L'apprentissage de l'arabe dans les écoles est une revendication de l’Organisation de la coopération islamique

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate (PCD) et ancien député, explique dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles en quoi la volonté de Jean-Michel Blanquer de vouloir généraliser l'enseignement de la langue arabe dans les écoles primaires est un contresens politique total :

Images-9"Dans la droite ligne de son prédécesseur, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer souhaite donc « redorer le blason de la langue arabe », en généralisant son enseignement dans les écoles primaires françaises. À bon droit, cette décision suscite les oppositions les plus vives.

Premièrement, elle marque une continuité très claire avec les projets de François Hollande, dont les intentions électoralistes étaient à peine camouflées. La même tentation communautariste est ici à l’œuvre, et pour les mêmes raisons, elle doit être combattue.

Deuxièmement, il faut être naïf pour croire qu’il suffirait d’enseigner l’arabe dans les écoles françaises pour diminuer l’influence des prédicateurs islamiques dans les mosquées. En tout état de cause, on pourrait parfaitement soutenir la thèse inverse : nous serions encore davantage connectés avec la langue officielle et unique de la communauté musulmane, celle, paraît-il, de la révélation du Coran. Le risque est tout aussi important de renforcer les liens des jeunes arabisants avec leur communauté d’origine. On ne combat pas l’islam conquérant en enseignant la langue qu’il pratique, on le combat en critiquant les arguments qu’il avance ! On ne renforce pas la cohésion sociale de la France en apprenant aux jeunes élèves une langue étrangère, mais en leur faisant apprendre encore davantage et mieux la langue française.

Troisièmement, et ceci est lié au point précédent, l’apprentissage de la langue arabe dans les écoles primaires occidentales est une revendication officielle de l’Organisation de la coopération islamique (en quelque sorte « l’ONU musulman »). Il est revendiqué par ses Etats membres comme un moyen objectif de redorer le blason de l’islam en Occident, et de renforcer l’attachement des musulmans à la communauté des croyants. Ignorer cette dimension de politique internationale des états arabes musulmans n’est pas seulement une preuve incroyable d’ignorance, c’est une faute politique grave ! De plus, c’est une manière parfaitement efficace de favoriser la politique de ses adversaires : chacun trouvera sur ce point le qualificatif qui convient.

Bien sûr, la langue arabe a toute sa place dans l’enseignement en France, au lycée et à l’université. Vouloir généraliser l’enseignement dans les classes primaires n’a aucun sens. Les dénégations du ministre n’y feront rien. Et les invectives, les faux procès en fascisme qu’il intente à ceux qui le critiquent ne parviendront pas à masquer ni l’inanité de cette décision, ni le parfait contresens politique qu’elle représente, ni la faiblesse de ses orientations. Pour le coup, c’est un célèbre proverbe arabe qui le dit : « Quand on a une maison en verre, on ne jette pas des pierres sur les gens ». Si Monsieur Blanquer apprend l’arabe à titre personnel, il ne manquera pas de tomber sur cette sentence qui pourrait lui être utile."

 

La rentrée remarquée de Jean-Michel Blanquer

Analyse de Claude Meunier-Berthelot pour Le Salon beige :

Arabisation et islamisation de la France par l’Ecole

Unknown-39En cette rentrée 2018, Monsieur BLANQUER s’est produit au micro de  Jean-Jacques BOURDIN sur BFM-TV. après un entretien avec Paris-Match la semaine passée d’où il est loisible d’apprécier l’immigrationnisme forcené du ministre et l’évidente collusion des medias avec le ministre. Fidèle à lui-même, Blanquer continue à discourir avec le même aplomb, le même cynisme. Néanmoins, beaucoup de Français, que les faux-semblants de JM Blanquer ont abusés toute l’année passée, commencent à se réveiller d’un mauvais sommeil  avec une « gueule de bois » qui risque fort de perdurer !

Peuple en voie de rééducation ?

Braves gens qui contestez l’Education Nationale, vous n’allez pas bien du tout ! c’est ce que sous-tend le discours du ministre aidé par le journaliste. En effet, pour introduire l’entretien, JJ. Bourdin tend une perche à JM Blanquer qui s’en saisit immédiatement : « Parlons des enseignants- dit-il - parce-que cette phrase que vous avez prononcée, je la reprends chaque fois : ‘un pays qui va bien est un pays qui aime ses enseignants’ , çà c’est clair, on est tous d’accord ».

Très habile de déplacer le curseur, du système éducatif sur les enseignants. Certes, nous sommes tous d’accord sur le fait que ce ne sont pas les enseignants qui sont responsables de l’incurie de l’Education Nationale et, pour cette simple raison, ce ne sont pas les enseignants que nous n’aimons pas, mais l’Ecole telle qu’elle existe aujourd’hui, marquée du sceau de la politique éducative poursuivie par nos différents gouvernants depuis des décennies et qui exploitent les enseignants, leur faisant appliquer une politique éducative qui n’est pas la leur. Pour preuve, le taux actuel de démissions du personnel enseignant (près de 20%).

De plus, cette affirmation laisse supposer que si nous n’aimons pas l’Ecole telle qu’elle existe aujourd’hui, c’est que le pays ne va pas bien, faisant une inversion « renversante » si l’on peut dire. En réalité,  c’est parce que l’école ne va pas bien que nous ne l’aimons pas. Cette inversion n’est pas anodine : elle tend à nous signifier que si nous n’aimons pas l’Ecole telle qu’elle existe aujourd’hui, c’est nous qu’il va falloir rééduquer et peut-être, dans les hôpitaux psychiatriques, qui sait ? car il est à craindre que nous entrions progressivement en dictature où toute contestation étant censée venir troubler l’ordre social, se devra d’être bâillonnée, ce qui est déjà en cours !

TOUT POUR LES R.E.P. (réseaux d’éducation prioritaire)

Une revalorisation des salaires des enseignants ?...pour les R.E.P.

Il est ensuite question des enseignants français moins bien payés que dans beaucoup d’autres pays. Que prévoit JM Blanquer ? la revalorisation des salaires en REP et REP+ seulement : 1000 euros cette année, 2000 euros l’année suivante et 3000 euros en 2019.

Dédoublement des classes de CP et CE1 ?…pour les R.E.P.

