unknown-26Ce n'est pas un membre de l'AFD qui dit cela mais le président de la CSU et président de la Bavière, qui vient d’être nommé ministre de l’Intérieur dans la nouvelle grande coalition de Merkel, Horst Seehofer. Il a accepté le poste de ministre de l’Intérieur à condition qu’on y ajoute « et de la Patrie ».

Le quotidien Bild a publié une interview du ministre : 

"Non. L'islam n'appartient pas à l'Allemagne. L'Allemagne est marquée par le christianisme. Le dimanche chômé, les jours fériés chrétiens et les rituels comme Pâques, la Pentecôte ou Noël en font partie. Mais les musulmans qui vivent chez nous appartiennent évidemment à l'Allemagne. Cela ne signifie naturellement pas que nous abandonnions pour de fausses considérations nos traditions et des usages typiquement de chez nous."

L’AfD fait remarquer que Seehofer a repris textuellement un de ses slogans (Der Islam gehört nicht zu Deutschland !), preuve de son influence certaine.


Allemagne : l'AFD devient le principal parti d'opposition

UnknownAprès cinq mois sans majorité au Bundestag, l'Allemagne s'oriente vers une coalition CDU-SPD. Les membres du parti social-démocrate allemand (SPD) ont approuvé à 66,02% une nouvelle coalition avec le bloc CDU-CSU d'Angela Merkel, levant le dernier obstacle à la formation d'un gouvernement. Dans la foulée, Angela Merkel, qui va pouvoir entamer son 4e mandat, a déclaré qu'elle était impatiente de «travailler de nouveau avec [les socio-démocrates] pour le bien du pays».

Au sein du SPD, ce vote sonne comme un désaveu pour ceux qui préféraient voir leur parti, qui a subi une débâcle historique en septembre avec 20,5 %, se reconstruire dans une opposition plus franche. Sa stratégie s'est heurtée à la démission de Martin Schulz, le patron affaibli du SPD, et à l'habileté d'Angela Merkel qui a promis aux socio-démocrates des ministères de poids (Affaires étrangères, Finances et Affaires sociales).

Par conséquent, l'AFD, qui a recueilli 12,9 % des voix aux dernières élections fédérales, empêchant la CDU-CSU d'avoir la majorité absolue, devient le principal parti d'opposition. Une enquête d'opinion fin février montrait que ce parti anti-immigration progresse toujours dans les intentions de vote en Allemagne. Il devancerait même les sociaux-démocrates (SPD).


Cela fait moins de bruit que l'assassinat du père Hamel

Capture d’écran 2018-02-28 à 07.38.24A Berlin, l'aumônier de la paroisse française, a été assassiné jeudi dernier par un immigré qu’il avait accueilli dans son presbytère. Selon Monseigneur Robert Poinard, aumônier général des Communautés catholiques francophones dans le monde (CCFM) :

« L’aumônier de la paroisse française de Berlin a été assassiné jeudi soir par une personne qu’il avait recueillie dans son presbytère. Ce prêtre était âgé de 54 ans et il était unanimement apprécié par toute sa communauté. Notre aumônerie des Français de l’Etranger est en deuil ».

L’assassin serait un ressortissant camerounais de 26 ans que l’aumônier congolais (République du Congo, Brazzaville) de la paroisse francophone de Berlin, hébergeait dans son presbytère. Le jeune homme a été placé dans un hôpital psychiatrique...


Préférence nationale pour la soupe populaire en raison du comportement des immigrés

Capture d’écran 2018-02-27 à 08.01.37En Allemagne, les organisateurs de la soupe populaire à Essen ont déclaré :

«En raison de l'augmentation du nombre de réfugiés au cours des dernières années, la proportion de citoyens étrangers parmi les personnes servies est montée à 75%. Pour permettre une intégration sérieuse, nous sommes obligés, pour l'instant, de n'accueillir que des personnes avec un passeport allemand».

Cette décision a fait scandale.

Les responsables locaux de la soupe populaire d'Essen ont dénoncé le comportement de certains réfugiés: «manque de respect envers les femmes» ou encore «bousculades» dans les files d'attente. Certains demandeurs d'asile se comporteraient en «profiteurs».


Mgr Schick rappelle que « certains migrants » sont des terroristes

250px-Erzbischof_SchickMgr Ludwig Schick, archevêque de Bamberg en Allemagne, a condamné la violence des islamistes envers les chrétiens, affirmant que « la plus haute vigilance » était requise. Il a fait ces remarques après qu’un nouveau rapport publié par le gouvernement allemand a montré que 100 chrétiens, y compris un converti qui a été assassiné, ont été victimes de violences motivées par des motifs religieux l’année dernière.

L’Archevêque a fait une référence explicite aux migrants musulmans nouvellement arrivés, disant que certains demandeurs d’asile

« ne comprennent pas ou n’acceptent pas l’ordre et les coutumes de notre pays, d’ailleurs certains de ceux qui sont arrivés ne sont pas des réfugiés mais des terroristes. C’est un fait auquel nous devons répondre.  » « Vous ne pouvez pas arriver dans notre société si vous ne valorisez pas nos valeurs ». « Toutes les personnes sensées et bien intentionnées doivent s’opposer résolument à ceux qui, quelle que soit leur religion ou leur idéologie, manquent de respect pour leurs semblables. Ça ne marchera pas sans de telles limites!  »


L’ancien président allemand dénonce le multiculturalisme

L’ancien président allemand Joachim Gauck s’exprimait à l’Université de Düsseldorf :

Unknown-4« Un État-nation ne devrait pas être surmené. Même l’homme cosmopolite atteint ses limites lorsque les développements de nature culturelle sont trop rapides et trop étendus au sein d’un même pays. »

« Pendant longtemps, le concept de multiculturalisme a eu une influence majeure sur la politique d’intégration, la diversité était considérée comme une valeur en soi. Je comprends qu’à première vue, cela peut sembler tolérant et cosmopolite, ce multiculturalisme et ses conséquences m’ont effrayé. »

« Je trouve honteux que certains ferment les yeux sur l’oppression des femmes dans notre pays et dans de nombreux pays islamiques, sur les mariages forcés, les mariages précoces et les interdictions de baignade pour les filles dans les écoles. Ai-je raison de penser que, dans ces cas comme dans d’autres, la considération pour l’autre culture est jugée comme plus importante que la protection des droits fondamentaux des citoyens et des droits de l’homme? »


Une immigrationniste allemande se réveille face à la réalité

Lu sur RITV :

Images-2"Rebecca Sommer a fondé en 2012 l’association d’aide aux réfugiés Arbeitsgruppe Flucht + Menschen-Rechte (AG F+M). A la fin de l’été 2015, cette artiste, photographe et journaliste auteur de documentaires applaudissait la décision d’Angela Merkel d’ouvrir en grand les frontières de l’Allemagne aux « réfugiés » bloqués en Hongrie, malgré l’effet de pompe aspirante que cela devait créer. « A ce moment-là, je voulais aider chaque personne et je croyais vraiment que tous ces gens fuyaient un enfer et se trouvaient dans la détresse la plus absolue », a expliqué l’activiste allemande dans une interview publiée par l’hebdomadaire conservateur polonais  Do Rzeczy  le 15 janvier dernier à qui elle à parlé de son réveil face à la réalité. [...] 

La prise de conscience de cette représentante typique des activistes droits-de-l’hommistes bien ancrés à gauche date de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne. Elle a bien dû reconnaître à ce moment-là, ainsi qu’elle l’avoue sans détour au site anti-islamisation polonais euroislam.pl, que les comportements des agresseurs nord-africains et moyen-orientaux de Cologne s’inscrivaient tout à fait dans la culture musulmane des nouveaux arrivants qu’elle avait elle-même rencontrés jusqu’ici : « C’est le moment où je me suis dit : “Rebecca, tu dois maintenant mettre le holà, ne serait-ce qu’en tant que militante pour les droits des femmes.” »

Auparavant, se justifie Rebecca Sommer, « Je croyais que [leur] vision moyenâgeuse allait changer avec le temps […] mais après avoir vu ces situations se répéter et avoir observé ce qui se passait autour de moi, bénévole, j’ai dû reconnaître que pour ce qui est des réfugiés musulmans, ils ont grandi avec des valeurs totalement différentes, ils ont subi un lavage de cerveau depuis l’enfance et sont endoctrinés par l’islam et n’ont absolument pas l’intention d’adopter nos valeurs. Pire encore, ils nous regardent, nous les infidèles, avec dédain et arrogance. »