Ces dédoublements  concernent 60 000 élèves en cette rentrée, 190 000 en 2019 et 300 000 en 2020 … élèves des R.E.P. et des R.E.P.+. Rappelons que seul est évoqué le dédoublement, mais en réalité, les méthodes pédagogiques (« efficaces » – sic) et les programmes (« pour donner une culture solide » – resic) ne sont pas du tout les mêmes que ceux destinés à nos enfants, et quand JM. Blanquer prétend qu’il s’agit d’une mesure sociale de lutte contre les inégalités, en réalité il s’agit d’une mesure qui crée des inégalités au détriment de nos enfants, car ce sont les élèves issus de l’immigration qui ont une scolarité d’excellence en opposition avec la scolarité de nos enfants, totalement et volontairement dévoyée par nos gouvernants, et JM.Blanquer « ne corrige nullement le tir » !

Evaluation des établissements scolaires ?…pour les R.E.P.

« Sur quels critères ? et les résultats seront-ils rendus publics ? » demande JJ.Bourdin ?

« C’est tout un sujet de discussion »répond JM. Blanquer. Or, si SON Ecole pour nos enfants était une véritable Ecole, cela ne devrait pas être un « sujet de discussion » : seuls, les résultats scolaires comptent ; or, pour l’Ecole de nos enfants, Monsieur Blanquer évoque l’appréciation du « climat scolaire, les sujets de cantine et toilette à envisager avec les collectivités territoriales… »…tout un programme en effet ! C’est assez dire si SON Ecole pour nos enfants se réduit à un simple lieu de vie !

« Les résultats seront-ils rendus publics ? »

Hésitation de Blanquer… « çà dépend desquels » ! Evidemment ! seuls les établissements des REP et des REP+ pourront être évalués sur la base de leurs résultats scolaires. 

Développement des internats ?…pour les R.E.P.

Blanquer prévoit le développement des internats sans préciser, bien évidemment, que ces établissements sont prioritairement réservés aux élèves issus de l’immigration. Il est question de « rapport » qu’il doit recevoir, d’un « grand plan », mais rien ne perce du contenu et pour cause !

Par contre, l’arabe pour tous…

JM Blanquer parle de relancer l’apprentissage de la langue arabe et se fait le fervent défenseur de cette langue :

«L’arabe est une langue très importante comme d’autres grandes langues de civilisation : chinois, russe…il faut développer ces langues, donner du prestige à ces langues, c’est particulièrement vrai pour l’arabe qui est une très grande langue littéraire qui doit être apprise pas seulement par les personnes qui sont d’origine maghrébine ou de pays d’origine arabe.

« Donc, c’est toute une stratégie qualitative vis-à-vis de la langue arabe que nous allons mener.

« …A la place de l’apprentissage de l’anglais, cela peut l’apprentissage de l’arabe en CP »

A noter d’ailleurs qu’il ne s’agit pas de « relancer » (sic) l’apprentissage de la langue arabe mais plutôt de la généraliser et cette généralisation était prévue dans les circulaires de rentrée de 2016 et 2017 produites par NV.Belkacem, c’est assez dire qu’en tout, JM.Blanquer poursuit la politique de ses prédécesseurs. Dans la circulaire de rentrée du 13 avril 2016, il est expressément indiqué que l’enseignement en langues et cultures d’origine (ELCO) qui concernait 92500 élèves à la rentrée 2012 et près de 85 000 élèves à la rentrée 2016 et dont la majeure partie des cours était en langue arabe, évoluait vers un dispositif inspiré des sections internationales (EILE – enseignement international de langues étrangères) existant dans le premier degré, dispensé en plus des 24 heures de cours, ouvert à tous les élèves volontaires de CE1, quels que soient l’origine, la nationalité et le niveau linguistique de départ. Cet enseignement étant assuré par des enseignants mis à disposition des pays partenaires,  la continuité a été assurée dans le cadre des dispositifs bi-langues au niveau du collège.

L’expérimentation du dispositif a eu lieu à la rentrée 2016 dans des académies pilotes, avec un ajustement à la rentrée 2017 et une perspective de généralisation à la rentrée 2018 et ce, malgré les sonnettes d’alarme, comme celles du  député Damien Meslot qui, en 2013,  avait déposé une proposition de loi (rejetée) pour interdire le financement des cours d’arabe par des pays étrangers, écrivant : « Des Etats étrangers financent les cours de langues étrangères pour transmettre des messages contraires aux lois de la république, des appels au trouble à l’ordre public sur le territoire national ».

Monsieur BLANQUER agit donc en connaissance de cause en poursuivant la politique assassine de l’identité française de ses prédécesseurs sans état d’âme : foulant aux pieds la langue française en laissant perdurer les méthodes ineptes d’apprentissage de la lecture qui grippent le cerveau des enfants durablement, les empêchant d’appréhender la très riche culture française, il valorise au plus haut point la culture arabe qui est le prélude à l’islamisation de la France puisque l’arabe s’appréhende à travers la culture du Coran : il s’agit donc d’un enseignement religieux au sein de l’école dite de la république et…quelle religion !

Et l’éducation sexuelle ?

Monsieur Blanquer déclare : « On doit protéger les enfants en faisant en sorte que les deux sources d’information pour eux sur ce sujet…c’est la famille et l’école.

Autrement dit, n’écoutez pas ceux qui contestent le bien fondé de ce qui va être asséné aux enfants à l’insu des parents au sein des établissements ; ceux-là  seront systématiquement stigmatisés.

Voilà le message de Monsieur Blanquer

« Laissez-nous dérégler vos enfants, assassiner la culture et les valeurs françaises !  SILENCE ! »


Bluff et imposture : Jean-Michel Blanquer persiste et signe

De Claude Meunier-Berthelot : 

Capture d’écran 2018-09-10 à 19.44.25L’entretien de JM BLANQUER paru dans « Paris-Match » en cette rentrée 2018 confirme le bluff et l’imposture dont il ne s’est jamais départi depuis son accession au poste de ministre de l’Education Nationale, de même que la collusion du media  avec le système qui  lui sert la soupe « à la louche ». Continuant à trahir les Français avec le cynisme le plus éhonté, servant la politique du « grand remplacement » à tous les niveaux en poursuivant la politique éducative élitiste réservée aux R.E.P.* engagée par ses prédécesseurs dont les objectifs et les moyens sont diamétralement opposés à celui destiné à nos enfants pour lesquels l’Ecole devient un simple lieu de vie, il présente cette politique éducative élitiste réservée aux R.E.P. applicable et appliquée à tous.

Il va sans dire - mais c’est encore mieux en le disant – qu’il s’agit d’une politique assassine  pour l’avenir de notre société.

« Parcoursup »

L’entretien démarre sur un constat affligeant : « Plus de 15000 étudiants attendent une réponse pour leur formation post-bac ». Du jamais vu ! Censée pallier les lacunes d’APB - procédure qui avait beaucoup fait parler d’elle à la rentrée 2017, laissant 3729 étudiants « sur le carreau » - « Parcoursup » crève largement le plafond !

Rien d’étonnant ! « Parcoursup » ne permettant pas aux étudiants de classer leurs vœux, le système pouvait faire ce qu’il voulait ; c’était le but recherché pour faire entrer dans l’enseignement supérieur la population que le gouvernement voulait y faire entrer, ce qui n’empêche pas JM Blanquer de  prétendre que « l’immense majorité des candidats a une affectation, ajoutant que  le travail mené a permis d’éviter un tirage au sort particulièrement injuste », biaisant sa réponse en évoquant la procédure et non, le résultat : catastrophique ! procédure totalement inique sur laquelle il ne s’étend évidemment pas !

Réformes « entreprises » (sic)

Paris-Match : « quels constats tirez-vous des réformes « entreprises »(sic) ?

JM Blanquer de répondre : « l’Education Nationale (est) caricaturée comme une institution que sa taille condamne à l’immobilisme… nous sommes en train de démontrer que son envergure… ne l’empêche pas d’être agile !!

C’est vraiment très osé de la part de quelqu’un qui n’a rien réformé du tout, qui a poursuivi la politique de ses prédécesseurs tout en faisant des effets d’annonce tout à fait trompeurs qui abusent une large partie du public, c’est d’ailleurs ce qui permet de dire à JM Blanquer « nous avons provoqué un effet psychologique positif sur l’ensemble du pays ». Certes ! avec des balivernes ! De plus, le prétendu immobilisme de l’Education Nationale est un mythe. Faut-il rappeler qu’elle n’a cessé de se réformer par étapes sur la base du plan Langevin-Wallon de 1947 et  que JM. Blanquer avalise tout simplement la fin du processus.

Lecture

«  Dans les années à venir, nous retrouverons une France où tout le monde sait lire, écrire, compter et respecter autrui. Le dédoublement des CP dans l’éducation prioritaire est une mesure sociale qui va aller à la racine des difficultés scolaires »,c’est ce que prétend JM Blanquer. En réalité, cette mesure ne concerne que les R.E.P. pour lesquels sont supprimés des postes d’enseignants destinés à nos enfants pour leur attribuer. Par ailleurs, les méthodes pédagogiques mises en oeuvre ne sont pas les mêmes que celles destinées à nos enfants pour qui sont pérennisées les méthodes de nature globale, contrairement à ce qu’a prétendu par ailleurs, JM. Blanquer qui précise également qu’ « en septembre 2019, 20% d’une génération seront concernés par le dédoublement, soit exactement la proportion des élèves en grande difficulté à la sortie de l’école primaire »

En réalité, ces 20% représentent les élèves des R.E.P. uniquement, et non nos enfants qui sont en grande difficulté à la sortie de l’école primaire du fait de l’application des méthodes ineptes d’apprentissage que JM.Blanquer laisse perdurer !

 Scolarisation à 3 ans

« …Regardée avec un grand intérêt » dit JM. Blanquer

En réalité, marché de dupes qui a consisté, au contraire, à supprimer la scolarisation à 2 ans de 20000 enfants pour attribuer les postes d’enseignants aux R.E.P.

Carte scolaire

Paris-Match –« Allez-vous modifier les règles de la carte scolaire » ?

Réponse de JM. Blanquer : « En milieu rural où l’Education Nationale travaille à maintenir les établissements malgré la forte baisse démographique…nous avons une stratégie très volontariste, en milieu rural ».

Ah l oui ? laquelle ? il se garde bien de le dire. En réalité, en milieu rural, des classes sont supprimées au bénéfice des R.E.P. et ce, malgré les effectifs en hausse !

Paris-Match – « …et pour les zones urbaines » ?

Blanquer de répondre : «… la mixité sociale est un enjeu majeur, mais le levier principal… rendre les établissements attractifs : rétablir (sic) les classes bi-langues (qui n’ont jamais été supprimées !)ou les langues anciennes dans les collèges défavorisés…nous encouragerons (ons) des projets éducatifs originaux et ambitieux dans les territoires défavorisés ».

Ce que JM. Blanquer appelle les « zones urbaines », ce sont les R.E.P. pour lesquels sont - non pas rétablies mais pérennisées – les classes bi-langues, permettant d’intégrer l’enseignement de l’arabe appréhendé à travers la lecture du Coran, ce qui constitue le plus sûr moyen d’islamiser la France. A cet égard, il est peut-être bon de rappeler que c’est JM. Blanquer, alors directeur de la Direction scolaire au ministère de l’Education sous Nicolas Sarkozy, qui a supprimé des programmes d’histoire « la montée de l’islam depuis les années 1970 ». D’autre part, JM.Blanquer évoque bien l’enseignement des langues anciennes – latin et grec – mais dans les milieux défavorisés SEULEMENT ;  pour nos enfants, c’est la pérennisation des E.P.I. (enseignements pratiques interdisciplinaires) mis en place par Madame Belkacem c’est-à-dire, en réalité, la disparition de l’enseignement du latin et du grec.

Bac

Paris-Match –« Votre réforme du bac est passée sans heurts…contrairement à Darcos et Fillon… ».

Blanquer de répondre : « les enquêtes nous montrent que les lycéens adhèrent massivement à cette réforme…le nouveau bac et la suppression des séries S, ES et L vont leur permettre de mieux engager leurs études supérieures ».

Sans exigences de connaissances et de formation intellectuelle, un simple formatage aux valeurs de la République, les études supérieures de qualité sont garanties ! et « Pôle-emploi » aussi !

Collège : dispositif devoirs faits

Paris-Match : « Allez-vous réformer le collège ? »

JM Blanquer : « Nous avons instauré le dispositif « devoirs faits » dans tous les collèges et pour compenser les inégalités familiales » .

C’est absolument faux. Ce dispositif existe depuis 1992 dans les R.E.P. uniquement. Il est seulement confirmé et étendu toujours uniquement en faveur des R.E.P. « pour compenser les inégalités familiales » précise JM.Blanquer.

Sortons nos portefeuilles

JM Blanquer de dire : « nous allons agir sur des aspects plus matériels : 1000€ de prime à plus de 45000 agents travaillant en REP+ sachant que les REP+ scolarisent les enfants de clandestins, appelés par le système les EANAV (élèves allophones nouvellement arrivés) .

Crise des vocations

Paris-Match fait état de la crise des vocations.

JM Blanquer de répondre : « Une société qui va bien aime son école et ses professeurs »,renversant la responsabilité du désamour de la société pour l’Education Nationale sur les Français qui n’iraient donc pas bien ! à rééduquer sans doute ?