Dans son interview pour le site euroislam.pl, l’activiste pro-réfugiés précise que le mépris pour les modes de vie occidentaux et pour les femmes ne concerne pas que les musulmans pratiquants, mais la majorité de ceux qui ont grandi au sein de la culture musulmane. Elle parle aussi de sa grande déception quand elle s’est aperçue comment un groupe de « réfugiés » qu’elle avait personnellement aidés et qu’elle croyait être ses amis pratiquaient avec elle la taqqiya. « Je me suis brutalement aperçue que ces gens que j’avais aidés, qui mangeaient, buvaient, dansaient et riaient avec moi, qui ne priaient pas, qui n’allaient pas à la mosquée, qui ne respectaient pas le ramadan, qui se moquaient de la religion et des personnes profondément religieuses, ne m’appelaient pas autrement que « la stupide putain allemande » quand ils mangeaient ma nourriture et se reposaient dans mon jardin. » Elle reconnaît toutefois qu’elle avait été prévenue par des Arabes et des Kurdes arrivés eux aussi récemment en Allemagne justement pour fuir l’oppression musulmane.

Rebecca Sommer affirme ne pas être un cas isolé, que de nombreux autres bénévoles ont aussi eu cette même prise de conscience tardive et qu’il y a beaucoup moins de bénévoles prêts à travailler avec les nouveaux arrivants aujourd’hui en Allemagne. Elle reconnaît aussi que, par leur nombre, ces immigrants musulmans sont une menace pour le mode de vie des Allemands, et que cela va empirer avec le regroupement familial. [...]"


Une étude démontre que la hausse des violences est liées à l'arrivée massive des "migrants"

En Allemagne :

Commandée par le Ministère de la famille et de la jeunesse, cette enquête a été menée par l’un des criminologues les plus réputés d’Allemagne, Christian Pfeiffer, qui s’est concentré sur la Basse-Saxe, une région démographiquement et socialement représentative de l’ensemble du pays (...)

Après les exactions de la Saint-Sylvestre à Cologne le 31 décembre 2015, lorsque des centaines de femmes avaient été agressées sexuellement par des demandeurs d’asile, le ton et l’approche du problème ont changé. Depuis, les responsables politiques – mais aussi les médias – estiment qu’il est important d’évoquer la nationalité des auteurs si cela contribue à élucider un problème.

La conclusion des enquêteurs est sans détour: tandis que les actes de violence avaient continuellement baissé depuis plus de dix ans (de moitié parmi les mineurs), ils ont augmenté de nouveau entre 2014 et 2016 de plus de 10% (612 cas élucidés sur 2091) avec l’arrivée massive de réfugiés.

«L’augmentation est due à 92% aux demandeurs d’asile», note leur rapport. Un acte de violence sur huit (12,5%) a été perpétré par des réfugiés, qui représentent pourtant moins de 1% de la population (...)"

A quand une étude similaire en France ?


La Stasi de retour en Allemagne

MdEqCwZ8_400x400En vertu d’une loi de censure entrée en vigueur le 1erjanvier, les réseaux sociaux ont obligation de supprimer sous 24 heures les messages à contenu pénalement punissable, sous peine de grosses amendes. C’est pourquoi Twitter et Facebook ont supprimé ce message de Beatrix von Storch, de l’AfD, à propos d’un message de la police pour la Saint-Sylvestre :

« Que diable se passe-t-il dans ce pays ? Pourquoi la police publie-t-elle désormais ses messages officiels en arabe ? S'adresse-t-elle par ce biais aux hordes d'hommes barbares, musulmans et violeurs pour chercher à les amadouer ? »

Le message a immédiatement provoqué des centaines de plaintes pour incitation à la haine, y compris de la part de la police… Beatrix von Storch a dénoncé des « méthodes dignes de la Stasi », et le co-président de l’AfD une législation liberticide.


« Les suspects étaient principalement des jeunes hommes de Syrie ou d’Afghanistan»

Capture_d_e_cran_2018_01_01_a_12_19_29L’Allemagne a de nouveau été frappée par des agressions sexuelles pendant la nuit du réveillon malgré la mise en place de zones sécurisées pour les femmes. Thomas Neuendorf du bureau de presse de la police berlinoise a déclaré :

« Les suspects étaient principalement des jeunes hommes de Syrie ou d’Afghanistan«.

Padamalgam.