Non ! Monsieur Blanquer, c’est parce-que l’Ecole ne va pas bien que la société n’aime pas son école : la société ne demande qu’une chose : une école de qualité pour ses enfants, et c’est VOUS, uniquement VOUS qui êtes responsable de la défiance des Français à l’égard de VOTRE Ecole.

Cf. ouvrage « Blanquer, ce monstre froid » - remède de cheval contre la blanquer-mania - Editions des Trianons – rentrée 2018


Enseignement de l'arabe à l'école : Jean-Michel Blanquer dans les traces de Najat Vallaud-Belkacem

Invitée mardi 31 mai 2016 sur BFMtv/RMC, Najat Vallaud-Belkacem avait déclaré que l’enseignement de la langue arabe se fera à partir du CP, « dès qu’on aura les moyens pour le faire ».

Invité ce matin sur BFMtv/RMC, Jean-Michel Blanquer a déclaré au même Jean-Jacques Bourdin souhaiter développer l'apprentissage de l'arabe à l'école et "lui donner du prestige"...

Voici donc les priorités de Jean-Michel Blanquer, que nous avons déjà dénoncées sur le Salon beige (suivez les liens) : développer l’arabe à l’école et dédoubler les classes de CP dans les quartiers de l’immigration et pour cela fermer des classes en zone rurale. Quand on pense à ces aveugles encore fascinés par ce ministre de l'Education...


Vers un succès pour l'ISSEP

Message de Marion Maréchal :

"Il y a trois mois de cela, notre équipe inaugurait l'ISSEP, l'Institut de Sciences Politiques Economiques et Sociales, dans le quartier confluence de Lyon. Aujourd'hui, malgré le suivi malveillant de nombreux journalistes à l'affût du moindre élément à exploiter, nous avons d'ores et déjà une soixantaine d'étudiants inscrits et nous ouvrons nos portes le 15 septembre.

Je suis convaincue que notre succès est lié au pressant besoin que ressent la société de voir émerger une nouvelle génération de dirigeants enracinés, libres et compétents au service de la cité et du bien commun. Telle est notre mission dans l'espoir que cette école nous dépasse et nous survive pour servir durablement notre pays et les étudiants en quête de sens et de culture.

Cette nouvelle école supérieure privée de sciences politiques et de management propose un magistère sur deux ans ( BAC+4 et BAC+5) ainsi qu'une formation continue de dix mois qui ouvrent aux métiers de l'entrepreneuriat comme des affaires publiques.

Dans cette aventure, nous avons besoin du soutien de toutes les bonnes volontés pour réussir.

Si vous aussi souhaitez participer à ce projet, n'hésitez pas à :

  • Faire connaitre l'ISSEP autour de vous pour accélérer notre développement.
  • Rejoindre notre club de chefs d'entreprise partenaires pour accueillir nos étudiants en stage ou leur proposer des business case.
  • Faire un don particulier ou entreprise déductible. L'ISSEP est une association à but non lucratif qui ne bénéficie d'aucune subvention publique.
  • Inscrire vos enfants!

Toutes les informations sont sur issep.fr 


Entre le Christ et le Yoga, il faut choisir

Unknown-7Nous constatons de plus plus d'enseignements ésotériques de type yoga, réflexologie, sophrologie, massages ... dans les écoles privées dites "catholiques". Cette dérive est assez inquiétante.

Ainsi, un article de Ouest-France évoque des écoles catholiques à Bayeux :

"École Saint-Joseph

Côté école maternelle, on travaillera sur le thème des moyens de transport, cette année. Au primaire, « les CP et CE1 participeront au festival du cirque de Bayeux  » , annonce Virginie Lechevallier, directrice de l’établissement. Quant aux activités périéducatives sur le temps du midi, elles continueront, avec des « ateliers de réflexologie, de qi gong, de théâtre, de jeux de société… », détaille la directrice. Idem pour le projet de réflexion sur le « vivre ensemble, par le biais de conseils d’enfants » . [...]

École Sacré-Cœur

On n’arrête pas une équipe qui gagne. « On poursuivra le yoga, qui rencontre beaucoup de succès, pour la 5e année consécutive » , se félicite Henriette Boyrie."

Sur Réponses catholiques, un prêtre répond rapidement :

"Venues d’Extrême Orient, [ces pratiques] véhiculent une certaine conception du monde, de la place de l’homme dans la nature, de son destin. Là où le bas blesse particulièrement, c’est le repli sur soi qu’elles supposent souvent, à défaut de le susciter. La foi chrétienne nous oriente vers l’Autre par excellence, Notre Seigneur Jésus Christ. La foi est adhésion à la Révélation et au Salut. Tout ce qui pourrait faire obstacle à ce mouvement de l’âme et du corps, doit être écarté sans retour. Mais c’est vrai de beaucoup d’activités humaines. À chacun de discerner si, en conscience, ces exercices sont une aide ou un frein vers Dieu, « le Dieu de Jésus Christ, non le dieu des philosophes » (ou des maîtres du tao !)."

Sur Riposte catholique, un missionnaire énonce les effets nocifs Yoga. Extraits :

"[...] Qu’est-ce que le Yoga ? le mot Yoga veut dire « union », le but du Yoga est d’unir le moi transitoire (temporel) « JIVA » à l’infini « BRAHMAN » le concept Hindou de Dieu. Ce Dieu n’est pas un Dieu personnel, mais une substance spirituelle impersonnelle qui est un avec la nature et le cosmos. Brahman est une substance divine impersonnelle qui « s’infiltre, se répand et est à la base de tout ». Le Yoga a ses racines dans les Upanishads Hindoues qui remontent à l’année 1000 Avant Jésus Christ et elles parlent ainsi du Yoga, « unissez-vous au sein de la lumière avec la lumière de Brahman ». « l’absolu est en soi-même » dit la Chandogya Upanishad, “TAT TUAM ASI”  « CELA TU L’ES TOI-MEME »,  ou “THOU ART THAT” « CE QUE TU ES ». Le Divin habite en chacun de nous à travers son représentant microcosmique, le soi individuel appelé Jiva. Dans la Bhagavad Gita, le seigneur Krishna décrit le Jiva comme «une parcelle du Soi suprême» et « la joie du Yoga vient au Yogi qui est un avec Brahman ». En l’an 150 après J-C, le yogi Patanjali expliqua les huit moyens qui conduisent les pratiques du Yoga de l’ignorance à l’illumination (ou l’éveil) – les huit étapes sont comme un escalier – Elles sont la maîtrise de soi, les réfrènements (yama), les observances religieuses (niyama), la pratique des postures (asana), les exercices respiratoires (pranayama), le contrôle des sens (pratyahara), la concentration (dharana), la contemplation profonde (dhyana), l’illumination (samadhi).  Il est intéressant de noter, ici, que les postures et les exercices de respiration, souvent considérés comme l’ensemble du yoga en Occident, sont les étapes 3 et 4 vers l’union avec Brahman !  Le yoga n’est pas seulement un système élaboré d’exercices physiques, il s’agit d’une discipline spirituelle, visant à conduire l’âme au samadhi, union totale avec l’être divin.  Le Samadhi est l’état dans lequel la nature et le divin ne font qu’un, l’homme et Dieu deviennent un, sans aucune différence (Brad Scott : L’exercice ou la pratique religieuse ? Yoga : Ce que le maître ne vous a jamais enseigné dans ce cours de Hatha Yoga dans le livre Watchman Expositor Vol . 18,No 2, 2001).

Ce point de vue est radicalement contraire à la religion chrétienne qui fait une distinction claire entre le Créateur et la créature, Dieu et l’homme. Dans le christianisme, Dieu est “l’Autre” et jamais soi-même. Il est triste que certains promoteurs de yoga, de Reiki et d’autres disciplines et de méditations, aient interprété inexactement, en les isolant, certains passages de la Bible, pour appuyer leurs arguments tels que « vous êtes le temple de Dieu», «l’eau vive jaillit de toi», «vous serez en moi et je serai en vous “,” ce n’est plus moi qui vit, mais le Christ qui vit en moi “, etc, sans comprendre le contexte et le sens de ces paroles dans la Bible. Il y a même des gens qui dépeignent Jésus comme un yogi, et nous pouvons voir de nos jours de telles images dans des chapelles de couvents et presbytères, Jésus présenté en yogi dans des postures de méditation !

Appeler Jésus “un yogi” c’est renier Sa divinité intrinsèque, Sa Sainteté et Sa perfection et suggérer qu’Il avait une nature déchue soumise à l’ignorance et à l’illusion (Maya), et qu’il a eu besoin d’être libéré de la condition humaine par la pratique et la discipline du Yoga. Le Yoga est incompatible avec la spiritualité chrétienne parce qu’il est panthéiste (Dieu est tout et tout est Dieu), et soutient qu’il n’y a qu’une seule Réalité et que tout le reste est illusoire ou Maya. S’il n’y a qu’une seule réalité absolue et que tout le reste est illusoire, il ne peut y avoir de relation ni d’amour. Le Centre de la Foi chrétienne est la Foi dans la Sainte Trinité, le Père, le Fils et le Saint Esprit, trois personnes en un seul Dieu, le modèle parfait de la relation d’Amour. Le Christianisme c’est l’ensemble des relations, relation avec Dieu et relation entre les hommes. «Tu aimeras  ton Dieu de tout ton Cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit : voilà le plus grand et le premier commandement. Le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même »(Mt 22 : 37-39).

Dans l’Hindouisme, le bien et le mal, comme la douleur et le plaisir sont illusoires (Maya), et donc irréels. Vivekananda, l’icône la plus respectée de l’Hindouisme moderne, a déclaré: “le bien et le mal sont une seule et même chose” (Vivekananda. “Les yogas et autres ouvrages” publiés, Ramakrishna Vivekananda Centre NY 1953).  Dans le christianisme, le problème du péché comme offense à la Sainteté de Dieu est inséparable de notre foi, parce que le péché est la raison pour laquelle nous avons besoin d’un Sauveur.  L’Incarnation, la Vie, la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus sont pour nous les moyens du salut, afin de nous libérer du péché et de ses conséquences.  Nous ne pouvons pas ignorer cette différence fondamentale dans le but d’absorber le yoga et d’autres techniques orientales de méditation dans la spiritualité chrétienne. La pratique du yoga est païenne au mieux, et au pire occulte. C’est la religion de l’antéchrist, et pour la première fois dans l’histoire, elle est pratiquée de façon fervente dans le monde occidental et l’Amérique. Il est ridicule que même les maîtres yogi portant une croix ou un symbole chrétien trompent les gens en disant que le Yoga n’a rien à voir avec l’Hindouisme et disent qu’il s’agit seulement d’accepter d’autres cultures. Certains ont masqué le yoga avec des gestes Chrétiens et l’appelle le « Yoga Chrétien ».  Ici la question n’est pas celle d’accepter la culture d’un autre peuple, mais celle d’accepter une autre religion qui n’a rien à voir avec notre religion et nos concepts religieux.

Il est dommage que le yoga se soit propagé si frénétiquement depuis les maternelles jusqu’à tout type d’institutions en médecine, psychologie, etc se considérant comme une science alors qu’il ne l’est absolument pas et il est vendu sous le label «Thérapie de relaxation »,« auto-hypnose », « la visualisation créative», «centering», etc.  Le Hatha Yoga, largement répandu en Europe et en Amérique comme méthode de relaxation et d’exercices non fatigants, gymnastique douce, est l’un des six systèmes reconnus de l’Hindouisme orthodoxe, et de par ses origines religieuses et mystiques, c’est l’une des formes les plus dangereuses du Yoga (Dave Hunt, « la séduction de la chrétienté» à la page 110) [...]


Lancement de l’Institut Libre de Journalisme

Logo_BD

L’Institut de Formation Politique lance l’Institut Libre de Journalisme (ILDJ): une formation au journalisme, ancrée dans le réel et l’éthique, en 6 week-ends d’octobre 2018 à juin 2019.

L’ILDJ s’appuie sur une vingtaine de journalistes professionnels pour dispenser ses cours. L’ILDJ fait le choix d’un nombre limité d’élèves par promotion (10 maximum) afin de leur assurer un suivi personnalisé pour une progression rapide. Les élèves pourront compter sur un réseau de journalistes qui les aidera à se lancer dans le métier.

L’ILDJ a 2 objectifs principaux :

  • dispenser une formation au journalisme pratique et intellectuelle à des jeunes attachés à la vérité ;
  • susciter des vocations au journalisme au sein d’une jeunesse aspirant à réinvestir le champ médiatique. 

Pour postuler, envoyez un CV avant le mercredi 12 septembre 2018 à [email protected].

Parlez-en aux jeunes autour de vous !

Vous trouverez plus d’information sur le site de l’ILDJ.

Alexandre Pesey explique sur Nouvelles de France :

"Les convictions des journalistes ne sont pas représentatives de celles des Français. Conscients de ce décalage, certains médias sont demandeurs de journalistes ancrés dans le réel. De même, avec internet et les réseaux sociaux, un certain nombre d’acteurs se créent ou sont à créer. Ils ont besoin de journalistes de terrains qui, pour paraphraser Péguy, disent ce qu’ils voient et ce qui est plus difficile voient ce qu’ils voient. Si chaque année nous aidons une dizaine de jeunes à se lancer dans les médias, ce serait déjà une première étape significative."