L'immigration, cause de l'échec des négociations pour former un gouvernement en Allemagne

Unknown-4Sans majorité pour gouverner, la chancelière allemande a déploré l'échec des tractations pour former un nouveau gouvernement, plongeant le pays dans la crise. Les libéraux du FDP ont constaté l'échec des discussions pour parvenir à un accord entre la CDU/CSU, les Verts et eux-mêmes. Mal réélue le 24 septembre avec seulement 32,9%, soit le plus mauvais résultat de la CDU depuis 1949, Angela Merkel a désormais peu d'options devant elle. Il ne reste qu'une seule solution probable: l'organisation à moyen terme de nouvelles élections.

Les partis n'ont pas réussi à s'entendre sur deux sujets hautement symboliques: l'immigration et l'énergie. L'intransigeance des conservateurs sur l'immigration, décidés à prolonger la suspension du regroupement familial, et le refus des écologistes d'accepter leur position minoritaire sur ce sujet ont cristallisé les débats. Un même bras de fer s'est déroulé sur la question de la production d'énergie fossile et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Sur ces deux points, c'est le bilan d'Angela Merkel, chancelière du tournant énergétique en 2011 et chancelière des réfugiés en 2015, qui s'est trouvé au centre des crispations. Elle est tenue pour responsable de la percée des populistes de l'AfD, qui ont obtenu 12,6% aux élections de septembre. 


Allemagne : la Conférence épiscopale en état de déliquescence

DLa Cour constitutionnelle allemande exige que le Parlement légalise un troisième sexe sur les registres des naissances, à côté de « masculin » ou « féminin ».

La Conférence épiscopale allemande a qualifié cette décision de « compréhensible ». Son porte-parole Matthias Kopp a déclaré :

« Si une personne ne peut pas être clairement classée dans la classification binaire en tant que femme ou homme, elle ne doit pas être contrainte par des règles légales ou sociales, à s’associer, contrairement à ses propres sentiments, à un genre qui ne lui convient pas. »

De son côté, le cardinal Raymond Leo Burke a été interrogé par Edward Pentin du National Catholic Register. Extrait :

"Un an après la publication des « dubia » sur Amoris laetitia, qui n’ont reçu aucune réponse du Saint-Père, nous observons une confusion grandissante concernant les différentes façons d’interpréter l’exhortation apostolique. Notre préoccupation pour la situation de l’Eglise et pour sa mission dans le monde n’en est donc que plus urgente que jamais. Personnellement, je reste bien sûr en contact régulier avec le cardinal Walter Bandmüller sur ces problèmes de la plus haute importance. Nous demeurons tous deux en profonde union avec les deux cardinaux décédés récemment, Joachim Meisner et Carlo Caffarra, qui nous ont quittés ces derniers mois. Je déplore donc à nouveau la gravité de la situation qui ne fait qu’empirer.

On a dit beaucoup de choses sur les dangers de la nature ambigüe du chapitre 8 d’Amoris laetitia en insistant sur le fait qu’il était ouvert à trop d’interprétations. Pourquoi la clarté est-elle si importante ?

La clarté de l’enseignement n’implique aucune rigidité susceptible d’empêcher les gens de suivre le chemin de l’Evangile mais au contraire, la clarté fournit la lumière nécessaire pour accompagner les familles sur la voie à suivre pour devenir des disciples. C’est l’obscurité qui nous empêche de voir le chemin et qui empêche l’action évangélisatrice de l’Eglise, comme Jésus le dit : « La nuit vient où personne ne pourra plus travailler. » (Jn 9, 4). [...]

Malgré que vous et beaucoup d’autres, dont les plus de 250 professeurs et prêtres qui ont envoyé une correction filiale, ayez de sérieuses craintes concernant les effets de ces passages d’Amoris laetitia et étant donné que vous n’avez jusqu’à présent reçu aucune réponse du Saint-Père, êtes-vous ici en train de lui adresser une ultime supplique ?

Oui, pour ces graves raisons, un an après avoir rendu les « dubia » publics, je me tourne une fois encore vers le Saint-Père et vers toute l’Eglise, en insistant sur le fait qu’il est urgent que le Pape, en exerçant le ministère qu’il a reçu du Seigneur, affermisse ses frères dans la foi par une expression claire de l’enseignement concernant à la fois la morale chrétienne ainsi que le sens de la pratique sacramentelle de l’Eglise."


Les détraqués de l'archidiocèse de Berlin

Abomination :

Capture d’écran 2017-11-08 à 22.06.56"Sur le site internet de l’archevêché de Berlin est apparue une page intitulée « Conseils pratiques pour l’utilisation de méthodes dans le travail pédagogique sexuel avec les groupes de jeunes » (sic). Naturellement, il est nécessaire d’éliminer les « tabous », les « préjugés », les « stéréotypes », y compris sur l’homosexualité ou la masturbation, tout en cherchant à résoudre la « tension » entre ces comportements, qui relèvent de l’identité de la personne, et la (lamentable) doctrine « officielle » de l’Eglise.

Les Conseils pratiques répondent à la question : « Quand est-il normal d’avoir des relations sexuelles ? »

Et la réponse n’est pas simple… L’archevêché aborde donc toute une série de scénarios.

Ainsi le scénario 2 est celui d’un homme de 22 ans qui veut coucher avec une fille de 15 ans. Est-ce possible ? Réponse de l’archevêché catholique de Berlin : « En principe les personnes majeures peuvent coucher avec des mineurs, à condition qu’il s’agisse d’un acte sexuel consenti. Cela devient difficile, cependant, si l’acte sexuel est contraint. »

Scénario 5. « Laura, 15 ans, aimerait coucher avec son petit ami et envisage divers contraceptifs. » Mais elle a peur que ses parents le découvrent. L’archidiocèse catholique de Berlin déclare que, puisque Laura a moins de 16 ans, son médecin peut informer ses parents qu’elle veut des contraceptifs oraux. Cependant, Laura peut « essayer de convaincre le médecin qu’elle est assez mature pour prendre la décision ».

L’archidiocèse catholique de Berlin ajoute que « pour les moins de 14 ans il sera difficile d’obtenir une ordonnance pour des contraceptifs car les rapports sexuels pour les moins de 14 ans sont interdits par la loi ». Qu’à cela ne tienne, cependant, dit l’archidiocèse catholique de Berlin en s’adressant directement au gamin ou à la gamine : « « Les adolescents peuvent acheter des contraceptifs en vente libre comme les préservatifs et les diaphragmes dans n’importe quelle pharmacie. Si tu es gêné de les demander dans une pharmacie, tu peux les acheter de façon anonyme au supermarché. »

Scénario 6. Milena a une « grossesse non désirée ». Après quelques considérations, l’archevêché catholique de Berlin déclare : « Dans un contexte de grossesse conflictuelle, on peut donner des conseils à Milena sur la possibilité d’un avortement ». « Même les filles de moins de 18 ans ont l’opportunité en principe de pouvoir interrompre leur grossesse sans sanction au cours des douze premières semaines. » « Lors de la consultation, le père de l’enfant à naître ou même ses parents [les parents de Milena] peuvent être présents si elle le souhaite. Quoi que Milena décide, elle doit obtenir un conseil et le droit à un soutien psychologique. »

D’autres scénarios évoquent des relations lesbiennes (avec une mineure) ou un garçon qui veut consulter sur une maladie vénérienne sans que ses parents le sachent. Chaque fois ils sont dans le cadre des « droits » des mineurs.

Il y a eu une protestation de catholiques sur le scénario 6. Seulement celui-là. Parce que, quand même, on y voit un archidiocèse catholique faire ouvertement l’apologie de l’avortement.

Alors l’archevêché catholique de Berlin a consenti à ajouter un paragraphe au scénario 6, disant qu’il est « difficile » d’enseigner ce que dit la loi en étant « complètement détaché des questions morales », et que le « contexte ecclésiastique » « offre le thème de la “protection de la vie” ». Sic. Voilà qui « clarifie », a dit l’archevêque, Mgr Heiner Koch, le fait que les valeurs chrétiennes doivent être enseignées en même temps que les « conseils ». Et l’on a même ajouté, figurez-vous, pour faire plaisir aux rigides pharisiens pélagiens racornis dans leur doctrine d’un autre âge, qu’on ne doit pas faire pression sur les jeunes filles pour qu’elles avortent."


Les autorités allemandes ont perdu la trace de 30 000 demandeurs d'asile

Images-7Ces immigrés déboutés de leur demande d'asile auraient dû être expulsés du territoire en décembre 2016 mais personne n'a pu vérifier si cela avait été fait car ils avaient déjà quitté ou disparu sans en informer les autorités compétentes, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

D'après l'office fédéral de la statistique, le nombre de demandeurs d'asile a doublé depuis 2014 pour atteindre 1,6 million à la fin de l'année 2016, soit une hausse de 113% en deux ans. Cela représente 16% de la population étrangère du pays.Environ 158 000 immigrés ont été déboutés de leur demande d'asile.