Education : encourager les parents et la société civile à compter plus sur eux-mêmes que sur l’État

Anne Coffinier, directrice générale de la Fondation pour l'Ecole, insiste dans La Nef sur la nécessité d'avoir des écoles libres :

Couverture306"[...] Ainsi le latin et le grec n’ont pas été relevés, la réforme des programmes est anecdotique, celle du bac et du lycée une usine à gaz coûteuse et liberticide, sans parler de celle de l’affectation des étudiants dans le supérieur, qui est un fiasco. La personnalité du ministre, manifestement brillant, n’y est pour rien. Les structures et les corporatismes sont tout.

Dans ce contexte, la Fondation pour l’école mène une action de longue haleine pour encourager les parents et la société civile à compter plus sur eux-mêmes que sur l’État, et à s’impliquer davantage dans l’éducation. La multiplication des écoles indépendantes est au cœur de ce processus de réappropriation du champ éducatif par les parents. Une autre école est possible que celle de l’Éducation Nationale. Nos enfants ne sont pas condamnés à boire son déprimant breuvage. Les ouvertures d’écoles indépendantes augmentent de 32 % l’an : une croissance exponentielle ! Les parents ont ainsi plus de chances de trouver une école adaptée aux besoins réels de chacun de leurs enfants. Une petite école Montessori catholique pour tel enfant désireux d’apprendre vite et par lui-même, sans subir le diktat des besoins moyens du groupe classe, une école utilisant tous les savoirs neuro-développementaux pour enseigner les enfants dys ou hyperactifs, ou encore une école réservant beaucoup de temps à la pratique artistique, qui fait grandir aussi sûrement l’âme que les leçons de maths comme à l’Académie Anne de Guigné ou à celle de Liesse ! Une école au cœur de la France rurale dévitalisée pour rendre leur fierté à de jeunes ruraux en déshérence, à l’instar du Cours Clovis à La Fère…

La Fondation pour l’école fait tout pour garantir la qualité et la pérennité de ces écoles : outre les 3 millions (et même 5,8 millions en intégrant les subventions octroyées par ses fondations abritées) de subvention qu’elle alloue annuellement, elle forme avec soin les créateurs et directeurs d’école, elle pousse les écoles à la qualité en leur proposant de travailler à leur labellisation Qualité et en imposant le respect de sa charte de protection des mineurs.

Surtout, la Fondation investit dans la formation des équipes éducatives : à l’Institut libre de formation des maîtres (ILFM), elle forme instituteurs et éducateurs ; dans la toute récente Académie du Professorat, elle forme en mathématiques, français, histoire et géographie les professeurs en poste dans les collèges et lycées hors ou sous contrat ; à l’École professorale de Paris, c’est à l’agrégation et au Capes qu’on se prépare, avec un taux de réussite cette année de 100 % de reçus au CAPES de lettres, histoire et maths et 2/3 à l’agrégation de lettres modernes par exemple. Les récents rapports officiels sont clairs : la France doit relever sa formation initiale et continue de toute urgence si elle veut réussir la réforme de son école. Mais l’État n’est pas prêt à liquider l’héritage des IUFM, devenus ESPE, bien que sa nocivité soit reconnue du ministre lui-même.

Dans ce contexte, nos instituts de formation ont un rôle capital à jouer. Notre diplôme principal est reconnu au plus haut niveau (équivalant à un Master II). Pour diffuser les meilleures pratiques pédagogiques au-delà des seules écoles indépendantes, nous avons développé une plateforme de partage de cours très performante, entièrement numérique et gratuite : www.laplateformeduprofesseur.com Elle répond au mot d’ordre « des cours, pas des discours ! » Nous avons créé des fondations à l’étranger (aux États-Unis et en Belgique, pour toute l’Europe) pour bénéficier de la forte dynamique internationale en faveur de la liberté scolaire et permettre aussi aux expatriés de soutenir la transformation du système éducatif de leur pays natal.

Enfin, c’est aussi un long travail politique que nous poursuivons. Au Sénat, en juin, nous avons sensibilisé des responsables politiques de tous bords à la nécessité de donner plus de place à la liberté scolaire pour assurer l’égalité des chances de chaque enfant, même peu scolaire ou faiblement soutenu par sa famille. Nous travaillons activement sur les solutions de type chèque-éducation permettant d’éviter la double imposition des familles investissant dans l’éducation de leurs enfants, au prix d’importants sacrifices. Pour toutes ces actions, nous comptons vraiment sur votre soutien fidèle."


Quel contenu pour les cours d'éducation sexuelle à l'école ?

D'Antoine Pasquier dans Famille chrétienne :

"La rentrée 2018 verra le grand retour des cours d’éducation à la vie affective et sexuelle. Ou plutôt leur généralisation dans les établissements scolaires récalcitrants. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes, au cœur de l’été. En cause ? L’application parcellaire de la circulaire de 2003 rendant obligatoire trois séances d’éducation affective et sexuelle en école primaire, collège et lycée. Au programme : les notions scientifiques qui permettent de connaître et de comprendre les différentes dimensions de la sexualité mais également la contraception, la protection contre les infections sexuellement transmissibles, ainsi que la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes."

Le maire d'Aulnay-sous-Bois interpelle le ministre sur les rumeurs autour de ces cours :

Unknown-14Concernant l'enseignement de la masturbation avant 4 ans, un article de Libération confirme qu'un rapport de l'OMS recommande d’informer sur «le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce».


Le Monde souligne que ce sont les écoles musulmanes hors contrat qui posent problème

Dans un article consacré au succès croissant des écoles libres, Le Monde souligne :

"Ce durcissement de la loi est la suite d’une intensification des inquiétudes autour des écoles musulmanes, renforcées par le long feuilleton toulousain de l’école Al-Badr. Le Conseil constitutionnel a certes validé le 1er juin l’article de loi sur lequel s’était appuyée la justice en décembre 2016 pour ordonner la fermeture de cette école pour « enseignement non conforme ». Mais cet avis n’a pas valeur d’obligation de fermeture et, en affirmant attendre des indications pour se mettre en conformité, Al-Badr prévoit de rouvrir à la rentrée. Une situation qui a de quoi agacer les autorités : la loi du printemps vise notamment les écoles de confession musulmane et a été soutenue par le gouvernement, par la voix du premier ministre, Edouard Philippe, comme un outil contre « l’embrigadement » islamiste. Dans quelle mesure ces écoles représentent-elles un danger ?"

Par ailleurs, Le Monde reconnaît le succès des écoles libres :

"le secteur connaît un succès non démenti ces dernières années : le nombre de nouvelles écoles hors contrat a été multiplié par quatre en sept ans."

CaptureEt cela se fait sentir :

"les écoles publiques, dans le primaire, ont perdu 30 000 élèves en 2017 par rapport à la rentrée 2016. Les écoles privées en ont quant à elles gagné 7 000, dont 5 000 dans le privé hors contrat. En maternelle, ce dernier a gagné 300 enfants de plus, quand le privé sous contrat en perdait 1 300 et le public 2 600."


Le Puy du Fou ouvre un collège pour former ses futurs artistes

Lu sur Le Figaro étudiant :

"Après avoir ouvert son école primaire en 2015, le Puy du Fou ouvre son collège. En tout, 4O élèves de sixième feront leur rentrée le 30 août. En plus des matières classiques, ils se formeront au spectacle vivant.

[...] Le Puy du Fou n’est pas un débutant en matière de formation: créée il y a 20 ans, l’Académie junior forme déjà 800 jeunes de 6 à 25 ans aux métiers du spectacle.

[...] Après trois années d’existence, l’école connaît un énorme succès et scolarise 160 élèves. Pour sa première rentrée, le collège accueillera deux classes de sixième, soit 40 élèves. L’idée est de monter d’un niveau chaque année, pour aller jusqu’au bac.

Pour une école privée hors contrat, les tarifs sont très accessibles. La scolarité coûte 1900 € par an + 220 € de frais d’inscription (uniforme, fournitures, administration). L’école est en effet financée à 83 % par l’entreprise Puy du Fou et à 17% par les parents d’élèves. Un déjeuner est servi à l’école au tarif de 4 € par repas. Les enfants peuvent aussi apporter leur panier-repas.

D’abord, le projet pédagogique original de l’école séduit les familles. L’établissement s’appuie sur des classes à petits effectifs. En classe primaire, les élèves sont 15 maximum, et au collège, pas plus de 20. L’équipe pédagogique est composée de 21 personnes parmi lesquels onze enseignants. L’école accueille autant de garçons que de filles.

[...] Mais c’est surtout la qualité de la formation artistique qui attire les candidats. Elle repose sur un tronc commun d’apprentissage du théâtre, de la danse et de l’éducation sportive dès la maternelle. En 6 ème, les enfants seront initiés au théâtre, aux cascades, au combat, à l’équitation. [...]"


Le collège Saint-Martin de La Placelière, à Château-Thébaud (Nantes sud) recrute

ECOLE 2015-2016Le collège Saint-Martin de La Placelière, à Château-Thébaud (Nantes sud) recherche dans l'urgence un professeur de mathématiques et sciences pour ses classes du collège.

Volume horaire compris entre 17 et 21 heures hebdomadaires selon les options retenues.

Contactez l'abbé Bruno LAJOINIE et envoyer un CV à [email protected] - 02 40 56 85 26


Conférence sur la notion de guerre juste

À l'heure où "l'Occident"(TM) multiplie les expéditions militaires sous prétexte pseudo-humanitaire, le Cercle de l'Aréopage, dont le président d'honneur est S.A.R. le Prince Sixte de Bourbon-Parme, nous invite à un dîner-conférence sur :

La notion de guerre "juste" des philosophes romains à St. Augustin

donnée par Jean-François Chemain

Quand:  Lundi 3 Septembre vers 19h30
Où: au Parloir du Vieux Colombier, 9 Rue du Vieux Colombier, 75006 Paris (métro 4 St. Sulpice)

Participation aux frais : 10€.

Inscription par courriel: [email protected]

Pour avoir une idée des buts et activités du Cercle de l'Aréopage, prenez le temps de regarder et écouter cette video.

 

 


Journées chouannes 2018

I-Moyenne-33258-la-super-classe-mondiale-contre-les-peuples.netLe traditionnel rendez-vous annuel des Éditions de Chiré / Diffusion de la pensée française, qui constituent depuis plus de 50 le conservatoire de la mémoire de l'histoire vraie, et de la saine doctrine catholique et française, aura lieu le week-end prochain, le 1er et 2 septembre.

C'est une réunion unique dans le paysage français de la dissidence, par son antériorité d'une part, par la convivialité et l'esprit de famille, a-mondain, qui l'animent. Nous ne pouvons qu'inviter ceux qui ne l'ont jamais fait à vivre cette expérience intellectuelle et fraternelle !

Cette année le programme aura pour thème : quels moyens pour combattre la révolution ?

Vous trouverez tous les détails en cliquant sur ce lien.

Nous retenons notamment :


L'Institut Saint-Gabriel (18) recrute

L'Institut Saint-Gabriel, collège catholique hors contrat pour garçons situé à Presly (18380), recrute pour sa première ouverture à la rentrée 2018 un professeur d'anglais LV1 et un professeur d'allemand LV2 à temps partiel.

Les candidats doivent satisfaire aux prescriptions de la loi du 13 avril 2018, c'est à dire être de nationalité française et titulaires du baccalauréat au minimum.

Candidatures à envoyer à

Eric Lougnon Président de l'APESGP 8 Petite rue Nationale 18350 Nérondes [email protected]


Appel de l'Ecole Bourguignonne de la Sainte Enfance (21)

Pour arriver à subvenir aux besoins de l'Ecole Bourguignonne de la Sainte Enfance (21), qui ouvre en septembre pour des élèves de CP-CE1-CE2, l'établissement fait appel à la générosité des donateurs :

"Si ce n'est pas par un don financier que vous aimeriez nous aider, sachez que nous recherchons de l'aide dans le fonctionnement de l'école ainsi qu'un ordinateur portable pour les besoins du secrétariat et de la communication. Tous les détails sont régulièrement mis à jour sur le site."

Capture d’écran 2018-07-23 à 18.37.55


La rigueur du hors-contrat primée au Concours général

Lu sur le blog de la Liberté scolaire :

2018_concours_general_edugouv_1200x800_982333.189"Jean-Michel Blanquer a remis jeudi les prix du Concours général, destiné à récompenser les meilleurs lycéens de France depuis 1747.

Octave Vasseur-Bendel, tout juste 16 ans, a été distingué dans pas moins de quatre disciplines littéraires : premier en géographie et en thème latin, deuxième en histoire et en version latine.

Sa force, il reconnaît la tirer en grande partie de l’excellence de la formation fondamentale qu’il a reçue en primaire, alors qu’il était  scolarisé dans une école hors contrat à la pédagogie rigoureuse et structurée, le Cours Hattemer.

Il est édifiant de constater que l’Etat interdit les lycéens du hors-contrat de se présenter au concours général (cf. décision du Conseil d’Etat) mais qu’au bout du compte, c’est quand même un étudiant formé dans le creuset du hors-contrat qui est primé.

Un signe des temps?"


L’Institut Bois Robert : Un internat d’excellence qui défend les valeurs chrétiennes

Thumbnail-2L’Institut Bois Robert est un internat d’excellence permanent mixte collège et lycée fondé en 1968. Il est situé à proximité d’Angers à 1h30 de Paris dans un cadre privilégié favorable aux études et aux activités d’extérieur, loin des sollicitations urbaines. 

L’encadrement est familial et les effectifs réduits permettent un suivi personnalisé de chaque élève. L’ambition pédagogique de notre institut est d’assurer l’épanouissement de nos élèves par la réussite, non seulement scolaire mais aussi personnelle. Nous sommes attachés aux valeurs chrétiennes et à une éducation de tradition, avec la relation élève/professeur au coeur de toutes nos attentions. 

La rentrée 2018/2019 verra la restauration de l’uniforme et la mise en place d’un nouvel emploi du temps. 

L’ensemble du site sera rénové pour offrir aux élèves un cadre de travail idéal : réfection des internats, création / rénovation d’un salon, salle vidéo, salle de musique, salle informatique… 

L’année 2018/2019 verra la mise en place d’un dispositif d’ouverture à l’international, qui permettra aux élèves des expériences d’immersions en langue, la maîtrise parfaite d’une langue étrangère, et des possibilités post bac optimisées.

Choisir Bois Robert pour l’éducation de ses enfants, c’est le choix de la tradition et de la qualité.


Ecole indépendante (78) recherche institutrices

Pour son ouverture en septembre 2018 à Vernouillet (78), l'école Saint Philippe Néri (www.ecolesaintphilippeneri.fr), recherche une institutrice à temps plein d'une classe de maternelle à très petit effectif, accueillant deux enfants porteuses d'une maladie de l'intelligence. Deux mi-temps seraient aussi envisageables.

Méthodes d’enseignement classiques dans l’esprit d’une formation complète de la personne au Beau, au Vrai et au Bien. 

L'école est à proximité de la gare (30 mins de Paris Gare Saint Lazare).

Merci d’envoyer CV et lettre de motivation à : [email protected]


Le Collège Notre Dame de Toulvern à Vannes recrute

Le Collège privé hors contrat Notre Dame de Toulvern à Vannes (Morbihan) recrute un directeur pour la rentrée de septembre 2018. 

En pleine expansion, le Collège Notre Dame de Toulvern -création de la 6eme en 2017, ouverture de la 5eme prévue en sept 2018, puis, dans la continuité, les classes de 4ème et 3ème- recherche un directeur (homme ou femme), avec au moins 5 ans d’ancienneté en qualité d’éducateur et/ou de professeur, dynamique et porteur de projet.

Le directeur est chargé du bon fonctionnement du collège en lien avec l’association de gestion, les professeurs et les familles.

Toute proposition, du bénévolat au CDI en temps partiel, sera étudiée.

Le collège recherche aussi un professeur de technologie pour les classes de 6ème (1h30 pendant 2 trimestres) et 5ème (1h30 pendant 1 trimestre). Le poste à pourvoir est pour la rentrée prochaine pour des classes avec de petits effectifs, l'adhésion au projet pédagogique est requise.

 

Si vous êtes intéressé par ce projet, merci d' envoyer votre CV ainsi qu’une lettre de motivation à l’adresse suivante : [email protected]

Pour plus d’informations sur l'établissement, vous pouvez visiter le site: https//notre-dame-de-toulvern. fr


Le collège hors contrat Antoine Chevrier (83) recrute

Le collège hors contrat Antoine Chevrier (83220 Le Pradet) recherche pour la rentrée :

  • un professeur de français pour les classes de 4-3eme à raison de 8h/semaine.
  • un professeur de latin niveau 3eme année à raison de 2h/semaine.
  • un professeur d'espagnol niveau 4-3eme à raison de 4h/semaine.

Merci de prendre contact par mail dans un premier temps : [email protected]


L'école primaire Anne de Guigné (83) recrute

Thumbnail-2A la suite d'un congé parental, l'école primaire catholique hors contrat Anne de Guigné recherche une institutrice expérimentée pour un double niveau CE1-CE2 (19 élèves).

Petite école de 64 élèves, nous proposons une formation intellectuelle, humaine et spirituelle basée sur des méthodes d'apprentissage classiques et la transmission des valeurs chrétiennes.

Profil souhaité: personne diplômée ou ayant une expérience dans l'enseignement, connaissant et utilisant les méthodes pédagogiques classiques.

durée du contrat: septembre et octobre 2018, présence à l'école le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h25 à 12h et de 13h30 à 16h15. Carqueiranne 83

Contacter Mme Desors 0640676036 ou Melle Jammot: 06 99 22 89 83 ou envoyer un CV à [email protected] 


La Fondation pour l’école ouvre l’Académie du professorat

Capture d’écran 2018-07-02 à 20.22.37La Fondation pour l’école, reconnue d’utilité publique engagée au service de l’éducation depuis 10 ans, ouvre à la rentrée prochaine un institut de formation continue pour les professeurs du secondaire.

Les formations ont lieu à Paris, sur huit jours répartis dans l’année scolaire. Elles s’adressent en priorité aux enseignants en poste dans les collèges et lycées privés, sous contrat ou hors contrat. L’Académie accueille aussi les professeurs de l'enseignement public.

L’OCDE, l’IGEN (Inspection générale de l’Éducation nationale) comme la Cour des comptes viennent de le formuler avec force : la France doit développer de toute urgence son recours à la formation continue, pour améliorer l’efficacité de son système éducatif. De nombreux professeurs trouvent les formations actuelles inadaptées à leurs besoins réels, incapables de les aider à résoudre leurs problèmes quotidiens d’enseignement, car conçues avant tout comme des outils de promotion des réformes gouvernementales. 

Pour répondre à leurs demandes, l’Académie du professorat propose deux formules dès la rentrée 2018 :

L'Académie du professorat propose des formations dans quatre matières : mathématiques, français, histoire et géographie. Ces formations abordent autant les aspects académiques que didactiques et pédagogiques du métier. 

La Fondation pour l'école s’appuie sur ses 10 ans d'expérience en formation initiale et continue des enseignants dans le cadre de l’ILFM, l’Institut Libre de Formation des Maîtres.